21 mars 2013

Un Numide en Amérique du Nord - 184 -

Les malentendus de départ ... 1/3
L’immigration comme source de substitution ou de compensation ‘’d’une démographie déficitaire d’un grand nombre de pays occidentaux est-elle transitoire ou durable ? Ou, mieux encore est-elle un phénomène temporaire et éphémère qui finira par se raréfier et se réduire avec le temps ?’’ 
La problématique a été abordée par maints chercheurs, analystes, observateurs, journalistes et gestionnaires d’entreprises qui ressentent la pénurie de la main d’œuvre comme une menace pour la pérennité des entreprises et des organisations.
Des commentaires les uns aussi pertinents que les autres auxquels s'ajoutent des informations de praticiens et des observations suivies de réflexions éclairantes ont été proposés. L'ensemble des observations souligne des causes et leurs conséquences sur les organisations des pays qui évaluent que le vieillissement de leurs populations est irréversible et son remplacement est laborieux.
Récemment, partant de mon expérience sur l’apport de l’immigration j’ai exprimé mon point de vue dans un groupe du réseau Linkedin (voir lien ci-dessous). Une question centrale a été posée selon la formulation suivante : La gestion de la diversité au sein des organisations est-elle unproblèeme supplémentaire ou une force additionnelle pour les équipes en place ? 
Il reste entendu que pour les besoins de la publication sur ce blog, j'ai modifié la structure du commentaire que j'en ai fait. J'ai débuté par l'aspect lié au travail de  recrutement et des bassins de main d'oeuvre sélectionnée par les pays tel que le Canada, ensuite j'ai abordé la problématique de la validation des informations sur les candidats retenus, j'ai poursuivi par l'aspect relatif aux préjugés du Québécois Moyen à l'égard des immigrants sans omettre de parler des valeurs industrielles du pays d'accueil telles que la gestion du temps et  la planification par les entreprises et j'ai terminé par l'intégration des immigrants et l'attitude des gestionnaires à leur égard.
Marketing de recrutement et de sélection des immigrants.
Il est vrai qu'ils ne doivent pas être nombreux les organismes, les institutions et autres bureaux de consultants Canadiens qui vendent le Québec. Ils vendent surtout le Canada et bien entendu celui de l'Ouest. Les conséquences sont fort nombreuses pour la Belle Province. 
En fait, plusieurs facteurs ressortissent de la méthode ou procédure de sélection, parmi lesquels celui de la maîtrise, ou en partie, de l'une des deux langues officielles. Toutefois, pour le Québec, même s'il est demandé aux candidats à l'immigration de savoir correctement le français, ceux qui ne le maîtrisent pas devront l'améliorer une fois arrivés.
En réalité, un grand nombre d'immigrants allophones et même francophones débarquant à Montréal découvrent avec une réelle émotion et une grande surprise qu'ils sont dans ''un pays étrange'''. Ce pays qui leur a été décrit avec moult détails - sauf son aspect linguistique - ressemble étrangement à une ''Tour de Babel''' qu'à une ville oü les deux langues officielles annoncées sont les seules à être parlées. Ils découvrent une ville, une Île, une métropole, qui n'a pratiquement rien à voir avec ce qui leur a été décrit au cours des rencontres publiques organisées pour leur recrutement.
Dans la rue Montréalaise, qu'ils commencent à découvrir, ils entendent parler l'Italien, le Grec, l'Espagnol, le Portugais, l'Arabe, le Mandarin, le Russe, l'Ukrainien, etc.
Lorsqu'ils engagent leur recherche d'emploi ils se rendent comptent que l'une des exigences majeures, à côté de l'expérience québécoise, est la maîtrise de l'anglais ... alors, il est aisé d'imaginer les frustrations qu'ils ressentent. En vérité, c'est là que naissent les préjugés ... des deux bords ... les spécialistes et autres pseudos experts les ont qualifiés de ''choc culturel de l'arrivée'''. 
Les fausse informations
Lorsque les requérants de visas de résidence permanente envoient leurs dossiers aux services de l'immigration, ils incluent l'historique de leurs formations et qualifications, de leurs expériences de travail et même de leurs activités sociales auxquelles ils ont pris part dans leur pays d'origine.
Mais, ne soyons pas dupes, il existe d'une part, quelques candidats qui ne sont pas sincères et intègres et heureusement qu'ils sont repérés, identifiés et dépistés dés leurs premiers contacts avec le monde du travail - et non pas suite à une quelconque enquête réalisée par des bureaux spécialisés avant l'établissement des visas - et parfois même au Club de Recherche d'Emploi. Il y a ceux qui, non seulement, mentionnent des expériences professionnelles dans des entreprises, qui n'existent pas ou plus, de leurs pays de provenances et il y a ceux qui citent des études dans des écoles et des universités et enfin il y a ceux qui ''oeuvrent'' par omission.
Mais cela ne saurait être un motif suffisant pour jeter l'anathème sur tous les autres candidats à l'immigration.
J’ai même rencontré des conseillers en emploi québécois – qui ayant vécu de près le non recrutement de leurs clients - leur suggèrent de ne pas mentionner le nom du pays d’origine, l’université, la langue, etc.
Ceci concerne, notamment, les immigrants en provenance du Maghreb. Alors que certains ont même soufflé le changement de patronyme … ceux qui l’ont fait n’en parlent pas … d’autres ont été jusqu’à piéger des employeurs ; mais restons lucides, ce n’est pas parce que quelques employeurs se sont fait harponner que tous les autres leur ressemblent.
Ferid Chikhi