7 sept. 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 247 -

Digest : Là-bas, ici et ailleurs -  IV -
Cinq (5) sujets partagés
L’instant qui interpelle les consciences Occidentales
Aylan, l’enfant Kurde, qui a été retrouvé gisant sur la rive occidentale de la Mer Égée, précisément en Turquie a pendant, une semaine, provoqué une onde de choc qui déstabilise les arcanes des puissances occidentales. Les images choc du petit Syrien ont ému le monde et suscité un élan de solidarité face à la tragédie. La photo prise au moment de sa découverte a fait la UNE de tous les quotidiens Britanniques et d’une grande partie de celles des pays Occidentaux. Son petit corps sans vie, face contre le sable de la plage, était balloté par les vagues. Mehmet Ciplak, le policier qui le découvre, ne sait quoi faire, si ce n’est se pencher et le prendre avec tellement d’attention de peur de lui faire encore mal. Mais c’est un enfant mort depuis la veille. Il est l’un des milliers de ces Syriens, Kurdes et autres Irakiens et Libyens victimes des guerres que mènent les puissances Occidentales, hors de leurs frontières et dans les pays dits ‘’arabo-musulmans’’.  Ce dimanche 06 septembre 2015, presque plus personne ne parle de lui. Il est enterré et oublié, comme les autres victimes, considérées comme quantités négligeables.
L’échec de la politique migratoire de l'Union européenne
Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, l’a déclaré : "Ce qui s'est passé en Hongrie depuis la nuit dernière est la conséquence, d'abord, de l'échec de la politique migratoire
de l'Union européenne". Selon les NationsUnies, plus de 400.000 personnes ont traversé la Méditerranée depuis le mois de janvier 2015 et plus de 3.500 y ont laissé leur vie. Alors que le Haut-commissariat aux réfugiés demande l’accueil de 250.000 victimes de la guerre qui ne semble pas s’arrêter au Moyen Orient, la Commission européenne se propose de recevoir seulement 120.000 de ces déplacés. Hier encore, 650 personnes ont été secourues en Méditerranée. Les arrivées par centaines en provenance des côtes turques proches se poursuivent à un rythme soutenu à partir des îles grecques d'Egée orientale.

Les Russes vont débarquer en Syrie
Selon toute vraisemblance, la Russie a déjà un pied en Syrie. Présente dans la base navale de Tartous, servant aux réparations de ses bâtiments de guerre, elle sera agrandie ainsi que celle de Jablleh, près de Latakia . Cette dernière deviendra une base aérienne et navale opérant à plein régime en Méditerranée orientale. Les multitudes de djihadistes qui assiègent Damas vont être soumises et le gouvernement du président Assad sera hors de danger. C’est une porte de sortie de la crise que vit l’Europe face à l’afflux incessant des réfugiés. Cette décision peut encore sauver la Syrie de l’effondrement total. L’armée de l’air russe combattra Daesch et ses frappes ‘’chirurgicales’’ feront des dommages collatéraux chez les alliés des USA de l’opposition al-Nosra et d’autres extrémistes islamistes parce qu’il n’y a pas moyen de les distinguer de ceux de Daesch.
La Russie a pour tâche difficile de sauver la situation. Obama, Kerry et Erdogan ainsi que les Saoudiens avaient pensé que Poutine lâcherait Assad, pendant qu’Ils ravageaient la Syrie.  Ce sont la Turquie et l’Europe qui sont perdantes. Déjà fortement déstabilisées par les réfugiés, c’est aussi le terrorisme qui les menace à grande échelle. Pour la Turquie les conséquences seront encore plus difficiles à gérer s’agissant du déclin rapide de la popularité d’Erdogan de la chute du niveau de vie, en raison essentiellement de ses mauvais choix politiques en Syrie.
Pourquoi pas les pays arabes ?
Pendant que l’Allemagne accueille plus de  dix milles réfugiés Syriens, bien des arabes, des arabo-musulmans et les autres s’étonnent que les pays du Golfe, en l’occurrence l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït et les Émirats Arabes Unis
ne soient pas la destination privilégiés de celles et de ceux qui fuient la Syrie, qui ont fui l’Irak et le Kurdistan. En fait il ne viendrait  pas à l’idée de l’un de ces auto-exilés ou auto-déportées, abandonnés par ceux-là mêmes qui indirectement leurs font la guerre d’aller chercher refuge dans un des pays musulmans à l’Est de leurs pays.

Tous se tournent vers l’Europe parce que tous savent que les principes de droit d’asile et du culte de l’intégrité et de la liberté de la personne y sont respectés. C’est aussi parce que l’Europe est responsable avec les autres pays occidentaux de la situation économique et politique du Sud.  La barrière naturelle de la Méditerranée ne suffit plus pour endiguer le flux de ces vagues de personnes victimes d’une guerre injuste menée par Daesch et ses alliés Occidentaux. En fait, depuis octobre 2014, dix-sept pays Occidentaux avaient décidé d’ouvrir leurs portes aux Syriens mais pas les pays arabes.
Élections fédérales au Canada
Il y a quatre ans de cela, une vague orange a eu raison du Bloc Québécois et de la souveraineté au niveau fédéral. Selon mes observations de la vie politique du Canada en général et du Québec en particulier, les indépendantistes Québécois sont, à quelques milliers près, des fédéralistes qui s’ignorent considérant que la langue française est le paramètre qui les distingue et sert leur spécificité en Amérique du Nord.
L’intrusion dans l’espace politique Québécois du Parti Néo Démocrate a fondamentalement changé l’échiquier idéologique mettant de l’avant l’empreinte du progressisme c’est dire que l’électeur Québécois devrait considérer avec attention le fait que par le monde la gauche s’effrite et s’effiloche de plus en plus alors qu’au Canada le poids politique des provinces anglophones est de loin plus structurants que ne l’est le Québec même avec des indépendantistes à Ottawa. Sachant que l'Ontario à 122 sièges soit 36% et le Québec est loin derrière avec 23%. 
Les profils des candidats NPD,  montrent des caractéristiques plus libérales et conservatrices. Beaucoup  de ces candidats ont voté pour l'actuel premier ministre du Québec. Leur chef actuel Thomas Mulcair a déjà été député Libéral au Québec, il a confessé son admiration à Mme Thatcher. Récemment, encore, il a opté pour l'austérité et pour les pipelines. Le soutien des partis souverainistes au NPD, soi-disant pour déloger les conservateurs est un mauvais calcul dont les québécois devraient se passer. Tenter de relever le défi est une gageure parce qu’il est la voie toute pavée pour définitivement exclure la souveraineté. Toutefois, un gouvernement minoritaire libéral serait un tremplin pour la consolider et l’affermir.
Ferid Chikhi