8 févr. 2012

Un Numide en Amérique du Nord - 138 -

Pour de nouveaux espaces d’un vivre ensemble, ‘’Nous le Peuple ….’’
En toute liberté (2)
«Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté»
Benoît Granger
Des enseignements ont été tirés par les uns et les autres à tel point que certains n’étant pas en accord avec les lois, les règles et les principes des ««plus forts»» ont cru bon penser différemment. Ils ont exprimé leurs idées sans contrainte et pour le faire ils se sont déplacés hors du cercle prescrit et créé les conditions de liberté qui leur convenaient et ce au mieux de leurs intérêts et des leurs proches.
C’est ainsi que l’Amérique du Nord a été fondée par les Pères Pèlerins ‘’The Pilgrims Fathers’’ ; dissidents anglais qui voulaient se séparer de l’église anglicane. Celle-ci les a déclarés, hors la loi. Et hors de l’ordre du temple, ils ont su édifier la puissance qui gouverne le monde d’aujourd’hui à partir de la notion d’UNION et de ces principes fondamentaux que sont, entre autres, la justice, le bien être des citoyens, la liberté individuelle et la postérité.
Dans son préambule, la constitution des États-Unis d’Amérique dispose : « Nous, le Peuple des États-Unis, en vue de former une Union plus parfaite, d'établir la justice, de faire régner la paix intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d'assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à notre postérité, nous décrétons et établissons cette Constitution pour les États-Unis d'Amérique. »
Il est clairement établi que c’est sur le PEUPLE et non l’État ou les États que se fonde la constitution avec comme armature le respect des droits fondamentaux des citoyens, la séparation des pouvoirs, selon le principe du contrôle et de l'équilibre de l'un par l'autre. Cela démontre que lorsque c’est le bien être du citoyen qui est l’enjeu, les constitutions des pays avancés le mettent en exergue, à tel point que la constitution des États-Unis d’Amérique n’a connu que 27 amendements en 223 ans d’existence.
Jean-Charles Harvey - Écrivain et conteur canadien a raison de souligner que l’«on parle souvent de sacrifier la liberté de chacun à la liberté collective. Stupidité ! Il n’y a pas de liberté collective il n’y a que des libertés individuelles ».
Cette sentence prend tout son sens dés lors, qu’il a fallu s’organiser pour que la liberté de l’un n’empiète pas sur celles des autres. Des lois, des règles et des principes ont été décidés pour aménager et préserver les nouveaux espaces d’un vivre ensemble dans l’harmonie et la cohésion.
La liberté de mouvements a ainsi débuté parce que c’est le propre de l’homme d’aller de l’avant, de se mouvoir, de changer de lieux et de places pour qu’il puisse vivre dignement et honorablement, se développer et progresser. Les oligarchies prédatrices, les dictatures et les totalitarismes finissent par se heurter à la volonté de leurs peuples qui ne veulent que la paix et la justice.
Ferid Chikhi