4 août 2013

Un Numide en Amérique du Nord – 192 -

Moi mes souliers m’ont conté … (3)
''À mes petits écrivains en herbe …’’
Pour clore cette réflexion revenons un cours moment à mes souliers  …  ils avaient déjà pris des chemins qui montent et emprunté bien des chemins de vie ... en les observant une réminiscence du passé m’invite à relater … cet instant de sincérité, d’authenticité et de pertinence qu’on ne vit pas deux fois dans son existence mais dont on se rappelle à un moment impromptu de sa vie.
Malgré mes questionnements, me voici parti dans mes élucubrations, mes rêveries d'enfants, mes illusions, ... en fait, mes plats préférés, les héros de mes illustrés - aujourd’hui on dit bandes dessinées - (Blek le Roc, Les pieds nickelés, Tartine Mariole …), les vestiges romains de Timgad, l’espace sidéral, mes stars du club local de football (Soccer en anglais) sont les sujets dont je voulais parler. Toutefois et rapidement l’angoisse, l’anxiété, le désarroi prennent la place de l’enthousiasme du début. Je n’arrivais pas à débuter le premier mot de la première phrase et il fallait en écrire dix. ‘’10’’, devenait pour moi un chiffre catastrophe.
Donc, les idées se bousculaient pêle-mêle dans ma tête … Ma première pensée était d’associer ce chiffre à une expression populaire que l’on prononce pour conjurer le sort : ‘’dix dans tes yeux’’ mais en fait, on dit ‘’cinq dans tes yeux’’ … tout s’entrechoquait mais rien ne se dessinait au bout de ma plume Sergent Major.
La feuille blanche me fixe et je la fixe. Les mots ne viennent pas. Leur écriture est difficile, ardue, laborieuse, compliquée ... J’ai choisi d’écrire, les fameuses dix lignes, non pas sur les plats que j’aime mais sur l’un de mes héros de bandes dessinées, celui qui me faisait rêver des embuscades qu’il faisait aux ‘’tuniques rouges’’. Blek Le Roc, était un trappeur qui se battait pour l’indépendance de l’Amérique du Nord. Il faut savoir que les bandes dessinées étaient, pour les bambins que nous étions à l’époque, notre télévision, notre cinéma et surtout un grand sujet de discussions mais aussi de chamailleries … Écrire dix phrases sur Blek Le Roc et ses compagnons de lutte le Professeur Occultis (médecin itinérant) et Double Rhum, le vieux trappeur, appelé ainsi parce qu’Il aimait boire du rhum, me paraissait chose aisée.
Pendant plus de quinze ans, aucun, parmi la trentaine d’élèves, ne savait s'il avait bien écrit où le contraire. Quelle note avait-il méritée ? Et toutes les questions que l’on se pose après son premier examen, test ou exercice.  Il faut savoir que la demande avait été formulée à la fin du mois de juin et de l’année scolaire. L’enseignante était partie sans faire connaître son appréciation. Je ne lui en voulais pas mais au plus profond de moi-même j’espérais avoir été à la hauteur de ses attentes et de mes espoirs.  
Un jour, de l’année 1972, quelques-uns parmi les élèves de l’époque - une douzaine - reçurent une lettre, la même pour tous, dans laquelle on pouvait lire une phrase valorisante, élogieuse, flatteuse … on pouvait y lire : ''À mes petits écrivains en herbe, vous rappelez-vous votre première composition en français ? Sachez qu'elle fut le premier jalon d'un livre que vous n'aviez pas fini d'écrire. Alors, avez-vous poursuivi l’exercice ou bien vous êtes vous arrêtés en si bon chemin? Si c'est le cas, sachez que vous avez raté une occasion de vous exprimer si vous avez continué à faire part de vos expérience vous êtes certainement sur la voie du succès. Belles plumes ... ne lâchez pas. Toutes les langues s'apprennent par la lecture, par l'écoute mais aussi par leur écriture ...''.   Depuis, ce temps là,  ... l'aventure continue. 
Ferid Chikhi