23 févr. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 345 -

 Algérie : Le Hirak et le renouveau de l’Algérie

 Le pouvoir pourrait mettre en place des passerelles pour un dialogue serein et sincère.

Le Hirak c’est déjà l’an II et les opportunistes sont toujours à l’affût
pour dénigrer, nier, récupérer et le pire ce sont les organisations à l’origine de la débâcle institutionnelle, de la gabegie, des faux fuyants qui ne s’empêchent pas de s’approprier les acquis du mouvement pacifique du 22 février. C’est ainsi que nous assistons à ce qu’a énoncé en son temps 
l'historien grec Thucydide qui avait dit : ‘’l’Histoire est un éternel recommencement’’.  Même si bien plus tard, Louis-Ferdinand Céline nous dit, dans son style coloré, que « l’histoire ne repasse pas les plats ».

Les rendez-vous spontanés

L’Algérie a de tout temps eu des rendez-vous, souvent qualifiés, d’historiques qui marquent des arrêts et expriment les aspirations de son peuple sans pour autant que des animateurs, des leaders ou des meneurs n’émergent pour en devenir des figures de proues que l’histoire retiendra. C’était ainsi mai 1945, en décembre 1960 à la veille de l’indépendance. Mille et une tentatives de récupération ont été observées, ici et là, mais aucune n’a réussi. Pourtant, si la répression après mai 1945 a été sauvage et mortelle celle d’après février 2019 a été moins violente si ce n’est pour quelques animateurs qui ne sont plus visibles sur les radars et les arrestations d’autres subversifs qui seront vite oubliés. Or, aujourd’hui, la crédibilité des nouveaux hommes de la gouvernance dépend de leur efficacité avec une concentration de décisions pragmatiques ne serait-ce que pour que chacun sache quel regard porter à court terme, que peut en attendre chaque Algérien et comment aider à redresser la barre ?      

Le Hirak c’est déjà l’an II !  

Je le dis souvent, le Hirak fait partie de ces moments qui fécondent le sens commun. Le peuple se lève et se tient debout pour se libérer du joug d’un pouvoir qui a tenté d’empêcher jamais son expression et ses libertés. Il est réellement tout un rendez-vous qui met aux prises un peuple, une patrie, une nation a des gouvernants de tous bords qui ont mené à la dérive les institutions de l’État. Un pouvoir qui a provoqué la mort ou l’exil de milliers de jeunes, des hommes et des femmes, diplômés des universités et des grandes écoles. Il a poussé d’autres à se noyer en Méditerranée, sans compter tous les laissés pour compte qui n’arrivent pas à vivre autre chose que la mal-vie qu’ils connaissent depuis plus de deux décennies. Il a notamment ignoré l’histoire et la mémoire collectives des Algériens. Il a détourné et il a dilapidé les richesses accumulées, il a gaspillé le patrimoine de confiance et il a particulièrement imprimé pour longtemps une défiance d’un citoyen perçu comme un sujet de bassecour.  

L’Algérie et l’Algérien se retrouvent après soixante années d’indépendance toujours en quête de libertés pourtant considérées comme acquise dans le sillage de l’indépendance du pays chèrement acquise. L’Algérie est menacée de toutes parts. Elle l’est à l’intérieur par des maffieux qui se sont érigés en représentants du peuple et en propriétaires ad vitam aeternam des mécanismes institutionnels. L’Algérien, malgré sa résistance éternelle, est en ce début de millénaire dans un statut d’enchaîné sans chaînes, réprimé par des lois qui le limite non seulement dans sa mobilité physique mais aussi dans sa réflexion pour innover et créer selon ses aspirations légitimes.

De quelques séquelles et acquis du Hirak

Alors, le Hirak, puisqu’il en est question, a-t-il atteint ses objectifs majeurs ? Bien entendu, OUI ! Il poursuit sa marche. Comme résistance pacifique il n’est plus à la croisée des chemins parce qu’il a réalisé des consensus jamais opérés auparavant. Il a ébranlé le système en place sans le désactiver totalement. Ses acquis sont nombreux et l’on peut en dénombrer au moins une demi-douzaine qui sont :  l’éviction d’un président qui a échoué dans sa gouvernance ; la création des conditions pour discerner les stratagèmes et autres manœuvres à l’origine d’un marasme multiforme ; l’ouverture de la porte d’un non- renouvellement de la confiance à un pouvoir qui ne semble pas avoir encaissé et compris la leçon du Yetnahaw Ga’3. Il a malheureusement laissé des brèches pour l’accès à des opportunistes impénitents de la chose politique qui n’ont pas encore décrypté le sens commun de ce mouvement. Il a aussi provoqué des mutations profondes mêmes si pour l’heure elles ne sont pas visibles et enfin il a tracé les contours d’une nouvelle vision de l’Algérie.

A-t-il eu d’autres effets, même secondaires ? Oui ! Parce que le citoyen Algérien a de grandes aspirations qui sont inaltérables. Il s’agit pour lui du droit à une vie digne et exempt d’asservissement avec un sens de l’appartenance à une nation fière et reconnue globalement pour son intégrité et sa loyauté.  L’Algérien veut des dirigeants qui soient à l’image de cette jeunesse créative et mature et non pas à l’image de ces nonagénaires dépassés par les progrès scientifiques, la modernité et les développements divers faits tant au niveau local qu’au nveau international. Il veut des têtes nouvelles avec des profils originaux – juste à voir toutes les réactions d’admiration que chacun exprime lorsque certains réussissent dans les pays qui les ont accueilli par suite d’un exil forcé – qui influent directement sur toute la société et sur chaque individu et ce ne sont pas les enseignements dépassés d’une idéologie régressive qui changeront quoi que ce soit. Plusieurs observateurs, des militants et des activistes se sont donnés pour devise d’éviter que le mouvement soit détourné par les corrompus et les opportunistes de tous bords mais au 21ième siècle, celui que les anciens qualifiaient de Karn arb’atache[1] celui de la perte de sens tout est possible notamment avec le soutien des officines qui œuvrent dans l’intérêt de ceux qui les soudoient.  

Alors, deux questions vitales se posent d’elles-mêmes et se déclinent comme suit :  Si ayant atteint ses objectifs principaux même s’ils restent pour beaucoup illisibles, le Hirak peut-il être aller de l’avant ? SI c’est le cas par qui et comment peut-il l’être avec une pandémie qui commande au confinement, à la distanciation et au non-rassemblement des citoyens et aux autres dangers invisibles qui guettent le pays ?

L’Histoire un éternel recommencement !  

Comme Novembre 1954 engendré par les démarches politiques des premiers compagnons de la résistance face au colonialisme, favorables à l’indépendance de l’Algérie et systématiquement régénéré par les nationalistes et patriotes résidants à l’étranger, le Hirak peut être transformé par des citoyens engagés et émigrés aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde. Ils ont tous et pour toujours l’Algérie au cœur. Ce sont de vrais patriotes qui ne se laissent pas manipuler par les services d’intelligence étrangers. Ces patriotes sont qualifiés, actifs, entreprenants et comptent dans leurs rangs notamment d’anciens militants des partis démocratiques qui ont lutté contre l’islamisme, ils pourraient avoir le vent en poupe pour peu qu’ils soient aidés pour s’organiser en tenant compte des changements de fonds observés au pays.  

Dans son discours de jeudi 18 février 2021, le Président Tebboune a fait une série d’annonces. Pourtant, au-delà de leur importance non négligeable, elles sont encore une fois très mal diffusées et relayées. Leur lisibilité est nulle. La méthode de communication est encore une fois obsolète, même celle relative à l’ouverture pour le rajeunissement des candidats à l’assemblée nationale et à laquelle bien des jeunes devrait s’accrocher. Les autres messages sont à redistribuer parmi lesquels trois sont consistantes : celle des affaires de sécurité nationale ; celle du nouveau découpage administratif du sud et celle de la nomination des nouveaux walis. L’analyse, l’examen et l’explication de ces annonces devraient être repris. Ils tendraient, par exemple, à dire pourquoi une nouvelle configuration administrative du Sud au moment où il est proposé un échiquier politique avec une implication plus appropriée de la société civile et l’aide qu’elle peut avoir pour s’organiser ; comment ont été choisi les nouveaux Walis. C’est de cette Algérie nouvelle dont il est question et présenté par le président Tebboune à quelques encablures de la tenue prochaine des élections législatives.

