18 nov. 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 253 -

Le Québec ne doit pas faillir à sa tradition humanitaire...
Ce ne sont pas seulement Trudeau ou Couillard et les parlementaires ou les élu-e-s de tous les niveaux institutionnels qui sont responsables de l'accueil des réfugiés Syriens, mais nous tous, chacun à sa place et chacun selon ses moyens, que nous devons, aider ces nouveaux déracinés, ces êtres humains, qui ont perdu leur pays, à rejoindre une place aussi pacifique que le Québec.
Il ne s'agit pas de nouveaux immigrants mais bel et bien de réfugiés comme l'ont été ceux et celles qui ont empruntés les boats people, ou celles et ceux qui sont arrivés de Colombie, de Bosnie, de Myanmar, du Rwanda et d'ailleurs.
N'oublions pas qu'ils ont fuit les criminels islamistes qui voulaient les décimer, qui ont assassinés un grand nombre de leur proches et qui les ont poussés à perdre leur pays.
N'oublions pas que des milliers parmi eux sont des enfants, des femmes, des familles pacifiques et qui ont besoin de se reconstruire.
N'oublions pas que leur précarité et leur vulnérabilité peut être transformée en force d'intégration et de participation sociale et culturelle.
Le Québec l'a prouvé par un passé tout récent, avec les Chiliens, les Bantous, les Rohyingas et bien d'autres, en faisant la démonstration de son sens du partage et du soutien à ceux qui tendent la main pour demander de l'aide. Va t'il la laisser cette main en suspens ?
Comme dans tout groupe même à l'apparence homogène, il y a des exceptions... N'en faisons pas la règle et allons au devant, non pas et seulement, du pire mais surtout du meilleur.
Ferid Chikhi