10 mars 2010

Un Numide en Amérique du Nord – 44 –

L’avancée des islamistes au Québec - 2 -
Ils les attendaient sur la place publique
Ils se sont invités à l’école …
Le Numide, puisque c’est du Québec qu’il s’agit, comment trouves tu la réaction des québécoises et des québécois ? Leur tolérance est légendaire. La révolution tranquille a façonné un citoyen nouveau avec des valeurs nouvelles et des perspectives nouvelles. Le tout fondé sur la langue française comme véhicule  de la culture québécoise et instrument de la communication citoyenne, ils ont  consolidé ces deux paramètres par l’égalité des droits entre les femmes et les hommes.
L’esprit démocratique qui en est né place l’accueil et la tolérance au plus haut niveau de la structure institutionnelle. J’ai plusieurs fois entendu des québécoises et des québécois clamer que c’est le droit à toute femme d’origine arabo-musulmane de porter le voile si elle le désire, surtout que dans la foulée leurs hommes clament que c’est leur choix.
Ce que ces mêmes québécoises et québécois ne savent pas c’est que dans  les pays d’où viennent ces femmes le message véhiculé par les hommes est quelque peu le suivant : voyez, ici au Québec nos femmes sont libres de porter le voile sans être inquiétées. Il faut donc voiler toutes les femmes pour qu’elles s’affranchissent. Mais de quel affranchissement s’agit-il ? Je me le demande.
Leurs adversaires – les démocrates - luttent contre ces pratiques avec des moyens dérisoires. Le soutien qu’ils attendent ne peut venir que des sociétés évoluées. Toute acceptation des signes ostentatoires par leurs gouvernants est un triomphe que savourent avec jubilation ces intégristes.
Ceux-ci se sont adaptés pour passer inaperçus, ils ont coupé leur barbe et poussent leurs femmes à défricher le terrain. Ils savent qu’en Occident la femme est toujours présentée et se présente elle-même comme victime en Islam.
Dis-moi Le Numide que t’inspires l’affaire de la burka du CEGEP St Laurent ? Elle est terminée avant même d’avoir commencé. Le problème ce n’est pas tant la burka, le visage caché, l’attitude de cette femme malgré les demandes d’accommodements qu’elle a refusé, la décision de la ministre de valider son expulsion, etc. je veux dire par là ce qui vient d’arriver n’est que la partie visible de l’Iceberg. Ce qui compte le plus, c’est ce qui vient derrière.
En focalisant sur la burka les gestionnaires de ce dossier ont approuvé le principe d’aller, en final, en cour suprême. Tout ce cinéma pour quoi ? Tout simplement pour faire admettre aux Québécoises et aux Québécois le foulard (ou hijab) islamique dans les lieux publics et les services publics. C’est là que se situe le talon d’Achille de la charte des libertés et des textes subséquents et des institutions gouvernementales. A mon avis si la commission des droits et des libertés n’est pas dessaisie de ce dossier - je ne sais pas si c’est possible - c’est une affaire gagnée par les islamistes.   
Le Numide tu m’as parlé de signes musulmans mais pas ostentatoires de quoi s’agit-il ? C’est simple, il existe des signes religieux très discrets que portent les musulmans - le verset du Trône sous forme de médaillon, le mot ALLAH sous forme de symbole, la main de Fatma comme bijou - et ils vont beaucoup mieux que le voile des femmes ou la barbe des hommes qui restent pour moi des symboles marquant l’appartenance à une organisation politique et idéologique intégriste.
Pour nous qui avons vécu les années ‘’90’’ en Algérie, nous avons aussi d’autres moyens de les reconnaître, c’est par leur regard et leur attitude. Ils se démarquent du reste des citoyens. C’est là que se trouve la différence visible entre les militants et militantes islamistes et les autres musulmans. Comme à chaque conversation Le Numide se tait quelques instants et passe à un autre sujet.
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: