21 déc. 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 229 -

Un retour aux sources... Qu’en est-il du choc …?
Je me souviens de quelques théories énoncées au cours d’une causerie à laquelle j’avais participé en 2002 et qui avait pour intitulé : 
Les chocs culturels et leurs effets sur les immigrants. Il était surtout question des problématiques ressenties et des perceptions des nouveaux arrivants dans un pays comme le Canada. Une courbe de progression présentée par l’animatrice principale montrait les cycles et les différentes étapes par lesquels passe chaque immigrant depuis le moment où il prend la décision de changer de pays jusqu’à, au moins, 6 mois après son arrivée dans le pays d’accueil et son premier retour au pays d’origine.
Il était aussi question de périodes et de phases d’acquisitions, d’assimilations, d’appropriations, d’appréciations, de compréhensions, discernements, etc. Ces étapes étaient qualifiées de chocs – de l’arrivée, de l’insertion socioprofessionnelle, de l’intégration culturelle et bien après lors d’une expérience passée dans la ville de Québec j’avais ajouté le choc thermique - ressentis chaque fois qu’un nouveau facteur est vu, perçu et maîtrisé ou rejeté par le nouvel arrivant. Il y avait aussi ce concept qui consistait à avertir sur ‘’le choc du retour’’.
Faire le deuil du passé…
C’est ce qu’on appelle un nouveau concept et je l’ai, un peu décortiqué à ma manière selon mon savoir et mes connaissances et ce que j’ai distingué des expériences vécues par des amis, des proches et même des inconnus devenus des relations et qui ont bien voulu me faire part de leurs pratiques et expériences de leur arrivée et de leur installation au Canada.
’en ai retenu qu’après une période passée dans le pays d’accueil, le nouvel arrivant, cet immigrant qui après l’euphorie de l’installation, du marquage de repères nouveaux et de ses appropriations suivis de frustrations répétitives dans beaucoup de cas, ressent le besoin d’un retour dans son pays d’origine et bien entendu le tout enveloppé de nostalgie et souvent d’un lot de dépossessions, de tromperies, d’effractions culturelles, des spoliations et détournements identitaires, d’insatisfactions mêlées de tristesse et de morosité générées par diverses contrariétés et désagréments. Bien entendu l’Interférence des observateurs les uns bienveillants les autres négatifs,  parlent aussi de l’Intégration versus l’assimilation…
En fait, ce qui est difficile à assimiler pour celles et ceux qui n’ont pas appris à faire le ‘’deuil de leur passé’’, c’est que le retour au pays d’origine devient à son tour un choc après quelques dix jours passés à revoir les siens, etc. Les siens reprennent leurs habitudes de vie et délaissent les visiteurs, les vacanciers devenus étrangers dans leur propre pays. Mais peut-on réellement faire le deuil de son passé ? Je vous en parle. De retour au pays, après une longue absence entrecoupée par des hauts et de bas, ai-je vécu ces instants, ces moments, ces sensations et autres sentiments que tout un chacun discerne, observe, remarque, constate ou ressent à sa façon? Certainement ! Cependant, cela ne s’est pas réalisé et opéré de la même manière que celle brossée par celles et ceux qui m’ont précédés. Est-ce en raison de mon âge, de mon expérience de vie, des conseils mesurés de certains de mes proches, des avis particuliers d’amis avertis, des commentaires et autres recommandations de celles et de ceux qui ont déjà fait vécu leur voyage de retour ? À vrai dire, j’ai bien tenu compte de quelques-uns et je me suis départi de ceux qui me paraissaient mal venus et inappropriés. Le tout a été à l’origine de quelques-unes des résolutions que j’ai prises avec détermination.  Peut-être qu’incontestablement certaines de ces suggestion m’ont été d’une grande utilité durant mon séjour… ?

À suivre
Ferid Chikhi