6 sept. 2011

Un Numide en Amérique du Nord -122 -

Le non emploi des maghrébins au Québec -3/5-
J’ai cherché et analysé les indicateurs de ma prospection et j’ai inventorié plusieurs raisons. Au-delà des exigences des employeurs et, personne n’ignore combien ils changent d’un secteur d’activité à un autre, pour ne pas dire d’une entreprise à une autre, il y a le profil de nos compatriotes. Je livre ci-après et seulement à titre indicatif quatre paramètres établis à partir d’un groupe de 265 personnes représentatives de ceux qui n’ont pas eu d’emploi depuis leur arrivée au Québec.
* Les paradigmes qui constituent le cadre de références des valeurs et principes généraux et même professionnels de nos compatriotes sont tellement ancrés dans leurs esprits qu’ils n’arrivent même pas à s’en défaire et / ou à les mettre en veilleuse le temps de se faire recruter. D’où une mentalité d’attentisme et de refuge dans un ‘’Bien Être Social’’ sans lendemain. Couplé au travail au noir ça permet à certains de se payer, entre autres, deux à trois voyages dans l’intervalle de quatre années passées au Québec.
* La connaissance de soi, qui permet de se découvrir et d’apprendre un peu plus sur ses forces et ses faiblesses, savoir en parler, savoir s’engager et se projeter, etc. fait partie des derniers soucis de nos chercheurs d’emploi. ‘’Ils soutiennent qu’ils savent qui ils sont et ils n’ont pas eu besoin de venir au Québec pour l’apprendre’’.
* La visite d’exploration et la visite d’information - en plus du réseautage - est un outil de travail parmi les plus privilégiés des chercheurs d’emploi, ici, au Québec. Elle permet de reléguer au second plan le ‘’nom bizarre’’ que nous portons et qui décline notre identité, nos origines culturelles et même religieuse.
* Si l’on y ajoute que nos compatriotes envoient des tonnes de curriculum vitae par courriel et attendent devant leur écran qu’une réponse leur parvienne vous faites presque le tour de la question.
A suivre
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: