12 févr. 2013

Un Numide en Amérique du Nord - 180 -

L’intégration des immigrants :
… Être capable de sortir des cadres de références établis … - 3/3 -
En matière d’obstacles à l’insertion socioprofessionnelle et à l’intégration socioculturelle deux grands axes indissociables l’un de l’autre sont à considérer. Le premier concerne les immigrants installés depuis fort longtemps et devenus citoyens canadiens. Le second touche en particulier les nouveaux immigrants, résidents permanents, en attente de l’acquisition de la citoyenneté. Pour les besoins de la réflexion ce qui suit vaut pour les deux.
Dans ce cadre précis, trois situations pourraient être décrites comme suit même si elles ont été, au fil du temps, altérées pour ne pas dire contaminées alors que par leur simplicité elles étaient destinées à devenir l’instrument privilégié de l’intégration.
La première concerne le credo, les normes, les codes, etc. - qui régissent les ordres professionnels. Même si quelques légers changements sont déjà intervenus suite à des appréciations qui montraient justement que Leur révision ou tout le moins leur assouplissement sont, à n’en point douter, une nécessité et un besoin de l’heure, il n’en demeure pas moins qu’une mise à niveau concrète et plus large s’impose. Une fois cette mise à niveau opérée elle pourrait débloquer le frein qui contrarie la dynamique de l’insertion professionnelle des immigrants.
Si la question des ordres est mise en exergue c’est parce qu’elle est régulièrement discutée par les professionnels, les spécialistes, les principaux concernés et même les analystes les plus férus de l’emploi et il faudra bien trouver une réponse à chacune des questions suivantes si cruciales pour un grand nombre de personnes:
1. Comment contribuer  à moins de "protectionnisme" et à ce que les ordres professionnels ne se cachent plus derrière "la défense des intérêts du public" pour encore et encore fermer leurs portes au lieu de s'ouvrir une fois pour toute aux immigrants ?  
2. Comment réduire le temps du processus de reconnaissance ?
3. Comment limiter et réduire les coûts de financement de cette reconnaissance sachant qu’un immigrant sans emploi vit dans la précarité pendant au moins cinq ans ?
La seconde touche les intervenants des organismes sans but lucratifs qui offrent les services d’accueil ou d’aide - c’est selon - aux nouveaux arrivants. Ceux-ci communément appelés conseillers en emploi ou en intégration sont pour la plupart recrutés parmi des nouveaux arrivants qui passent par le processus d’accueil. Ils montrent des capacités d’apprentissage possiblement intéressantes mais aussi un savoir avéré au plan de la maîtrise du français et ou de leur facilité à communiquer.
Or, personne n’ignore que beaucoup d’entre-eux si ce n’est la majorité, malgré leur bonne volonté et leur profil, ne sont pas arrivés à intégrer le marché du travail pour lequel ils se destinaient ; les raisons, pour quelques-uns, sont citées plus haut, pour les autres, elles font l’objet de réflexions et de recherches y compris académiques. 
Postulant que l’une des vraies motivations de leur recrutement est à la fois considéré comme un tremplin pour un emploi futur correspondant à leur profil et qu’il réside aussi dans l’acceptation de très bas salaires que des Québécois ne sauraient accepter. 
Oui, ils finissent par encore apprendre sur le terrain et s’améliorer au fil du temps mais soyons sérieux, retenons une simple question de bon sens : sont-ils performants dans l’orientation de celles et ceux qui arrivent après-eux ? Je pose cette question parce qu’étant moi-même immigrant j’en ai rencontré, plusieurs qui, à titre indicatif, depuis leur arrivée au pays,  n’ont jamais
Travaillé dans une entreprise quelque soit son importance ou son envergure.
1)  Ils n’ont jamais exercé dans un service de ressources humaines ou même visité un atelier de fabrication, un laboratoire, des bureaux de direction … sauf, peut être, s’ils ont été invités à une entrevue de sélection …
2)  Ils n’ont jamais mis les pieds dans une salle de cinéma pour voir un film ou dans un théâtre pour y voir jouer une pièce typiquement québécois. 
3)  Ils n’ont jamais écouté ou très rarement de la musique ou des chansons québécoises.
4)  Ils n’ont jamais dîné dans un restaurant ou une brasserie de leur coin de quartier avec des Québécois.
5)  Ils ne se sont jamais liés d’amitié, une vraie amitié, à des Québécois …
Alors, comment pourraient-ils parler de la société québécoise sans passer par des clichés, des préjugés, des perceptions distantes qui constituent les fondements de faussetés malheureusement confortées par les institutions et ‘’inculquées’’ aux nouveaux arrivants ?
La troisième est que les services gouvernementaux ne recrutent que quelques immigrants, pour participer de l’alibi. Il semble que tous ces immigrants candidats aux examens et aux tests de sélection ne répondent point aux critères de la fonction publique. Or, ils sont parfois des centaines à passer ces épreuves et seuls quelques-uns les réussissent. Sans aller plus loin supposons que les profils conviennent et que ce sont les tests et examens qui posent problèmes, que doit-on faire pour résoudre le problème? Les services gouvernementaux devraient donner l’exemple - même sous forme de quotas - d'accès aux emplois permanents aux immigrants devenus citoyens canadiens et aux emplois occasionnels à ceux qui sont résidents permanents en attendant l’acquisition de leur citoyenneté.
Leur emploi au sein des services régionaux de la fonction publique encouragera les autres organisations à s'ouvrir encore plus aux potentialités que recèle l'immigration.
À mon avis, et selon ce que j’ai observé du monde de l’entreprise québécoise et de son environnement socio économique et politique, la problématique est culturelle et portée par deux axes : Le premier se situe dans la culture politique ... il est nécessaire, dans ce cas là, de la questionner, de l’interpeller ou mieux encore de la convoquer et se demander tout simplement : A-t-on la volonté politique de mettre en œuvre de vraies solutions à un vrai problème de perceptions culturelles ?  Le second est dans la culture industrielle qui prévaut au Québec et, là aussi, il est requis de savoir avec précision si l’immigration économique répond aux attentes des capitaines d’industrie ou si elle est seulement l’œuvre de quelques fonctionnaires enfermés dans leur tour d’ivoire ? C’est un secret de polichinelle que souvent les indicateurs économiques et statistiques donnent un portrait étriqué des besoins en ressources humaines des PME et PMI. Par conséquent, la question fondamentale se lit comme suit : Est-ce que ces institutions sont capables de sortir de leurs cadres de références et de voir les choses des immigrations différemment ?
Ferid Chikhi
http://www.politicoglobe.com/2013/02/lintegration-des-immigrants/
http://www.vigile.net/L-integration-des-immigrants