26 oct. 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 339 -

Algérie : Le Hirak et ses effets secondaires : Quelle perspectives … ?

Dans l’opinion qui suit, il est question des effets inhérents au Hirak en dehors des premiers qui ont empêché le 5e mandat présidentiel et qui ont chassé quelques corrompus et corrupteurs mais qui ont ouvert grâce au Coivd-19 la prochaine approbation par référendum d’une nouvelle Constitution. Il est question aussi de la démocratie tant espérée mais qui se trouve opposée par le danger islamiste contre le projet de société qui appelle à la refondation de la République Algérienne.

L’amendement de la Constitution

Le Hirak, comme Révolution pacifique du sourire, n’est plus à la croisée des chemins parce qu’il a atteint ses objectifs initiaux. Il a ébranlé et chassé du pouvoir un président qui a échoué dans sa gouvernance et créé les conditions d’un marasme multiforme. Cependant il a ouvert la porte à un pouvoir à l’évidence sans expérience de la chose politique parce qu’il n’a pas su, à ce jour, décrypter le sens commun de ce mouvement. Le Hirak a gagné ses lettres de noblesse dès le moment où il est imité et cité en exemple partout dans bien des parties du monde et ses causes comme ses effets immédiats (en attendant de voir les autres) sont enseignés dans des départements de sciences politiques, de sociologie et d’histoire d’universités prestigieuses.

Il reste que la mise de l’avant du projet d’amendement de la Constitution porte en lui des concepts qui augurent d’incertitudes difficilement appréciables à l’heure actuelle. Ceci pour dire que tant que le citoyen est interpellé par deux paramètres. Le premier étant celui du choix de la date du jour anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre 1954. Le second concerne le qualificatif qui est accolé au sigle du FLN. Ces deux amendements sont porteurs de contingences et d’une configuration qu’il faut redouter.

Le premier est pernicieux, usurpateur pour ne pas dire contrefacteur. C’est à se demander si on se prépare encore à un autre effacement d’un pan de la mémoire révolutionnaire. Le 22 février 2019 a été récupéré par le pouvoir en place pour lancer sa nouvelle République Algérienne ; encore un concept frauduleux et sans l’assentiment des citoyens. Si l’objectif est de placer le FLN au musée du patriotisme national ? Et là, personne n’est contre. Cependant, pourquoi ne pas le faire avec les honneurs dus aux martyrs et au combat libérateur des Algériens ? Le 1er Novembre 1954 doit être protégé afin d’éviter tout effacement de la mémoire anticoloniale, celle de la lutte pour la récupération de la souveraineté nationale. Les promoteurs de cette idée ne mesurent pas les effets sur l’histoire nationale mais aussi sur celle de bien des pays qui ont acquis leur indépendance à la suite de luttes mémorables et en se référant à celle des Algériens.

Ce qui est déplorable, c’est qu’au lendemain de son investiture le Président avait une opportunité unique de dissoudre les assemblées élues de l’ère Bouteflika et d’offrir une nouvelle démarche institutionnelle. À ce moment précis, il aurait pu parler au nom du Hirak. Malheureusement, il a failli et maintenu les politiques et les procédures du siècle dernier. Procédures que le Hirak a justement dénoncées. S’il avait déclaré l’amnistie et la suspension des détentions des militants, des animateurs et des activistes du Hirak, qui ne l’aurait pas cru et suivi même si sa légitimité est contestée ?

Il reste que si la Constitution a une importance primordiale dans le devenir du pays, ce qui compte ce n’est pas la Constitution en tant que telle mais son application sur le terrain.

La démocratie ?

Ce que vit l’Algérie est encore une occasion qui sera imputée aux errements renouvelés d’un pouvoir incapable de décrypter l’expression du sens commun. La démocratie du Hirak, par exemple, et ses effets sur la population ainsi que la vie politique de l’Algérie avaient pris une place prépondérante dans les différents rassemblements. C’était la relation entre les citoyens et les animateurs du mouvement. Semblable à celle d’un pays où le peuple communie avec ses élus, ses gouvernants, etc.

Le maintien des institutions élues montre on ne peut mieux que le message populaire n’est pas compris par les gouvernants qui affichent un mépris évident à l’endroit du peuple. Or, qui ne sait pas que les députés reçoivent un mandat du peuple, mais font-ils leur travail ? On peut en douter ne serait-ce qu’en constatant leur absentéisme chronique, leur ignorance, leurs agissements, leur éloignement de ceux et celles qui les ont «élus». Ils prennent rarement l’initiative de projets de lois alors que la Constitution leur en donne le droit. Sur le plan local, la plupart des élus locaux passent leur temps à revendiquer des aides de l’Etat et sont incapables d’anticiper les problèmes. En tout état de cause, peut-être dans une ou deux générations si l’éducation nationale est refondée, transformée, restructurée. Si le statut personnel de la femme change pour lui offrir la place entière qu’elle mérite et si la religion est cernée dans les espaces qui lui conviennent loin de la gouvernance, peut-être que la démocratie poindra à l’horizon.

Mieux encore, si le citoyen est mis au centre des préoccupations des élus et des gouvernants et si le militaire prend sa place d’abord comme citoyen et qu’il se mette réellement au servir non seulement du pays mais aussi de la citoyenneté, peut-être que cela sera possible ?

Les islamistes et leurs accointances gouvernementales

Actuellement, à la veille de ce 1er novembre 2020, le pouvoir est à la manœuvre avec les islamistes, en mettant en œuvre deux programmes, celui du renforcement de l’arabisation et celui de l’islamisation de l’école. Les deux problématiques n’échappent à personne et il faut ajouter un troisième : le recul des programmes économiques gouvernementaux. Malheureusement, la mentalité et l’état d’esprit ont été tellement corrompus que leurs tenants trouvent facilement des relais pour les aider à se renforcer.

Après le référendum sur la Constitution, il y aura les législatives. Comme la nature a horreur du vide, si les partis peu représentatifs boycottent le scrutin, ils n’auront aucune tribune pour exister politiquement. S’ils participent, s’ils s’impliquent, ils pourront espérer impacter la vie politique, à condition qu’ils revoient complètement leur logiciel. Le Hirak comme mouvement sans organisation ni verticale ni horizontale n’a pas eu pour objectif sa structuration en prévision des batailles politiques électorales. Peut-être que les initiateurs n’ont pas eu le temps de le faire puisque presque tous ont été mis en détention ou invités à rejoindre leurs quartiers. Cela s’est fait dans le silence total.

Cependant, si le pouvoir veut œuvrer pour le bien du citoyen, il a l’option de mettre de l’avant des solutions à titre transitoire, en changeant en souplesse des paradigmes organisationnels et fonctionnels de la gouvernance. Il pourrait en accord avec la société civile, les organisations citoyennes et des personnalités locales sérieuses ouvrir des canaux de communication et mettre en place des passerelles pour un dialogue serein et sincère. Lancer un dialogue décliné sur le court, le moyen et le long terme axé sur l’économie, l’agriculture, l’urbanisation, l’éducation et la culture, la diaspora et d’où émergeront de nouveaux profils représentatifs des citoyens.

Le danger islamiste

Cette démarche est un des instruments utiles pour éviter l’intrusion perfide des islamistes. La question est considérée avec attention, notamment avec les falsifications éhontées de l’histoire de la Révolution et l’hégémonisme islamiste transnational.

N’oublions pas que l’islamisme est l’épine au pied sur laquelle ont marché les dirigeants des années «1980». Les islamistes ne cessent de s’infiltrer et d’enfler avec l’appui accordé par l’ancien Président. Les liens des islamistes algériens avec ceux des autres pays, que ce soit au Moyen-Orient, en Asie ou en Europe. Le soutien intéressé des puissances occidentales en rajoute et cela est encore plus visible de nos jours. Le pire, c’est qu’en Algérie les islamistes sont au pouvoir au sein de l’éducation nationale, la justice, les affaires religieuses, les télécommunications, les institutions électives locales, etc. et adulés par les militaires. C’est dire que le Hirak a juste balayé le problème sous le tapis.

Deux projets de société inconciliables

Aujourd’hui, ses représentants basés à l’étranger lancent des actions liberticides et intimidante contre un observateur qui a quitté la scène politique depuis fort longtemps. Ce spectateur critique de la scène politique, en l’occurrence Saïd Sadi, fait l’objet d’un affichage mortifère par l’organisation islamiste Rachad. Il ne s’agit pas d’une simple confrontation entre deux hommes politiques. L’un est porteur d’un projet totalitaire et orienté vers le passé et la régression sociétale, l’autre décline celui d’une société démocratique, tournée vers le progrès et le développement du citoyen et de toute la société. L’un est obscurité et obscurantisme, l’autre est avenir et futur et tourné vers le savoir et la connaissance.

Par conséquent, ils se réfutent dans la forme et dans le fond, ce qui fait qu’ils sont antinomiques. Le projet que portent les islamistes, toutes tendances confondues, est celui de l’endoctrinement, de l’embrigadement et si cela ne fonctionne pas il préconise l’intimidation jusqu’à la violence physique, en décimant les intelligences qui fragilisent leur programme de prise de pouvoir. Ce projet porte en lui les germes de l’adversité contre tout ce qui ne rejoint pas ses idées, ses dogmes d’un autre âge ; ses attaches à des préceptes dignes de la Jahilya (période ante islamique, ndlr). Il ne laisse aucune place à l’esprit critique.

Le projet que défend Saïd Sadi est celui d’un humaniste. Celui d’un esprit éclairé. Celui d’un libre penseur et rhétoricien rigoureux auquel s’ajoute le patriotisme. Pour clore ce chapitre, il faut savoir que l’islamiste en chef de Rachad bénéficie du soutien financier de divers bailleurs de fonds et de plusieurs organisations islamistes transnationales. Il n’a pas l’Algérie au cœur. Le Dr Saïd Sadi a le support de la vérité, celle que porte en eux des compatriotes exilés durant la décennie noire et en Algérie des démocrates qui militent encore, avec abnégation et détermination.

En conclusion

Au-delà des aspects politiques que personne ne peut minimiser et notamment la pléthore de pseudo-partis multifonctions, ce sont, de nos jours, les urgences économiques qui interpellent et qui font que la situation globale incertaine pour les citoyens et la faiblesse des marges de manœuvre gouvernementales. Formuler quelques-unes sous forme de questions pourrait ouvrir la porte à des projets de développement qui mettraient bien du monde au travail : comment sortir du Covid-19 ? Comment remettre les gens au travail ? Comment résorber le chômage de masse (5 millions de chômeurs) ? Comment gérer le pays avec moins de 50 milliards de dollars de réserves de change ? Comment se libérer de la dépendance aux hydrocarbures ? Comment éviter de recourir au FMI ? etc. Ces urgences imposent une vraie refondation des approches politiques de l’économie, à la fois de la part du pouvoir et des partis d’opposition. C’est à l’aune de ce changement de paradigmes que les citoyens algériens sépareront le bon grain de l’ivraie.

Ferid Chikhi

 

20 sept. 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 338 -

Cela fait dix ans !

Je pensais presque simultanément à la date de son décès (19 septembre 2010) et à la photo nous montrant, elle, assise sur une chaise longue, dans la cour de notre maison, lisant le journal et nous, debout, derrière elle, prêtant une oreille attentive aux principales nouvelles qu’elle nous donnait.19 septembre 2010-19 septembre 2020.

Cela fait dix ans. En vérité, pour moi, c’est comme si c’était hier. Je me souviens du moindre détail.

Je me souviens de tout.

Le Coronavirus a complètement bouleversé mon rapport au temps.

Depuis l’apparition de la pandémie, en mars dernier, j’ai l’impression de n’avoir plus le temps de rien. « Je n’ai pas le temps dans ma tête, me disais-je quasi quotidiennement, mais quelles que soient les entraves, les contraintes liées au nouveau contexte, je ne dois pas oublier d’évoquer la disparition de ma mère, comme j’ai pris l’habitude de le faire chaque année, par écrit, depuis qu’elle nous a quittés. ».

Je pensais donc en même temps à elle et à la photo que je me promettais de retrouver pour la regarder autrement, plus longuement, peut-être aussi pour la commenter. Au reste, plein de photos de l’album familial mériteraient d’être commentées d’une façon ou d’une autre. Sur la photo en question, Mà lisait le journal.

Mais, était-ce la Dépêche de Constantine et de l’Est algérien ou El Moudjahid ? Était-ce juste avant ou peu après l’indépendance ? La retrouverais-je ? Je me le demande. Je crois que c’était l’automne. La photo était belle et claire. C’était une fin de matinée ensoleillée. Mà était égale à elle-même, sereine, souriante, détendue.

Allah Yerhamha.

Paix à son âme.

Lamine Bey Chikhi

19 Septembre 2020 

http://imsat.unblog.fr/2020/09/19/bribes-dhistoire-52/

13 sept. 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 337 -

Le Parti Québécois, ses intellectuels et l’indépendance du Québec

Dans le propos qui suit je passe en revue et succinctement quatre petites réflexions qui touchent à la course à la chefferie du PQ, au Québec et le reste du monde, au poids de l’immigration et à l’indépendance du Québec.

