7 sept. 2013

Un Numide en Amérique du Nord - 195 -

Immigration, Exil et Société d'accueil  - 3 -  
Qu’est ce qui nous a échappé pour en arriver là ?
Leurs effets (ceux des événements cités précédemment) sur un grand nombre de sociétés sont qualifiés de pervers et de dévastateurs. L’un parce qu’il est considéré comme contre nature, honteux, ignominieux et provocateur au regard des valeurs morales ; l’autre comme provocateur, d’agressant, restreignant et envahissant par la régression et les dérives socioculturelles qu’il véhicule.
Un autre exemple plus coloré. L’apparition de couleurs en arc-en-ciel attire l’attention. Elles n’ont as pour vocation de cacher mais d’exhiber ses porteurs.’Ils sortent du placard’’ dit-on … Les autres les voient mal. Pourtant, confrontées au pouvoir de l’argent et de la politique, beaucoup de voix parmi les antagonistes s’appliquent un bâillon. Toutes ou presque décident de faire preuve de ’rectitude politique’’.  
Presque en même temps un autre épiphénomène vole la primauté à cette bannière. Un morceau de tissu différent et distinct. Une étoffe sur la tête de ses porteuses. Elles soutiennent qu’il est le signe de leur soumission. Il éclipse celui des premiers cités. Plus visible par le nombre de porteuses il est plus ostentatoire. Elles se sentent indexées. Mais se pose-t-on la bonne question ? À l’évidence non. Quelle est-elle cette vraie question ? Tout simplement : que cache t'elle cette étoffe ? Ses porteuses crient à la discrimination, à la stigmatisation, à la protection de leur droit de le porter pour leur conviction. Voilà encore un autre concept qui est extrait de la besace de la victimisation. Ils sont tous deux utilisés tout azimut … les deux sont agressants pour les autres ; les deux culpabilisent les contradicteurs. 
Au plan linguistique, le vocabulaire de tous les jours s’enrichit, se met à jour, s’adapte : Homophobie. Islamophobie. Stigmatisation. Victimisation ... Des qualificatifs qui ne vont pas l’un sans l’autre et qui sont servis à bien des plats de la communication sur les ondes radios, les écrans de TV, les pages des journaux … Et même les réseaux sociaux … On essaye de ne pas en faire cas mais c’est plus fort que tout. On est interpellé … Les côtes d’écoute s’affolent dés que l’un des sujets est abordé … Ça dérange. Des organisations anti … sont créées. Elles essayent de mobiliser leurs ouailles. Elles veulent convaincre des sympathisants. Certaines font dans la manipulation pendant d’autres tentent la persuasion.
Le seul remède disent quelques-uns c’est l’instruction, l’éducation pour changer les mentalités … Non il faut  imposer des valeurs modernes et progressistes disent d’autres. Mais, s’exclament d’autres ces personnes sont instruites et même cultivées alors qu’un nombre de plus en plus grand rétorque, les deux sont aussi malades de ce que l’homme - le politicien en particulier - a fait d’elles. En fin de compte, il a coupé le cordon ombilical qui les reliait au projet de société. Projet qui définit les voies et moyens pour améliorer le bien être du citoyen en suivant le chemin de la logique, du raisonnement et surtout du progrès.
Oui ! Les sociétés changent. Elles changent aussi parce qu’elles accueillent des pans entiers d’autres sociétés venant non seulement des territoires limitrophes aux leurs mais même et surtout de contrées lointaines. Des us et coutumes réapparaissent là où elles avaient disparues. Des habitudes nouvelles tentent de s’imposer. Il y a celles qui sont acceptées et partagées. Il y a les autres qui font peur, qui font craindre leur généralisation à des personnes mal à l’aise avec des pratiques étrangères à la société. Les gouvernants, pourtant élus, veulent des sociétés qui les écoutent, qu’ils peuvent diriger comme ils l’entendent mais pas comme le veulent ces mêmes citoyens. Ils veulent des moutons.
À suivre
Ferid Chikhi