Une autre concentration est exigée de l’État

Retenons que le gouvernement de Abdelaziz Djerrad est ajusté. Il a déjà fait de son mieux pour mener à bien ses affaires. Cependant, d’autres domaines d’activités connaissent un retard dans les correctifs attendus et ce en raison des profils des ministres qui n’auraient jamais dû être nommés parce que loin de connaître la signification de l’efficacité. Leur feuille de route était clairement énoncée mais ils ont agi sans jamais se débarrasser de leur mauvaises habitudes de tout nier, de tout rejeter, de tout dénigrer venant du même gouvernement qui les a accueillis. Face aux missions du ministère qui leur a été confié et aux tâches traditionnelles d’un ministre, ils sont restés inactifs sans pouvoir atteindre les objectifs assignés et encore moins tenter de faire le minimum qui était exigé d’eux. Si leur incompétence et leur arrogance ont aidé à la création de nouvelles brèches dans bien des secteurs, leur attitude et leur comportement sont à considérer avec attention afin de ne plus refaire le même type d’erreurs avec d’autres candidats. La tâche incombe à ceux qui sélectionnent, qui choisissent et qui aident à la désignation des commis de l’État. Ils devraient, eux aussi, changer de paradigmes et sortir des vieilles méthodes d’enquêtes privilégiant le clientélisme, l’appartenance à un groupe, etc. et se focaliser sur les profils alliant les qualifications, les compétences, les expériences et surtout les réalisations passées et surtout qui savent se remettre en question[2]. Ce sont les critères de base pour mettre de l’avant de vrais bâtisseurs. Pour mener à bien cette mission, le secteur des universités a besoin d’actions vigoureuses et doit être investi pour d’abord les sortir des griffes des pseudos-experts qui n’ont jamais rien prouvé dans leur vie professionnelle et dégager des lignes directrices pour mettre de l’avant les profils de ceux qui sont les plus doués, les plus habiles et les plus talentueux. C’est aussi la voie pour éviter que des ‘’endoctrinés et embrigadés’’ par des organisations politiques qui ne cachent pas leur ‘’religiosité’’ ne viennent perturber les affaires de l’État.  

Quel regard porter à court terme ?

Pour conclure, les effets du Hirak font que les équilibres politiques sont en cours d’ajustement aux nouveaux contours imposés par les changements majeurs non seulement internes mais aussi régionaux. Ceux qui attendent des retombées de ce vaste mouvement populaire devraient réfléchir en tenant compte de leur propre apport à la cohésion sociétale avec un minimum de pragmatisme face aux contraintes et autres préoccupations non seulement du simple citoyen mais aussi de toute la société Algérienne. Cela requiert des nouveaux dirigeants la confection d’états des lieux exhaustifs si ce n’est des diagnostics solides et sérieux en évitant de confier les destinées du pays à des charlatans qui ne possèdent que le déni et la défiance comme compétences et aucune aptitude à faire avec les destinées de l’Algérie.

Ferid Racim Chikhi

Analyste Groupe de réflexion Méditerranée Amérique du Nord (German)

======================================

Aussi sur Algérie Patriotique

Eriger des passerelles pour un dialogue serein entre le pouvoir et le Hirak - Algérie Patriotique (algeriepatriotique.com)

===================================================

[2] Analyse des menaces et défis de l’Algérie, approche prospective, German, janvier 2021.

2 févr. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 344 -

 Algérie : La gouvernance de l’État et ses dossiers majeurs

“Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.”

Sun Tzu

Les segments de réflexions qui suivent sont extraits d’une analyse de quelques menaces et défis [1] qui confrontent l’Algérie en ce début de l'année 2021. Que l’on soit pour ou contre le Président Tebboune et son élection, il est essentiel de considérer avec minutie les incertitudes et les risques générés par deux décennies de non-gouvernance, de corruption et de gabegie ainsi que le potentiel de résolution de leurs conséquences. Se pose alors une question simple mais dont la réponse est complexe : Comment procéder ou encore quelles sont les marges de manœuvres des gouvernants face à cet océan d’inconséquences ?

Des solutions et des principes de résolution

Plusieurs experts proposent ou suggèrent des réponses mais aucune ne semble convenir soit parce qu’elles sont incongrues soit parce qu’elles sont trop théoriques. Je ne sais plus qui est l’auteur de la citation suivante mais elle se vérifie tous les jours en Algérie : “un expert est quelqu’un qui a commis toutes les erreurs possibles, dans un domaine restreint.” Nous savons tous que les deux dernières décennies ont été catastrophiques et seules quelques institutions sont à l’œuvre des correctifs en cours comme le montre le ministère de la défense nationale par ses alertes sur les contingences géostratégiques auxquelles fait face le pays. Mis à part l’épisode des officiers arrêtés pour de multiples raisons, il lui reste de la crédibilité auprès du citoyen. Le gouvernement de son côté élabore des stratégies de sortie de crise malgré le déficit d’expérience de ses membres et des bévues qu’ils commettent à chaque prise de parole. Pendant ce temps le précepte selon lequel ‘’des institutions qui survivront aux hommes’’, édicté un certain 19 juin se pérennise. La solution miracle n’existe pas sans un projet de société édictant clairement les grands lignes d’une refondation de l’État, un abandon des références surannées et une stratégie de développement avec des axes porteurs d’une modernisation des institutions et de l’appareil de gouvernance. Un autre constat affligeant montre que tous les départements ministériels continuent de travailler comme au siècle dernier alors qu’une reconfiguration à la lumière des nouveaux instruments technologiques et outils du management moderne, la digitalisation, la numérisation des documents, la robotisation (de quelques secteurs), la modernisation des équipements, etc…

C’est un gouffre sans fonds que de la gouvernance des institutions de la république. Les hommes et les femmes qui en ont la charge devront faire preuve d’imagination et de bon sens. Cela exige des qualifications en gestion des organisations et des ressources humaines, des compétences comportementales appropriées, un capital expérience et bien entendu des attitudes conforme à l’éthique, la morale, au respect des institutions et des citoyens d’où l’exigence d’une vraie sélection des candidats loin des quatre critères d’un passé récent ayant conduit à l’échec de bien des personnels réputés sérieuxet intègres il s’agit du clientélisme, de la cooptation, du népotisme, du régionalisme. La cupidité et la corruption ont atteint des niveaux jusque-là inégalés c’est pour cela qu’une rigueur sélective s’impose loin des méthodes empiriques. Le Hirak a fait une partie du travail de nettoyage en exigeant que tout doit être changé. Les effets de ce mouvement de masse se feront encore sentir pendant fort longtemps, en témoigne l’intérêt que lui ont accordé non seulement les tenants du pouvoir mais aussi les chancelleries, les gouvernements des pays amis ou adversaires et bien des instituts de recherches en sciences humaines, sociales et politiques.

Des institutions politiques et des affaires domestiques

Au-delà de ce qui précède et prenant appui sur les apports du Hirak et les effets du Covid19, la refonte de l’échiquier politique par une révision et une mise à jour de la loi organique portant organisations politiques est un impératif à considérer avec attention pour éviter de nouvelles dérives que généreraient l’actuel projet de texte. À brève échéance il est certes impératif de renouveler les institutions élues (action qui aurait dû se faire juste après l’élection présidentielle) APW, APC et Assemblée Nationale avec comme perspective le réaménagement administratif des régions et leur décentralisation accompagné d’une déconcentration des pouvoirs afin que les perspectives électorales soient agencées dans le temps et seulement comme période transitoire.

Des secteurs et des domaines d’activités à relégitimer

Tous les rouages de l’État ainsi que les partenaires étatiques et privés ont été intoxiqués par des agissements de prédateurs d’où un indice de satisfaction nul. Toutefois, malgré les condamnations des fraudeurs, corrupteurs et corrompus, l’éthique et la morale doivent redevenir des valeurs tangibles si l’on souhaite que les délits observés à ce jour ne se reproduisent. Du côté judiciaire, les magistrats inconséquents en charge des multiples dossiers rouges doivent être rapidement écartés. Cela doit se faire pour éviter que les règles de ‘’l’intouchabilité et de l’impunité’’ ne se perpétuent. Le faire c’est le prix à payer pour restaurer la confiance du citoyen. Du côté de l’administration il importe de réparer les dysfonctionnements dû au manque d’évaluation des actes de gestion des uns et des autres, à l’étouffement des structures de contrôles : IGF, Cour des comptes, fiscalité, etc.

Une économie à repenser

Tout le monde est d’accord pour une relance économique. Mais là aussi la question est de savoir comment procéder ? Certains suggèrent de s’inspirer du passé récent et de considérer avec attention les réalisations d’il y a quatre décennies en matière d’industrialisation. Or, le contexte est différent à plusieurs niveaux. L’État de délabrement du secteur ‘’industrialisant’’ peut être dissuasif notamment parce que la partie la plus lucrative, celle des hydrocarbures, n’a pas été épargnée par la corruption. Le prix du baril de pétrole, est aujourd’hui, au-dessus de la barre des 55$, et le pays a certes de quoi tenir le coup en dépit des risques encourus mais il n’y pas que le secteur de l’énergie et des hydrocarbures qui a un besoin pressant de réformes, de restructuration, d’innovation et de bonne gestion. Cependant, des dossiers importants nécessitent aussi un regard critique et urgent parce qu’ils concernent les générations futures, la santé publique, les affaires internationales et la modernisation de l’État…

De l’éducation nationale et des générations futures

L’avenir du pays réside dit-on dans les apprentissages et les savoirs dispensés aux générations futures. Le système éducatif du primaire à l’universitaire en passant par la formation professionnelle est l’un des plus intoxiqués des institutions. Une refonte radicale des programmes d’enseignement et des infrastructures s’impose. L’immobilier (Écoles, instituts et autres campus universitaires) et bien entendu le mobilier et les équipements divers datent du siècle dernier alors que nous sommes en plein dans l’ère de la digitalisation (source d’emplois réels).

La santé de la population passe par l’écoute des professionnels

Le Covid19 et bien avant lui les autres fléaux sanitaires ont fait que la médecine est à double vitesse avec un peuple qui se soigne en Algérie et ses dirigeants à l’étranger. Personne ne peut nier que la santé publique est à refonder tant les chantiers qui la concerne sont multiples, interreliés et complexes. Autant les institutions (organisation et fonctionnement) que les ressources humaines, le développement de leurs compétences et leurs perfectionnement, les questions d’hygiène, de salubrité et de sécurité des établissements hospitaliers en passant par les équipements spécialisés doivent être mis à niveau pour répondre aux besoins du citoyen (source de formations et d’emplois)

À l’ère de l’Intelligence Artificielle

De l’introduction de l’informatique (décennie ‘’70’’) à son déploiement même boiteux l’Algérie a été en progrès constants jusqu’à l’apparition de l’intelligence artificielle (IA) en ce début de millénaire mais des trous béants ont été observés comparativement à bien d’autres pays  qui ont suivi le parcours technologique depuis les premiers lancements des vaisseaux spatiaux et le premier alunissage de la sonde soviétique Luna 9 ainsi que celui d’Apollo avec Neil Armstrong US. Les technologies ont évolué à pas de géants et la numérisation des documents, la digitalisation et les autres technologies de l’information occupent les esprits des dirigeants conscients que ces apports sont cruciaux pour aller de l’avant et mieux répondre aux besoins des populations de leurs pays respectifs. En Algérie, à titre indicatif, les deux secteurs complémentaires que sont les institutions financières et bancaires constituent à n’en pas douter des océans de management mais aussi des aires de lancement pour la transformation non seulement des outils mais aussi des mentalités sans lesquels les progrès sont vains. Ils requièrent des dirigeants la confection d’états des lieux exhaustifs si ce n’est de diagnostics solides et des recommandations sérieuses à mettre en œuvre sans délai.

Sur le plan international   

Un pays, ce sont certes les affaires nationales qui accaparent l’intérêt des citoyens mais il y aussi les affaires internationales notamment celles des communautés nationales à l’étranger. Aucune des deux ne doit être négligée. Il existe des dossiers chauds qui font l'actualité et qui sont en négociation. Cependant, la manière de les traiter interpelle. L’Algérie a une longue tradition diplomatique héritée de la lutte de libération nationale mais, cette diplomatie a-t-elle les mêmes attributs, les mêmes compétences et aptitudes que celles du passé ? Oui et Non ! Regardons de près le grand délire du rapprochement d'Israël avec les pays du Golfe Arabe au détriment de la Palestine et du Sahara Occidental, l’Algérie a gardé la tête froide et a été fidèle aux principes qui sont les siens. Sa position envers ces pays a été sous tendue par le respect des peuples qui luttent pour leur indépendance. Toutefois, il reste que sur le fond la question des principes ne saurait aller sans un cadre de références à la fois immuables mais sur la forme ils doivent tenir compte des nouveaux rapports de force au sein des institutions internationales et des mises à niveau par diverses adaptations aux nécessités du 21ième siècle.

L’Afrique est dit-on le continent de l’avenir de l’Europe mais elle est parsemée de conflits armés, d’armées de mercenaires, de firmes internationales qui dilapident les richesses. À cela s’ajoute une présence dynamique et intense de la Chine. Tout semble stagner mais les forces étrangères n’offrent aucune solution durable pour les troubles du Sahel et le renouvellement des contingents d’islamistes.

L’Europe est un partenaire à considérer à l’aune des changements et des évolutions imposés par les effets du Brexit et des réponses aux nouvelles questions et effets dû à la pandémie du Covid19. L’Algérie devra compter avec la reconfiguration non seulement des partenariats mais aussi de toutes les frontières.

Concernant le reste du monde, des opportunités sont offertes pour que l’Algérie reconsidère ses partenariats avec une maîtrise du management des affaires. Il est cependant vrai que des questions peuvent être posées au-delà des liens historiques. Les gouvernants doivent se demander si en ce début du nouveau millénaire il existe des intérêts à avoir des relations commerciales avec les pays du golfe ou ceux de l’extrême Orient s’ils sont porteurs de bienfaits ou au contraire de litiges divers ? Est-ce le même protocole qu’il faut utiliser pour les pays de l’Europe de l’Est redessinés depuis le début des années 2000 ?  

Pour conclure, il reste deux sujets qui occupent certains esprits et déchainent les passions : l’histoire et la mémoire. Deux héritages patrimoniaux qui interpellent les consciences et les imaginaires. Certains disent que ce n’est pas le moment d’en faire cas d’autres considèrent que c’est l’heure de les explorer. Mais on sait que la compréhension et la perception des Algériens leur est propre et personne ne la changera d’un iota tant que ni l’une ni l’autre n’est soumise à l’étude sans complaisance non seulement dans les lieux appropriés mais aussi dans les cursus d’études de l’école primaire à l’université et que les quelques historiens sérieux les rendent accessibles au grand public.

Ferid Racim Chikhi

Analyste / GERMAN

Groupe de Réflexion Méditerranée Amérique du Nord 



[1] Analyse des menaces et défis de l’Algérie / Approche prospective GERMAN/01/2021.

 Aussi publié sur Algérie Patriotique : Algérie : la gouvernance de l’Etat et ses dossiers majeurs - Algérie Patriotique (algeriepatriotique.com)