2 oct. 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 125 -

En guise d’épilogue
Le non emploi des maghrébins au Québec
’’On ne se voile la face avec un tamis pour se protéger du soleil’’
Dans la suite du paragraphe précédent voici les deux autres arguments qui touchent à l’appréciation de quelques éléments d’analyse que soutiennent des analystes des politiques gouvernementales du Québec et en particulier celles des ministères de l’immigration et de l’emploi ; il a été avancé que ''Le problème d’intégration en emploi, pose un casse tête aux ministères de l’Emploi et à celui de l’Immigration''.  Je pense que 
* Le gouvernement a ses chiffres et bien entendu, comme cela est souligné ici et là, je concède aussi que la réalité pourrait être pire. La question que je pose à mon tour est de savoir ‘’ réellement l’organisation et le fonctionnement des programmes de soutien aux immigrants chercheurs d’emplois sont-ils adaptés pour répondre aux attentes de ces personnes et aux exigences des employeurs ?’’  Par ailleurs, je retiens que les conditions et les causes de la ''non-intégration'' restent fortement qualifiables ‘’d’institutionnelles’’
* Que bien des points sensibles ont été avancés sans pour autant aborder les questions de la santé, du dépistage, le taux de suicide alors que ne sont pas du tout pris en considération le nombre de familles brisées – séparation, divorce, violence conjugale, retour au pays, et bien entendu la santé mentale de ces immigrants déjà fortement atteinte avant leur arrivée au Québec, etc. – il s'agit là des effets de ce constat. Personnellement j’en tiens compte et je ne l’ai pas abordé parce que la question initiale était : ‘’À votre avis qu'est ce qui pourrait justifier ce chiffre ? ’’
Pour conclure l’analyse des indicateurs de statistiques Canada faite par l’Institut de Recherche en Politiques Publiques (IRPP) n’a pas été abordée. Son contenu pourrait l’être sous plusieurs angles, cependant, mon sentiment profond est qu’elle est déjà dépassée.
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: