13 sept. 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 225 -

Employabilité
Plus (+) de 50 ans… et les autres
Inverser le sens de la recherche pour réussir
Dans un précèdent article j’avais parlé d’une exigence qui pourrait encourager les employeurs à recruter les candidats immigrants, les chercheurs d’emploi âgés de plus (+) 50 ans et les personnes handicapées. Cette exigence les convie à changer certains de leurs paradigmes, lorsqu’ils décident d’envisager de tels recrutements.
Cependant, le même cheminement doit être suivi par les autres protagonistes qui sont invités à suivre
quelques étapes parmi lesquelles celles d’apprendre à/et de savoir se remettre en question. Comme je l’ai expliqué dans une réflexion antérieure, le début de ce nouvel apprentissage se présente comme une remise en question en commençant par la réalisation d’un bilan de soi qui regrouperait autour des atouts et autres avantages ce que sont ses propres facteurs de réussites ou de succès.
D’aucuns demanderont comment faire ? La réponse paraîtrait simple mais en réalité elle est complexe mais réalisable. Cela consiste entre autres en l’élaboration de la liste des compétences génériques et acquises, les effets des formations sur l’exercice professionnel, l’inventaire des réussites et celui des échecs, les actions entreprises après avoir établi ce constat… les aptitudes et les habiletés les plus marquantes, les faits marquants ou résultats majeurs obtenus, etc.
L’ensemble de ce recensement ou recueil de forces, de talents et de succès constituera une récapitulation, une mémoire qui mettra en valeur l’expertise acquise au fil du temps et des formations. C’est là une exigence pour les plus (+) de 50 ans intéressés par une réinsertion professionnelle.
Au cours de ma carrière, j’ai toujours appris qu’il fallait s’assigner des objectifs et une fois les réalisations menées à terme rendre des comptes à ceux qui nous ont octroyés des moyens pour les atteindre. Deux caractéristiques sont toujours prises en considération pour qualifier ce bilan : la première est l’économie de moyens et d’énergie accomplie et la seconde est le niveau des réalisations atteint.
Si je traduits ces deux facteurs pour la recherche d’emploi et en particulier celle que font les plus (+) de 50 ans, je suggérerai d’inverser le processus ou la démarche en œuvrant d’abord  pour que le bilan résulte en une connaissance de soi très pertinente et très précise et ensuite de ne pas perdre de vue que l'objectif essentiel doit être de se trouver une nouvelle activité ou emploi.
Une fois ces deux étapes abouties, deux autres préalables sont nécessaires pour y parvenir. Le premier est à long terme et il doit être stratégique. Le second est à moyen terme et il sera dynamique. Je veux dire par là que tout en prospectant le marché du travail, les secteurs d'activités qui nous intéressent, les entreprises grandes, moyennes ou petites susceptibles d'avoir un intérêt même mineur pour notre avenir il ne faut pas perdre de vue qu'à long terme nous voulons et pouvons être utile, productif, novateur... et ce, grâce à nos compétences et surtout à nos expériences. Alors, concrètement comment faut-il procéder.
Empruntons au marketing quelques pistes.
Imaginons une entreprise Xfrice... qui vend déjà plusieurs formules de dentifrices avec des
emballages différents mais le produit principal n'est plus concurrentiel et la compétition est féroce... Le service marketing propose le lancement d'un nouveau produit de préférence ''Mentholé'' selon les informations, les recherches et les études des vendeurs.
Le directeur général questionne : Pourquoi ou comment amener le consommateur (non seulement à ne pas se désengager de l'achat des autres produits de la même marque mais mieux encore l'amener) à choisir le nouveau produit parmi tant d'autres offerts par les autres marques ?
Les services création, publicité, prix, réseau se mettent en action et trouve la formule magique.
Les clients potentiels existent mais il faut attirer leur attention et les inciter à acheter le nouveau dentifrice d'Xfrice Mentholé.
La forme de la boite et du tube seront les mêmes que ceux existants; le prix au départ sera dans la moyenne...
Mais qu'est ce qui pourrait stimuler le client à devenir consommateur ? La réponse est toute simple : La présentation et deux ou trois mots flashes et novateurs compréhensibles par tous : Haleine – Mentholée - Fraicheur... HMF
Le client regarde, pose des questions, hésite, ... s'en va sans prendre le nouveau produit.
L'entreprise poursuit sa publicité... deux, trois fois, quatre fois... Un client finit par être séduit. Il achète le nouveau Xfrice Mentholé... Il aime... Il en parle à ses proches... On en veut... Je passe sur le reste...
Donc, si nous faisons un petit retour depuis le début le résumé se composerait de quatre étapes essentielles :
·   Bilan professionnel : Mettez en valeur vos réussites et succès, vos forces et vos atouts...
·  Présentation : Changez de look, d'attitudes et d'habitudes... Montrez que vous êtes énergiques et dynamiques...
· Réseau d'emploi ou d'activité : secteurs d'activités, entreprises, envergure, niveau d'accès... marges de manœuvre pour le revenu attendu
· Compétition et concurrence (souvent omises)... Détermination, engagement,... capacités de séduction...
Ferid Chikhi