30 déc. 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 258 -

Digest : Là-bas, ici et ailleurs - VIII -
La Syrie et les Syriens ces déracinés des temps modernes
Après l’Irak et la Libye, c’est au tour de la Syrie d’être dévastée, détruite, sa paix réduite aux pleurs de ses enfants martyrisés et devenus orphelins sans abris et sans protection. Ses musées, ses citadelles, ses églises et ses mosquées réduites en cendres et son patrimoine non seulement national mais aussi familial volés, dérobés et déplacés, exportés sans l’aval de leurs propriétaires légitimes. Ils garnissent les musées privés et ceux plus ostentatoires des puissances occidentales à l’origine de sa dévastation. Des pans entiers de ses populations, toutes confessions confondues, s’ils ont échappé aux bombardements ou aux attaques des mercenaires de DAECH ou des soi-disant rebelles au régime d’Assad, se sont retrouvés ballottés aux grés des vents les menant vers les camps de réfugiés ouverts par les pays limitrophes au même moment ou d’autres, ceux qui ont osé braver les flots de la Méditerranée, sont pour des centaines engloutis par cette mer qui par le passé a été dominée par leurs ancêtres, les Phéniciens qui ont connu un essor culturel et commercial remarquables ou encore les architectes et bâtisseurs de palais, les auteurs de fresques parmi les plus captivantes de ce monde.

Il aura fallu un autre peuple aussi auguste que celui des Allemands et leur chancelière pour leur ouvrir les portes d’un pays et d’un continent qui a appris à vivre avec les catastrophes provoquées par des hommes assoiffés de pouvoir et d’hégémonie. Le Canada en fait de même en s’engageant à recevoir pas moins de 25.000 d'entre eux. Son gouvernement a annoncé dés le 12 Septembre dernier la création d’un fonds de contrepartie pour chaque dollar versé par un Canadien à un organisme de bienfaisance canadien, à concurrence de 100 millions $, le tout en vigueur immédiatement et jusqu'au 31 Décembre, 2015.

Ferid Chikhi