4 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 24 -

À la rencontre des Mohawks… (1)

Le Numide,  je me rappelle qu’à la fin des années ‘’50’’ et au début des ‘’60’’, comme tous les adolescents de notre âge, tu étais un grand lecteur des ‘’illustrés’’. Récemment encore tu m’as parlé de ta rencontre avec des personnages de ces bandes dessinées. Peux-tu m’en dire plus ?  ‘’Ah ! Ça, c’est vraiment, à quelques éléments prés l’un des rêves d’enfance qui devient réalité. Vois-tu, en 2005, j’ai décidé de me promener dans la région de la Montérégie située au sud-ouest de Montréal, de l’autre côté du fleuve St Laurent. Pas très loin de New York.
Des amis m’avaient parlé du Pow-wow, une fête qui se tient presque toutes les fins de semaines de l’été. C’est une rencontre avec la musique, les danses, les habillements de danse, les aliments et les objets d'artisanat autochtones. C’est un moment de joie aussi bien des locaux que des touristes.

Cette fête a lieu habituellement dans les réserves indiennes partout au Canada. Selon des chefs Mohawks à qui j’ai parlé, les Pow-wow ont pris naissance dans les grandes plaines à la fin du 19e siècle et se tiennent dans les communautés autochtones. Les visiteurs y trouvent la meilleure opportunité d’'apprendre à connaître la vie des amérindiens et de se sensibiliser à leur culture.’’
Qu’as-tu ressenti de particulier lors de cette visite ? 
‘’Tu me disais tout à l’heure que lorsque nous étions tout petits nous lisions des illustrés, ce que sont de nos jours les bandes dessinées. Et, bien, parmi tant d'autres, ma préférence allait pour Blek le Roc. Un géant aux longs cheveux blonds parcourant la forêt. Il portait une veste de fourrure qui dévoilait une musculature impressionnante et un fusil en bandoullière. 

Il avait pour compagnons un jeune nommé Roddy et le professeur Occultis. Maître Connolly, Le chef de la résistance, face à l’oppresseur anglais lui confiait des missions de combattre les tuniques rouges. Tout au long de ses aventures il avait à faire à des indiens. Mohawks, Iroquois, Algonquins, Abénakés, etc.

Sais-tu qu’en arrivant à la réserve de Kahnawake je me suis trouve nez-à-nez avec des personnages de ces illustrés. Je n’en revenais pas. J’étais en extase. C’était fantastique. Ils étaient en tenue d’époque. Colorées, les plumes sur la tête, les Papooses (enfants) étaient là, les Squaws (femmes) aussi, les poneys (chevaux), les wigwams et les tipis (tentes), les totems, les danses, etc. C’était un rêve qui se réalisait.  
Je ne pouvais pas rater l’occasion de parler avec les chefs de ces tribus que j’ai rencontrés dans Blek Le Roc et qui ont participé à animer mon adolescence. A travers cette bande dessinée j’avais vécu en Amérique du Nord avant l’heure et je me voyais, en ce jour de juillet 2005, en train de partager de vrais moments d’histoire avec des chefs amérindiens.’’

Une inspiration profonde suivie d’une expiration et d’un silence termine cette partie du récit. 

Ferid Chikhi

Aucun commentaire: