31 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord – 30 –

L'année 2010 l’amorce…
D’une nouvelle histoire du monde ou … - 2 -
L'année 2009, la fin d’une décennie de paradoxes !?
Pouvons-nous poursuivre notre discussion, et comme tu me l’as promis, en revenant sur ce qu’ont été les moments forts de l’année 2009 ?  Commençons par ce qui a été significatif et finissons par ce qui a été un non évènement pour toi et à partir de ta situation en Amérique du Nord ? Comme à son habitude pour réunir ses souvenirs, Le Numide prend sa respiration, ferme les yeux et c’est le début de son récit. ‘’Des moments de vérité ? Oui ! Il y en a eu. Voilà ce que je peux dire de cette année en son dernier jour. Je retiens, parmi tant d’autres, quatre évènements marquants dans le monde ou ici en Amérique du Nord. Je vais reprendre ton questionnement en commençant par la sphère sociale. Le choix du Brésil et de Rio de Janeiro comme capitale des Jeux Olympiques de 2016. Pour moi, c’est en complémentarité avec l’Afrique du Sud où se déroulera la coupe du monde 2010. Il s’agit de deux pays de l’hémisphère sud qui progressent dans le bon sens. ‘’   Qu’entends-tu par bon sens ? ‘’C’est celui qui invite les gouvernants à œuvrer pour le meilleur et le bien être des citoyens de leurs pays. Ça devrait inspirer ceux des pays riches par leur potentiel humain et pauvres par leur gouvernance. C’est là un 1er paradoxe pour ne pas parler de non-évènement.’’

Au plan des identités nationales ''l’envers et le revers de la médaille de ce qu’a été la victoire de l’Algérie sur l’Égypte et la défaite de cette dernière face à l’Algérie. C’est là le second paradoxe que je retiens. Il faut comprendre qu’au-delà de la coupe du monde, ce sont les effets qui restent pour les uns et les autres l’évènement majeur de cette année 2009.   Pour les Égyptiens la vérité est très difficile à digérer. Ils ne sont pas aussi forts que leurs gouvernants leur ont fait croire au cours des ces trente dernières années. Le réveil est difficile et la sortie du lit en sera encore plus dure à assumer.  
En qui concerne le revers de la médaille, c'est-à-dire la victoire des algériens, il est évident que les gouvernants ont compris qu’il faut tourner à jamais une page - pour ne pas dire fermer un livre - et commencer une nouvelle écriture fondée sur les exigences historiques et les aspirations d’une population qui gagne petit à petit son statut de citoyenne.  Lorsque les symboles de la nation sont brûlés sous l’œil complice des gouvernants égyptiens, quant leurs représentants officiels offensent les martyrs de la plus glorieuse des révolutions du siècle dernier, lorsque des hommes du culte injurient tout un peuple et quant des artistes raillent la culture de l’Algérie ce sont à la fois un affront, une offense, un outrage, une raillerie qui ne sauraient être relevés par le seul silence des officiels.''

Faut-il une réplique et comment se ferait-elle telle que tu la perçois du Canada ? ''Pour la réplique, les citoyens avec leurs moyens d’expression simples l’ont bien menée dans la rue. Le résultat c’est qu’ils ont exorcisé ‘’le fantôme arabe’’. Les internautes poursuivent leur œuvre de salubrité. Il y a quelques officiels en marge des gouvernants qui ont ouvert des placards confirmant ce que l’image des égyptiens est à l’international.’’ ‘’Il ne suffit pas à la poule qu’elle monte une fois sur le perchoir, pour se prendre pour un faucon’’.

''En politique, je pense que l’évènement le plus marquant est la fin du mandat de Bush et l’arrivée d’Obama, un noir, à la Maison Blanche. Je le qualifie de 3ième paradoxe. Cela ne veut pas dire que le monde s’est enfin débarrassé de la politique du polémarque, du menteur et du bandit de grand chemin. Le monde souffrira encore des séquelles de sa politique et de celle de ses supporteurs pendant encore quelques années. Obama aura fort à faire pour effacer le ‘’bushisme’’. Il faudra qu’il se fasse réélire dans quatre ans.’’
Mais, il doit y avoir quelque chose de bon dans ce que tu appelles le ‘’bushisme’’, sans quoi comment expliquer qu’une majorité d’américains l’aient soutenu ? ‘’Le plus paradoxale dans tout ça c’est qu’un grand nombre d’observateurs et d’analystes ont retenu – et je suis d’accord avec certains d’entre eux - que toute l’idéologie américaine des dix dernières années a été bâtie autour de trois axes : la politique de la peur, l’outil de guerre et la domination ou l’hégémonie. C'est-à-dire qu’ils ont continué à concevoir leur idéologie sur des paramètres du siècle dernier. Les idéologues républicains de Washington ont beaucoup usé de paroles qui trompent et ce qui est déplorable c’est que leur manière d’être et celle de leur chef n’étaient pas en adéquation avec les aspirations de leurs citoyens. Les américains ont entendu Bush déblatérer sur l’Irak, l’Iran, la Corée du nord, le Venezuela, etc. ils ont envahi l’Irak et ils se redéployent en Afghanistan mais avec quels bénéfices ? L’effet premier est l’amplification d’une haine internationale contre tout ce qui est américain. Il ya un proverbe de chez nous qui dit ‘’lorsque tu mâches du laurier rose. Tu finis par le recracher parce qu’il est amer’’.

''Au plan économique et sécuritaire - 4ième paradoxe – et à l’évidence ce que tout le monde déplore c’est la place et l’envergure qu’ont pris d’une part la corruption et d’autre part le terrorisme dans le monde. Les deux fléaux ont deux paramètres en commun le premier est qu’ils ciblent le citoyen et le second c’est que les gouvernants ne veulent rien y faire.'' Tu veux dire les gouvernants ne peuvent rien y faire !? ''Non ! Je dis bien ne veulent rien y faire. De mon point de vue j’observe qu’ils s’attaquent seulement aux effets sans pour autant traiter les vraies causes. Les politiques des pays occidentaux sont orientées vers la domination des pays moins nantis or ils ne font que les alimenter par des actions qui appauvrissent encore plus les poches d’origine des deux fléaux.

A la corruption et au terrorisme j’ajouterai trois autres fléaux générateurs d’effets sociaux catastrophiques pour les populations des pays pauvres. Ils sont à l’avantage des prédateurs de la planète et ils servent le blanchiment de l’argent sale et détourné pour ne pas dire volé aux contribuables : La drogue, l’armement et les produits pharmaceutiques.’’ J’aimerai que nous reparlions des causes et des liens que tu fais entre ces cinq paramètres. ‘’Je te dirai seulement que ‘’Le bœuf est malade, mais les soins sont prodigués à l’âne.’’ Le Numide se tait et m’invite à déguster des figues sèches marinées dans de l’huile d’olive. Un régal. En ce dernier jour de 2009.

Ferid Chikhi 

29 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord – 29 –

L’année 2010 l’amorce…
D’une nouvelle histoire du monde ou … - 1 -

Le Numide, nous sommes à la porte de l’année ‘’2010’’. Elle avance à grands pas dans le temps, aurais-tu des prédictions de la manière dont le monde évoluera et peux-tu mettre en exergue ce que seraient pour toi quelques moments forts de la décennie à venir ?  ‘’ Je ne suis ni devin ni astrologue. Il y a un proverbe de chez nous qui dit ‘’Même quant elle court, la gazelle ne dépasse pas son ombre’’. Mais faisant pour le mieux et disons que quatre grands axes m’intéressent.
Le premier est en lien avec le développement et l’évolution des technologies de l’information ainsi que la généralisation d’Internet. J’imagine qu’elles seront lors des dix prochaines années l’instrument de désintégration des rebuts de la civilisation du 20ième siècle. Le second concerne la gouvernance. Je crois que des gouvernements totalitaires seront fragilisés et pour éviter de tomber seront plus violents à l’égard de leurs populations alors que d’autres se désagrégeront par la force et la puissance des réseaux d’Internautes.
Le troisième est en rapport avec les puissances émergentes. La Chine changera de mode de gouvernance et fera faire au reste du monde ce qu’elle voudra en fonction de ce que sa population pourra absorber comme innovations.
Le dernier concerne la gestion de l’eau, de l’uranium, de l’or et bien entendu après le pétrole et le gaz, mais aussi de l’énergie solaire. Les pays qui détiennent les plus grandes réserves feront l’objet de nouvelles stratégies d’accaparement de la part des puissances nucléaires.   Une nouvelle page de l’histoire du monde est ouverte et son écriture a déjà commencé par la pénétration d’espaces, jusque là fermés ou pour le moins préservés, tels que l’antarctique et le Sahara.’’ Le Numide se tait et lâche un ‘’je reviendrai plus tard sur les grands évènements de l’année qui se termine’’.
Ferid Chikhi

24 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord – 28 –

... ’’Le moralement fautif ne peut-être qu’un ignorant’’. -2 -

Mais que faire et comment faire s’agissant des excès de l’homme et de leurs conséquences sur l’environnement ? Dans sourate Al-Hijr, 15, 22 il est dit ‘’ Et Nous envoyons les vents fécondants ; Et Nous faisons alors descendre du ciel une eau dont Nous vous abreuvons et que vous n'êtes pas en mesure de conserver". De ce point de vue, et de ce que j’ai compris de ma tradition, se référer au Coran est une démarche spirituelle qui mène vers la pleine sagesse et une méditation sereine sur l’œuvre de Dieu. Cela aide à préserver les éléments sur lesquels nous avons un contrôle.
C’est dire aussi combien l’environnement et la nature sont à l’origine sensibles, parce qu’ils sont l’œuvre de Dieu et qu’ils émanent de sa miséricorde en tant que berceaux de la vie. Cela est prescrit dans sourate An-Naba –78,6. ’N’avons nous pas fait de la terre une couche ?’’ Respecter l’état de la nature c’est donc respecter l’ordre divin qui a agencé l’homme et son environnement de manière parfaite et mesurée.

La Nature obéit à des lois. L’homme qui la gère et la domine par sa raison a t’il, lui, tous les droits ? N’a t’il pas d’obligations à son égard ?  L’homme a perdu conscience aujourd’hui qu’il appartient à un monde dont il n’est pas l’auteur, mais auquel il est lié par tant de liens invisibles d’échanges chargés de significations, de sens et de signes.
Est-ce à dire que pour toi il y a des causes et des effets en la matière ? Bien entendu, nous sommes de simples passants, de simples locataires, des nomades en transit, j’allais dire des immigrants…. Ce monde ne nous appartient pas. Il ne nous appartient pas de le détruire parce que nous ne l’avons pas construit. Il apparaît donc vital que des principes de respect de notre environnement doivent être développés et honorés.
Alors et pour conclure je suis partisan de ceux qui veulent repenser les choix et les valeurs pour éviter celles qui conduisent au chaos. Mais je me questionne sur ce qui hâte l’épuisement des ressources et la destruction de l’environnement ou encore peut-on conclure que c’est la dégradation voire la perversion des valeurs morales naturelles et spirituelles qui sont à l’origine de ce processus ?
Il y a ceux qui considèrent que c’est la perte du sens de la vie humaine et l’illusion entretenue de l’enrichissement continuel par les virtualités de la mondialisation et l’accroissement rapide des échanges matériels basés sur le seul profit qui en sont la cause mais il y a aussi ceux qui contrediront cette hypothèse.
Les premiers feignent d’oublier que l’Homme est l’être sublime, la créature sublime de Dieu. Les autres prétendent ignorer que par ses actions irréfléchies le même Homme sème la désolation et précipite la dégradation de l’environnement, de la nature, de l’écologie, de la terre. Même s’il a le rôle et la mission ultime de défendre et de préserver ses caractéristiques. A ce niveau de la réflexion je prendrai à témoin Socrate qui a dit :’le moralement fautif ne peut-être qu’un ignorant’’. 
Sommes-nous si ignorants que cela, pendant cette ère où la technologie permet de faire le tour du monde en un clic de souris ? Je suis convaincu que l’homme en spiritualisant ses rapports au monde et à son environnement traitera avec plus d’amour et de responsabilité la Nature. 
C’est ainsi qu’il démontrera qu’il a compris le lien qui existe entre sa fragilité et celle de la terre et qu’il apprendra à en user avec sagesse et raison.’’ Un silence, une inspiration et un moment de méditation se succèdent. Le Numide se tait.
Ferid Chikhi

21 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord – 27 –

L’environnement et le réchauffement climatique…
Une mode ou un nouveau pouvoir !? - 1 -
Le Numide, le débat fait rage sur l’environnement, les changements climatiques. Une forte opposition s’est enclenchée depuis plusieurs années entre les puissances traditionnelles, les pays émergeants et les pays pauvres. Hier Kyoto et aujourd’hui Copenhague. Les environnementalistes crient à la supercherie et les gouvernants affichent difficilement leur satisfaction. Qu’est ce que ce débat des temps modernes t’inspire, sachant qu’en 2007, tu as participé à une rencontre sur la protection de la terre, organisée par un comité de rapprochement Interreligieux de la rive sud de Montréal ? 
‘’Je comprends l’environnement, la protection de la terre, le réchauffement climatique et je ne sais quoi d’autres, comme les nouveaux concepts de prise de pouvoir du 21ième siècle. Ils sont utilisés ça et là selon les idéologies fortes du moment. Le tout dépendant du groupe de pression ou du pays auxquels appartiennent les auteurs des déclarations et des actions décidées ou mises en œuvre, que ce soit pour ou contre. 
C’est là encore, quitte à me répéter, et de mon point de vue un moyen de s’accaparer le pouvoir, en tout cas d’un pouvoir dominant. Et pour m’en tenir à la deuxième partie de ta question, il est vrai que j’ai participé à un panel composé de témoins des religions monothéistes et complété par une amérindienne et un bouddhiste. 
Les discussions sont parties de chacune des pratiques des membres du panel et ce qui a été extraordinaire c’est qu’à la fin de la rencontre tous les présents se sont rendus compte que le cheminement emprunté par les panelistes convergeait vers le même point avec des démarches plus ou moins similaires et semblables malgré le fait qu’elles aient été formulées différemment.  

Veux-tu dire que même les pouvoirs religieux s’y mettent pour cette prise de pouvoir ? Pas dans la même optique. Ils montrent qu’ils ne veulent pas être à la traîne. Cependant, ça se fait en concertation et notamment pour être en mesure de démontrer qu’eux-aussi ils peuvent en parler et faire référence aux textes qui les fédèrent.
Ce qui est différent dans la démarche du comité de rapprochement Interreligieux du diocèse de St Jean-Longueuil c’est que par la préservation de la terre et de la nature il est proposé de trouver les similitudes, les parentés, les rapports entre les différentes croyances.
Ça peut être une voie que pourraient emprunter tous les croyants pour arriver à ce but contrairement à ceux qui parlent de développement durable.
Comment les autres panelistes ont-ils apprécié ta réflexion ? Bonne question. Mais avant de parler des impressions et des perceptions des personnes présentes il faut savoir que mon point de vue faisait appel à des souvenirs de mon adolescence et à la relecture de quelques sourates du Coran pour bâtir mon exposé.
Donc, me référant au Coran et à mon parcours de vie je me suis interrogé sur l’action de l’être humain à l’égard de ses semblables et de la nature. Sais-tu que le Coran présente l'homme comme l'être noble par excellence ? Dieu  lui a donné la prééminence sur toutes les autres créatures, en le désignant comme son Lieutenant sur la terre dans sourate Al Baqarah, 2,30 et en lui  insufflant de son esprit (As-Sajda, 32,9).  
En outre l’Islam prône que dans chacune de ses actions l’homme doit avoir à l’esprit la suprématie de Dieu. Mais, de nos jours, ce même homme, semble avoir oublié ce principe dans son rapport à l’environnement naturel.  Pourtant, dans sourate 'Al Ankaboute - 29, 20 il est écrit’Dis ‘’parcourez la Terre et voyez comment Il a commencé la création... ".
C’est dire que la nature est belle et comme toute chose belle elle est aussi fragile. Elle a été confiée à la protection de l’homme dont la survie dépend étroitement de l’environnement minéral, animal ou végétal. Mais qu’en fait-il ?  Pourtant, l’Islam invite à considérer que l’humanité, telle qu’elle, est résulte de la volonté Divine et que chaque être humain est responsable de l’évolution de cet projet en agissant avec sagesse et respect envers les richesses de la nature et de l’environnement.
Par exemple l’eau dans le Coran est citée une soixantaine de fois. Elle est le premier élément existant sur la terre. Dans la sourate - Hud, 11 – il est dit’Et c’est lui qui a créé les cieux et la terre en six jours – alors que Son Trône était sur l’eau’’.  Elle est essentielle à toutes les espèces. Dieu dit dans sourate Al Anbiya, 21, 30 : « Et fait de l’eau tout chose vivante» et dans sourate Al-Mu’minune - 23, 18 il est dit "Et nous avons fait descendre l'eau du ciel avec mesure; Puis Nous l'avons maintenue dans la terre(…)".
Ferid Chikhi

