26 juin 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 113 -

Nana et Djeddi Menguellet
Aussi loin que je peux faire remonter les souvenirs de ma prime enfance au sujet de Djeddi Menguelet ça s’arrête à ce que, Nana, ma grand-mère paternelle me disait de lui ‘’un homme pieux, respecté de tous, un homme providentiel qui répond à presque tous les souhaits formulés par les pèlerins qui se rendent à son mausolée’’.
Mais de Batna, ma ville natale, située à quelques dizaines de Kilomètres de l’Aurès, à Azrou Kolal, le village familial situé juste sous le Djurdjura il n’y a pas que les kilomètres à parcourir mais aussi un espace social, culturel et surtout familial à traverser. Les Ath Menguellet, que Nana me disait être le regroupement de toutes les familles qui habitent autour de Taourirt Menguellet, est situé, à quelques  kilomètres Aïn El Hammam.
Lorsqu’elle me parlait de Djeddi Menguelet c’était avec une intensité assez particulière surtout quant elle faisait suivre ses commentaires par ‘’tu dois te rappeler de ce que je te dis, toi, le fils d’Arezki. Djeddi Menguellet était un vénérable et saint homme’’.
A l’époque je ne comprenais pas le sens de ces mots, ils n'exprimaient pas grand chose pour moi. Il faut dire que j’avais à peine 10 ans. Ce n’est que bien plus tard que je les ai réellement intégrés et pu donner un contenu et une profondeur à leur signification. C’est lors d’une visite à Ain El Hammam et en me rendant au mausolée du saint homme que cela m’interpela. Modeste d’apparence ce lieu est considéré comme sacré par la population en général mais aussi et surtout par les pèlerins à la recherche d’une bénédiction, d’une guérison, d’un succès, etc.
Légende ou histoire vécu d’un ancêtre. Nul ne le sait. Mais selon ce que j’ai retenu de ce que me racontait Nana, Djeddi Menguelet a bien existé. “Il a été l’ancêtre de tous les Ath Menguelet’.
Le conte, parce que pour moi il s’agissait d’un conte, que Nana me racontait, disait en substance que le père et la mère de Djeddi Menguellet se sont rendus à la Mecque ; ils n’ont pas survécus au voyage, qui à l’époque se faisait à pied et prenait plus de six mois. Les gens partaient en groupe. Les caravanes étaient surtout composées d’hommes mais quelques-uns parmi les plus nantis prenaient leurs femmes. L’une d’entre-elles a donné naissance à un enfant qui malgré la chaleur et le manque d’eau a survécu et mieux encore, depuis sa naissance, même si sa mère est morte, les facilités inattendues sont intervenues pour les personnes de la caravane. Elles ont fini par considérer que c’est sa venue au monde qui les a sauvées.
Une autre facette de la légende nous apprend que le saint homme est arrivé bébé dans la région, ramené par des gens inconnus, depuis La Mecque. Il fut élevé par une famille kabyle de la région jusqu’à l’âge adulte. En homme pieux, Djeddi Menguellet s’est vite forgé un statut d’homme non seulement apprécié et estimé mais aussi vénéré par tous.
Énigme ou mystère, il est clair que des  pans entiers de sa vie ainsi que sa présence en Kabylie restent encore méconnus de la population. Selon la tradition orale et mes souvenirs d’enfance, sa présence est révélée cinq ou six siècles après que l’Islam n’apparaisse en Algérie. De nombreuses histoires racontées de génération en génération souligne sa piété, sa sagesse et sa place parmi les saints de la Kabylie.
Ferid Chikhi

