12 juin 2018

Un Numide en Amérique du Nord - 296 -



Du Canada et du Québec

Abrégé d’un état des lieux…

Des changements de fonds
La réponse pourrait paraitre simple, mais la complexité de trouver les éléments communs et les différences réside dans les modes de gouvernance qui s'accomplissent sur le plan mondial et ceux qui s’observent au Canada en général et au Québec en particulier. Le monde est, donc, en pleine transformation. Il devient de plus en plus multipolaire du fait que plusieurs blocs se construisent en fonction des intérêts des uns et des autres. Des changements majeurs et profonds ont été générés par des initiés – croyant détenir toutes les cartes - et ils sont observés depuis au moins deux décennies par des libres penseurs émérites et bien d’autres témoins lucides qui n’ont prêté aucune allégeance à qui que ce soit.
Tous sont en accord avec quelques lectures du genre : Il y a ceux (les changements de fonds) qui sont provoqués par les forces de la cupidité et de l’argent. Jusqu’à présent ils n’ont généré que des désastres humains ; leurs entreprises sont fondamentalement corruptrices et dépravantes. Elles polluent l’humanité.
Il y a aussi les changements qui sont provoqués par les effets des déclarations intempestives de quelques chefs d’États incommodés par leurs égos, tels que le Président actuel des USA. Il n’arrête pas de brasser ses cartes pour remplacer au-devant de la scène mondiale celui de la Corée du Nord, alors que d’autre puissances sachant faire face aux incertitudes, aux risques et aux contraintes que connaissent leurs pays, y vont d’un pas paisible.
Il y a ceux plus profonds et structurant qui sont générés par l’expansion des pays comme la Chine, l’Inde et la mobilité subie ou provoquée de millions d’êtres humains allant du Sud vers le Nord. Bien entendu, les petits pays pris en étau par leurs anciens occupants sont de simples spectateurs des jeux et des enjeux… mais leur poids démographique ne saurait être passé sous silence. Alors, le chaos, peut-il être éviter ? Certainement, et ce, grâce aux discussions qui se tiennent, ici et là, en fonction des avancées diplomatiques et des menaces de répression contre les éventuels utilisateurs d’armes nucléaires mais aussi des pressions des uns et des autres sur les uns et les autres.
Au Canada les libéraux ont-ils un discours citoyen ?
La situation, au pays, est différente mais retenons que le contexte global a des effets sensibles et pesants sur le statut d’occupant d’un strapontin dans l’échiquier mondial. Si au Québec le citoyen semble être au fait de ce qui se passe dans les arcanes politiques de sa Province, il en est de même pour le citoyen des autres provinces. Cependant, il existe bel et bien une différence factuelle qui réside dans le mode de gouvernance des provinces attachées au multiculturalisme et au discours du reste du Canada avec ceux des politiques néolibérales qui sont au service de quelques magnats. Ceux-ci usent et abusent du respect qu’ont les citoyens en leurs dirigeants et en la démocratie du silence entre deux élections.
Pourtant, les maîtres mots restent les mêmes : corruption, langue de bois, austérité pour les plus démunis et les plus vulnérables, restrictions pour les classes moyennes et abondance pour les plus riches et les plus nantis.  Au Québec, province à l’évidence très distincte des autres, la culture politique a beau tenter d’être et de se préserver, elle subit les effets des contrecoups que lui assènent les fédéralistes et de leurs alliés affirmés du Québec qui veulent gouverner en dépit de leur inaptitude à agir comme de vrais politiques porteurs de vrais projets de sociétés. Cela se confirme tous les jours en ce qui a trait à la cohésion de la gouvernance - libérale et – néolibérale, depuis presque deux décennies.
Plus le temps passe plus le projet indépendantiste est creusé au marteau piqueur par les fédéralistes, les provincialistes nationalistes et les pseudo-partitionnistes de gauche.
La problématique pourrait se lire sur une seule facette de l’état des lieux en matière d’identité et de culture en contexte de gouvernance libérale ainsi que sur les postures et les prises de position envers la laïcité et la soi-disant politique d’inclusion pour le vivre ensemble sont sans équivoques des leurres qui creusent l’écart entre d’une part les citoyens et leurs gouvernants et d’autres part au sein même de la société civile qui considère que la neutralité religieuse prônait par les libéraux 
freine le progrès et l’adaptation de la société aux multiples changements que connait le monde puis au moins trois décennies.
La raison, selon un grand nombre de citoyens, réside dans le fait que le multiculturalisme est un des fondements de la discrimination et de la marginalisation de pans entiers de la société Québécoise. Ainsi, la seule vraie politique dans laquelle excellent les libéraux, qui se succèdent depuis deux décennies, c’est celle qui amoindrit l’identité Québécoise et au lieu de l’enrichir par les valeurs partagées de toutes les parties de la société, immigrants compris, ils ne font pas mieux que de la réduire, la parcelliser, la vulnérabiliser et la diaboliser. 
Mieux encore, lorsqu’il s’agit de ‘’réajuster’’ et de ‘’se maintenir’’ au pouvoir ils ne trouvent pas mieux que d’aller chercher des ‘’converti-e-s’’ parmi les minorités pour les déléguer afin de parler de
l’état des lieux en matière économique, de pénurie de main d’œuvre, de régionalisation de l’immigration… de mettre entre leurs mains des indicateurs économiques qui sont la démonstration de leurs échecs et avancent de nouveaux plans d’intégration complètement inopérants. 
Or, personne n’ignore que ces options, celles des gouvernements libéraux, constituent, ni plus ni moins qu’un suicide sociétal. Pour y faire face seule la sociale démocratie est l’organisation la plus pertinente. Néanmoins, elle n’est pas compatible avec le néolibéralisme. Pour un grand nombre d’immigrants, parmi lesquels ceux venus des pays du bassin méditerranéen, les gouvernements libéraux qu’ils soient ceux du municipal, du provincial ou du fédéral n’ont aucune considération pour le vécu qu’ils avaient avant leur arrivée à Montréal.
Pire encore ils ignorent ce que beaucoup ressentent depuis leur installation, en raison des valses hésitations et des politiques de retournement autour de l’inclusion et du vivre ensemble et qui par les temps qui courent deviennent ni plus ni moins que des errements dont les conséquences les drainent en marge de la société d’accueil et ils ne deviennent visibles qu’à l’approche des échéances électorales. Aujourd’hui, ils sont instruits et le 1er octobre prochain les dés seront jetés. 
Ferid Chikhi