11 sept. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 355 -

Algérie : Les défis de la bonne gouvernance

Le propos qui suit est la synthèse d’une analyse conjoncturelle plus fournie de la situation de l’Algérie au moment où elle rencontre des turbulences les unes plus

denses que les autres. Certes il y a les acquis du Hirak parmi lesquels se comptent l’éviction de bien d’un président et de ‘’responsables’’ qui ont été corrupteurs ou corrompus ainsi que des gestionnaires cooptés et incompétents. Il y a aussi la prise de conscience générale qui ne cesse de cibler la mutation d’une gouvernance en déphasage avec les aspirations de pans entiers de la société et les causes, même si elles sont multiples, peuvent se résumer en un seul sous-titre : une nouvelle forme de centralisation des pouvoirs face au désordre et à la confusion.

Les dossiers chauds de l’été 2021

Au cours l’été 2021 des évènements majeurs ont inauguré de façon remarquable la gouvernance du Président Tebboune qui ne cesse de répéter qu’il œuvre selon les attentes des Algériens. En effet, ces derniers dès le mois de février 2019 exprimèrent leur rejet du système mis en place par ses prédécesseurs et bien entendu ceux qui l’ont intronisé. Depuis, l’Algérie vit des changements potentiels mais sans pour autant qu’ils répondent avec satisfaction aux attentes du citoyen.

La machine gouvernementale peine à démarrer en raison d’impondérables qui freinent la dynamique impulsée contre vents et marées par les ‘’nouveaux cooptés’’. Parmi ces impondérables le premier est sans conteste les effets de la pandémie du Covid que l’on observe encore ; les incendies qui ont ravagé la Kabylie et les forêts de l’Est du pays ; qu’ils soient de sources ‘’naturelles ou criminelles, l’État, ses gouvernants et ses élus sont restés invisibles. Fort heureusement, la solidarité agissante des citoyens venus de partout a permis la cautérisation des premières blessures. Déjà profondes elles ont été observées dans le corps sociétale du pays. Ily a ensuite le deux poids deux mesures de la justice algérienne qui bat le record des décisions de détentions de militants activistes de la société civile. Un autre fait reste aussi sans conteste la ’déclaration de guerre’’ du voisin de l’Ouest sous la houlette de son partenaire proche oriental. Bien heureusement, l’offensive stratégique et gagnante menée de main de maître par la diplomatie Algérienne avec un ressourcement approprié aux fondements de ce qui a fait sa grandeur durant la révolution Algérienne et par une mise en œuvre intelligente d’une stratégie gagnante. Dans l’absolu, la désignation de chargés de missions pourrait être qualifiée de pertinente mais elle suggère que les rouages en place sont dysfonctionnels et laissent place à la spéculation et à la confusion. Cependant, force est de constaté que la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc et l’action fort judicieuse de sortir Israël, l’usurpateur, de son statut d’observateur au sein de l’UA remettent les pendules à l’heure. Ces actions sont applaudies par la quasi-totalité des Algériens, mis à part quelques séditieux qui se prennent pour des révolutionnaires. Quant aux relations entre les deux peuples, mises de l’avant par quelques éditorialistes en manque de prestige, les politiques savent qu’il existe une profonde incompatibilité entre la sujétion de l’un et la citoyenneté de l’autre.

Une marge de manœuvre très réduite

Revenons à l’action domestique, le constat a été fait depuis fort longtemps au sujet de la distance qui existe entre le pouvoir en place et la population. Il est même expliqué par la faiblesse pour ne pas dire le manque de communication et d’information. Le Président Tebboune, considéré par beaucoup d’illégitime, tente de gérer différemment tous les dossiers mais les urgences majeures de l’été 2021 ne lui laissent qu’une marge de manœuvre réduite. Pour y remédier il conçoit un plan d’actions interdisciplinaires, et personne ne dira que cela n’est pas bien. Le système évolue et se transforme mais quatre paramètres sont occultés : le premier concerne l’inexistence d’un diagnostic sérieux du leg des anciennes gouvernances, exception faite de la diplomatie qui change dès lors que son inaction ou sa passivité d’avant le Hirak exigeaient un redressement. Le second est celui de la question des valeurs et des principes éthiques qui ailleurs guident les actions des acteurs et autres opérateurs. Cela s’observe dans le modèle de sélection de ceux qui auront le devoir de le réaliser. Le troisième touche aux remplaçants qui sont toujours pris dans le sérail et ils ne sont pas sélectionnés en toute transparence malgré leur profil fort intéressant. Le quatrième qui reste selon bien des analystes le plus fondamental réside dans la pédagogie qui porte ce plan et à laquelle les experts/auteurs n’ont pas du tout pensé.

La centralisation des pouvoirs face au chaos

On ne le dit pas assez, mais qui n’a pas observé que le monde a amorcé depuis plus d’un demi-siècle des changements majeurs ? Même la nature n’épargne pas l’humanité via des bouleversements multiples les uns plus violents que les autres et provoquent des désordres dans tous les rouages organisationnels qu’ils soient sociaux, économiques, culturels et bien entendu politiques.

Donc, si ce ne sont pas seulement les guerres qui génèrent des troubles et le chaos que beaucoup qualifient d’incontournables, c’est aussi la nature et le climat qui provoquent des dérèglements face auxquels l’être humain ne peut rien faire si ce n’est subir et patienter que ‘’la tourmente’’ passe. Le pire c’est qu’en dépit des avertissements lancés par les plus lucides et faute de protections annoncées, ce sont les plus faibles, les plus démunis, ceux qui vivent déjà dans la précarité qui sont les plus asphyxiés par des troubles accablants que même le temps ne saurait guérir.

La communication et l’information

Dans toute déclinaison de mécanismes de gouvernance convenablement ordonnés la communication et l’information font parmi des fondements les plus solides des liens entre les gouvernants et les gouvernés. Les temps modernes ont produit des technologies qui permettent à l’information de circuler instantanément et parvenir aux récepteurs en temps réel. N’importe qui peut dire n’importe quoi, sur tous les sujets qui lui parviennent par un moyen ou un autre. Ce qui donne, à titre indicatif, le bouillonnement généré par les réseaux sociaux.

Si l’État et les gouvernants algériens ne se mettent pas au diapason des technologies de l’information et de la digitalisation l’issue sera à tort ou à raison la remise en question systématique de leur crédibilité qui s’érode encore plus au fil du temps. La gouvernance de l’Algérie malgré des changements d’hommes (avant il était question de chaises musicales) vit cette problématique et rien ne semble aller dans le sens de l’obtention de résultats probants. Pourtant, les remèdes existent et peuvent être prescrits sans pour autant empêcher les oppositions de s’exprimer. La liberté d’expression des uns et des autres est une condition sine-qua-none pour la préserver et en faire un outil d’orientation nécessaire et suffisant. Trouver les moyens légaux pour mettre hors d’état de nuire les influenceurs qui veulent la division de l’Algérie est une action de bon augure mais cibler systématiquement toute personne porteuse de différences et l’empêcher comme étant subversive, sans arguments portés à la connaissance du public. C’est à ce niveau que la pédagogie intervient pour expliciter les causes de cette problématique et les solutions préconisées et surtout éviter l’analogie avec une période à jamais révolue mais qui a perduré 130 ans.

Ce pourquoi nos aînés ont lutté, ce sont entre autres, le recouvrement de la souveraineté nationale, les libertés fondamentales ainsi qu’une justice égalitaire et humaine et cela ne doit en aucune manière être occulté. Il importe de gouverner avec la transparence la plus crédible et pour ce faire, il faut bien distinguer la communication de l’information et les deux de ce qu’est la désinformation notamment subversive. Dans le déroulement du plan d’actions du Président, le ministre de la Communication parle des nouveautés pour contrer la désinformation, il s’agit d’action proactive et de vision prospective, cependant qu’en est-il des fondements de cette pensée qui localement ne tiennent pas compte de la liberté d’expression élémentaire. La libération de la parole, l’expression de la pensée diversifiée sont essentielles si l’on veut fonder une société civile vigilante et surtout consciente de sa force pour accueillir les décisions gouvernementales. Or, prenons n’importe quel site Internet de n’importe lequel des ministères … Tout est figé !

Le plan d’actions du gouvernement.

La dernière étape de la rénovation organisationnelle qui débutera à la fin novembre 2021 marquera la mise en place de l’organigramme institutionnel et le lancement des actions prévues dans le nouveau plan de redressement du Président Tebboune.

Le simple fait que ce plan énonce le besoin de lois régissant la liberté de réunion et de manifestation, la promotion du mouvement associatif et l'exercice de l'activité des partis politiques, la liberté de la presse ainsi que la sécurité des personnes et des biens est la preuve tangible que les paramètres de la gouvernance précédente étaient obsolètes. Par ailleurs, si le gouvernement du Président Tebboune prévoit de garantir l’indépendance … et l’égalité de tous devant la justice et en instaurant plus de transparence et de moralisation dans la gestion des affaires publiques, prendra t’il en compte les détentions arbitraires qui ont été décidées manu militari ? Procèdera-t-il à une révision diligente pour la relaxe de tous les détenus ?

Le Capital humain dont il est question … La panacée !?

La question qui se pose de nos jours est de savoir ce qu’il en est des hommes et des femmes qui prendront en charge la mise en œuvre de ce plan ? Comme les précédents, théoriquement, les potentiels des premiers désignés paraissent appropriés mais dans la pratique ils restent insuffisants d’autant plus que les curriculum vitae publiés ne montre aucune réalisation aux postes qu’ils ont occupés. Le contenu du nouveau programme et sous le chapitre intitulé Capital Humain il est mentionné que des objectifs sont entre autres l’amélioration des conditions de satisfaction du service public et l’initiation de formations aux employés des services publics mais rien en ce qui a trait à la sélection en amont de ceux qui doivent y veiller. Il reste que l’hypothèse qu’il ait été fait appel à des experts exerçant à l’étranger est vérifiable tant la théorie supplante la pratique sachant que lesdits experts, ont fait des propositions qui semblent avoir été retenues. Néanmoins, comme par le passé elles n’ont aucun ancrage dans le monde du travail de l’Algérie d’aujourd’hui. Il est malgré tout étonnant qu’aucune recommandation n’ait été portée à la connaissance du public et surtout précédée d’un bilan, d’un état des lieux, d’une évaluation de la situation réelle. Ce nouveau plan est lancé et comme par magie il fait mention du concept ‘’Capital Humain’’. Connu pour être porteur d’une idéologie managériale problématique à laquelle s’oppose le Potentiel Humain il est présenté comme étant la panacée.  Or, un peu d’épistémologie nous laisse voir que les organisations économiques algériennes sont passées abruptement de la gestion du personnel avant la GSE et le SGT à la gestion des ressources humaines dès le milieu des années ‘’80’’. Cela s’est fait sans transition ni formation appropriées. C’était l’époque de ‘’l’homme qu’il faut à la place qu’il faut’’ et du triptyque : ‘’Honnêteté, intégrité engagement’’. Ce modèle sorti tout droit des ouvrages de management est mis de l’avant pour en faire la panacée.

Dans l’absolu, encore une fois, nous savons que dans bien des pays, ce sont avant tout les modèles de sélections des dirigeants qui impriment le schéma de gestion. Ils se ressemblent. Il est aussi vrai que dans l’absolu les curriculum vitae de ces gouvernants mentionnant leurs formations, leurs expériences et leurs compétences sont en adéquation avec les missions et les tâches des postes qu’ils postulent mais ce sont aussi leurs résultats de gestion qui sont scrutés. Ce qui n’est jamais le cas en Algérie. Va-t-on enfin y remédier ?

Pour conclure, les défis managériaux et de la bonne gouvernance sont gigantesques. Ils vont de la conception et de la rédaction des plans de charge et des programmes des ministères et de leurs employés jusqu’à la reddition des comptes selon les normes accréditées. Ce qui veut dire que les institutions comme la Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et les inspections des ministères et des entreprises publiques doivent être activées et mandatées pour qu’elles effectuent le travail pour lequel elles ont été créées et qui évitent la navigation à vue.

Ainsi seront mis en oeuvre les principes de l’'exercice des droits et des libertés mais aussi des devoirs et obligations des citoyens. Là est la véritable question de la transparence et de la concertation pour les uns et les autres.

Ferid Racim Chikhi

Analyste senior – GERMAN

Groupe d’Études et de Recherches Méditerranée / Amérique du Nord. 

3 août 2021

Crimes au nom de l’honneur ?

«Dans ces sociétés où le patriarcat a force de loi, "crime pour l’honneur" se traduit par un crime contre les femmes»

Leila Lesbet

Présidente de Pour les droits des femmes du Québec 

Lors du quadruple crime de la famille Shafia, n’avons-nous pas entendu une psychologue nous expliquer le dilemme dans lequel se trouvait le criminel Mohamed Shafia : déchiré entre sa culture d’origine et celle du pays dans lequel il avait choisi de vivre, excusant ainsi sa culpabilité par rapport aux trois corps de ses filles et celui de sa première épouse qui venaient d’être repêchés dans le canal Rideau. C’était le 30 juin 2009.

Peut-il y avoir un quelconque honneur dans un crime froidement planifié, réfléchi et programmé par des hommes dont la victime a un lien de sang direct avec ses criminels ?

Dans ces sociétés où le patriarcat a force de loi, « crime pour l’honneur » se traduit par un crime contre les femmes. Ce crime pour l’honneur concerne uniquement la femme : c’est le fardeau lié à notre sexe.

Dans ces sociétés, la femme appartient d’abord à sa « tribu », c’est-à-dire à son père, à ses frères, à ses oncles, à ses cousins et par extension à la gent masculine que constitue la société. Son corps ne lui appartient pas, il appartient à sa famille, laquelle s’octroie le pouvoir de vie ou de mort sur cette possible « bombe à retardement » qui porte, sans aucunement l’avoir souhaité, cet honneur de la famille que les hommes par lâcheté préfèrent lui déléguer.

Le 27 juillet 2021, quand un Sherbrookois de 22 ans est attaqué par quatre individus lors d’un possible « crime d’honneur », il est rapporté dans le Journal de Montréal que la police estime que « rien ne porte à croire que la victime aurait commis une quelconque faute ; il n’y aurait eu possiblement aucune relation intime ». Cette phrase lourde de sens donne à penser qu’une relation intime aurait rendu le crime acceptable. Vraiment ?

Le 29 juillet, à Kirkland, quand La Presse rapporte le cas d’une adolescente de 16 ans violentée par son frère sur son lieu de travail, le SPVM précise que « l’affaire est fort probablement “reliée à un conflit de violence intrafamiliale”, sans toutefois s’avancer sur l’éventualité d’un crime d’honneur pour le moment ».

Pour Nour (nom fictif de l’adolescente de Kirkland), les interdits sont nombreux : contrôle de sa tenue vestimentaire, de ses fréquentations, de ses textos, de son argent et du wifi résidentiel. Pourtant, ce cas éloquent n’est pas unique.

Il est de notoriété publique que les crimes dits « d’honneur » ont cette particularité de mettre en évidence l’appui de la « tribu » qui soutient les hommes qui les commettent. N’est-il pas lâche de s’organiser à plusieurs contre une seule personne appartenant au sexe dit faible ?

Les noms des personnes inculpées ne font réagir aucun imam pour dénoncer cette barbarie à l’endroit d’adolescentes innocentes.

Indifférence

Le plus insoutenable, car offensant au plus haut point, c’est la condescendance du gouvernement du Canada qui mène avec assurance sa politique communautariste dans laquelle nous sommes enfermées, condamnant ainsi sans appel nos protestations et niant nos aspirations.

Combien d’adolescentes vivent ce calvaire dans la plus grande indifférence ?

Combien de filles, d’adolescentes et de femmes auraient aimé témoigner de leur quotidien au procès de la Loi sur la laïcité de l’État ?

Combien d’entre elles auraient aimé être entendues au Sommet national sur l’islamophobie et proposer leurs recommandations ? Mais leurs voix, nos voix sont inaudibles.

Combien d’adolescentes victimes de ces crimes doivent taire les violences subies alors que le relativisme culturel sévit dans les écoles québécoises, où on banalise la présence des femmes dites musulmanes représentées toujours voilées, et cela conformément à un profilage établi selon l’origine géographique ou ethnique et souvent confondu avec la religion, comme dans le cours ECR ?

Il ne s’agit pas de stigmatiser une culture ou une religion, mais bien de dénoncer certains faits de culture ou de religion qui n’ont vraiment plus lieu d’être dans notre société d’aujourd’hui.

S’il y a déshonneur dans une relation entre une femme et un homme, demandons-nous qui porte l’honneur et qui assume le déshonneur ?

Nous, les femmes, sommes atterrées par le silence assourdissant du premier ministre du Canada et de toute la classe politique, tant au fédéral qu’au provincial.

Nous sommes consternées par le silence complaisant des organismes gouvernementaux dédiés aux droits des femmes.

Est-ce ce choix de société et de vivre-ensemble que nous voulons pour nos enfants ?

Leila Lesbet

Présidente PDFQuébec

In Le Devoir : Crimes au nom de l’honneur? | Le Devoir 

25 juil. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 354 -

 La ligne rouge que Trudeau ne devait pas franchir ! ?
Sommet contre l'Islamophobie d'Ottawa !!??

Je suis offusqué par la non-retenue du Premier Ministre Canadien qui, encore une

fois, prête son soutien à des groupuscules islamistes qui s'érigent en représentants de tous les musulmans du Canada sachant que ceux-ci se répartissent au moins en deux grands groupes : les Sunnites et les Chiites et que chacun d’eux se subdivisent en plusieurs sous-groupes aussi différents les uns que les autres, que ce soit par la pratique religieuse ou la tradition musulmane ou encore la culture d’origine.

Ce sommet qui marque une fracture entre les communautés musulmanes de diverses origines et les bourreaux islamistes montre la faiblesse du gouvernement fédéral face à des organisations et associations islamistes qui n’ont pour seuls objectifs que de semer la division et la stigmatisation des musulmans qui se sont adaptés aux lois du Canada et refusent que leurs soient imposées des lois importées des pays qu’ils ont quitté, pour certains, depuis plus de trois décennies.

Lorsqu’il est question de minorités, le premier ministre Justin

Trudeau va t'il soutenir ces musulmans qui constituent plus de 98% de ces communautés ou restera t-il dans sa posture d'aider des groupuscules connus pour leur violence et leur sournoiserie ?

C'est juste une question de bon sens à l'adresse des fédéralistes qui se disent contre le séparatisme !


Ferid Chikhi