20 sept. 2012

Un Numide en Amérique du Nord - 166 -

La démocratie québécoise est elle soluble dans la francophonie ? 

Nous y sommes, le gouvernement du Québec est à présent connu. Un gouvernement avec plus d'hommes que de femmes - 15 pour 8 – et nous pouvons, sans risque de nous tromper, dire qu'il s'agit de femmes et d'hommes qui non seulement ont les compétences nécessaires et suffisantes pour orienter la marche du Québec vers le renouveau mais aussi celles de pouvoir communiquer à la fois avec les citoyens, les autres paliers gouvernementaux et les oppositions multiples qui vont se dresser sur leurs parcours. Il est évident que la réussite de ce gouvernement dépendra du style de gouvernance qu'imprimera la première Québécoise devenue Premier Ministre de la province.
Ce qui est à première vue extraordinaire suite aux dernières législatives -‘’ceteris paribus’’ - ‘’toute chose étant égale par ailleurs’’ - c'est que la démocratie québécoise a livré quelques énoncés de son fonctionnement considérant les parties en lice et les influences aussi bien endogènes qu'exogènes. Elles sont riches en enseignements à même d’être profitables à d’autres nations, d’autres pays et d’autres institutions régionales et internationales.
La manière dont s'est déroulée la campagne électorale d'août/septembre 2012 laisse penser que la démocratie québécoise est soluble dans la francophonie et pourrait servir de modèle pour des pays devenus indépendants mais toujours sceptiques vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale française.
Elle (la démocratie à la québécoise) est à même de constituer un vrai modèle d'apprentissage pour les pays qui usent de la langue française pour communiquer entre eux et avec le reste du monde.
Cependant, il est navrant qu’exception faite de la vie politique Française, très suivie dans les pays de la francophonie, celle du Québec est méconnue. Pourtant, elle gagnerait à être mise de l'avant et pourrait devenir une source d'inspiration pour ces pays à la recherche d'une référence fonctionnelle et progressiste. C’est là un créneau que Mme Marois aura avantage à initier et à développer. Est-ce le rôle et la mission dévolus au tout nouveau ministre des relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, M. Jean-François Lisée ? Cela est possible et il devra faire la preuve que la propulsion du Québec dans cette voie est un gain incontestable au moment où va se tenir la conférence de la Francophonie au Congo.
L’activité non seulement des échanges entre les hommes et les femmes politiques, le lien avec les citoyens, mais aussi la manière dont ils appréhendent et vivent la définition et la signification du concept de tolérance, celui de l'occupation de l'espace d'expression culturelle et identitaire. Ils sont tout à fait singuliers au Québec et pourraient être adaptés pour les besoins d’autres pays.
Au moment ou les mutations mondiales atteignent leurs plus hauts niveaux de tolérance, les activités d'échange et d'écoute, fortement appréciées pour la compréhension des différentes politiques partisanes couplées à la reconnaissance de l'autre et au respect des résultats des suffrages exprimés ainsi que le choix des élus par les électeurs ... etc. font que la démocratie québécoise - que d’aucuns considèrent comme l'une des plus novatrices et par conséquent des plus avancées du monde occidental - est exportable vers des pays à la recherche d'un équilibre politique et démocratique.
Ferid Chikhi