La course à la Chefferie du PQ

D’abord, la course à la chefferie du parti Québécois qui entamera bientôt son dernier droit ne lève pas au sein de la population, effets du Covid19, nous dira-t-on.  Les citoyens sont préoccupés par le masque, la distanciation, le vaccin et ils n’ont pas le temps de s’intéresser aux changements qui interviennent au sein du Parti Québécois. Alors, ça m’interpelle lorsque je regarde les débats et que le modèle de communication est le même que celui des vingt dernières années.  J’aimerais bien me tromper mais je vois que les débats entre les quatre candidats n’emportent pas les plébiscites de tous les observateurs et encore moins ceux des attentistes. Des divergences idéologiques apparaissent. L’unité d’action qui devrait ressortir des déclarations des candidats est nulle et la nouvelle pédagogie assistée et tant souhaitée ne décline aucune une convergence fine entre les citoyens, la société civile et leurs institutions.

Lors du congrès de Trois Rivières (Automne 2019) et selon ma lecture, malgré les limites des orientations politiques, la porte a été ouverte pour la participation de tous aux discussions et aux débats organisés par le parti. Dans cet axe de réflexion, seul Paul St-Pierre Plamondon se réfère souvent aux résolutions adoptées lors de cette rencontre. Les autres y font à peine allusion. Le soutien de toute la société Québécoise s’impose et il faut aller le chercher. Toutefois, il faut admettre que sans les organisations chez qui cette fabuleuse perspective a été cultivée depuis le début de la révolution tranquille et sans les intellectuels acquis à l’indépendance, le rêve restera un rêve et il finira par s’estomper comme le souhaitent tant de fédéralistes enchaînés à la monarchie Britannique et au Commonwealth.

Une de mes réflexions publiées dans le numéro spécial que l’Action Nationale consacre aux travaux des intellectuels pour la souveraineté (Les IPSO) et qui sera diffusé en octobre 2020, sous l’intitulé ‘’Les intellectuels doivent se rendre visible’’, j’ai notamment souligné que même si le Québec est une province du Canada et que les grandes décisions le concernant se prennent ailleurs j’anticipe que l’on constatera une différence fondamentale, le jour où le pays sera indépendant. Les citoyens Québécois décideront de leur destin. J’insiste entre autres sur le fait que pour y parvenir les intellectuels indépendantistes doivent contribuer à l’effort de compréhension de la pensée et de l’expression d’idées nouvelles qui inspirent la société tout entière à prendre part à la réalisation de l’indépendance.  En d’autres termes, les idées des intellectuels doivent accompagner la quête d’indépendance, sans quoi en laissant le champ libre à ceux qui sont contre, ils seront imputables des dérives qui ébranlent les fondements de la personnalité, de l’identité et de la culture du Québec. 

Le Québec et le reste du monde 

D’un point de vue globale, le monde et le Québec sont deux espaces intrinsèquement liés. Depuis la fin du dernier millénaire, les deux ont vécu des mutations marquantes et significatives. Des changements tectoniques impactent les politiques domestiques de tous les pays. En Europe de l’Est, les Balkans ont retrouvé leur géographie initiale contre celle tracée par les Nations Unies. L’union Européenne se reconfigure avec le Brexit et Bruxelles tremble

avec la problématique de la Catalogne alors que le Covid-19 apparaît dans le champ, mettant à mal les institutions supranationales. De son côté le bloc de l’Est s’est restructuré. L’Allemagne s’est réunifiée. Les pays baltes se sont libérés de l’emprise de leur voisin de l’Est. L’Asie moderne émerge sur l’échiquier mondial et exporte son hégémonie. Le Moyen Orient est dépecé pour être restructuré. Les guerres menées par les USA et leurs alliés jettent à la mer et sur les chemins de l’incertitude des millions de réfugiés d’Asie, du Moyen Orient et d’Afrique. L’Afrique, pour sa construction est envahie par la Chine. L’Amérique latine se rebiffe. L’Islamisme et son terrorisme poursuivent leur expansion internationale sous le contrôle de puissances de l’argent.  

Au Québec, la CAQ, tente de faire bonne figure en dépit des impacts du Covid19 qui réarrangent l’économie, le social, la culture, les relations humains, etc. Elle ne peut éviter que des paradigmes significatifs légués par la gouvernance néolibérale soient prégnants. Elle est aidée par les divergences observées dans le plan de match opérationnel des indépendantistes.

Le poids des immigrants d’ici et ceux qui arrivent

Dans le Québec à l’horizon 2030 / 2040 deux facteurs clés devraient être réexaminés : le premier est celui de la gouvernance. Il gagnerait à être revisité du point de vue de l’organisation des institutions et de leur fonctionnement essentiellement sur le plan socioéducatifs (histoire, éducation, culture, santé, solidarité ...). La gestion par la panique du Covid19 a montré que l’apport de l’immigration est à considérer avec une autre attention que celle qui a prévalu depuis plus de trois décennies. Cela doit se faire, impérativement en fonction des besoins de la société pas seulement industriels et commerciaux mais aussi en ce qui a trait à la démographie, l’économie, la culture mais aussi à la société. La bonne approche doit être locale et matricielle et en corrélation avec les intérêts du Québec à court terme mais aussi à long terme. L’immigration est un chantier qu’il faut investir avec un sérieux singulier en tenant compte de deux segments : en premier lieu les immigrants qui sont déjà au Québec et qui ont besoin de mieux apprécier les politiques d’intégration qui les concernent surtout eu égard à leurs acquis académiques et expérientiels. Ensuite, ceux qui viendront dans les prochaines années en considérant leur densité sur le poids démographique, les régions et la métropole. Les obstacles tels que le protectionnisme des ordres professionnels à l’endroit des profils des immigrants. Il faut avec diligence s’intéresser de près aux réticences avérées de bien des employeurs, parmi lesquels la fonction publique du Québec, qui peinent à combler les emplois vacants. Un Québec indépendant enjoindrait aux institutions de nouvelles démarches de recrutement pour mettre un terme non seulement à ces obstructions mais surtout à répondre aux attentes des citoyens. Les intellectuels dans ces processus de changements majeurs doivent contribuer à la vulgarisation des idées relatives aux conditions de vie sociale, culturelle et économique. Leurs contributions renforceront l’identité et par extension la personnalité des Québécois.

La souveraineté V/s l’indépendance

Un autre concept doit être mise de l’avant celui des adversaires de la primauté du citoyen et de son accompagnement par ses institutions élues, ils sont nombreux et souvent ils se qualifient de souverainistes. Certes, ils le sont, mais leur souveraineté est ordonnée dans la Fédération Canadienne partie prenante du Commonwealth et de la couronne Britannique. Ces souverainistes sont partout au PLQ à la CAQ sous le vocable de ‘’nationalistes’’ ; ils sont chez QS dans la même voie ils hantent les coulisses des syndicats. Malheureusement, ils se comptent aussi parmi les Péquistes les plus influents de quelques courants qui traversent le parti. Ils se reconnaissent et on les reconnait parce qu’ils parlent de souveraineté et jamais d’indépendance. Malheureusement, ils se comptent aussi parmi les Péquistes les plus influents de quelques courants qui traversent le parti. Ils se reconnaissent et on les reconnait parce qu’ils parlent de souveraineté et jamais d’indépendance. Ce dernier concept et ses déclinaisons ne font pas partie de leur langage politique. Parfois, ils sont l’adversité personnifiée ; souvent ils déclament de la prose sur l’identité mais sans contenue. Ils sont dans le ‘’business politique’’ et évitent d’être imputables des dérives qui ébranlent les fondements institutionnels du Québec. Ils œuvrent comme des relais d’une culture d’adhésion au Canada contre l’idée d’indépendance du Québec. 

C’est pour cela que je souligne qu’ici comme, ce sont les efforts des intellectuels engagés, toujours fidèles aux fondements matriciels des personnalités mémorielles et fusionnées de leurs peuples qui ont mené aux indépendances de leurs pays. Les intellectuels du Québec, par des idées salvatrices, sont capables de contribuer à redonner vie aux aspirations d’indépendance des Québécois.

Ferid Chikhi

24 août 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 336 -

 Des causes et des effets de La course à la chefferie du Parti Québécois.

Par anticipation, quelles leçons peut-on tirer de l'actuelle course à l'élection du futur chef du parti

Québécois ? De manière synthétique, depuis le début de la révolution tranquille, des succès ont été suivis d’échecs, des gains sociétaux ont été observés, ici et là, et même pris comme exemple et références par bien des provinces de l’Ouest Canadien et parfois imités ailleurs dans le monde. Pourtant, le Québec est toujours sous domination d’un Canada anglais de plus en plus hégémonique n’hésitant pas à poursuivre sa mission de sape de la culture et de la langue françaises qui constituent, qu’on le veuille ou non, le socle de la diversité authentique de cette partie du continent nord-américain en ce qu’est son histoire depuis le milieu du 15ième siècle.

Comme partout dans le reste du monde, malgré, le cheminement suivi par les souverainistes du Québec, la révolution tranquille semble être arrivée à un terme qui n’avait pas été anticipé par ses fondateurs. Des hommes et des femmes politiques, des militants ont quitté le navire souverainiste pour fonder de nouveaux partis qui se disent plus attachés à l’indépendance que les partis fondateurs, depuis le RIN, etc. jusqu’au Parti Québécois.

Dans le paysage politique actuel, ‘’un nationalisme’’ avec une définition spécifique que lui donnent quelques farouches défenseurs d’un Québec identitaire est porté par des personnalités ‘’insaisissables’’ pour ne pas dire ‘’versatiles’’ sur le plan idéologique.  Ce nationalisme apparait plus comme une voie de sortie de la souveraineté et de l’indépendance ; il réunit aussi bien quelques progressistes en mal de reconnaissance et des néolibéraux qui n’ont rien à envier à ceux du parti libéral. Ces politiques ne cachent pas qu’ils veulent se tailler quelques parts de ce gâteau qui se laisserait déguster même s’ils n’ont aucune capacité d’apprécier le contenu. Pourtant, il profiterait plus à tous les Québécois qu’à une infime partie d’entre-eux. Ce nationalisme porte atteinte non pas aux seules culture et langue française en Amérique du Nord mais il porte aussi atteinte à la personnalité en construction du Québécois de demain. Et, c’est là que le bât blesse.

C’est là aussi que la course à la chefferie du Parti Québécois, avec cet allié inattendu qu’est la pandémie du Covid19, laisse apparaitre des altérations non seulement dans la gouvernance de la province mais aussi dans les organisations qu’elles soient économiques, sociales, culturelles mais aussi environnementales. L’avantage de la transformation qui se déroule sous nos yeux au parti Québécois c’est qu’elle est et sera l’œuvre de la génération des ‘’X’’. Elle se fera avec eux et avec les Baby-boomers, artisans de la révolution tranquille mais aussi avec les plus jeunes qui rejoignent le parti par grandes vagues grâce, notamment à l’appel lancé par Paul St Pierre Plamondon.

J’admets qu’au début de la compétition je n’étais pas favorable à sa candidature. Mais en lisant son programme, en l’écoutant parler, en prenant connaissance de quelques paramètres de son ouvrage témoignage sur son parcours, j’ai compris que c’est le seul candidat qui connait le Parti Québécois, qui connait le Québec pour l’avoir parcouru de long en large, qui a ressuscité de quelques revers et qui montre de la détermination à faire l’indépendance tout en suivant les idées retenues par le Congrès de Trois Rivières, celui de la refondation.

La question qui reste posée est de savoir si les anciens sauront voir en lui un des héritiers capables de procéder au changement tant attendu ou si encore une fois ils refuseront de léguer le patrimoine historique de la quête d’indépendance à un jeune lucide, déterminé, perspicace qui a certes encore beaucoup à apprendre mais qui apprend vite ?

Le premier débat qui aura lieu cette semaine sera déterminant pour le Québec, son indépendance et l’investissement réalisé dans cet idéal depuis les début des années ‘’60’’. Une rupture est nécessaire pour passer de la révolution tranquille à une révolution active.

Ferid Chikhi

10 août 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 335 -

 Quels symboles pour l’indépendance du Québec ?

‘’Du poil se sa barbe encense-le et il te restera fidèle’’

Adage Algérien

Le propos qui suit est un questionnement sur les symboles de la lutte pour l’indépendance d’un pays. Nous savons, chacun selon son niveau d’information, que Le Covid19 a des effets toxiques sur les domaines d’activités (institutionnelles, culturelles, économiques, politiques, sociales, etc.) montrant la précarité non seulement de la pensée sociétale mais aussi de la gouvernance.  

Dans bien des pays et des villes, le déconfinement s’est affirmé dans une totale incertitude et l’instinct naturel de réappropriation de la proximité s’est manifesté sans retenu. Je réitère que ce qui suit porte sur les symboles de la lutte pour l’indépendance. Ceux qu’une société privilégie pour se rassembler et avancer.

Je me souviens qu’au lendemain de la libération de l’Europe, une ère de décolonisation avait débuté déroulant le tapis rouge pour celle des indépendances. C’était le prélude aux reconstructions des pays qui avaient été soumis à une destruction massive de leurs identités, de leurs cultures, et le pire, de leurs assises sociétales dans le seul but, disait-on de les civiliser. Pourtant, malgré cette nouvelle ère, les puissances coloniales ont continué d’œuvrer pour resserrer leurs griffes sur les richesses énergétiques des pays soumis à l’une des pires abjections de l’histoire du monde, l’asservissement des peuples. Le néocolonialisme aussi abjecte et l’impérialisme dépècent les pays du Sud de leurs richesses énergétiques.

Pour y faire face un seul instrument politique, le patriotisme, sentiment partagé d'appartenance à une même PATRIE. C’est une prise de conscience qui renforce l'unité sur la base de valeurs communes. Elle conduit à ressentir de l'amour et de la fierté pour la terre nourricière. Si le nationalisme est impersonnel, le patriotisme est dévouement pour l’indépendance de son pays, pour la liberté de ses citoyens et la défense du bien-être de son peuple.

