27 nov. 2017

Un Numide en Amérique du Nord - 285 -

Langue française, immigration et/ou un autre baby-boom !?


Je me souviens ! À la fin des années ‘’60’’ et au débute des ‘’70’’, j’ai appris l’anglais à la faculté des lettres d’Alger et le laboratoire de langues qui était utilisé par la section d’anglais l’était aussi pour l’Allemand, le russe, l’italien, l’espagnol … on se bousculait pour y accéder. Les plus malins parmi nous s’inscrivaient pour le russe mais tournaient les boutons pour apprendre l’anglais ou l’Allemand…

Au Québec, le français comme langue nationale et marqueur identitaire, comme outil de travail et de communication générale est très  mal ''encadré'' et à l'évidence rien n'est fait pour l'améliorer. 

Juste un exemple, là où il est enseigné aux immigrants je n’ai pas vu un seul laboratoire de langue exception faite de la Bibliothèque du Québec à Montréal. 

Dans cette province du Canada, Environ 20% de la population a plus (+) de 65 ans et la croissance de ce paramètre sera d’un demi-point jusqu’à 2030. 

D’ici là, selon les indicateurs économiques clairement établis, il y aura plus de baby-boomers qui quittent le marché du travail que de jeunes qui y feront leur entrée. 

L’économie pâtira de ce déséquilibre parce que les entreprises ne trouveront pas les employés dont elles ont besoin.   C’est ce qui se passe en ce moment dans plusieurs postes de l’industrie (soudeurs, mécaniciens camionneurs…), de la restauration et de l’hôtellerie, de la santé, etc... 

L’immigration représente la principale source de croissance du Québec et il faudra mettre les bouchées doubles pour combler le déficit ou que les Québécoises sortent de leur confort social et fassent plus d’enfants, en moyenne trois et pourquoi pas quatre. 

Alors quelles sont les solutions ? Un autre baby-boom et/ou l’immigration sélectionnée ? Qui fera le bon choix ?

Ferid Chikhi

24 nov. 2017

Un Numide en Amérique du Nord - 284 -

Adidas et le français, le MIDI et la francisation


La levée de boucliers suscitée par la bourde spontanée et peut être intentionnelle du gérant du magasin d’Adidas du centre-ville de Montréal ressemble plus à une tempête dans un verre d’eau qu’a une véritable tornade politique au sein des institutions politiques et dans le grand public. Certes, des réactions se sont fait entendre jusque dans les arcanes de l’assemblée Nationale mais à contrario tout le monde n’attend que de simples excuses de la part de la multinationale au lieu d’analyser les causes de cet ‘’incident’’ qui fait la démonstration des insuffisances de l’application des lois.

Plus grave encore, la vérificatrice générale a, au même moment, publié son rapport sur la francisation des nouveaux arrivants et ses conclusions qui sont dévastatrices pour le gouvernement libéral du Québec sont à peine discutées, abordées et commentées, y compris, par les ténors des médias francophones.
Ça l’est d’autant plus que ce même rapport fait état de la déperdition des nouveaux locuteurs francisés au profit d’un monde plutôt anglophone. En effet, selon toute vraisemblance une fois ‘’francisés’’ de pans entiers de ces futurs citoyens n’utilisent la langue de Félix Leclerc qu’avec parcimonie et préfèrent parler celle de Shakespeare.
De mon petit point d’observation je constate que deux problèmes viennent meubler les espaces communicationnels : le premier est la place du français dans le monde du travail et par extension de toute la société du Québec et le second réside dans les résultats de la loi 101 sur son utilisation, non seulement, dans la sphère publique mais aussi privée ainsi que ses effets sur l’intégration des futurs citoyens du Québec.
Alors, selon mon point de vue ‘’l’affaire Adidas’’ n’est qu’une facette de la problématique multidimensionnelle de la place du Français comme langue de communication, de travail et d’usage au Québec.
Des causes et de leurs effets
Ce qui est pénible, ce qui est délirant, ce qui est inacceptable c’est qu’au lieu de chercher les ajustements et les solutions aux causes d’un tel délitement tout le monde, ou presque, réagit aux effets, aux impacts et aux conséquences beaucoup plus sur les états d’âmes que sur les fondements culturels et même identitaires que cela génère. Au lieu d’agir en amont, on refait les mêmes erreurs en focalisant sur les conséquences immédiates d’une dérive d’un employé qui aurait pu rester lui-même et faire son ‘’speech’’ en anglais sans que cela n’attire l’attention de qui que ce soit.

Or, les deux principales causes de cette double inconvenance résident d’abord dans la politique générale de l’utilisation du français en tant que langue nationale et bien entendu le contenu de la loi 101 qui est, dans bien des parties de son contenu, obsolète et dans son application inappropriée et pour exemple je citerais l’exigence faite par quasiment tous les employeurs de la maîtrise de l’anglais par les candidats aux emplois publiés sans que le gouvernement n’agisse sur la problématique de son effet directement sur l’augmentation du chômage de certaines communautés. C’est là un dysfonctionnement qui peut être corrigé sans attente.
La seconde cause se situe dans le modèle de la francisation des nouveaux arrivants. Totalement désuet lorsqu’on sait qu’ailleurs dans le monde l’apprentissage d’une langue nationale se fait avec l’aide de méthodes modernes et de la technologie – ordinateurs, laboratoires de langue, cours intensifs, etc. -. Par conséquent, il nécessite des adaptations énergiques et rapides ou tout simplement une révision totale et complète pour qu’il soit en phase avec l’utilisation fonctionnelle de la langue dans l’espace public et dans le monde du travail. Le gouvernement doit agir vite et avec efficacité. 
Ferid Chikhi 

4 nov. 2017

Un Numide en Amérique du Nord - 283 -

Déconstruire le Wahhabisme pour libérer les musulmans des extrémismes
Encore un autre radicalisé qui commet l’innommable en plein cœur de New York en faisant huit victimes et des dizaines de blessés. Il semblerait qu’il ait été radicalisé dans son pays d’accueil, les USA, terre de presque tous les chefs influenceurs des terroristes islamistes. Dans les années ‘’90’’ ils avaient accueilli des terroristes islamistes Algériens, l’un d’entre eux a fait des aveux publics https://www.humanite.fr/node/96795 et pourtant les Américains continuaient à le protéger.
Ce qu’il faut rappeler et pour mémoire c’est que durant les années ‘’80’’ l’Arabie Saoudite avec le soutien des USA ‘’libère’’ le wahhabisme pour s’opposer à l’Iran qui avait lancé sa révolution verte au moment où Khomeyni prenait le pouvoir dans son pays et s’installait à Qom la deuxième ville sainte du pays.
Dès lors, qui ignorait que l’Arabie Saoudite a déclenché avec le ‘’silence’’ approbateur des USA et de la Grande Bretagne l’une des plus meurtrières et des plus vastes idéologies que le 19ième et le 20ième siècle aient connu, le Wahhabosalafisme ?
Religion ou idéologie ?
Au Canada et au Québec, le wahhabisme et sa jumelle la fraternité islamiste sont comme partout ailleurs, aussi perfide que l'Albion et l'Oncle Sam qui l'ont aidé à naître et à s'étendre.
Sous couvert d'alliances et de coalitions de soutien qui ciblent les groupes sociaux originaires du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, ainsi que tous ceux qui se déclarent musulmans, il vise en particulier les plus vulnérables en raison de leurs difficultés de s'adapter et de s'intégrer aux sociétés d'accueil. Leurs émules partent souvent de la déculturation qu'ils ont vécus dans leur pays d'origine pour offrir une identité fondée sur une idéologie meurtrière plutôt que sur la citoyenneté.
Heureusement, que quelques faiseurs d’opinion considèrent que pour contrecarrer cette idéologie, les politiciens et les gouvernants doivent faire la démonstration qu’elle n’est pas privilégiée au détriment de la citoyenneté.
La seule dimension qui compte et dont il faut maintenir la portée - contre vents et marées - est de continuer à expliquer que le Wahhabosalafisme et sa jumelle la fraternité islamiste, sont des fléaux destructeurs de ce que la civilisation occidentale apporte à l’humanité ; ils remettent en question toutes les valeurs universelles acquises de haute lutte contre l’obscurantisme et la régression. Il est essentiel de toujours rappeler que les libertés individuelles, la liberté de conscience, l’égalité de droits et de devoirs entre les hommes et les femmes, l'accès équitable aux mêmes chances de développement humain et de droits sociaux sont des fondements immuables des sociétés modernes.
Les lois civiles v/s. Les lois islamistes
Comme partout ailleurs, les porteurs de l'Islamisme savent que leur idéologie est devenue un mal nécessaire. Il infeste tous les institutions politiques, éducationnelles et sociales et malheureusement les gouvernants ne veulent pas admettre qu’il est un mal dans la société et que leur diagnostic est erroné. « Ce n'est qu'une tumeur qui ressemble à une greffe qui a mal pris et avec laquelle les Québécois s'habitueront à vivre... grâce à leurs politiques inclusives », m'avait dit un influent faiseur d'opinions. 
Les gouvernements Canada et du Québec doivent passer des intentions aux actes pour mettre un terme au terrorisme islamiste en agissant sur l’idéologie, le Wahhabosalafisme et la fraternité islamiste, que ce soit celui qui s’en prend à l’intégrité morale et physique des personnes ou à leur statut juridique. Ils doivent aussi mettre un terme à la création des associations, qui se déclarent caritatives, mais œuvrent sous couvert de centres communautaires culturelles et autres associations de rapprochement communautaires et d’inclusion toutes menées par des ‘’influenceurs’’ et de militants hyperactifs.
Les musulmans dénoncent ce qui est fait en leur nom…
Certains analystes, observateurs et faiseurs d’opinions privilégiés par les médias n’ont pas changer leurs grilles de lectures des organisations islamistes depuis le milieu des années ‘’90’’. Leurs avis et commentaires sont de ce fait biaisés et discutables. À titre indicatif, aujourd’hui, les Wahhabosalafistes, et leurs alliés de circonstance, les frères musulmans, exigent que leur idéologie soit la seule qui représente tous les musulmans.
Ils exigent aussi que leurs revendications même si elles sont déraisonnables, contraires aux principes de « l’islam du Juste Milieu », soient prises en considération, malgré le fait intangible qu'elles mettent à mal le bon vivre d'abord entre les musulmans et entre les Canadiens en général, les Québécois en particulier et un nombre de plus en plus croissant d'immigrants de provenances diverses.
C’est là que les musulmans sont interpelés pour dénoncer ce qui est fait au nom de leur religion, pour changer une image ternie par des pratiques et des comportements contraires avec ceux des pays d’accueil.
De grands pans des sociétés musulmanes ne veulent plus que le port du voile - hijab, djilbab, niqab, burqa - soit le vêtement d’exhibition de leurs femmes qualifiées de soumises et d’endoctrinées. Ils ne veulent plus que la question du Halal qui revient souvent après celle du Hijab soit évoquée dans l’espace commercial et public. Ils ne veulent plus que la séparation des hommes et des femmes soit imposée dans les espaces publics. Ils ne veulent plus que l’égalité des droits entre les hommes et les femmes soit une raison de les stigmatiser. Ils ne veulent plus que des individus sortis du néant s’autoproclament leurs représentants. Ils veulent être des citoyens réguliers et considérés comme tels.
Ferid Chikhi