10 sept. 2019

Un Numide en Amérique du Nord- 245 -

La loi 21, le hijab des femmes islamistes et l’Islam
Pourtant, la solution est si simple en Islam.
Depuis le début de la rentrée, la grogne dans le milieu de l’éducation est alimentée par des activistes de tous bords et notamment des islamistes infatigables militants de la régression. Ils et elles rapportent tout à leurs petites personnes alors, que leur appartenance aux mouvances intégristes n’est plus à prouver. La loi 21 les perturbe et perturbes leurs habitudes ainsi celles de leurs alliés conjoncturels parmi les fédéralistes fossoyeurs du fait français et de la singularité du Québec en Amérique du Nord.
L'Islam, le vrai pas le Wahhabosalafisme frère jumeau de la confrérie du même nom et de son voisin le Khomeynisme est accommodant pour ses pratiquants. Or, depuis le début des discussions sur la loi 21, je me suis demandé où étaient les imam éclairés, les penseurs musulmans ouverts d’esprit, les érudits de cet islam silencieux mais aussi souvent sentencieux alors que quelques activistes en missions commandées, ici au Canada en général et au Québec en particulier agissent en accord avec bien des élu-e-s ? Où sont-ils et pourquoi n’interviennent-ils pas dans ce débat que leurs coreligionnaires vont perdre, au détriment d’emplois comme ceux de l’enseignement dont la noblesse n'est plus à vanter et pire encore au détriment de leur vraie religion ?
Oui, la solution existe !
Elle est à caractère juridique et religieux. Il s’agit pour l’un des imam en exercice (tient par exemple ce controversé candidat déchu du PLQ pour se rattraper de ses stupidités, bien entendu niées après coup…) d'énoncer une FETWA (Décret religieux) autorisant toutes ces futures enseignantes et même celles qui sont en poste de ne pas porter leur voile à l’arrivée de l’école et de le remettre après les heures de classe.
J’ai connu ce problème en Algérie !
Bien des hôtesses de l’air de la compagnie nationale Algériennes étaient soumises au diktat des islamistes dans leurs quartiers ont joué le jeu dangereux de porter le hijab sorties de chez elles et l’ôter avec soulagement une fois arrivées à l’aéroport point de départ de leur journée de travail. J'insiste pour dire que c’était une délivrance chaque jour renouvelée, jusqu’à ce que le terrorisme soit vaincu et que la peur change de camp.
Alors, ici, au Québec grâce à la loi 21 les balises d’un bien vivre ensemble existent mais une Fetwa résoudrait le problème de ces femmes porteuses de foulard. Peut-être sentiront-elles le vent de la vraie liberté !? Utopie ! Diront certains.
Ferid Chikhi

5 sept. 2019

Un Numide en Amérique du Nord - 244 -

Djemila et Fatima,
Deux femmes singulières venant l'une d'Algérie, l'autre du Maroc. 
L'une appartient à la génération X, l'autre à celle des Babyboomers.
Elle se battent toutes les deux pour l'émancipation citoyenne et notamment celle des femmes ciblées par les islamistes.
Elles portent d'une façon magistrale les voix des femmes musulmanes modernes, éduquées et instruites des bouleversements que connait le monde et qu'elles subissent dans bien des situations de façon frontale. Elles ont chacune un cheminement singulier. Les mettre sur le même piédestal serait une hérésie, pourtant toutes les deux sont des battantes qui ont fait vibrer non seulement le Québec mais aussi le Canada et dans bien des cas la France et d'autres pays d'Europe.
Elles quittent leur pays d'accueil, la première pour la Belgique et à Bruxelles elle fera encore entendre la voix de la laicité, la seconde pour le Sénégal comme digne représentante du Québec à Dakar, capitale de l'Ouest Africain.  Le Québec ne les a pas perdu même s'il n'a pas su leur donner la place qu'elles méritaient. Bon voyage à toutes les deux en vous souhaitant un séjour plein de succès et enrichissant et un éventuel joyeux retour au Québec.
En tout état de cause Bruxelles et Dakar ce n'est qu'un prêt sans intérêt que nous vous faisons.