Le contexte est certes différent mais le Québec n’échappe pas à cette règle, y compris sous le couvert d’une nouvelle forme révolutionnaire qualifiée de ‘’tranquille’’. En revanche, cette révolution tranquille maintient le séquestre de la gouvernance provinciale par le Fédéral et elle génère une aliénation identitaire et culturelle au nom d’une soi-disant souveraineté-association. La dépendance d’Ottawa se confirme sur des pans entiers de la société Québécoise. Dans ma culture première un adage populaire nous interpelle et nous invite a rester en éveil) : ‘du poil de sa barbe encense-le et il te restera fidèle’’ (traduction approximative.

C’est dans mes lectures que j’ai appris que la Révolution Tranquille était une traduction de The Quiet Revolution qui décrivait le Québec dans un texte d'André Langevin pour le magazine Maclean's en février 1963, même si elle est antérieure aux années ‘’60’’. Elle était utilisée par la presse anglophone dans les années ‘’50’’ pour parler des changements politiques dans le monde. A la même période, en Algérie, le colonialisme français déployait, le plan de Constantine et la génération Lacoste était promue et portée pour diriger l’Algérie indépendante mais toujours sous domination coloniale.  À ce stade de la réflexion faire le lien avec ce qui se passait dans le monde impérialiste Britannique et le monde colonial Français ou Hispanique était une référence.

Je me souviens !  Lorsque l’absence d’un drapeau met le feu aux poudres…

Qu’en reste-t-il en 2020 ? J’ai l’envie de convoquer Hubert Aquin dont beaucoup de souverainistes connaissent son essai percutant ‘’La fatigue culturelle au Canada français’’ réponse à ‘’La trahison des clercs’’ d’Eliott Trudeau. Mais demandons-nous, la Révolution Tranquille a-t-elle abouti à quelques situations qui libèrent le Québec et les Québécois ? Est-elle aussi puissante et dense qu’elle l’était durant les quatre décennies après son survenance ? Oui ! si nous apprécions le mouvement souverainiste dans son ensemble, pour certains le résultat est tout à fait positif mais pour d’autres il reste insuffisant et sans résolution pérenne. S’en souvenir une fois l’an, le jour de la fête nationale ou de la Saint Jean Baptiste, n’est-ce pas une forme de reniement ? En fait l’histoire m’a appris qu’un peuple qui veut se libérer du colonialisme, de l’asservissement se tient debout tout le temps, tous les jours et fait de l’idéal d’indépendance sa quête quotidienne.

Alors, comment devient-on nationaliste, patriote, ou tout simplement Québécois en amour avec le Québec, son identité, sa culture, son image ? Comment transmettre ces arguments aux nouveaux arrivants lorsqu’ils entendent qu’il existe des Québécois de souche et les autres ? Comment, après coup, doit-on réagir parce que le Fleurdelysé n'a pas été visible lors de la fête nationale ?

L’indépendance d’un pays, la libération de son peuple, l’autonomie et tous les autres attributs de la lutte pour l’autodétermination, se conçoivent sur une symbolique qui rappelle que les empreintes de la sensibilisation et de la mobilisation existent pour canaliser et rassembler les volontés de celles et ceux qui résistent à l’aliénation tout autant identitaire que culturelle. Pourquoi n’y a-t-il pas d’hymne national du Québec ?

Comme bien des immigrants, j’ai pris sur moi de m’adapter et de prendre fait et acte pour un Québec qui se qualifie de société distincte en Amérique du Nord avec le français comme langue première. Je me rends compte au fil du temps que si l’identité n’est pas définie, la culture est plus Nord-américaine que francophone. Le français classique perd de son poids, de sa densité, de son agencement ; il est remplacé par une langue hybride, un ‘’argot’’ sans construction particulière qui ne consolide pas le lien avec les cultures francophones. ‘’Nous sommes Québécois. Nous ne sommes pas européens et encore moins français parce que nous sommes Nord-Américains’’. M’a-t-on dit. Et, je me suis demandé si le Québec en quête de son indépendance pourquoi n’y a-t-il pas de symboles qui reflètent la lutte menée par les descendants des Canadiens français, des patriotes et de ceux qui ont été intégrés malgré eux au Canada Anglais. La réponse a été mais ce sont le fleurdelisé, la devise « Je me souviens », la langue française. Le Patriote apparait deux fois par an le jour de son anniversaire et le 24 juin couvert de son bonnet et portant son fusil. Des amis, m’ont dit, il y a eu une période où ‘les écrivains, les chanteurs, les artistes de toutes sortes, les compositeurs, etc. se sont mis à exprimer ce désir de liberté.’’ Mais, c’est surtout du business.

Ayant baigné dans la Révolution Algérienne de Novembre 1954 qui a mené à l’indépendance de mon pays d’origine, il m’a paru bizarre qu’au Québec, la sensibilisation et la mobilisation des Québécois se fait l’été lors des festivals durant lesquels quelques chanteurs animent le parterre de présents. Personne parmi mes proches ne connait l’hymne national du Québec. De quels échos il résonne. Sur quel rythme il renforce le fait Québécois ? Tous savent qu’il n’existe pas. Même si quelques-uns m’ont cité Gilles Vigneault et sa chanson qui nous invite à ‘’nous parler d’amour ou mon pays c’est la neige’’.  Les Catalans ; les Kurdes … ont en un.

Les symboles ont pour rôle de rappeler aux Québécois, que ce sont essentiellement les valeurs qui les rassemblent, qui les unissent par la même histoire et les mêmes traditions, le même pays, qui a accueilli leurs ancêtres et qui continue à ouvrir ses bras à bien du monde. C’est le rôle des leaders et des animateurs du mouvement national de dessiner les contours des symboles d’une nation.

Ces symboles singuliers sont des balises placées sur un oriflamme ou un drapeau, dans un hymne, un poème ou un chant patriotique. Ce sont des couleurs, des images de résistants en lutte contre le colonialiste et autres indus occupants. Ils invitent à nous souvenir que des hommes et des femmes ont lutté pour que le Québec soit une société distincte avec ses propres attributs.

