28 mai 2011

Un Numide en Amérique du Nord -109-

L’Ijtihad, l’accueil et l’hospitalité -2-
Malgré nos différences prônons un vivre ensemble intelligent 
Dans ce nouvel environnement où le vivre ensemble présuppose le respect de normes sociales différentes je me suis rendu compte que j’avais en face de moi un cadre de référence que je ne connaissais pas. Il a fallu construire un nouvel espace de vie après un bon examen des milieux social, culturel et professionnel qui s’offraient à moi. Aller vers l’autre et partager avec lui. Mais l’autre, mon voisin, le plus proche a gardé sa porte close. Pourtant une des recommandations du Prophète de l’Islam à ses disciples est de ‘’se rapprocher le plus possible de son voisin’’.  Les effets ont été à la limite du désastre. Il a fallu revoir ma conception - de la progression vers l’autre - du québécois de souche, pure laine qui me percevait comme un intrus dans son espace, du moins c’est ce que je ressentais.  
Pour y remédier j’ai plongé dans ma foi. La prière, l'effort de réflexion et le ressourcement ont pavé la voie que j’ai privilégiée. C’est ainsi que j’ai commencé par redéfinir et ajuster certains paramètres de mon cadre de référence pour comprendre celui des autres. J’ai aussi réappris à découvrir et à apprivoiser mon nouvel environnement et en faire un espace ouvert de concertation et de consultation - ‘’El mouchaoura’’ en arabe.
Ce nouvel environnement, il fallait m’y accoutumer, trouver des traits d’union, des ponts, des points de jonction et de convergences. Le défi était de taille. Bien entendu rechercher des similitudes et des affinités avec la société d’accueil, me familiariser avec le concept de l’espace nord américain tout à fait différent de celui d’où je viens, m’incitaient à mieux envisager ce que je pouvais créer comme passerelles pour me rapprocher de mon vis-à-vis québécois. Par exemple, j’ai du réapprendre à concevoir autrement la dimension temps et ressentir différemment les saisons qui, sans aucun doute, influent sur les mentalités et les tempéraments ainsi que sur les pratiques sociales et culturelles.
C’est grâce à mon ''Ijtihad'' - mon effort de réflexion - que j’ai validé qu’aussi bien mon attitude que mon comportement ne devaient en aucune manière être perçus comme une provocation aux habitudes et aux coutumes de l’accueillant mais plutôt comme une contribution et un plus pour la société qui m’a ouvert ses bras.  Au lieu de persévérer dans mes paradigmes et m’auto-exclure j’ai choisi de faire une pause pour les modifier, les transformer et à l’extrême les remplacer. Aujourd’hui, mon effort de réflexion me rapproche de plus en plus des gens du pays.
Ferid Chikhi
Contribution particulière
Revue ‘’L’Envoi’’ du Diocèse
De St Hyacinthe – Montérégie – Québec - Canada
12 mai 2011

Aucun commentaire: