24 juil. 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 246 -

L’impuissance ‘’simulée'’ des Puissances Occidentales
Face à l’expansion du terrorisme Islamiste
Le propos qui suit est une synthèse d’une partie de mon vécu, partant de souvenirs enfouis dans la mémoire et des observations faites sur l’expansion rampante et la place grandissante de l’Islamisme au Québec et au Canada. C’est aussi le partage de ce vécu, encore et de nouveau, rappelé spontanément suite aux derniers attentats survenus récemment en Algérie, faisant onze victimes parmi de jeunes soldats pris en embuscade par des islamistes… et sur les perceptions des uns et des autres des exactions commises par les Mercenaires de l’État Islamique, Boko Haram, AQMI, etc. où qu’ils soient et relevés depuis quelques années.
Il y a quelques mois de cela et précisément en mars 2015 le titre d’un reportage de Radio Canada questionnait : Terrorisme : doit-on blâmer l’Islam ? L’exergue soulignait : ‘’L'islam est-il une religion de paix ou de violence? La question revient cycliquement avec l'intensité des attaques perpétrées par des terroristes du groupe armé État islamique (EI) qui se plaisent à égrener des chapelets de versets coraniques pour justifier l'horreur.’’
Pour moi, comme bien d’autres nouveaux citoyens canadiens venant d’Algérie, avec une expérience de plus dix années de luttes citoyennes, contre le terrorisme de groupes islamiques armés et des autres groupes affiliés à la mouvance islamiste, nous ne pouvons oublier, occulter ou encore mieux effacer de la mémoire… Les moments difficiles que nous avons traversés. En tout cas, en ce qui me concerne, ils restent sauvegardés avec leurs informations incommodantes dans une partie de mon esprit et parfois, pour ne pas dire souvent, ils ressurgissent me rappelant que la lutte n’est pas prête de se terminer.
Arrivé au début des années 2000 au Canada, je me suis vite rendu compte que l’Islamisme était bien
implanté dans ‘’Le plus Meilleur Pays au monde…’’, Territoire de paix disent les Islamistes… et qu’il fallait les prendre en considération dans l’équation d’intégration à la société d’accueil.
J’ai aussi remarqué que les qualités d’accueil, d’ouverture d’esprit, de disponibilité et d’échange, de générosité du citoyen canadien en général et du Québécois en particulier frisaient par moments l’inconscience. Je me suis alors fixé comme règle : Intervenir socialement mais éviter à tout prix le domaine politique.
Cependant, c’était sans compter avec la confirmation de ces signes qui accompagnent les premières incursions islamistes Bon Chic Bon Genre (BCBG) des militants ‘’intellectualisés’’ à la sauce gauchiste et les tentatives de récupération des partis en lice y compris ceux des oppositions à la recherche du moindre bulletin de vote qui ferait la différence au moment des périodes électorales.
En guise de rappel, plus de vingt-cinq ans sont passés depuis le début des évènements qui ont ensanglanté l’Algérie laissant sur le carreau plus de 200.000 victimes des exactions islamistes. D’autres groupes de criminels islamistes ont été formés dans des régions qui se plaisaient dans leur tranquillité et la quiétude dans laquelle vivaient leurs citoyens.
En quelques années, c’est un monstre hybride qui, surgi de nulle part décuple sa force et occupe de plus en plus d’espace, sous le regard imperturbable des leaders des puissances Occidentales, qui osent qualifier de Djihadistes (Disons-le sans détours de Mercenaires) ces tueurs sans foi ni loi et d’ÉTAT les territoires qu’ils soumettent à leur diktat.
Et comme beaucoup de mes concitoyens j’observe, qu’il y a comme une soi-disant impuissance déclarée de leur part face, non seulement, à leur implantation mais aussi à leurs actes outranciers et sauvages, leurs saccages tout en développant une terreur sanguinaire contre des populations civiles, paisibles et fragilisées.