Ferid-R. Chikhi 

25 juin 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 334 -

Une agression sociétale intolérante
et violente contre les Québécois
Nous sommes, comme nos noms l’indiquent, immigrant-e-s de longue date. Loin de nous l’idée de jeter encore de l’huile sur le feu et exacerber les irritants, nous voulons juste exprimer notre soutien à M. Alain Therrien que nous avons eu le plaisir d’écouter et de voir parler de l’Histoire du Québec, des projets qu’il a portés comme élu du Parti Québécois de St Constant, parmi lesquels la création du CEGEP.
Lors des dernières fédérales, nous lui avons accordé nos voix et notre confiance même si nous ne sommes pas membres du Bloc Québécois. Ce que nous avons retenu de ses propos, que nous qualifions de fort intelligents, c’est la bonté avec laquelle il propose ses idées, l’humilité, l’empathie et l’attention qu’il porte aux citoyens en général. Nous n’avons jamais perçu en lui une embryon de racisme ou de préjugés envers nous ni envers bien d’autres immigrants de la circonscription.
Récemment, il a été agressé avec violence par le chef du NPD qui l’a traité de raciste. Nous nous questionnons, comment en sommes-nous arrivés à ce qu’un élu Canadien, en pleine assemblée de parlementaires, s’adresse avec tant de haine à un de ses collègues occultant l’éthique, le respect mutuel et la considération tant réclamés dans une démocratie ? Nous ne nous souvenons pas, malgré leurs divergences, que des élus de l’Assemblée nationale Française, aient à un moment ou à un autre traité les élus du Front national de racistes.
Il est vrai qu’en 2020, au Canada et au Québec, la problématique du racisme systémique a surgi dans le paysage politique portée de manière redondante par le Premier ministre du Canada et ciblant non seulement la loi 21 mais aussi tout le Québec.
Des groupes d’influenceurs se succèdent non seulement sur le terrain politique fédéraliste et provinciale, médiatique et communautariste mais aussi dans l’enceinte même du Parlement fédéral pour soutenir la thèse que la société Québécoise est intolérante.
L’attaque du chef du NPD par sa violence caractérisée, porte atteinte non seulement à la législature mais aussi et surtout à toute la population du Québec, exception faite de ceux qui n’ont aucun respect pour la démocratie et ses enjeux.
Ce qui est surprenant c’est que les députés libéraux et conservateurs présents ainsi que ceux du NPD n’ont pas réagi si ce n’est en approuvant la motion du NPD, silence individuel et partisan consentant.
Une des observations les plus pertinentes réside dans le fait que la bienséance et la sagesse ont été remisées aux oubliettes par un intolérant qui profite de la démocratie et de la liberté d’expression pour refuser, rejeter et contester les lois du Québec en s’attaquant à l’un de ses représentants.
Comme citoyen résident, à la Prairie nous offrons notre soutien à notre député M. Alain Therrien, tout en condamnant fermement les propos haineux du Chef du NPD. Nous invitons tous les citoyens du Québec, qu’ils soient bloquistes ou d’une autre obédience politique et non partisans à être du côté de cet élu connu pour ses prises de position rassembleuses et éclairées.
Nous considérons que la démocratie est réellement en danger lorsqu’un élu manque de jugement et qu’il erre dans les dédales d’un racisme systémique imaginaire. Cette insulte, parce qu’elle participe de la culpabilisation menée à fond de train contre toute la société Québécoise, exige réparation.
Leila Lesbet & Ferid Chikhi
Citoyen-ne-s de la Prairie
Le 21 juin 2020

16 juin 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 333 -


Au Québec, racisme, ségrégation, etc.
Des concepts incompris ...
J'ai retrouvé un ami d'origine maghrébine, natif de France et porteur, comme bien d'autres, du message contre le racisme systémique.
Je lui ai demandé de me dire, si selon lui le racisme qu'il a vécu dans son pays de naissance portait les mêmes causes et les mêmes effets que celui qu’il rencontre au Québec ? Comment ferait-il pour convaincre un Québécois qu'il est raciste et qu'au Québec le racisme systémique est partout ?
Sa réponse résumée a été : Ils sont pires qu'en France, là-bas au moins ils l'assument ; ici, la preuve, ils gardent pour les leurs les bons emplois, les beaux logements, etc...
J'ai tenté de lui expliquer que faire des choix et procéder à des sélections ça n'est pas du racisme ... s'en suivit une discussion ardue qui se termina par ''toi aussi tu es devenu raciste comme tes Québécois ...''
J'ai poursuivi ma tentative de lui exposer qu'il y a une forte confusion dans les définitions des concepts qui peuvent être pris pour du racisme mais qui n'en sont pas.
Après quelques autres minutes d'un échange musclé, je l'ai invité à me définir en quelques mots chacun des concepts suivants : la discrimination, l'ethnocentrisme, l'hétérophobie, le paternalisme, la ségrégation, la xénophobie, ... Les préjugés, les stéréotypes ... et la différence, s'il en existe entre le racisme et le racisme systémique. Il resta muet.
J'ai fini par lui dire, le ton ironique ... : Tu es toujours français pourquoi ne pas retourner chez Jupiter !?

1 juin 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 332 -


La pensée unique et l’Algérie mon amour

Lorsqu'il est question de droits ce concept est toujours accompagné d'obligations ou de
devoirs ; il en est de même de ce qui est qualifié de causes qui s'accompagnent des effets ou des conséquences ... À la suite de la diffusion du documentaire ''Algérie, Mon amour !'' Les réseaux sociaux ont véhiculé des milliers de messages les uns aussi, si ce n’est plus, haineux que les autres ; désobligeants et par endroits odieux et malveillants porteurs d’une intolérance déjà amorcée durant les années ‘’90’’ ; leurs occurrences montrent à l’évidence aussi bien de la méthode et un respect de quelques règles sorties directement de quelques officines structurées pour canaliser la pensée. Une seule pensée. La pensée unique de la stagnation et de la régression.

Mais d’où vient cette attitude démesurée qui caractérise de grands pans de la société d’hommes a qui a été inculquée l’intolérance, le rejet de l’autre, la haine de soi, la haine de la femme qui pourtant se trouve être la mère, la sœur, l’épouse, la fille, la tante, la cousine ? Selon ma lecture, j’ai retenu parmi tant d’autres deux facteurs affligeants : l’instruction dispensée par une école qui endoctrine plus qu’elle n’éduque ; la gouvernance nationale qui sclérose plus qu’elle ne libère

Une petit rappel du cheminement suivi nous renseigne sur quelques éléments d’analyse. Rappelons-nous que mis à part le défunt Président Boudiaf aucun dirigeant Algérien n'a accepté d'initier les principes canons du débat d'idées. Tout a toujours été imposé et j'en sais quelque chose.

À l'époque du parti unique, ou appareil central du parti, héritier de l’exécutif du FLN, les militants des cellules et des kasmate venaient de toutes les professions et comptaient aussi bien des diplômés des universités que des illettrés et des paysans ou des chômeurs … les discussions portaient entre autres sur le prix de la pomme de terre que celui de l'oignon … mais dès qu'il était question de politique les menaces des ''brigadiers'' étaient énoncées dans un langage cru.

Les militants de gauche FFS, PAGS, PRS… étaient clandestins et ne pouvaient militer que dans le parti unique. Ils exprimaient leurs opinions, leurs divergences, leurs pensées de façon intelligente et souvent percutante alors que l'idéologie baathiste faisait des ravages et avançait à pas feutrés. La langue arabe était son cheval de Troie. Elle a fait tellement de dégâts que tenter de récupérer quoi que ce soit était devenu un défi sans commune mesure. Puis, ces baathistes ont été doublés à droite par l'islam politique. Tout était prêt pour récupérer la pensée unique et imposer à tous le parti de dieu ... Je passe sur les autres considérations multiples liées à l'identité, la culture, la société ouverte, le pluralisme politique, la démocratie, la laïcité, etc.

La période de la charte nationale a été une '' récréation '' vite encerclée et empêchée. Un idéal inachevé, un rêve devenu cauchemar pour celles et ceux qui ont été loin dans l’expression de leurs idées et la dénonciation de la corruption naissante, des passes droits, du népotisme, de la bourgeoisie comprador, du régionalisme. Qualifiés de subversifs, beaucoup n’ont jamais été revus. Personne n’en parle… mais une décennie a suffi pour arriver à octobre ‘’88’’.

Pour ne pas perdre le pouvoir, les puissants du système ont déroulé le tapis aux forces de la régression avec comme conséquence majeure une autre génération décimée. Plus instruite et mieux éduquée que celle qui a initié et mené la révolution de novembre 1954 … Aujourd’hui nous observons les effets de l’inconséquence du pouvoir qui ne semble pas avoir compris qu’une nouvelle révolution a bien débuté, celle menée par des jeunes d’une société bridée. L’index pointé sur les mêmes ennemis n’est pas en adéquation avec les aspirations de cette jeunesse qui n’a pas connu la révolution de novembre et n’a pas vécu la guerre menée par les islamistes contre la patrie.
Ferid R Chikhi

25 mai 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 331 -


Le Québec : De quelques enseignements et effets du Covid19
 Ton instituteur t’apprend à nourrir ton esprit,
Ton médecin soigne ton corps

Des constats et autres observations

démantèlement du Bloc de l’Est suivi du réagencement des Balkans avec l’émergence de nouvelles puissances régionales à caractères économiques et politiques ou encore le raffermissement de l’UE avec l’accueil de quelques pays de l’Est. Ailleurs dans le monde, le focus a été mis sur les guerres déclenchées par les puissances alliées pour déstocker leurs armements obsolètes et les remplacer par de nouvelles plus sophistiquées. C’est ainsi que les paradigmes qui encadraient les relations internationales ont été remplacés par de plus récents sans que personne ne puisse anticiper leurs répercussions. 
C’est Confucius qui disait, ‘’rien n’est éternel si ce n’est le changement’’. Nous y voici, les grandes mutations, les vraies ont débuté non pas en 2000 mais deux décennies plus tard. Quelles sont-elles ? Personne ne niera que la plus inattendue est la pandémie du Covid19. Ses effets sont dévastateurs, non seulement pour les institutions gouvernementales mises au pied du mur ; pour la société avec les consignes contre la contamination et l’introduction de la distanciation civique et enfin sur le plan international une autre définition de la cartographie du monde, sans occulter les dysfonctionnements observés dans la gouvernance fédérale versus la provinciale. Bien entendu il y a ceux qui crient au complot d’une société occulte qui impose ses lois à toute l’humanité. Bon, mais là n’est pas mon propos.
Plus près de nous, souvenons-nous que le Canada a objecté et continuera à le faire contre l’espérance d’indépendance du Québec. Venant de loin, j’ai essayé de comprendre et de mieux connaitre les raisons de cette objection et selon ma lecture de divers paramètres notamment institutionnels et politiques, il me paraît clair que l’une de ces principales raisons n’est pas seulement l’héritage et la préservation de la domination Britannique ou encore l’allégeance à la couronne mais ce sont aussi les immensités aquatiques et le potentiel hydraulique, ainsi que la capacité créative et innovante du Québec. Le Canada ne saurait s’en passer. On pourrait, bien entendu, ajouter la position géostratégique de la Belle Province avec le Nord et l’Atlantique, sinon, le seul Pacifique ne lui suffirait pas.

Les causes et les effets pour les prochaines décennies

Du point de vue des institutions fédérales et provinciales, même sans planification et sans gestion du risque, trois objectifs ont toujours été présents dans l’esprit des gouvernants et des nantis qui les accompagnent : l’économie et son déficit ‘’0’’ même si la banque du Canada imprime sans retenu le billet vert sans considération des effets de l’inflation ; l’identité et la culture malgré des budgets rachitiques notamment pour le Québec ; la portée internationale que le fédéral et le provincial se disputent - insidieusement - depuis au moins 40 ans. La liste pourrait être allongée, cependant ces trois problématiques accaparent la réflexion des gouvernants. Toutefois, depuis quelques semaines ces préoccupation sont rangées pour laisser la place à la santé et la prise en charge des aînés qui sont malgré tout la mémoire du pays ; l’éducation et la formation des jeunes qui constituent la force de travail de l’avenir et, encore l’immigration pour éviter les déficits humains, sociaux et culturels en ce début de millénaire. À titre de repère, en relisant l’histoire en Europe, l’on remarquera que la santé publique dans bien des cas la santé de la population, a été inscrite et renouvelée après chaque apparition d’un mal dévastateur (Choléra, Typhus, Peste, etc.).

Les principales problématiques avant le Covid19

Depuis l’avènement du gouvernement de la CAQ, un autre dossier monopolise l’attention des partis politiques. Il s’agit de la sensibilisation de leurs membres et des citoyens à la veille des échéances électorales internes et externes alors que des pans entiers de la population commençaient à rêver à un été de loisirs. Le Covid19 ne faisait partie d’aucune de leur équation. Les premières conséquences apparurent au grand jour, dès le mois de janvier. Le monde est déstabilisé et ni le Canada ni le Québec n’y échappent.
Au cours du dernier trimestre de 2019, deux autres questions occupaient les esprits et peu de personnes anticipaient la pandémie et ses effets sur les citoyens. La première était portée par des actions agressives contre le gouvernement pour faire abroger la loi 21 portant laïcité face à ceux qui ont opté pour sa défense. La seconde était la recherche de solutions à la profusion des emplois et des difficultés rencontrées par les employeurs à trouver la main d’œuvre appropriée. Avec un focus sur la numérisation et l’automatisation, la formation et les modifications organisationnelles ainsi que sur l’inadéquation du profil des immigrants versus les exigences des employeurs. Tant de domaines de réflexion en chantier.

L’immigration et les contre-coups du Covid19

En quelques-mots, la problématique de l’immigration tourne à la farce tant les perceptions et les visions sont divergentes. Pourquoi, parce qu’il me semble que la mobilité des populations, étant l’enjeu central des libertés individuelles, elle est par conséquent un paramètre sensible que ce soit pour la démographie ou le bien être général.
Ce qui m’a interpellé, c’est que la politique de recrutement tournée seulement vers l’international sans considération pour le Reste du Canada, pourtant, l’arrivée et le départ intra Canada est occultée parmi les indicateurs de base même en ce qui concerne les francophones du Canada. Ces personnes ne sont pas considérées comme immigrantes au moment où sur le plan international, la venue d’étudiants, de réfugiés, et autres demandeurs d’asiles (humanitaire, politique, sécuritaire, etc.) est pratiquement exigée par les faiseurs d’opinions.
Il y a de cela quelques années j’avais émis des réserves sur la politique de l’Immigration des libéraux. Au-delà des sempiternelles idées redondantes, ce sont les mêmes dérives depuis plus d’un quart de siècle : nombre d’immigrants, origines (bassins), qualifications et expériences, enfants, etc. Ma réflexion n’était pas axée sur la seule force de travail des personnes sélectionnées pour venir au Québec, mais sur leur apport notamment aux multiples plans culturel, artistique, éducatif, social et, surtout de partage des valeurs fondamentales de la société d’accueil. En fait, je suggérais que les ‘’spécialistes’’ du ministère œuvrent à la modification des paradigmes de sélection et de les concevoir selon la réponse aux deux questions suivantes :
1)    Quels sont les activités humaines dans lesquels ces nouveaux arrivants pourraient être potentiellement productifs et créer des synergies avec la société d’accueil ?
2)    Comment ces nouveaux arrivants pouvaient s’investir et participer à l’amélioration du bien-être sociétal du Québec et notamment au double plan professionnel et culturel dès leur installation concrétisée ?
Dans la même trajectoire que dire de la problématique du déficit en main d’œuvre et son rapport à l’immigration ? Aucun parti indépendantiste, ni les intellectuels qui soutiennent le processus n’ont préconisé l’organisation, par exemple, d’états généraux sur l’immigration à l’horizon 2050. Il est vrai que le dossier a tellement été manipulé par les administrations libérales successives, qu’il serait hasardeux de l’ouvrir seulement à l’interne. Cependant, il reste que des états généraux sur l’immigration permettraient de mieux appréhender l’avenir ?

Ressourcer le processus d’indépendance

Globalement, si le processus qui mène à l’indépendance du Québec appelle à une réflexion pour une nouvelle politique de l’immigration en adéquation avec les besoins sociétaux du Québec, comment ne pas s’y engager pour créer des ancrages avec la future gouvernance et selon les exigences d’un Québec indépendant ? Dans une première phase les prémices pourraient constituer la plateforme de réponses aux difficultés rencontrées, ici et là, que ce soit en régions ou à Montréal. Le Parti Québécois est-il capable d’opérer une telle prise en charge ? Ce dernier, au moment où il ouvre ses portes pour convenir de sa nouvelle stratégie à l’horizon 2025, gagnerait à initier une réflexion aussi large que possible pour dynamiser l’apport de l’immigration au devenir global du pays. Mais pour ce faire, le courage politique pour un ressourcement de l’idéal indépendantiste ne devrait-il pas être une exigence des rendez-vous de la course à la chefferie ?
Ferid Chikhi

15 mai 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 330 -

Le Covid19 fait le ménage !
Depuis son apparition en Chine, le Covid19 ne s'est pas arrêté de bousculer les habitudes parmi les plus tenaces du dernier siècle. Le confinement est une véritable ''mise en résidence surveillée'' de toute l'humanité. Même dans les pays où les libertés sont les plus respectées et préservées, celle de la mobilité est ébranlée par la distanciation à deux mètres réduisant ainsi la superficie à quatre (4) mètres carrés par personne.
 Mis à part les emplois qualifiés d'essentiels tous les autres, quel que soit le domaine d'activité, sont disqualifiés. En plus de ces emplois il est fait usage de télétravail. Il est vrai que l'informatique et Internet sont au top des technologies que ce soit par les équipements, la fibre optique la Wifi par contre ce n'est pas le cas partout même dans les pays développés où des régions sont encore loin de bénéficier de l'attention nécessaire de la part des gouvernants pour des réseaux performants. La nouveauté réside dans l'apport bénéfique du télétravail, en effet de nouvelles habitudes socioprofessionnelles sont développées et mises en oeuvre et dans bien des cas il e st observé que la productivité est meilleure que celle de la présence physique des employés à leurs postes de travail traditionnels.
L'hygiène, qui par endroits, fort nombreux soit dit en passant, était presque inexistante a été portée à un niveau supérieur ne serait-ce que le lavage systématique des mains mais ignorant le reste du corps. Un changement malgré tout impressionnant.
Mais, à n’en point douter, c’est l’environnement qui est le plus grand gagnant. Moins d’oxyde de Carbonne, moins de pollution. Pas d’avions dans le ciel et la son bleu est plus éclatant. Un confinement humain régulé et l’eau des fleuves, des rivières, des lacs est plus limpide, sans compter que les produits en plastiques dans les forêts, les campagnes et les montagnes est nulle. Le seul problème qui persistera longtemps c’est le devenir des masques. Sont-ils récupérables, recyclables, etc. ?
À ce qui précède vient s’ajouter que l'organisation du travail n'a pas eu besoin d'un diagnostic en profondeur, elle est elle aussi balayée d'un revers percutant ... La numérisation prend toute sa signification dans la partie de soutien ou logistique puisqu’une grande partie des travailleurs sont assignés à résidence pour faire du télétravail, du moins là où l'informatique et Internet est considéré comme un outil de production, de productivité et de performance. La fréquentation des réseaux sociaux a explosé et l'expression libre jusqu'à ces derniers temps devient de plus en plus intelligente réduisant à une proportion congrue les stupidités et autres insultes des ''cancres et autres spécialistes de la subversion''... Il en existe encore mais leur fréquentation en a pris un coup.
En somme tous les domaines d'activités sont ébranlés par les effets du Covid19. Bien des secteurs vont disparaître et les conséquences sur la société humaine sont multiples. Un exemple particulier interpelle notamment les pays riches qui pour les loisirs et les amusements de leurs citoyens, ont fait du tourisme, de la culture de façade, de l'hôtellerie, de la restauration, du transport des espaces dynamiques pourvoyeurs de gros bénéfices. Rien ne sera plus comme avant. L'été 2020 pointe à l'horizon et l'imagination des managers pour amuser ce beau monde devra être à la hauteur de ses attentes au vu des effets grandement déstabilisants du confinement.
C'est dire que la libération de populations des pays développés ''de la résidence surveillée '' ne sera pas facile à gérer, non seulement en ce qui à trait aux loisirs mais notamment au plan de la santé mentale. Les conséquences mortifères observées dans les centres de vieillesse émeut bien du monde et des actions vigoureuses sont tentées ici et là sans grand résultats...
Pour le moment, la reprise débute par le bas. Les écoles, les enfants et leurs enseignants sont canalisée vers leurs établissements avec des consignes strictes avec l'espoir que des résultats probants soient observées.
Pendant ce temps les pays situés hors de la zone dite '' riche ou avancée'', ils n'ont rien à perdre et ils ne s'attendent pas à des retombées venant de de l'autre zone.
Ferid R Chikhi