16 juin 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 112 -

Etat d’âme V/o état d’esprit
Après chaque départ il y a une arrivée -3-
Pour en finir avec la démarche précédente à savoir parler du vécu, du ressenti et des perspectives qui en découlent je retiens ce qui suit : quitter un pays, une famille, une mère, un frère, une sœur, une parente ou un parent, un ami, est en soi un acte volontaire. Un choix motivé, du moins en ce qui me concerne, par un nombre qualitatif de considérations. Un simple voyage à sens unique et avec l'espoir d'un retour, d'une retrouvaille, d'une nouvelle rencontre.
Par contre ce qui est le plus irritant et le plus difficile à vivre c’est lorsque le départ est l’œuvre du destin. Personne n’y peut rien. Tout le monde se plie à l’acte et en ce qu’il porte en lui. C’est dire aussi que la venue au monde est une arrivée fortement appréciée dans toutes les cultures. Il s’agit de l’avènement d’une nouvelle vie. Mais lorsque la fin de la vie nous interpelle, elle le fait sans prévenir. Une naissance nous l’attendons neuf mois durant. Une mort ne prévient pas.
Encore une fois, en ce 9 juin 2011, elle s’est empressée d’agir. Après avoir emporté ma jeune sœur Soraya en mai dernier, elle s’en est prise, 35 jours plus tard, à ma jeune cousine Madiha. Encore une fois elle n’a pas avisé de ses passages. Elle s’est servie sans aucune gêne. 
C’est dire combien, par moments et en mémoire, il m’est pénible de vivre successivement les décès de ma mère et de ma sœur suivi de celui de ma cousine, comme l'ont été un demi-siècle plus tôt ceux de mon père, de mon grand père et de ma tante. Ils sont définitivement partis, sans prévenir, sans cet espoir de revoyure mais avec comme seuls souvenirs des images que le temps fige pour moi.
Le vide qui m’entoure est à la fois insondable et indéfinissable. Il m'invite à le traverser, sans me dire par quelle issue je pourrais le faire, sans aucune possibilité de contrôle de mes mouvements physiques ou de ma pensée.
Ce vide m'interpelle et me nargue, me provoque et déclenche en moi une sensation d'inachevée mais avec cette forte et intime conviction que je ne la laisserai pas me ronger, m’user et n’entamera en rien ma foi qu’après chaque départ il y a une arrivée. Celle par exemple de la dernière échéance ; ce grand rassemblement promis par les prophètes de ce bas monde. Lorsque tous nous apparaîtrons devant notre créateur, consolation de tous les temps, de tous les âges et de tous les humains qui tissent des liens depuis le commencement.
Ferid Chikhi

9 juin 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 111 -

Etat d’âme V/o état d’esprit
Un aller simple à sens unique et sans retour -2-
Au-delà de la croyance, du moins, je le pensais, la mort et j’en avais la conviction je l’avais intégrée par le raisonnement et le discernement, la maturité et la réflexion. Les années ''90'', la dernière décennie noire du dernier millénaire qu’a connue l’Algérie, je l’ai sentie, la faucheuse était tellement proche, presque familière.
Elle faisait partie de mon environnement ordinaire, de l’atmosphère de tous les jours, par le nombre d'amis qu'elle a emporté avec violence. Mais dans les faits, toute mort n’est-elle pas violente ?
Elle était réelle et capitale, menaçante, présente au quotidien, voisine sournoise et rampante. Je pouvais la rencontrer le matin en sortant de la maison, à midi au moment du dîner, le soir en revenant chez moi ou la nuit lorsqu’un calme feutré mais précaire l'aidait à s'immiscer là où je ne l'attendais point.
Elle était dans mon salon sur l’écran de la télé au moment des nouvelles ; dans le parking proche de mon immeuble, lieu privilégié des assassinats d’un grand nombre d’intellectuels ; dans la rue qui voyait défiler des centaines de voitures parmi lesquelles la meurtrière explosait au moment où personne ne s’y attendait.
Avec ses multiples visages hideux, la mort trompe, au point où lorsqu’elle se présente de nouveau, et de nouveau, encore plus intime, plus présente et plus froide, je l’exècre autant que la traîtrise parce qu’elle est un aller simple à sens unique et sans espoir de retour.
Le printemps qui suivit l’hiver froid, de cette année 2011 et que j’ai vécu en cette terre d’Amérique, emprunta à l’automne une douceur toute relative comme pour me dire que lui aussi, malgré sa fugacité et son instantanéité, il a un côté sombre. Cette double physionomie des saisons qui peuplent la vie de tout un chacun montre combien fragile et précaire est l’être humain.
Ce que j’écris là n’est pas seulement l’expression de quelques frustrations qui ont jalonnées le tracé que j’ai suivi ; d’aucuns, pour me réconforter, diront que c’est ainsi qu’est fait le destin, mais pour moi c’est bien plus, c’est une façon d’exclure, d’expulser des sentiments culpabilisants.
Je voulais terminer sur ce sentiment mais voilà que tout repart comme si de rien n’était. Un autre moment de vive émotion, de peine, de chagrin, je ne sais plus quel est le mot juste qui convient en cette circonstance du décès - certes attendu mais que l’on voulait, dans le temps, le plus éloigné possible - de Madiha une de mes jeunes cousines, encore plus jeune que Soraya. Elle est partie, en ce jeudi 09 juin 2011 à 13 :30. Elle avait choisi d'aller vivre pendant plusieurs années chez nos cousins Touareg.
A suivre
Ferid Chikhi