Au même moment, des faiseurs d’opinions et des bien-pensants en rajoutent en souscrivant aux thèses des actes isolés lorsque perpétrés ici et là, même dans leur propre pays.
Ne dit-on pas ‘’chassez le naturel, il revient au Galop !’’ ?
C’est dire combien ce sujet dont l’importance politique est de nos jours consacrée me tient à cœur et m’interpelle depuis fort longtemps, surtout que bon an mal quelques illuminés en mal  de notoriété, vont jusqu’à lancer des appels aux musulmans afin qu’ils réforment le Coran, leurs pratiques religieuses, leurs principes de vie et leur proximité ou leur distance aux autres sociétés.
Or, plus personne n’ignore que même s’il y a un seul Coran, les lectures qui en sont faites, d’abord par les musulmans et ensuite par les autres, sont différentes en fonction des écoles de pensées jurisprudentielles et des contextes socioculturels et politiques, ce qui, par conséquent, suggère des pratiques et des références différentes.
À titre d’interpellation, quand reconnaitra-t-on que ce qui se passent en Asie : Pakistan et
Afghanistan ne ressemble en rien au contexte de l'Indonésie et de la Malaisie ; ce qui est pratiqué en Arabie Saoudite ne ressemble en rien à ce qui se passe en Iran et aujourd’hui encore en Irak…, ce qui se développe en Europe du côté de l’Albanie, de la Bosnie, etc. ne correspond en rien à l’Islam pratiqué par la Turquie ou celui des musulmans des anciennes colonies Françaises qui sont à la 3ième et même à la 5ième générations… ?
Mieux encore l’Islam confirmé et observé en Afrique du Nord – juste entre l’Égypte et le reste de la région Lybie, Tunisie, Algérie, Maroc ne ressemble presqu’en rien à l’Islam de l’Afrique Subsaharienne (Mali, Niger… Sénégal, etc. ou de l’Afrique de l’Ouest (Nigéria, Somalie, etc…). Et au-delà des régions musulmanes, ou à forte majorité de musulmans, il ne faut surtout pas oublier le schisme.
Alors prétendre que l’Islam et le Coran doivent être blâmés pour être à l’origine du terrorisme c’est aller vite en besogne. Cependant, les extrémistes islamistes se référant au contenu du Coran, existent bel et bien, et aujourd’hui personne ne saurait le nier. Ils sont arrivés à imposer leurs empreintes au niveau mondial grâce à la connivence des puissances occidentales et leurs doubles alliances avec les pétromonarchies du Golfe et Israël.
Des solutions existent et, elles ne résident ni dans la relecture du Coran ou son ‘’Allègement de tous ces versets qui appellent au crime des autres’’, mais elles résident bel et bien et  premièrement dans l’écoute de celles et de ceux qui n’utilisent pas cette religion à des fins politiques et deuxièmement dans l’éviction de celles et de ceux qui s’autoproclament représentants de tous les musulmans alors que leurs connaissances, leurs pratiques, leurs vécus sont non seulement basics mais surtout hors contexte. Elle réside aussi et surtout dans l’implantation d’une réelle laïcité préservant les religions de leur éventuelle utilisation à des fins politique, sociale, culturelle, économique, etc.
Toutefois, tant que les micros des radios, tant que les plateaux de télévisions et tant que les pages des journaux leur sont accessibles, la désinformation, les amalgames et les stupidités néfastes sur l’Islam, le Coran et les Musulmans ont de beaux  jours devant eux. Quand à ces mercenaires nommés par les puissances occidentales ‘’Djihadistes de l’Etat Islamique’’, seules des ‘’actions énergiques et chirurgicales’’ (comme se plait à le dire l’administration US) libérées des intérêts sordides liés aux richesses des pays occupés,  pourraient aussi en débarrasser le monde. Bon, mais là, ça semble faire partie de l’impossible. 
Ferid Chikhi