19 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord -26 -

État d’âme…juste et libre…



Libre … et … vivant…
«Je veux être ici-bas libre, ailleurs responsable,
Je suis plus qu'un brin d'herbe
et plus qu'un grain de sable ;
Je me sens à jamais pensif, ailé, vivant. »
(Victor Hugo, La Légende des siècles)

11 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord -25 -

À la rencontre des Mohawks…- 2-
des qualités et des valeurs qui font les uns et les autres…
Après quelques minutes de silence, véritable moment de méditation j’ose un, à quoi penses-tu ? Es-tu encore en voyage interne comme tu aimes si bien le faire ou peux-tu me parler de cette réserve indienne où tu t’es rendu en ce mois de juillet 2005 ?
‘’Hey ! Là tu viens de poser trois questions..’’. En fait j’aimerais que tu poursuives ton récit parce qu’il contient des informations que j’ignorais et d’autres qui m’ont fait revivre des moments de notre adolescence.  
'’Bon, commençons par quelques éléments. J’ai appris dans mes lectures de bandes dessinées des faits d’histoire, des évènements, des moments extraordinaires. Pour moi c’étaient des aventures auxquelles je croyais en partie. C’était pour moi, pour toi et tous les autres copains des moments d’évasions, de voyages et de rêves. Ce n’était pas seulement Blek Le Roc, il y avait aussi Miki le Ranger, Zembla, Akim, Tex Bill, Tartine Mariole, les pieds Nickelés, Tintin et Milou, etc.…
J’étais loin d’imaginer qu’un jour je confirmerai le contenu d’une partie de ces lectures. En rencontrant les résidents de Kanawake, qui soit dit en passant et au début de notre rencontre, n’ont pas été très loquaces - il a fallu quelques heures d’observation et de silence pour que la discussion s’engage - ils m’apprirent que ce territoire est une réserve amérindienne dite Mohawk du Québec. Située au sud ouest de Montréal. Vers 1830 ce village était le plus grand du Bas Canada. 
Ses résidents sont officiellement appelés "Native American of Caughnawaga" ou "Iroquois tribe of Caughnawaga", et les autres amérindiens, par exemple ceux de Châteauguay, les dénomment "Amérindiens du Sault", "Gens du Sault" ou "Sauvages du Sault".
Eux (les habitants de Kahnawake) disent s'appeler "Iroquois du Sault-Saint-Louis". Cette appellation ne cesse de se transformer au fil du temps. Au XIXe siècle, l’iroquois était la langue principale la plus parlée alors que le français était parlé par une forte majorité.
Cela veut-il dire qu’eux aussi ont vécu une acculturation ou une aliénation culturelle ? ‘’Je penche pour le pire. C’est une fission après une désintégration. Certains appellent ça un génocide, d’autres une assimilation…et j’en passe.’’ Mais eux qu’en disent-ils ? ‘’Il y a ceux qui confirment, il y a ceux qui infirment. Les plus intéressants sont ceux qui travaillent sur la mémoire pour refaçonner leur identité en préservant le peu qui en reste’’.
Existe t-il des résultats probants ? ‘’Bien entendu, par exemple, les gens de Kahnawake s'identifient à la confédération iroquoise, dont les villages se trouvent encore dans l’État de New York et constituent six (6) nations distinctes : Mohawk, Onondaga, Cayuga, Oneida, Tuscorora et Seneca. Ça ressemble quelque peu au travail de consolidation identitaire que font les numides, aujourd’hui, appelés berbères.’’ 


