9 mai 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 329

Algérie : Le nouveau projet de constitution et la femme Algérienne ...
J'ai parcouru quelques écrits publiés çà et là par les mediums Algériens et je suis resté sur ma faim. Rien de nouveau à l'horizon, sauf peut-être une partie de l'avis de Maitre Hakim Saheb qui souligne, entre autres, que cette proposition n’aborde pas les vraies préoccupations citoyennes de liberté, qui exigent la rupture avec le discours idéologique dominant et archaïque et l’émergence d’un nouveau paradigme socioculturel, identitaire et institutionnel ...
Ce qui est malheureux ce sont les reportages, à la limite de l'indigence, de ceux qui sont censés informer le public ... Ils ont reproduit l’avis de quelques juristes qui ont énoncé des avis élémentaires, mais encore une fois, la constitution n'est pas seulement l’affaire des seuls juristes. Elle concerne aussi les philosophes, les sociologues, les psychologues, les politologues, les économistes, les managers et j'en passe ...
Je me souviens que dans les années ''70'', le secrétariat général du gouvernement faisait parvenir à bien
des organismes nationaux (de la présidence aux municipalités en passant par les organisations de masses...) les projets de textes : Arrêtés ministériels, décrets, lois, ordonnances ; des délais étaient accordés pour une réponse pertinente ... Je me souviens que des APC éloignées des centres de décision, répondaient de manière laconique : '' Au sujet du projet de texte nous n'avons aucune observation à formuler ''.
Aujourd’hui, j'aurais aimé connaître le point de vue d'au moins un ou une philosophe, un ou une sociologue, un ou une économiste ... Algérien-ne-s.
Et pour finir, c'est comme si parmi les femmes Algériennes il n’y a aucune juriste, aucune économiste, aucune sociologue, aucune politologue et qu'il n'existe aucune constitutionnaliste … Pourtant, les femmes comptent pour la moitié de la population.
Ferid R. Chikhi.