17 janv. 2019

Un Numide en Amérique du Nord - 235 -


Dans le propos qui suit, j’énonce trois éléments qui, selon ma perception, constituent des obstacles sournois à la formalisation de la laïcité. Le premier de ces éléments a trait au serment de citoyenneté Canadienne couplé au second qui concerne la ‘’contrainte’’ de sujétion à la Reine d’Angleterre que prêtent les immigrants, et qui finit par influer inconsciemment sur leur état d’esprit. Ce qui, au Québec, en fait un écueil à leur intégration, entrave leur acceptation de l’identité et de la culture françaises et alimente les défiances envers les valeurs de la société d’accueil. Parallèlement à ce cadre de référence, le troisième élément est l’idéologie islamiste. Elle forme un front anti-laïcité avec les multiculturalistes Canadiens et la nouvelle gauche radicale fortement noyautée par des courants islamistes.  
Sujet ou citoyen ou citoyen et sujet ?
Pour étayer une partie de ce qui précède, j’ai réfléchi aux causes visibles qui nourrissent l’opposition que rencontre la laïcité au Québec. Je me suis rappelé ma prestation de serment pour la citoyenneté Canadienne. À ce moment particulier de mon ‘’appropriation’’ de ma nouvelle citoyenneté, j’ai ressenti une violente agression morale contre les libertés pour lesquelles j’ai opté. Trois questions me sont venues à l’esprit : d’abord en tant que musulman, comment pourrais-je accepter d’être sujet de la Reine d’Angleterre qui est gouverneur suprême de l'Église d'Angleterre ? Ensuite, quelle posture devrais-je adopter dès le moment où sans en prendre la mesure, j’ai apostasié l'Islam par un serment de sujétion à cette Reine d’Angleterre ? Par extension, je me suis demandé si les autres immigrants de foi chrétienne catholique, hébraïque et autres Bouddhiste, hindouiste ressentent la même violence et si ce n’est pas le cas, pensent-ils que leur parjure va avec leur foi ?
Des amis, arrivés avant moi au Québec, m’ont suggéré de ne pas m’en offusquer et d’oublier ce serment. Je suis resté dans le doute pendant quelques mois avant de me libérer de cette problématique en la reléguant dans une case mémoire même si elle est toujours prégnante. Pour m’autoriser ce ‘’rangement en mémoire’’, j’ai fait un exercice de lecture.  J’ai revisité, entre autres, le passage du Traité de l'Autorité Politique de Spinoza, où il écrit : « Les hommes ne naissent pas citoyens, mais le deviennent ». Je suis donc devenu citoyen d’un pays qui m’a offert de l’être, après cinq ans de pratique, d’adaptation, d’apprentissage. C’est ‘’un privilège (!?)’’, m’a-t-on dit, il faut acquérir. J’ai aussi relu quelques passages du dictionnaire philosophique) d’André Comte-Sponville, qui définit le citoyen comme ‘’ le membre d’une Cité, en tant qu’il participe au pouvoir souverain (autrement il ne serait que sujet) et lui est soumis (sans quoi il serait roi). Il peut exister...’’.  
Enfin, je me suis rappelé Jean Jacques Rousseau qui met en évidence le fait que ‘’ Le citoyen est un être éminemment politique qui exprime non pas son intérêt individuel mais l'intérêt général. Cet intérêt général ne se résume pas à la somme des volontés particulières mais le dépasse’’. L’intérêt général, personne n’en disconviendra, c’est bien dit et cela devrait réveiller quelques bien-pensants qui interviennent régulièrement dans le débat sur les deux thèmes essentiels qui monopolisent l’attention des citoyens. Le premier constitué autour des trois fondements que sont l’identité, la culture et la langue du Québec. Le second concerne l’Islamisation rampante que des activistes islamistes voudraient imposer aux communautés musulmanes et aux nouveaux convertis. 
Cela s’observe spécifiquement au Québec où nous assistons, avec le concours de multiculturalistes Canadiens, à une banalisation et à un dévoiement des fondements qui structurent ces deux thèmes tout en minant les acquis sociétaux de la Révolution Tranquille.  En effet, depuis plus d’une décennie le triptyque identité, culture, langue française subit un recul sans précédent, alors même que, concomitamment, le multiculturalisme et l’islamisme accroissent leur présence au sein de la société Québécoise. Bien entendu, pour compléter le portrait général, il faut considérer avec attention le grenouillage des apprentis sorciers de la gauche radicale en perte de sens.
L'urgence d'un cadre législatif pour la laïcité
Avant de clore ce propos, je reviens à l’idée première à savoir les causes de la stagnation du processus menant à la formalisation de la laïcité. En fait, je me demande si la laicité fait peur aux gouvernants du Québec et du Canada et quelles seraient les causes de cette peur ?
Selon bien des analystes sérieux, le sécularisme offre une place privilégiée aux religions par leur intervention dans la vie des sujets tout en diluant leurs identités multiples sous les signes et symboles religieux et en reléguant au dernier rang leur citoyenneté. Omettant de signifier que les religions ne reconnaissent qu’une seule liberté individuelle, celle de se soumettre au verbe divin ou encore comme le dit Emile Durkheim : “ La religion n'est pas seulement un système d'idées, elle est avant tout un système de forces. ”C'est dire que tout en optant pour la neutralité des institutions et non des employés du service public le sécularisme est favorable à ce que les ''fidèles''  puissent exprimer leurs convictions religieuses et surtout afficher leurs signes et autres symboles religieux.
En revanche, pour d’autres, la laïcité est un produit clé en main, donc achevé et bien ancré dans leur esprit parce qu’il décline l’identité sous toute ses facettes, et notamment celles qui deviennent communes à toutes et à tous. Pour eux, il suffit de légiférer afin que le cadre de références mette sur le même piédestal les religions tout en les excluant de la gouvernance des affaires publiques et des citoyens. Ce qui est vrai dans un État de droit. Néanmoins, une loi, quel que soit son champ d’application, exige souvent une longue préparation, une bonne compréhension et surtout un partage de ses principes. Dans le cas de la mise en œuvre de la laïcité, cela dure depuis une décennie. 
Une grande majorité de Québécois ont décidé de faire confiance au gouvernement de François Legault. Dès lors, le processus législatif doit être accéléré pour mettre les pendules à l’heure, sans quoi, au nom du sacro-saint respect des minorités, le multiculturalisme aidant, les disparités, les spécificités, les singularités importées dans leurs bagages culturels et intellectuels, les agissements sociaux et politiques de bien des immigrants mettront à mal l’espace commun et public.
Ferid Chikhi