Que veux-tu dire par la ? Peux-tu préciser ta pensée ?  '’Par le passé,  il y avait 7 villages amérindiens du Bas-Canada, regroupés dans ce qui était dénommé la Fédération des Sept-Feux ou des Sept Nations. Kahnawake est le "chef-lieu" de ce pacte fédératif. Il sert à titre d'organisation politique centrale tout en respectant l'autonomie des communautés alliées.’’
Est-ce que tu penses aux villages de Kabylie … ? ‘‘Elle est intéressante ta question. Non je ne pense pas seulement aux villages de la Kabylie… Mais laisse-moi te dire que je suis toujours contrarié par les propos des personnes qui dés que quelqu’un aborde l’identité se braque sur la Kabylie. Pourtant, la problématique identitaire est encore plus forte chez les autres communautés berbères.’’
Je sens que Le Numide est irrité par ma question. Il se tait, passe la main sur la tête, ferme les yeux quelques trente secondes et les rouvre, me fixe en fronçant les sourcils et me dit ‘’ Puisque tu parles de la Kabylie, il y a un proverbe du Djurdjura qui dit, redoute l’homme noble si tu le traites avec mépris – redoute l’homme vil si tu le traites avec honneur’’
Ferid Chikhi

4 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 24 -

À la rencontre des Mohawks… (1)

Le Numide,  je me rappelle qu’à la fin des années ‘’50’’ et au début des ‘’60’’, comme tous les adolescents de notre âge, tu étais un grand lecteur des ‘’illustrés’’. Récemment encore tu m’as parlé de ta rencontre avec des personnages de ces bandes dessinées. Peux-tu m’en dire plus ?  ‘’Ah ! Ça, c’est vraiment, à quelques éléments prés l’un des rêves d’enfance qui devient réalité. Vois-tu, en 2005, j’ai décidé de me promener dans la région de la Montérégie située au sud-ouest de Montréal, de l’autre côté du fleuve St Laurent. Pas très loin de New York.
Des amis m’avaient parlé du Pow-wow, une fête qui se tient presque toutes les fins de semaines de l’été. C’est une rencontre avec la musique, les danses, les habillements de danse, les aliments et les objets d'artisanat autochtones. C’est un moment de joie aussi bien des locaux que des touristes.

Cette fête a lieu habituellement dans les réserves indiennes partout au Canada. Selon des chefs Mohawks à qui j’ai parlé, les Pow-wow ont pris naissance dans les grandes plaines à la fin du 19e siècle et se tiennent dans les communautés autochtones. Les visiteurs y trouvent la meilleure opportunité d’'apprendre à connaître la vie des amérindiens et de se sensibiliser à leur culture.’’
Qu’as-tu ressenti de particulier lors de cette visite ? 
‘’Tu me disais tout à l’heure que lorsque nous étions tout petits nous lisions des illustrés, ce que sont de nos jours les bandes dessinées. Et, bien, parmi tant d'autres, ma préférence allait pour Blek le Roc. Un géant aux longs cheveux blonds parcourant la forêt. Il portait une veste de fourrure qui dévoilait une musculature impressionnante et un fusil en bandoullière. 

