3 août 2019

Un Numide en Amérique du Nord - 241 -


Algérie, le mouvement du 22 février 2019

24ième vendredi de protestation !

C'était le 29 juillet dernier, il y à peine 5 jours, j'écrivais que si l’armée a été à la fois en charge de la protection de l’État et du territoire mais elle est aussi responsable des dérives que connait le pays depuis au moins quatre (4) décennies, il est évident que bien des dirigeants militaires avaient la main mise sur une grande partie des rouages de l'État et pour diverses raisons le sens de la gouvernance leur a échappé, qu'attendent-ils pour canaliser les énergies du mouvement révolutionnaire du 22 février 2019 ?

Beaucoup d'observateurs avertis soulignent les effets du statu quo que ce soit en matière de gouvernance, de dilution de l'autorité de l'État, d'économie nationale, de progression sociétale et changement de paradigmes…

J'ai aussi souligné l'importance de procéder à un remplacement des acteurs loin de ceux qui sont dans la périphérie immédiate du régime actuel, quitte à les chercher dans le 4ième ou 5ième cercle. Le peuple ne veut plus de ceux qui, même en tant que commis de l'état, ont été en poste par clientélisme, népotisme, régionalisme, etc.

Le mouvement est jeune et il se développe tout en s’adaptant à ce que le sens commun souhaite et recherche.

Quant aux intellectuels, je pense essentiellement aux politologues, aux sociologues, aux philosophes, etc... Leur silence est à la fois frappant et incompréhensible.

Nous sommes nombreux qui avons dévoré avec force les analyses, les études, les réflexions, de celles et ceux qui durant la décennie noire ont donné à réfléchir sur les différents scénarii pouvant guider dans la sortie de crise. Un seul, Mohamed Balhi vient de se démarquer par ses observations pertinentes en commettant une réflexion pleine de sagesse et d'apaisement. Bien entendu je n'omettrais pas de signaler Said Sadi qui reste un phare éclairant du paysage politique Algérien.

En guise de rappel le recyclage n’offre pas les mêmes avantages du le neuf et la solution la plus adéquate reste potentiellement celle du choix des nouveaux acteurs.

Ne pas faire confiance à l’armée avec la perspective de perdre un allié durable est à mon humble avis l'erreur à ne pas commettre mais exiger le départ du général en chef et immédiatement se mettre à table avec celles et ceux qui seront désigné-e-s pour ouvrir une piste de solution est à envisager sans plus attendre. À charge pour la nouvelle direction militaire de sélectionner les nouvelles têtes en publiant leurs profils en adéquation avec les missions qui leur seront confiées.

J'avais mis de l'avant la création d'un/e

1) Haut Comité de la Nation (HCN) composé du chef des armées par procuration, un haut magistrat par procuration, un civil parmi les plus intègres du profil de Bouregaa qui procèderait à la suspension de la constitution … la dissolution des institutions élues et déciderait d’une législation par ordonnance provisoire pendant une période n'excédant pas six mois ?

2) Commission d'évaluation des besoins de judiciarisation des personnes qui ont été la cause des dégâts perpétrés contre la société, les citoyens, l’économie et l’identité nationale et suggèrerait une plateforme pour juger les corrompus et les corrupteurs (d'hier et d'aujourd'hui) .

3) Comité des sages issues du 5ième cercle (éviter toutes celles et tous ceux du gouvernement, de l’assemblée nationale, du sénat, des wilayate, des municipalités, des ambassades et des consulat, des entreprises publiques) … .

Ferid Chikhi