2 juin 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 110 -

Etat d’âme V/o état d’esprit
L’inachevé … qui ne se consumera jamais -1-
La vie précède la mort. C’est un processus naturel et normal à la limite de l’ordinaire. Cependant, la normalité qui s’installe durant la vie nous fait prendre des habitudes qui se transforment en routines et avec le temps transcendent tout, pour forger des valeurs et des proximités difficiles à réduire lorsque l’échéance ultime nous confronte.
C’est à ce moment précis que l’on se rend compte, lorsqu’on est attaché plus aux valeurs qu’aux routines, que l’état d’esprit partage un espace avec les états d’âme. Ils s’imbriquent et s’agrègent. Heureusement, que le raisonnement nous aide alors à discerner le bien du mal et le positif du négatif, le minuscule et l’infini. Il nous aide aussi à progresser et à nous tenir debout, quelque soit la difficulté, la douleur, l’affliction et la peine. Il arrive parfois, que les choses ne soient pas aussi simples qu’on le croit et c’est ce que j’éprouve par moments depuis quelques mois.
L’automne dernier a été une saison pas comme les autres. La tristesse et la morosité se sont partagées l’espace vitale qui m’entourait à tel point que le chagrin était incommensurable. Je me suis trouvé confronté à la disparition brutale de ma mère. Son départ m’a fait prendre conscience que le néant nous entoure. Je ne m’étais pas préparé, malgré son âge. L’autre espace celui du temps, s’est terminé par une sensation, un sentiment d’inachevé et de frustration. Jamais je n’avais autant ressenti la vulnérabilité de mon être.
La disparition de ma mère, m’a apostrophé. Mais c'est là, un mot sans consistance ; je dirais qu’elle m’a chamboulé ou mieux encore bouleversé à la limite de la perturbation avec une dose de troubles. C’est d’autant plus difficile à absorber quand il s’agit de la mort de cet être cher qui nous a donné la vie.
Pourtant, je croyais savoir, au plus profond de mon âme, et ce depuis ma première rencontre avec elle (la mort), un certain 21 février 1961, ce qu’elle est et de quoi elle était faite. Elle avait happé, sans prévenir, mon père à l’âge de 51 ans et 40 jours plus tard mon grand père. Je n’avais que 12 ans, le début de l’adolescence.
Ces deux échéances, à 50 ans d'intervalles, la mort d'abord de mon père et de mon grand père et ensuite celles de ma mère et de ma jeune sœur m'ont figées dans une stupéfaction indescriptible parce qu’imprévue. C’était un effarement singulier et j’ajouterai paralysant, surtout que l’ancrage physique aux représentations paternelle et maternelle n’existe plus.
Le vide que j’ai ressenti était abyssal. Il faut dire qu'entre les deux j'ai vécu la même émotion, la même meurtrissure lors du décès accidentel de ma tante paternelle. Jeune et d’une beauté hollywoodienne.
À suivre
Ferid Chikhi