Il avait pour compagnons un jeune nommé Roddy et le professeur Occultis. Maître Connolly, Le chef de la résistance, face à l’oppresseur anglais lui confiait des missions de combattre les tuniques rouges. Tout au long de ses aventures il avait à faire à des indiens. Mohawks, Iroquois, Algonquins, Abénakés, etc.

Sais-tu qu’en arrivant à la réserve de Kahnawake je me suis trouve nez-à-nez avec des personnages de ces illustrés. Je n’en revenais pas. J’étais en extase. C’était fantastique. Ils étaient en tenue d’époque. Colorées, les plumes sur la tête, les Papooses (enfants) étaient là, les Squaws (femmes) aussi, les poneys (chevaux), les wigwams et les tipis (tentes), les totems, les danses, etc. C’était un rêve qui se réalisait.  
Je ne pouvais pas rater l’occasion de parler avec les chefs de ces tribus que j’ai rencontrés dans Blek Le Roc et qui ont participé à animer mon adolescence. A travers cette bande dessinée j’avais vécu en Amérique du Nord avant l’heure et je me voyais, en ce jour de juillet 2005, en train de partager de vrais moments d’histoire avec des chefs amérindiens.’’

Une inspiration profonde suivie d’une expiration et d’un silence termine cette partie du récit. 

Ferid Chikhi

28 nov. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 23 -

De ma sœur … à mon père …

Il aurait eu 100 ans aujourd'hui

De cette nuit où la longue Dame voilée de nacre noire était venue me chercher, de cette nuit, le souvenir est ciselé. Elle avait avancé vers moi ses mains froides et transparentes, déposé d'énormes galets dans ma bouche et transformé mes bras en granit dur et morcelé.
Elle voulait m'emporter dans son ascension vertigineuse. Le ciel était à ma portée. Mes trémoussements de fillette fragile hurlèrent non ! 
Mon cri étouffé fut entendu de ma mère, qui réveilla mon père : "elle a encore un cauchemar".
Il se leva, franchit le seuil de ma chambre d'enfant solitaire à moi offerte trop tôt. Il appliqua sa main sur mon front, récita son verset miraculeux.
La longue Dame s'éloigna discrètement, puis disparut dans l'encoignure la plus obscure de ma chambre. Ma mère me prit dans ses bras : "j'avais des cauchemars aussi à ton âge" Elle ne savait pas alors que, comme elle, au même âge, j'allais être orpheline de mon père.
Le corps du père avait remplacé le mien auprès de la froide créature voilée de nacre noire.
"Le verset du trône" m'avait restitué ma navigation morphique jusqu'au matin chargé de sons. La voix de mon père récitant le verset miraculeux ne m'a plus jamais quittée.
Mais j'ai besoin parfois, encore aujourd'hui, de sentir sa main sur mon front.

Beïda Chikhi
Paris, 21 février 2009

24 nov. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 22 -

L’espace et le bonheur

Le Numide, l’espace, les dimensions, les choses font-ils partie du bonheur ?
Jules Renard dans son Journal (1887-1910) a écrit : ''Le bonheur c’est d’être heureux. Ce n’est pas de faire croire aux autres qu’on l’est''. Il a aussi dit ‘’Je veux faire les choses bien, et je désire que quelqu’un, n’importe qui, s’en aperçoive.’’
Mais pour toi, comment conçois-tu l’espace et le bonheur ? ‘’Pour moi, l’espace par où je passe une fois n’est plus le même lorsque mes pas m’y conduisent une seconde fois. Il y a la période ou le moment qui ne sont plus les mêmes - le matin, l’après midi, le soir, la nuit. J’ai observé que je ne revenais jamais au même endroit et au même moment.

En fait, même chez soi – lorsque nous quittons le matin et que nous y revenons à un autre moment de la journée, quelque chose a changé.  Si ce n’est pas l’aspect physique de cet endroit qui peut être est figé, statique, sans vie – c’est la personne qui a changé.
Nous ne sommes plus les mêmes. Nous avons vieilli de quelques minutes, de quelques heures, de quelques instants. Nous avons vu, entendu, senti, goûté, touché bien des personnes, bien des objets qui sont en constante évolution. C’est ce tout qui fait le bonheur lorsque nous savons le comprendre, le décrypter, le savourer.’’
Ferid Chikhi

20 nov. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 21 -

Je me suis trouvé dans une situation
Sans savoir comment j’y suis arrivé.
Le Numide, pour reparler de New York, il y a quelques années de cela tu m’as dis, ‘’il existe de par ce monde des lieux uniques par leur splendeur et leur histoire. Certains sont petits et ignorés parce qu’ils n’ont pas fait l’actualité à l’époque de leur édification. Pourtant ces lieux gagneraient à jouir de plus d’attention que ceux qui reçoivent déjà des millions de visiteurs venant de toutes les parties du globe pour admirer leurs formes, leurs couleurs, leur utilité, leur lien avec l’humanité’’.

Parmi ces merveilles du monde tu as cité pour les avoir visités la Mosquée Bleue d’Istanbul et le Palais de Topkapi, tu as aussi évoqué la Cathédrale de Cologne ou encore les villes allemandes reconstruites à l’authentique après leur destruction par les alliés en 1945, Leipzig, Dresde, Magdebourg. Au cours de ce voyage à New York, qu’est ce qui a le plus retenu ton attention? 
‘’Je crois pouvoir dire que c’est sans risque de me tromper et sans conteste la Fontaine de la paix près de la cathédrale St John le divin. Une curieuse fontaine qui n’a jamais d’eau mais inclut le Diable, un crabe et 9 Girafes. Je ne sais pas quel lien il faut faire entre les trois et le sens de ce regroupement mais cela m’a interpelé. Située à proximité de la cathédrale Saint John le Divin (la plus grande cathédrale au monde), cette Fontaine a été construite en 1985 par Greg Wyatt pour symboliser le triomphe de Dieu contre le Diable, incarné par l’Archange Gabriel vainqueur de Satan.
Mais dans les faits qu’a-t-elle de particulier ? Je dirais plutôt de bizarre. Oui, j’ai trouvé bizarre et je pense que cela peut se vérifier, que toutes les photos prises par les professionnels ou les amateurs ont toujours un ciel blanc, jamais les trois autres couleurs - le bleu, le gris et le noir - n’y apparaissent. 
A mon sens elle interpelle tout un chacun sur les forces en opposition – la violence et l’harmonie, la lumière et la noirceur, la vie et la mort, que Dieu réconcilie dans sa paix.
Mieux encore et c’est là un paradoxe. Cette fontaine est une œuvre d’art. Pourtant elle est à la fois vantée et décriée. Je crois que les admirateurs sont heurtés par le mélange bizarre de l’art moderne, des symboles de l’ancien testament, des animaux exotiques et de Satan décapité. 
Tout autour du jardin des plaques mentionnant des citations de presonnes prestigieuses tel queMahatma Ghandi, Benjamin Frankklin, Soeur Teresa, John Lennon et bien d'autres hommes et femmes de paix. Ces plaques ont été réalisées par des enfants. J’ai retenu quelques-unes des citations qui me semblent parmi les meilleures. Par exemple celle de Benjamin Franklin : ‘’Il n’y a jamais eu une bonne guerre ou une mauvaise paix’’ ou encore celle du Mahtma Gandhi.  ‘’J’objecte à la violence parce que lorsque c’est le moment de faire le bien, le bien est éphémère ; le diable est permanent’’ Ou encore celle de Norman Vincent Peale  ‘’Modifie ton mode de pensée, et tu changeras ton monde’’ et celle de Mère Teresa  ‘’Si nous n’avons pas de paix, c’est parce que nous avons oublié que nous appartenons les uns aux autres‘’ mais la meilleure est pour moi sans conteste celle de Confucius ‘’Un voyage d’une centaine de miles commence par le premier pas’’.
C’est là une belle citation qui te convient bien, puisque tu te considères comme toujours en mouvement. Un sourire en coin de lèvres montre que je venais de faire mouche.

Ferid Chikhi