21 févr. 2016

Un Numide en Amérique du Nord - 259 -

L'apport des Cubains au reste du monde,
Le bien-être des citoyens avant tout
De nouveau, l’Ile aux confluents de la mer des Caraïbes, du golfe du Mexique et de l’atlantique est sous les feux de la rampe en prévision du voyage d’Obama au mois de mars 2016. Je me souviens
qu’il y a trois ans de cela je l'ai visitée en compagnie de ma famille et de touristes allemandes (de l’Est). De Montréal à la Havane, trois heures de vol, ça passe vite et trois jours pour visiter la Capitale se sont avérés insuffisants. Juste découvrir l’architecture et l’urbanisme ça réjouit et ça emplit la tête. Le vol de la Havane à Santiago de Cuba a été rapide alors que le retour en voiture de tourisme a été majestueux et féérique grâce au guide et au chauffeur qui nous indiquaient les lieux prestigieux, les dates importantes et les hommes et femmes qui ont pris part à des évènements qui ont jalonnés l'Histoire de cette île depuis sa découverte. Ils le faisaient avec une connaissance et un savoir de l’histoire et de la Culture de leur pays que peu de guides dans le monde possèdent pour le leur. J’avais un double avantage : être Algérien doublé de Canadien et qui plus accompagné de touristes Allemands originaire de Berlin Est.
Nous roulions de découvertes en découvertes, et quoi qu'en disent les détracteurs du socialisme, j'ai vu la démonstration pratique et technique que le progrès, le développement et surtout
l'édification d'un pays se concrétisent avant tout par le bien-être de ses citoyens. Ce que Fidel et le Che ont compris dès le moment ou Cuba a emprunté la voie du socialisme. La santé, l’éducation, la suffisance alimentaire sont les chapitres les mieux fournis par le gouvernement de ce pays de 12.000.000 d’habitants… même si le tabac, le café et la canne à sucre sont les produits premiers de l’île, j’ai appris que les dépenses publiques de santé avaient été, au milieu des années 2000, d’environ 5,5 % du PIB et celles de l’enseignement de 9 % du PIB. Lors de notre séjour en 2013, et selon le PNUD, elles étaient de 9,7 % et 12,7 % du même PIB. Le taux d’alphabétisation le classait au 3ième rang mondial avec l’Estonie, et devant les USA. Pourtant, l'embargo US imposé depuis plus d'un demi-siècle a été des plus inhumains que le monde ait connu. Ces mêmes US le reconnaissent après avoir constatés que leur entêtement dans les politiques d’embargo les a toujours desservis et menés droit au mur.
Ils pensent nous connaître mais nous les connaissons encore mieux…
J'ai parlé à des Cubains de ma génération (baby-boomer), à des jeunes, des vieux, des femmes et
des hommes, des ouvriers et des agents de services publics, des enseignantes, des barmaids et des serveurs, mais aussi à quelques journalistes que j'ai retrouvés avec plaisir et que j'ai connus au début des années ‘’70’’ alors qu’ils visitaient l’Algérie de Boumediene et des non-alignés et, d’autres rencontrés au courant des ''90'' - comme moi - à la retraite - j'ai visité des écoles, des polycliniques, des fermes agricoles, des coopératives alimentaires..., des hôtels, des résidences et des restaurants d'État, des musées et des écoles d'arts (chorégraphie, musique, dramaturgie...) et j'ai trouvé, j'ai rencontré un savoir et un savoir-faire, une éducation et une culture de belle facture... et à ma question, toujours renouvelée (avec une pointe à peine cachée d'amertume et de colère) : Qu'est-ce que tout cela va devenir avec la venue des US ? 
La réponse a toujours été la même qu'elle vienne de l'homme (Carlo) ou de la femme (Luisa) : Les
US !? Ils nous connaissent mal... Ils nous regardent et voient en nous des communistes, donc avec un ressentiment envers le revers de leur médaille à laquelle, malgré eux, ils ne le savent pas, ils appartiennent ; pourtant, c'est d'abord comme des êtres humains qu'ils auraient dû, depuis le début, nous voir. L’un d’entre eux avait ajouté : ce n'est pas la couleur idéologique qui détermine qui est qui… Ce sont l’âme et l’esprit qui te renseignent sur les capacités de l’un et de l’autre. Nous avons un avantage sur eux, nous savons qui ils sont et nous leur disons soyez les bienvenus ! À Cuba vous apprendrez à mieux vous connaître.
Ce que je sais, c'est que depuis la levée de l'embargo, le reste du monde va bénéficier de leur apport. Leurs retours dans les pays d'Europe de l'Est (RFA (ex RDA), Serbie (ex Yougoslavie), Tchéquie et Slovaquie, Autriche et Bulgarie, Pologne et Hongries où beaucoup de Cubains ont fait leurs études académiques vont aider à leur retour sur le radar de la scène internationale.
Ferid Chikhi