Digression poétique

Ma terre….
Ma démesure
Ma dernière masure
Bouche ouverte
Sur l’horizon en fuite
Pour avaler le monde
Des dernières écritures
En ma terre
Aux racines profondes
Un arbre suspendu
Entre nuages et serres
Se tient


Seul….
Immense et solitaire

Dressé
Comme un oracle au milieu de la plaine
Racontant les histoires de ma tribu sereine
Au rythme de djembés affolés
De bendirs colorés et tendus à l’envie
Possédés d’insolites vibrures
Qui déchirent l’éclair
Entrouvrent nos fleuves et nos rivières
Et frémir nos murailles…

Ma terre
Ma solitude
Ma dernière césure
Pour inventer tes mots
Aux profondes fêlures….
Fragile démesure
Pour féconder l’oracle
Des sages déraisons !
Baghdadi Si Mohamed
Contes et poésie
Courtoisie de l'auteur

===================
Mot, pensée, idée …
Écrire, c'est embarquer les mots qui font la pensée  
C'est la mémoire d'un instant, d'un moment ... d'une idée 
C'est un mot qui complète un autre ou lui donne une forme. 
L'idée n'est plus emprisonnée, la pensée est libérée 
Elle chemine, progresse sous la pression des doigts sur le crayon,
Sur le papier ou sur les pitons du clavier. 
Écrire c'est livrer une partie de soi ou se livrer tout entier. 
Le regard de l'autre sur la feuille ou l'écran cherche à décoder 
Décrypter non pas et seulement le mot mais aussi cet espace 
Qui finit aux bouts des doigts sur la feuille blanche, sur l’écran. 
Alors le mot se fige .... 
La pensée, l’idée, le souvenir, l’expression de l'âme ....
Mot pensé, moi exprimé, mot écrit, mémoire enregistrée.  
Partage et échange, perceptions, 
Formulation approximative ou complète 

Orientée ou linéaire. 

Capture d'un sens, d'un signeMaîtrise de la pensée.

Ferid Chikhi
27-09-2013
==============================

Liberté terre d’exil !

Pacte ancestral imprimant l’identité,
Parcours balisé pour des sentinelles averties 
Attache et rattache par des fidélités
Que l’épée d’Alexandre ne peut diviser ni scinder
Souffle, aspiration et espérance profondes
Factum. Confession. Mémoire.

Passions assoupies, amours apaisés
Racines profondes affermissant
La terre de Massinissa, de Jugurtha,.
Tin Hinan, FadHma et Dihya
Sources. Origines. Racines.

Qui vivent, qui s’étendent jusqu’aux fondements
Ne s’arrêtant jamais de combler
Comme des vigiles qui repèrent les horizons
Et en appellent à la résistance
Rébellion. Révolte. Révolution.

Patrie non pas unique mais duelle
Pays qui m’a vu apparaître
Terre des hommes qui ont occupé
Gorges, Vallées et Défilés
La liberté comme le vent rebelle 
Façonne les monts et balaie la plaine
Foyer. Nation. Patrie

Liberté sans Patrie, nuages sans ciel
Culture sans arts, Personnalité sans identité,
Pays d’exil, terre d’amitié,
Fleuve qui traverse en toute intimité
La terre nourricière,
Territoire d’Éole accompagnant 
De nouveaux bâtisseurs.

Patrie de partage, espace de tolérance,
Réceptacle des âmes bénies,
Et de l’esprit sacré élevé et honoré, 
Terre fertile de l’homme libéré.

Que de cris, de colères et de larmes,
Que de paroles, de mots, de langage,
Une langue figée en mouvement.
Que de bonheur, de joie et d’allégresse
D’un jour qui perdure  
Liberté et Patrie affirmées.
Ferid Chikhi
31-01-2013

===========================================

Tamazgha Terre de résistances -1-


 Tamzgha pays des Massyles et des Massassyles
Numidie pour le Grec, Maurétannie pour le Romain,
Devenue min el Beri il al Beri pour l’Arabe et
Le Voisin d’en face t’a nommée Algérie.

D’Orient, du désert d’Arabie,
D’Occident, Du sud de l’Italie,
Des rives de Macédoine et d’une forêt de Gaule
Romains ou Vandales, Goths ou Byzantins
Arabes ou Français ont déferlé sur toi,
Tes oliviers et tes figuiers
Tes orangers et tes citronniers.


Abane et Houria, Ben M’hidi et Malika
Boudiaf et Hassiba ont insufflé a  
Tes révolutions leurs humeurs.

Colorées du soleil de la Méditerranée.
Dans nos veines de Numides
Coule le sang de Massinissa et
Le lait nourricier de Fad’hma et Dihya.

Que de fois face à l’autre, empan par empan
Tes Imazighene ont protégé Tes Citadelles
Tes Forteresses et tes bastions sont les cîmes élevées
de Lalla Khadija, de l’Assekrem et du Chélia.

Mutilée, amputée, altérée par tes assaillants,
Abusée, trompée, violée, par leurs gouvernances,
Préservée, Protégée, Défendue par tes enfants.
Seul le temps dessine tes fresques et tes reliefs.  
Seul le temps, tes gamins et tes coquins
Savent te sauvegarder pour demain.
Ferid Chikhi
11-12-2012
===================================

Tamazgha terre de résistances -2-

Tamazgha, terre des Imazighen
Pays des hommes libres.
Infiltrée, conquise, occupée
Par des passagers sinistres et éphémères
Venus te soumettre.



Numidie, terre de l’olivier et du figuier
Massinissa et Jugurtha ont arrosé de leurs sèves
Tes résistances, Tes révoltes et Tes rebellions.

Sculptée de vignobles qui ont
Tant de soifs étanchées par des cuvées
Colorées du soleil de la Méditerranée.



Univers du cèdre, du pin et du palmier
Tin Hinan et Djemila ont nourri de
Leurs passions et de leurs puissances
Salvatrices Ta résistance face à des excentriques
Surprenants par leurs inconséquences.

Sans palais, sans châteaux et sans manoirs
Jamais soumise, toujours rebelle
Bordée par la mer du milieu
Les montagnes du centre et le sable du désert.
Terre d’insoumis, d’indomptables et de frondeurs
Ils ne l’ont pas encore compris
Tu es l’Éternelle Tamzgha.

Ferid Chikhi
18-12-2012