23 mai 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 242 -

Carrefour Littéraire de Montréal
Pour sa quatrième rencontre le Carrefour Littéraire de Montréal confirme son audience grandissante. En effet, la salle initialement prévue - au Café du Carrefour ; situé au 3131 Bélanger, à Montréal -  pour une trentaine de personnes s’est très vite avérée exiguë. La cinquantaine de sièges prévus a vite été occupée et une bonne centaine de personnes est restée à l’extérieur, ce qui été à la convenance du patron du café.
L’attrait d’autant de monde se justifie notamment par le thème de la conférence donnée par Daniel Baril, anthropologue, écrivain et journaliste. Science et religion : Complémentaires ou incompatibles ? Sociologues, psychologues, enseignants, athées, laïcs, pratiquants, Québécois de diverses origines ont été bien attentifs aux propos de Daniel Baril. À cela s’ajoutent les questions, les réponses et les commentaires des uns et des autres.
Même si le temps imparti était insuffisant, les grandes lignes du travail de Daniel Baril ont permis de cheminer vers un espace où les deux domaines pour ne pas dire les deux patrimoines de l’humanité se côtoient sans pour autant se compléter et sans être totalement incompatibles l’un à l’autre. L’un réfutant l’autre et vice et versa.  En quelques mots, disons que, les partisans de la religion sont restés attachés à leurs références attestant d’un avant et d’un après la vie terrestre, et les partisans des sciences, ou de la science, poursuivent leurs questionnements et aiguisent leur esprit critique pour encore et toujours tenter de découvrir d’éléments justifiant le comment et non pas seulement le pourquoi.
Le Carrefour Littéraire de Montréal, malgré la problématique de la logistique : espace approprié, organisation des discussions, gestion du temps… se consolide, se positionne et se développe comme un trait d’union entre intellectuels de culture et de savoir... d’ici et d’ailleurs. Il œuvre pour un espace d’échanges et de discussions sur des thèmes divers et il a déjà gagné le pari de l’existence avant de réussir, sans aucun doute, à relever le défi de la durée et du contenu par la qualité de ses intervenants et de son audience, et lorsque Idir, l’artiste et l'ambassadeur de la chanson kabyle de passage à Montréal, assiste à une telle rencontre on peut aisément ajouter que la science et la religion peuvent coexister avec la musique en toile de fond.
Ferid Chikhi