25 avr. 2010

Un numide en Amérique du Nord - 52 -

La culture au Québec -4-
De la politique et de l’industrie qui prime sur l’autre ?
Le Numide, Ce que tu dis là me semble antinomique, comment les cultures peuvent elles à la fois s’émanciper et fusionner si les gouvernants ont en la charge?
Il est vrai que cela semble paradoxal. Ce que je veux dire, en ce qui concerne la province du Québec, et cela peut être valable pour d’autres pays, c’est que les apports culturels des néo québécois doivent être mieux connus pour être mieux compris par les gens du pays d’accueil.
Des espaces d’expression pourraient être envisagés pour laisser place à la découverte, à la créativité spontanée et à l’innovation. Ainsi les synergies souhaitées et engendrées par la participation des diverses cultures ne seraient pas réduites à néant ou à une simple figuration folklorique ou exotique. Elles viendraient enrichir la culture locale qui en serait le vrai socle et aideraient à la fusion.
Les potentiels existants seront mieux consacrés et par la suite une approche de synthèse constituerait un premier moyen de partage pour résulter en plus de variété, de créativité, d’originalité et d’innovation pour une culture nouvelle. Je ne sais plus quel créateur artiste a dit que la culture c’est un mélange d’imagination, de hardiesse et de générosité.  C’est ce dont nous avons besoin. L’imagination, la hardiesse et la générosité.
Mais comment faire pour ouvrir de nouveaux champs d’expression qui rapprocheraient les québécois de souche et les néo québécois ?
‘’L’industrie du spectacle’’ n’est pas élitiste mais elle est sélective. Elle ne fait pas cas des valeurs universelles, et encore moins celles importées par les immigrants qui dans la plupart des cas sont universelles. Elle ne profite réellement qu’à une petite catégorie de porteurs d’idées locales. Les lobbies font le travail de présentation et d’introduction. En général c’est la tribu  qui fait les choix, ce qui est qualifié, ici, de réseau et qui en fait ne profite qu’à des dynasties, pas forcément liées par le sang. C’est à ce niveau que même les termes juridiques de cette industrie sont exclusifs et ne laissent pas de place au transfert et à l’échange venant ‘’des autres’’ et, si cela se fait c’est en général selon une proportion désavantageuse pour ‘’ces autres’’. Dés lors, je pense que les institutions gouvernementales ont un rôle à jouer. Ce rôle consisterait à veiller à ce que l’apport ‘’des autres’’ soit éclairé et éclairant.
Par exemple si nous prenons les anglophones du Québec, leur culture est préservée, non pas parce que le Canada est bilingue et qu’ils sont plus nombreux mais c’est parce qu’ils bénéficient des acquis de l’occupation du Québec par leurs ancêtres. Alors se pose au moins une question, les néo québécois et leur apport culturel diversifié et varié ne devraient-ils pas avoir droit à un espace d’expression où leurs créations intègrent le patrimoine Québécois ?
C’est là que tu considères que la culture est entre les mains de l’industrie du spectacle, n’est pas ?
La commercialisation de la culture modélise les contours de celle du pays d’accueil et montre à la limite que les valeurs de ceux qui s’établissent au Québec ne sont pas comprises et prises en considération par les gens du pays. Il y a la frontière qui nous sépare des USA, mais nous ne sommes pas aux USA. Nous sommes au Canada et spécifiquement au Québec.
Au plan global les valeurs du pays ne sont pas clairement expliquées aux nouveaux arrivants. Ceux qui devraient le faire n’ont pas, à mon avis, la formation nécessaire et suffisante et les compétences pour une compréhension des cultures des nouveaux arrivants ; ce qui génère des problématiques qui n’en finissent pas d’être des sujets de débats et de confrontations sans fin. Le plus invraisemblable c’est que les partisans des dogmes réapparaissent.
L’exclusion et la discrimination sont palpables et surgissent là où l’on s’y attend le moins. Les avancées démocratiques en prennent un coup au point qu’elles entrent dans le couloir de la remise en question.
Le Numide, prend une grand aspiration, la garde en suspens quelques secondes et poursuit sa réponse …
À suivre…
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: