21 déc. 2009

Un Numide en Amérique du Nord – 27 –

L’environnement et le réchauffement climatique…
Une mode ou un nouveau pouvoir !? - 1 -
Le Numide, le débat fait rage sur l’environnement, les changements climatiques. Une forte opposition s’est enclenchée depuis plusieurs années entre les puissances traditionnelles, les pays émergeants et les pays pauvres. Hier Kyoto et aujourd’hui Copenhague. Les environnementalistes crient à la supercherie et les gouvernants affichent difficilement leur satisfaction. Qu’est ce que ce débat des temps modernes t’inspire, sachant qu’en 2007, tu as participé à une rencontre sur la protection de la terre, organisée par un comité de rapprochement Interreligieux de la rive sud de Montréal ? 
‘’Je comprends l’environnement, la protection de la terre, le réchauffement climatique et je ne sais quoi d’autres, comme les nouveaux concepts de prise de pouvoir du 21ième siècle. Ils sont utilisés ça et là selon les idéologies fortes du moment. Le tout dépendant du groupe de pression ou du pays auxquels appartiennent les auteurs des déclarations et des actions décidées ou mises en œuvre, que ce soit pour ou contre. 
C’est là encore, quitte à me répéter, et de mon point de vue un moyen de s’accaparer le pouvoir, en tout cas d’un pouvoir dominant. Et pour m’en tenir à la deuxième partie de ta question, il est vrai que j’ai participé à un panel composé de témoins des religions monothéistes et complété par une amérindienne et un bouddhiste. 
Les discussions sont parties de chacune des pratiques des membres du panel et ce qui a été extraordinaire c’est qu’à la fin de la rencontre tous les présents se sont rendus compte que le cheminement emprunté par les panelistes convergeait vers le même point avec des démarches plus ou moins similaires et semblables malgré le fait qu’elles aient été formulées différemment.  

Veux-tu dire que même les pouvoirs religieux s’y mettent pour cette prise de pouvoir ? Pas dans la même optique. Ils montrent qu’ils ne veulent pas être à la traîne. Cependant, ça se fait en concertation et notamment pour être en mesure de démontrer qu’eux-aussi ils peuvent en parler et faire référence aux textes qui les fédèrent.
Ce qui est différent dans la démarche du comité de rapprochement Interreligieux du diocèse de St Jean-Longueuil c’est que par la préservation de la terre et de la nature il est proposé de trouver les similitudes, les parentés, les rapports entre les différentes croyances.
Ça peut être une voie que pourraient emprunter tous les croyants pour arriver à ce but contrairement à ceux qui parlent de développement durable.
Comment les autres panelistes ont-ils apprécié ta réflexion ? Bonne question. Mais avant de parler des impressions et des perceptions des personnes présentes il faut savoir que mon point de vue faisait appel à des souvenirs de mon adolescence et à la relecture de quelques sourates du Coran pour bâtir mon exposé.
Donc, me référant au Coran et à mon parcours de vie je me suis interrogé sur l’action de l’être humain à l’égard de ses semblables et de la nature. Sais-tu que le Coran présente l'homme comme l'être noble par excellence ? Dieu  lui a donné la prééminence sur toutes les autres créatures, en le désignant comme son Lieutenant sur la terre dans sourate Al Baqarah, 2,30 et en lui  insufflant de son esprit (As-Sajda, 32,9).  
En outre l’Islam prône que dans chacune de ses actions l’homme doit avoir à l’esprit la suprématie de Dieu. Mais, de nos jours, ce même homme, semble avoir oublié ce principe dans son rapport à l’environnement naturel.  Pourtant, dans sourate 'Al Ankaboute - 29, 20 il est écrit’Dis ‘’parcourez la Terre et voyez comment Il a commencé la création... ".
C’est dire que la nature est belle et comme toute chose belle elle est aussi fragile. Elle a été confiée à la protection de l’homme dont la survie dépend étroitement de l’environnement minéral, animal ou végétal. Mais qu’en fait-il ?  Pourtant, l’Islam invite à considérer que l’humanité, telle qu’elle, est résulte de la volonté Divine et que chaque être humain est responsable de l’évolution de cet projet en agissant avec sagesse et respect envers les richesses de la nature et de l’environnement.
Par exemple l’eau dans le Coran est citée une soixantaine de fois. Elle est le premier élément existant sur la terre. Dans la sourate - Hud, 11 – il est dit’Et c’est lui qui a créé les cieux et la terre en six jours – alors que Son Trône était sur l’eau’’.  Elle est essentielle à toutes les espèces. Dieu dit dans sourate Al Anbiya, 21, 30 : « Et fait de l’eau tout chose vivante» et dans sourate Al-Mu’minune - 23, 18 il est dit "Et nous avons fait descendre l'eau du ciel avec mesure; Puis Nous l'avons maintenue dans la terre(…)".
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: