7 oct. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 357 -

Les effets du Hirak ne sont pas un affaiblissement de l’Algérie

Là où l’ignorance crie avec arrogance, le silence enseigne avec élégance

Auteur inconnu

Dans mes précédentes contributions, j’ai abordé la problématique des impacts du Hirak, en tant que mouvement citoyen ; j’ai mis de l’avant le fait que les impacts les plus apparents ont ciblé notamment des décideurs occupant des postes de souveraineté alors que les plus structurants ne seront appréciés qu’à postériori. Ils concerneront aussi bien les institutions nationales, les organisations tant économiques que politiques ainsi que les attitudes attendues de la part tant des citoyens que des gouvernants.

Un bref état des lieux

Personne, ne saurait occulter que depuis le 19 février 2019 des changements majeurs ont j

alonné le quotidien de l’État, du citoyen et de ses dirigeants. Si au départ, ce sont des manifestations contre un cinquième mandat du président Bouteflika c’est en réalité une lame de fond qui a ‘’modifié ’’ non seulement les contours mais aussi les fondements d’une grande partie d’un système imposé depuis des décennies par une bourgeoisie compradore eet érigé la corruption, le népotisme, le régionalisme et la gabegie comme modèle organisationnel de l’État. Les masses populaires étaient appauvries, fragilisées, malmenées et vulnérabilisées au point ou une grande partie de la jeunesse désabusée n’a pas trouvé mieux que de se faire engloutir par la mer moyennant des sommes d’argent colossales soustraites on ne sait à qui, alors que ‘’les plus chanceux’’ s’exilaient vers les pays à forte demande d’immigration.

Le monde observait cette lame de fonds qui a emporté un président, des premiers ministres, des officiers de hauts rangs, des ministres, des élus et bien d’autres décideurs cooptés par les différents clans du pouvoir. Que ce soit en Algérie ou à l’international les analystes, les observateurs, les influenceurs … ont été chacun de son verbe, de ses arguments, de ses propos les uns modérés, les autres plus ou moins incendiaires.

Qu’ils soient pour un Hirak qui les intéressent par les changements qu’il a induit, contre le pouvoir en place parce qu’il n’en faisait qu’à sa tête ou en faveur d’une Algérie pacifique malléable et corvéable à merci, ces observateurs, ces analystes, etc. Ne voyaient que leurs intérêts primaires. Pour les Algériens où qu’ils soient, les prétextes sont multiples : patriotisme, nationalisme, opposants sincères ou subversifs, prédateurs des richesses qui servent plus les ‘’partenaires étrangers’’ que le commun des mortels parmi les Algériens, ces témoins et autres laudateurs n’ont pas ménagé leurs efforts, non pas pour appeler au calme, à la concertation et au dialogue mais, pour briser un élan patriotique attendu depuis fort longtemps. Cet élan qui voulait réconcilier le simple citoyen et le simple responsable.

À l’échelle internationale : L’Algérie a un Grand Peuple

Au niveau international, les facteurs clés des relations de l’Algérie avec ses partenaires et ses adversaires (pas les ennemis) ont été mis en pause en raison de la prudence des uns et des autres à énoncer un quelconque diagnostic et suggérer des recommandations. Des changements fondamentaux sont en cours dans le monde. De nouveaux axes de développements se mettent en place. De nouvelles zones de partenariats se construisent avec des acteurs. Qui perçoivent les espaces industriels et commerciaux autrement que selon les grands penseurs occidentaux. Ces acteurs ont accepté d’œuvrer. Avec la Chine, la Russie, l’Iran … ce sont de nouveaux paradigmes qui se mettent en place avec des zones d’activités où les populations sont prêtes à sortir du dénuement dans lequel les puissances coloniales les ont enfoncées. L’Algérie, notamment en Méditérannée et en Afrique se positionne comme partenaire incontournable.  C’est durant ce temps de pause qui a été mis à profit par des femmes et des hommes compétents pour se ressourcer et  réveiller sa diplomatie révolutionnaire. Mieux encore, il  a été fait appel à  quelques sommités qui ont été mises à contribution pour redonner un second souffle à l’économie, l’industrie, l’agriculture et bien entendu initier des projets à haute teneur technologique. Certes beaucoup reste à dire et à faire au sujet de ces projets d’envergure mais les grandes lignes tiennent la route. Malheureusement, encore une fois l’information et la communication, au sujet de tous ces dossiers, sont en mode ‘’silence’’. Le vide créé par ce manque de réactivité de la part du secteur de l’information est occupé par des médiums qui croient faire de l’opposition mais se positionnent dans les créneaux de l’adversité.  

Des intérêts stratégiques

Il est vrai que des intérêts souvent stratégiques sont en jeu mais restons au niveau de la perception des observateurs en ce qui concerne les changements en cours. Presque tous les vis-à-vis internationaux ont, malgré toutes les contingences, et à quelques éléments près, exprimé la même réflexion. Ici, en Amérique du Nord, j’ai entendu, chez plusieurs diplomates, ministres et autres élu-e-s, la réflexion suivante : Les Algériens ! Un grand peuple ! L’Algérie a un grand peuple ! J’ai, par la suite, au cours des trente mois qui se terminent, pris la mesure de cette prudence à ne pas en dire trop. En conséquence de quoi, malgré des élections présidentielle et parlementaires, dont bien du monde doute de l’intégrité des suffrages, il y a des puissances étrangères convaincues que le pouvoir algérien a été fragilisé osent  lancer des agressions inappropriées pour ne pas dire inacceptables.  C’est le moment, par exemple en France, qu’ont choisi les racistes incultes et les suprématistes ignares pour exprimer  leur haine viscérale. Cependant, personne. Ne peut nier que les plus négatives de ces agressions se sont manifestées à l’Ouest et au Nord. Heureusement, que le redéploiement de la diplomatie algérienne court-circuite tous les actes belligérants. La consolidation des liens avec ;la Chine, la Russie, la Turquie, et bien d’autres pays aussi bien Africains, Asiatiques, d’Amérique et  de la Méditerranée redonne du tonus non seulement au plan international mais aussi régional et domestique.

Pendant que le Hirak et encore de nos jours c’est au plan intérieur que des opposants mettent de l’avant des revendications culturelles et identitaires avec des relais dans la diaspora… ils bénéficient d’un soutien évident de plusieurs officines affiliées à des États. C’est aussi depuis quelques semaines le turbulent voisin de l’Ouest qui avec l’aide toxique et nocive, d’un de ses partenaires du Machrek, ne refreine pas ses tendances hégémoniques et bien entendu revendicatrices sur une partie de l’Algérie alors qu’il a maille à faire avec l’occupation du Sahara occidental ainsi que ses enclaves du nord. Il va sans dire que les incursions de ce voisin sont multiples (contrebande, drogue, etc.). C’est aussi son parrain de toujours qui à sa convenance a arrangé son histoire ainsi que leurs histoires communes pour se faire passer pour un intervenant venu ‘’civiliser’’ un peuple de gueux. Pourtant, un dénominateur commun à ces ‘’opérateurs’’ prône, comme si de rien n’était, la division pour ne pas dire la disparition du peuple algérien et de ses gouvernants. On peut signifier son propre accord pour certains mais pas pour tous. Le Yetnahaw G’aa doit être revisité.

Ce que dit un Président …

Au moment où les préparatifs de la rencontre France/Afrique vont bon train, les propos du président français sont venus ‘’intoxiquer’’ les relations bilatérales. Ils ont irrité et blessé,

non pas seulement, les dirigeants Algériens mais aussi le simple citoyen qui se voit ainsi délesté de sa mémoire, de son histoire millénaire, de ses origines. Même si les gouvernants ne font pas souvent référence à l’Histoire millénaire cela n’empêche pas le peuple de se l’avoir appropriée depuis toujours. Néanmoins, le pire réside dans la confirmation de ce mépris que seuls les dirigeants français affichent lorsqu’ils sont relégués par ceux qu’ils houspillent sans ménagement ou encore lorsqu’ils veulent solliciter le vote de leur droite raciste. C’est comme si 132 ans d’occupation n’ont pas suffi.

En fait, pour ma part, je n’ai jamais cru qu’un président français ou n’importe lequel des chefs d’État fasse des déclarations à l’’emporte pièce sans que ses conseillers, ses ministres, son cabinet, etc… n’en sachent rien.  Tout est minutieusement organisé, peaufiné à la virgule près et surtout savamment orchestré pour être repris par tous les médiums.

Même les réactions sont anticipées et pressenties pour que les mises au point soient une confirmation ou pour le moins une reformulation des idées émises. Dans le cas qui nous intéresse, il faut reconnaitre que le président français en s’adressant à de jeunes Français est dans son droit, toutefois, qu’il les instrumentalise parce qu’ils ont une ascendance Algérienne et les utilise pour servir de tremplin et de propulsion à sa politique paternaliste et dominatrice à l’endroit de l’Algérie, de son peuple, de ses dirigeants et notamment de son histoire et de sa mémoire ne peut être qualifié que d’un dérapage contrôlé. Cela n’est pas pour apaiser les tensions en cours. Dans le discours présidentiel et diplomatique nous savons tous que les mots font l’objet d’un choix minutieux pour que le message soit entendu et convenablement compris.

‘’La poussière est tassée sous le tapis, mais elle est toujours là !’’  

La mémoire est mise de l’avant sous forme d’une nième manipulation qui empêche une conciliation tournée vers l’avenir. Le paradigme qui veut que l’histoire soit toujours écrite par le vainqueur est rejeté depuis longtemps.

Ce qu’il faut c’est prendre en main le peu qui n’a pas été éradiqué par ces vainqueurs pour planter les germes d’un futur qui doit toujours rapprocher les parties concernées. Mais Macron, nous dit ‘’La France ne veut pas apprendre à laisser le passé derrière elle, pour profiter de ce qui est devant elle.’’.  Des effets de plusieurs crises successives n’ont pas été résolues de manière définitive. Nous avons tous cru que ce jeune Président était au moins intègre pour se tenir face à l’Histoire et rectifier les fautes commises hier encore, mais cela n’est plus le cas. Au Québec, on dit ‘’la poussière est tassée sous le tapis, mais elle est toujours là !’’   Les divergences ont toujours existé lorsque des pays dominateurs et hégémoniques soufflent le chaud et le froid en fonction des conjonctures. L’Histoire, l’économie, la culture, le mode de gouvernance, les pouvoirs en place sont de ces sujets qui rapprochent ou au contraire créent des distances entre les protagonistes.

L’avenir avec une Histoire et des mémoires qui rapprochent …

Dans cette relation entre l’Algérie et la France, l’histoire partagée, la vision de Macron qui a désigné un pied-noir, en l’occurrence Benjamin Stora, pour rédiger un projet de plan de travail à même de rapprocher les deux peuples a échoué. Ce projet vient de prendre un coup sérieux et les effets montrent que la partie Algérienne avait raison de ne pas trop y croire. Ce que n’a pas compris le Président Macron, c’est que son historien peut écrire ‘’son’’ histoire de l’Algérie mais il ne peut même pas suggérer d’écrire le projet de plan de travail de l’Algérie, n’en déplaise à ceux réagissent avec leurs affects et non pas avec la rationalité qui est exigée en de telles circonstances.

L’autre point qui a déjà fait l’objet de bien des appréciations, réside dans le facteur aggravant qui fait dire au président Macron que la nation Algérienne n’existait pas avant son occupation. Cette sentence a ruiné tous les efforts de rapprochement façonnés depuis le début de sa présidence. Pourtant, il est bien placé pour savoir qu’aucun État n’existait à un moment donné de l’Histoire du monde. Les appellations ont évolué avec les flux migratoires des populations en temps de paix ou en temps de guerre.  Par conséquent, c’est faire preuve de provocation que d’avoir abordé cette réflexion à un moment où l’apaisement est de rigueur.

En conclusion

Un autre point irritant dans la posture du président Macron est cet échange avec des jeunes Français et, cela aurait pu être n’importe lequel des groupes générationnels. C’est son droit et personne ne le lui conteste. Ce qui pose problème, c’est l’évocation de problématiques strictement algériennes au motif que ces jeunes ont des liens directs ou indirects avec l’Algérie. Là, la perspective d’une distanciation pour ne pas dire une rupture est mise en place. L’Algérie est encore plus forte depuis le tremblement de terre provoqué par le Hirak. Il y a encore des répliques qui peuvent aller au-delà de la rive sud de la Méditerranée.   

Le président français a élargi le fossé entre la France et l’Algérie. Au lieu de parler de rapprochement apaisé et la création de nouveaux ponts avec ces jeunes ils les poussent à ériger des murs entre eux et l’Algérie. Il s’agit ni plus ni moins que de leur instrumentalisation inopportune.  

C’est finalement son ignorance des mécanismes de gouvernance de l’Algérie, qui lui ont fait croire, peut-être sur l’avis de ses conseillers que le Hirak a affaibli le système algérien et ses pouvoirs. Il devra réviser ses intentions considérant que l’Algérie est soudée à son peuple et vice-versa, malgré les divergences de vue de bien de ses citoyens, leur lucidité et leur résistance font encore sa force malgré la nouvelle génération d’individus qui ont rompu les serments à la patrie

Ferid Racim Chikhi

Analyste sénior - Groupe d’études et de recherches Méditerranée/Amérique du Nord (German). 

Publié par AP : Les effets du Hirak ne sont pas un affaiblissement de l’Algérie - Algérie Patriotique (algeriepatriotique.com) 

28 sept. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 356

Langue française au Québec : Le projet de loi 96 est-il bien ficelé ?

La commission parlementaire de l’Assemblée nationale poursuit ses travaux d’ajustement du projet de loi 96 sur la langue officielle et commune du Québec, le français. Ce sont surtout les avis de juristes et autres constitutionalistes qui sont les plus entendus. Les sociologues, les enseignants, les écrivains, etc., ne se bous culent pas au portillon. Loin de combler ce manque le propos qui suit mentionne de manière succincte quelques aspects et paramètres devenus presqu’invisibles même s’ils nous heurtent tous les jours.  

En 2012, des indicateurs de l’OCDE, soulignent que la fragilisation de la langue française au Québec est probante. Cette alerte a été donnée parce que le niveau de compétence en littératie de la population Québécoise était déjà, à ce moment là, très faible pour un pays faisant partie du G8. Bien entendu n’importe qui de sensé se poserait des questions aussi légitimes que celle qui consiste à se demander, entre autres, si la prestation de l’éducation nationale et de l’enseignement du Québec de l’école primaire au collégial est qualitative ?

L’analphabétisme, l’arme de destruction massive du Français

Donc, dès 2012, L’OCDE nous dit que ‘’… le Québec compte 53,2 % de sa population âgée entre 16 et 65 ans qui aurait de graves problèmes de littératie… La province serait ainsi 9ième au pays, loin derrière le Yukon (44,4 %), l’Alberta (44,9 %) et l’Île-du-Prince-Édouard (45,3 %).’’ Loin de se stabiliser ou de s’améliorer la situation ne ferait qu’empirer. Il est vrai que le gouvernement provincial tente de colmater les brèches parce qu’il s’agit de la langue nationale première. En revanche, le gouvernement fédéral place des embûches partout où cela lui est possible en privilégiant la généralisation de la langue anglaise en conséquence de quoi c’est toute la société d’expression française qui en pâtit.

Des agressions multiformes

Comme toutes les langues hégémoniques, l’anglais en est une qui ne tolère aucune autre langue à côté d’elle, sauf si elles sont correctement régentées : voir en Belgique ou en Suisse. Le bilinguisme a toujours été favorable aux langues dominantes.  

Dans le champ de la pratique quotidienne le français est doublement ostracisé d’une part par l’océan anglophone et d’autre part par les langues minoritaires que le multiculturalisme défend au nom d’une soi-disant liberté due aux locuteurs allophones. Ces derniers parlent des langues d’importation qui diminuent l’influence et la pratique du français par des déformations tout à fait naturelles qu’ils véhiculent (prononciation, syntaxe, et autres règles grammaticales non respectées).

Un autre aspect de la fragilisation du français est celui qui fait qu’en région, la démographie décroissante exige des solutions en main d’œuvre pour bien d’autres secteurs d’activités. Cela constitue un cheval de Troie par lequel pénètre, par exemple, l’espagnol parlé par les Mexicains et autre latino-américains embauchés occasionnellement pour les récoltes des produits de nos régions.

Une autre infiltration perfide est celle de l’affichage. En effet, la communication visuelle est souvent suggestive. Les règles en la matière doivent être bien réfléchies sans quoi ce qui est écrit dans une autre langue véhicule forcément un message, y compris, idéologique, du genre : Sushi, Émir, Halal ou Casher, etc. La question est de savoir si l’affichage peut être autorisé en alphabet Latin et porteur d’un message avec un signifiant français ou non ?  Le tout étant de veiller à ce que l’affichage en langue étrangère ou en alphabet latin soit contrôlé.  

Le Québec une future tour de Babel

Comme souligné plus haut, les langues des immigrants sont mises de l’avant par un multiculturalisme ghettoïsant, plaçant les cultures d’importation dans des silos sans risque de communiquer entre elles et de se mêler les unes aux autres. En poussant au ‘’parcage’’ des immigrants, dans des quartiers où ils peuvent se retrouver entre eux, on les éloigne de la société francophone d’accueil et d’une amélioration constante et permanente du vivre ensemble. Avec de telles pratiques, les langues d’importation deviennent des langues qui encerclent le français et l’affaiblissent pour finalement le réduire définitivement. Sous peu, la belle province deviendra une tour de Babel où chaque individu ne saura plus parler aux autres. 

Certes, le projet de loi 96 ne fait pas l’unanimité en ce qui à trait aux ajustements nécessaires et suffisants à même de renforcer la pratique de la langue française. Par exemple, rien n’est dit au sujet de ces langues mineures et d’importation. Pourtant, elles sont une nouvelle richesse pour le patrimoine culturel du Québec. Leur imposer des espaces d’expression naturel serait judicieux et utile pour les communications avec les communautés ethno culturelles sans compter qu’elles peuvent constituer des barrières de protection pour le français. Ce qui se fait chez notre voisin du sud serait intéressant à explorer.

L’enfermement 

Un autre aspect de la pratique de la langue première au Québec est celui de l’enfermement dans lequel elle se trouve. En fait, l’une des faiblesses observées réside dans l’occultation de l’enseignement de l’histoire du Québec. Il en résulte que les jeunes générations ne connaissent pas le rapport de la population à sa propre langue. Dans un passé récent, quelques leaders politiques se sont fourvoyés en préconisant une ‘’langue Québécoise’’ bien entendu dérivée du français, malheureusement infiltré par des expressions anglaises ; certains diront que c’est correct pour la langue parlée, alors qu'en réalité cela vulnérabilise la langue matrice.

Enfin, la régionalisation de l’immigration sans un plan stratégique prenant en considération le français dans toutes ses dimensions est un autre danger dissimulant plusieurs pièges nocifs. Nous savons que la démographie des régions est dans le creux de la vague, en témoigne la pénurie multiforme de main d’œuvre. Pour combler les déficits, il est fait appel à une régionalisation de l’immigration. Ce plan est porteur des germes de le ‘’défrancisation’’ en ce sens que, d’une part, les seuls immigrants qui vont dans les régions sont ceux qui sont importés occasionnellement pour l’agriculture. Ils sont presque à 100% hispanophones. Leur francisation est partiellement au programme et, que d'autre part, l’immigration économique orientée vers les régions se situe, à peine, entre 40 et 60% des francophones accueillis. 

Des politiques de francisation et d’éducation sans vision à long terme

Sur le terrain des opérations, le temps des combats perdus d’avance et l’illusion du budget de la francisation sont perçus différemment dans le RoC et la Belle Province. Nous savons que toutes les langues ont une durée de vie : elles naissent, elles croissent, elles vivent, elles s‘enrichissent puis elles décroissent et finissent soit par sommeiller soit par être cachées et finalement elles disparaissent. Les exemples du Grec, du Latin et … bien d’autres langues nous le rappellent constamment.

Dans le RoC le bilinguisme est officiel mais la langue vraie, la langue officielle est l’anglais et rien n’est fait pour développer le Français même comme langue seconde. Comme le Québec est une exception au sein du Canada et de l’Amérique du Nord, une seule langue officielle doit être institutionnalisée. Le Français. L’anglais ne doit être enseigné et pratiqué qu’en cas d’un besoin impérieux ou comme langue seconde au même titre que toutes les autres langues, dans ce cas la justification des peuples fondateurs doit être nulle et non avenue.

En conclusion

Le gouvernement œuvre pour ajuster les déficits, cependant, l’offre du projet de loi (96) est en deçà des aspirations de la société Québécoise francophone tant que des mécanismes de protection et de développement de la langue de tous et parlée par tous ne sont pas mis en pratique. C’est aussi en développant tous les domaines de l’éducation, la dispense d’apprentissage dans une langue pure ainsi ceux de la culture Québécoise au double plan qualitatif et quantitatif, que l’expression des locuteurs sera appréciée et que la communication s’améliorera. 

Ferid Racim Chikhi

11 sept. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 355 -

Algérie : Les défis de la bonne gouvernance

Le propos qui suit est la synthèse d’une analyse conjoncturelle plus fournie de la situation de l’Algérie au moment où elle rencontre des turbulences les unes plus

denses que les autres. Certes il y a les acquis du Hirak parmi lesquels se comptent l’éviction de bien d’un président et de ‘’responsables’’ qui ont été corrupteurs ou corrompus ainsi que des gestionnaires cooptés et incompétents. Il y a aussi la prise de conscience générale qui ne cesse de cibler la mutation d’une gouvernance en déphasage avec les aspirations de pans entiers de la société et les causes, même si elles sont multiples, peuvent se résumer en un seul sous-titre : une nouvelle forme de centralisation des pouvoirs face au désordre et à la confusion.

Les dossiers chauds de l’été 2021

Au cours l’été 2021 des évènements majeurs ont inauguré de façon remarquable la gouvernance du Président Tebboune qui ne cesse de répéter qu’il œuvre selon les attentes des Algériens. En effet, ces derniers dès le mois de février 2019 exprimèrent leur rejet du système mis en place par ses prédécesseurs et bien entendu ceux qui l’ont intronisé. Depuis, l’Algérie vit des changements potentiels mais sans pour autant qu’ils répondent avec satisfaction aux attentes du citoyen.

La machine gouvernementale peine à démarrer en raison d’impondérables qui freinent la dynamique impulsée contre vents et marées par les ‘’nouveaux cooptés’’. Parmi ces impondérables le premier est sans conteste les effets de la pandémie du Covid que l’on observe encore ; les incendies qui ont ravagé la Kabylie et les forêts de l’Est du pays ; qu’ils soient de sources ‘’naturelles ou criminelles, l’État, ses gouvernants et ses élus sont restés invisibles. Fort heureusement, la solidarité agissante des citoyens venus de partout a permis la cautérisation des premières blessures. Déjà profondes elles ont été observées dans le corps sociétale du pays. Ily a ensuite le deux poids deux mesures de la justice algérienne qui bat le record des décisions de détentions de militants activistes de la société civile. Un autre fait reste aussi sans conteste la ’déclaration de guerre’’ du voisin de l’Ouest sous la houlette de son partenaire proche oriental. Bien heureusement, l’offensive stratégique et gagnante menée de main de maître par la diplomatie Algérienne avec un ressourcement approprié aux fondements de ce qui a fait sa grandeur durant la révolution Algérienne et par une mise en œuvre intelligente d’une stratégie gagnante. Dans l’absolu, la désignation de chargés de missions pourrait être qualifiée de pertinente mais elle suggère que les rouages en place sont dysfonctionnels et laissent place à la spéculation et à la confusion. Cependant, force est de constaté que la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc et l’action fort judicieuse de sortir Israël, l’usurpateur, de son statut d’observateur au sein de l’UA remettent les pendules à l’heure. Ces actions sont applaudies par la quasi-totalité des Algériens, mis à part quelques séditieux qui se prennent pour des révolutionnaires. Quant aux relations entre les deux peuples, mises de l’avant par quelques éditorialistes en manque de prestige, les politiques savent qu’il existe une profonde incompatibilité entre la sujétion de l’un et la citoyenneté de l’autre.

Une marge de manœuvre très réduite

Revenons à l’action domestique, le constat a été fait depuis fort longtemps au sujet de la distance qui existe entre le pouvoir en place et la population. Il est même expliqué par la faiblesse pour ne pas dire le manque de communication et d’information. Le Président Tebboune, considéré par beaucoup d’illégitime, tente de gérer différemment tous les dossiers mais les urgences majeures de l’été 2021 ne lui laissent qu’une marge de manœuvre réduite. Pour y remédier il conçoit un plan d’actions interdisciplinaires, et personne ne dira que cela n’est pas bien. Le système évolue et se transforme mais quatre paramètres sont occultés : le premier concerne l’inexistence d’un diagnostic sérieux du leg des anciennes gouvernances, exception faite de la diplomatie qui change dès lors que son inaction ou sa passivité d’avant le Hirak exigeaient un redressement. Le second est celui de la question des valeurs et des principes éthiques qui ailleurs guident les actions des acteurs et autres opérateurs. Cela s’observe dans le modèle de sélection de ceux qui auront le devoir de le réaliser. Le troisième touche aux remplaçants qui sont toujours pris dans le sérail et ils ne sont pas sélectionnés en toute transparence malgré leur profil fort intéressant. Le quatrième qui reste selon bien des analystes le plus fondamental réside dans la pédagogie qui porte ce plan et à laquelle les experts/auteurs n’ont pas du tout pensé.

La centralisation des pouvoirs face au chaos

On ne le dit pas assez, mais qui n’a pas observé que le monde a amorcé depuis plus d’un demi-siècle des changements majeurs ? Même la nature n’épargne pas l’humanité via des bouleversements multiples les uns plus violents que les autres et provoquent des désordres dans tous les rouages organisationnels qu’ils soient sociaux, économiques, culturels et bien entendu politiques.

Donc, si ce ne sont pas seulement les guerres qui génèrent des troubles et le chaos que beaucoup qualifient d’incontournables, c’est aussi la nature et le climat qui provoquent des dérèglements face auxquels l’être humain ne peut rien faire si ce n’est subir et patienter que ‘’la tourmente’’ passe. Le pire c’est qu’en dépit des avertissements lancés par les plus lucides et faute de protections annoncées, ce sont les plus faibles, les plus démunis, ceux qui vivent déjà dans la précarité qui sont les plus asphyxiés par des troubles accablants que même le temps ne saurait guérir.

La communication et l’information

Dans toute déclinaison de mécanismes de gouvernance convenablement ordonnés la communication et l’information font parmi des fondements les plus solides des liens entre les gouvernants et les gouvernés. Les temps modernes ont produit des technologies qui permettent à l’information de circuler instantanément et parvenir aux récepteurs en temps réel. N’importe qui peut dire n’importe quoi, sur tous les sujets qui lui parviennent par un moyen ou un autre. Ce qui donne, à titre indicatif, le bouillonnement généré par les réseaux sociaux.

Si l’État et les gouvernants algériens ne se mettent pas au diapason des technologies de l’information et de la digitalisation l’issue sera à tort ou à raison la remise en question systématique de leur crédibilité qui s’érode encore plus au fil du temps. La gouvernance de l’Algérie malgré des changements d’hommes (avant il était question de chaises musicales) vit cette problématique et rien ne semble aller dans le sens de l’obtention de résultats probants. Pourtant, les remèdes existent et peuvent être prescrits sans pour autant empêcher les oppositions de s’exprimer. La liberté d’expression des uns et des autres est une condition sine-qua-none pour la préserver et en faire un outil d’orientation nécessaire et suffisant. Trouver les moyens légaux pour mettre hors d’état de nuire les influenceurs qui veulent la division de l’Algérie est une action de bon augure mais cibler systématiquement toute personne porteuse de différences et l’empêcher comme étant subversive, sans arguments portés à la connaissance du public. C’est à ce niveau que la pédagogie intervient pour expliciter les causes de cette problématique et les solutions préconisées et surtout éviter l’analogie avec une période à jamais révolue mais qui a perduré 130 ans.

Ce pourquoi nos aînés ont lutté, ce sont entre autres, le recouvrement de la souveraineté nationale, les libertés fondamentales ainsi qu’une justice égalitaire et humaine et cela ne doit en aucune manière être occulté. Il importe de gouverner avec la transparence la plus crédible et pour ce faire, il faut bien distinguer la communication de l’information et les deux de ce qu’est la désinformation notamment subversive. Dans le déroulement du plan d’actions du Président, le ministre de la Communication parle des nouveautés pour contrer la désinformation, il s’agit d’action proactive et de vision prospective, cependant qu’en est-il des fondements de cette pensée qui localement ne tiennent pas compte de la liberté d’expression élémentaire. La libération de la parole, l’expression de la pensée diversifiée sont essentielles si l’on veut fonder une société civile vigilante et surtout consciente de sa force pour accueillir les décisions gouvernementales. Or, prenons n’importe quel site Internet de n’importe lequel des ministères … Tout est figé !

Le plan d’actions du gouvernement.

La dernière étape de la rénovation organisationnelle qui débutera à la fin novembre 2021 marquera la mise en place de l’organigramme institutionnel et le lancement des actions prévues dans le nouveau plan de redressement du Président Tebboune.

Le simple fait que ce plan énonce le besoin de lois régissant la liberté de réunion et de manifestation, la promotion du mouvement associatif et l'exercice de l'activité des partis politiques, la liberté de la presse ainsi que la sécurité des personnes et des biens est la preuve tangible que les paramètres de la gouvernance précédente étaient obsolètes. Par ailleurs, si le gouvernement du Président Tebboune prévoit de garantir l’indépendance … et l’égalité de tous devant la justice et en instaurant plus de transparence et de moralisation dans la gestion des affaires publiques, prendra t’il en compte les détentions arbitraires qui ont été décidées manu militari ? Procèdera-t-il à une révision diligente pour la relaxe de tous les détenus ?

Le Capital humain dont il est question … La panacée !?

La question qui se pose de nos jours est de savoir ce qu’il en est des hommes et des femmes qui prendront en charge la mise en œuvre de ce plan ? Comme les précédents, théoriquement, les potentiels des premiers désignés paraissent appropriés mais dans la pratique ils restent insuffisants d’autant plus que les curriculum vitae publiés ne montre aucune réalisation aux postes qu’ils ont occupés. Le contenu du nouveau programme et sous le chapitre intitulé Capital Humain il est mentionné que des objectifs sont entre autres l’amélioration des conditions de satisfaction du service public et l’initiation de formations aux employés des services publics mais rien en ce qui a trait à la sélection en amont de ceux qui doivent y veiller. Il reste que l’hypothèse qu’il ait été fait appel à des experts exerçant à l’étranger est vérifiable tant la théorie supplante la pratique sachant que lesdits experts, ont fait des propositions qui semblent avoir été retenues. Néanmoins, comme par le passé elles n’ont aucun ancrage dans le monde du travail de l’Algérie d’aujourd’hui. Il est malgré tout étonnant qu’aucune recommandation n’ait été portée à la connaissance du public et surtout précédée d’un bilan, d’un état des lieux, d’une évaluation de la situation réelle. Ce nouveau plan est lancé et comme par magie il fait mention du concept ‘’Capital Humain’’. Connu pour être porteur d’une idéologie managériale problématique à laquelle s’oppose le Potentiel Humain il est présenté comme étant la panacée.  Or, un peu d’épistémologie nous laisse voir que les organisations économiques algériennes sont passées abruptement de la gestion du personnel avant la GSE et le SGT à la gestion des ressources humaines dès le milieu des années ‘’80’’. Cela s’est fait sans transition ni formation appropriées. C’était l’époque de ‘’l’homme qu’il faut à la place qu’il faut’’ et du triptyque : ‘’Honnêteté, intégrité engagement’’. Ce modèle sorti tout droit des ouvrages de management est mis de l’avant pour en faire la panacée.

Dans l’absolu, encore une fois, nous savons que dans bien des pays, ce sont avant tout les modèles de sélections des dirigeants qui impriment le schéma de gestion. Ils se ressemblent. Il est aussi vrai que dans l’absolu les curriculum vitae de ces gouvernants mentionnant leurs formations, leurs expériences et leurs compétences sont en adéquation avec les missions et les tâches des postes qu’ils postulent mais ce sont aussi leurs résultats de gestion qui sont scrutés. Ce qui n’est jamais le cas en Algérie. Va-t-on enfin y remédier ?

Pour conclure, les défis managériaux et de la bonne gouvernance sont gigantesques. Ils vont de la conception et de la rédaction des plans de charge et des programmes des ministères et de leurs employés jusqu’à la reddition des comptes selon les normes accréditées. Ce qui veut dire que les institutions comme la Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et les inspections des ministères et des entreprises publiques doivent être activées et mandatées pour qu’elles effectuent le travail pour lequel elles ont été créées et qui évitent la navigation à vue.

Ainsi seront mis en oeuvre les principes de l’'exercice des droits et des libertés mais aussi des devoirs et obligations des citoyens. Là est la véritable question de la transparence et de la concertation pour les uns et les autres.

Ferid Racim Chikhi

Analyste senior – GERMAN

Groupe d’Études et de Recherches Méditerranée / Amérique du Nord. 

3 août 2021

Crimes au nom de l’honneur ?

«Dans ces sociétés où le patriarcat a force de loi, "crime pour l’honneur" se traduit par un crime contre les femmes»

Leila Lesbet

Présidente de Pour les droits des femmes du Québec 

Lors du quadruple crime de la famille Shafia, n’avons-nous pas entendu une psychologue nous expliquer le dilemme dans lequel se trouvait le criminel Mohamed Shafia : déchiré entre sa culture d’origine et celle du pays dans lequel il avait choisi de vivre, excusant ainsi sa culpabilité par rapport aux trois corps de ses filles et celui de sa première épouse qui venaient d’être repêchés dans le canal Rideau. C’était le 30 juin 2009.

Peut-il y avoir un quelconque honneur dans un crime froidement planifié, réfléchi et programmé par des hommes dont la victime a un lien de sang direct avec ses criminels ?

Dans ces sociétés où le patriarcat a force de loi, « crime pour l’honneur » se traduit par un crime contre les femmes. Ce crime pour l’honneur concerne uniquement la femme : c’est le fardeau lié à notre sexe.

Dans ces sociétés, la femme appartient d’abord à sa « tribu », c’est-à-dire à son père, à ses frères, à ses oncles, à ses cousins et par extension à la gent masculine que constitue la société. Son corps ne lui appartient pas, il appartient à sa famille, laquelle s’octroie le pouvoir de vie ou de mort sur cette possible « bombe à retardement » qui porte, sans aucunement l’avoir souhaité, cet honneur de la famille que les hommes par lâcheté préfèrent lui déléguer.

Le 27 juillet 2021, quand un Sherbrookois de 22 ans est attaqué par quatre individus lors d’un possible « crime d’honneur », il est rapporté dans le Journal de Montréal que la police estime que « rien ne porte à croire que la victime aurait commis une quelconque faute ; il n’y aurait eu possiblement aucune relation intime ». Cette phrase lourde de sens donne à penser qu’une relation intime aurait rendu le crime acceptable. Vraiment ?

Le 29 juillet, à Kirkland, quand La Presse rapporte le cas d’une adolescente de 16 ans violentée par son frère sur son lieu de travail, le SPVM précise que « l’affaire est fort probablement “reliée à un conflit de violence intrafamiliale”, sans toutefois s’avancer sur l’éventualité d’un crime d’honneur pour le moment ».

Pour Nour (nom fictif de l’adolescente de Kirkland), les interdits sont nombreux : contrôle de sa tenue vestimentaire, de ses fréquentations, de ses textos, de son argent et du wifi résidentiel. Pourtant, ce cas éloquent n’est pas unique.

Il est de notoriété publique que les crimes dits « d’honneur » ont cette particularité de mettre en évidence l’appui de la « tribu » qui soutient les hommes qui les commettent. N’est-il pas lâche de s’organiser à plusieurs contre une seule personne appartenant au sexe dit faible ?

Les noms des personnes inculpées ne font réagir aucun imam pour dénoncer cette barbarie à l’endroit d’adolescentes innocentes.

Indifférence

Le plus insoutenable, car offensant au plus haut point, c’est la condescendance du gouvernement du Canada qui mène avec assurance sa politique communautariste dans laquelle nous sommes enfermées, condamnant ainsi sans appel nos protestations et niant nos aspirations.

Combien d’adolescentes vivent ce calvaire dans la plus grande indifférence ?

Combien de filles, d’adolescentes et de femmes auraient aimé témoigner de leur quotidien au procès de la Loi sur la laïcité de l’État ?

Combien d’entre elles auraient aimé être entendues au Sommet national sur l’islamophobie et proposer leurs recommandations ? Mais leurs voix, nos voix sont inaudibles.

Combien d’adolescentes victimes de ces crimes doivent taire les violences subies alors que le relativisme culturel sévit dans les écoles québécoises, où on banalise la présence des femmes dites musulmanes représentées toujours voilées, et cela conformément à un profilage établi selon l’origine géographique ou ethnique et souvent confondu avec la religion, comme dans le cours ECR ?

Il ne s’agit pas de stigmatiser une culture ou une religion, mais bien de dénoncer certains faits de culture ou de religion qui n’ont vraiment plus lieu d’être dans notre société d’aujourd’hui.

S’il y a déshonneur dans une relation entre une femme et un homme, demandons-nous qui porte l’honneur et qui assume le déshonneur ?

Nous, les femmes, sommes atterrées par le silence assourdissant du premier ministre du Canada et de toute la classe politique, tant au fédéral qu’au provincial.

Nous sommes consternées par le silence complaisant des organismes gouvernementaux dédiés aux droits des femmes.

Est-ce ce choix de société et de vivre-ensemble que nous voulons pour nos enfants ?

Leila Lesbet

Présidente PDFQuébec

In Le Devoir : Crimes au nom de l’honneur? | Le Devoir 

25 juil. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 354 -

 La ligne rouge que Trudeau ne devait pas franchir ! ?
Sommet contre l'Islamophobie d'Ottawa !!??

Je suis offusqué par la non-retenue du Premier Ministre Canadien qui, encore une

fois, prête son soutien à des groupuscules islamistes qui s'érigent en représentants de tous les musulmans du Canada sachant que ceux-ci se répartissent au moins en deux grands groupes : les Sunnites et les Chiites et que chacun d’eux se subdivisent en plusieurs sous-groupes aussi différents les uns que les autres, que ce soit par la pratique religieuse ou la tradition musulmane ou encore la culture d’origine.

Ce sommet qui marque une fracture entre les communautés musulmanes de diverses origines et les bourreaux islamistes montre la faiblesse du gouvernement fédéral face à des organisations et associations islamistes qui n’ont pour seuls objectifs que de semer la division et la stigmatisation des musulmans qui se sont adaptés aux lois du Canada et refusent que leurs soient imposées des lois importées des pays qu’ils ont quitté, pour certains, depuis plus de trois décennies.

Lorsqu’il est question de minorités, le premier ministre Justin

Trudeau va t'il soutenir ces musulmans qui constituent plus de 98% de ces communautés ou restera t-il dans sa posture d'aider des groupuscules connus pour leur violence et leur sournoiserie ?

C'est juste une question de bon sens à l'adresse des fédéralistes qui se disent contre le séparatisme !


Ferid Chikhi


19 juil. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 353 -

 Un Président, une Assemblée nationale, des élections locales et après ?

Aborder succinctement quelques aspects en lien avec les changements géopolitiques qui orientent le monde avec des effets certains sur l’Algérie depuis plus de trois décennies, et en particulier au cours des deux dernières années, n’est pas chose facile pour procéder à un décryptage objectif tant les facteurs déterminants sont volatiles et souvent dissimulés.

En Algérie, en plus de l’échelle démographique qui montre les proportions des tranches d’âges largement favorables aux jeunes, ce qui exige des réponses multidimensionnelles à des besoins nouveaux, il existe au moins quatre facteurs qui retiennent l’attention des analystes de la politique nationale.

Le premier porte sur les séquelles ravageuses des années 90', elles sont persistantes et significatives mais personne ne semble s’en occuper. Le second est le package des effets du Hirak sur les institutions et les hommes. Ils sont porteurs de belles promesses si ce n’est les agissements de quelques individus subversifs. Retenons à titre indicatif que jusqu’à récemment le nettoyage se poursuit au sein des institutions étatiques et parmi les plus en vue ce sont celles de l’armée qui scintillent le plus. Le troisième questionne le silence des intellectuels. Tendance lourde en lien direct avec la communication de leur savoir, leur savoir-faire et leur savoir-être dans une société en pleine transformation. Le quatrième facteur est celui de la non-communication institutionnelle en Algérie, elle enraye toute la dynamique de l’œuvre colossale entreprise depuis au moins le 19 février 2019.

Un Président, une assemblée nationale, des municipales et après ?!

Depuis, le 19 février 2019, l’Algérien né au milieu des années 80 et durant les ‘’90’’. Le nouvel Algérien qui acquiesça, qui accepta, qui se plia à tout ce qui venait du pouvoir, de la mosquée et même de l’école infiltrée depuis des décennies par le wahhabosalafisme s’est levé d’un seul bond pour rejeter le pouvoir corrompu et corrupteur … Il le conteste encore et toujours malgré les multiples arrestations opérées quotidiennement sur l’ordre dont ne sait quelle autorité judiciaire avec des conséquences insoupçonnées. Même la grâce présidentielle de juillet 2021 ne semble pas aller dans le sens de l’apaisement souhaité.

Pendant, ce temps, le président de la République poursuit la mise en œuvre de sa feuille de route en gérant son schéma de consolidation des mécanismes institutionnels par la consécration des assemblées élues qui obtiennent à peine 10% des suffrages (Présidence de la république, Assemblée Populaire Nationale, Bureau du Sénat) dans la perspective des élections locales, nouvelle organisation ministérielle qui suscite un paquet d’interrogations et le redéploiement de la diplomatie. Pour le commun des mortels, ces actions ne sont pas probantes vu le déni affiché par l’Algérien et la gifle qu’il a infligée au pouvoir en boudant les urnes. Par conséquent, personne ne peut nier que les élections présidentielle et législatives ont été un point de rupture inégalé depuis 60 ans.

En analysant ces facteurs, quatre changements majeurs sont apparus. D’abord, les organisations politiques peuvent être considérées comme de petites associations de quelques individus, sans grande envergure et leur attache avec la population est très faibles ; les islamistes n’ont plus le poids qu’ils revendiquent depuis deux décennies ; le pouvoir est toujours contesté par la grande majorité de la population et enfin au plan international, une petite accalmie de la part des partenaires européens dès le moment où les institutions élues sont mises en place même si des petits grains qui font grincer la machine diplomatiques persistent ; le retour d’un diplomate chevronné saura sans aucun doute les faire évacuer en temps voulu.

Des intellectuels sans audace !

Si ce n’étaient les effets du Hirak couplés à ceux de la pandémie (Covid19) on peut se demander où sont les intellectuels ? Leur silence est troublant. Comme dirait le plus crédules des observateurs : à l’horizon, rien de nouveau ! Pourquoi et comment se fait-il que les érudits, les instruits, les libres penseurs, les universitaires, ne prennent pas position, n’éclairent pas de leurs réflexions les citoyens ? Ces citoyens qui sont ‘’agressés’’ avec violence par les propos d’individus qualifiés de politiciens ou de prédicateurs incultes. Pourquoi ces intellectuels sont-ils quasiment absents du champ sociopolitique et culturel laissant le terrain à quelques personnages à peine lettrés qui ressassent les mêmes propos depuis plus d’un quart de siècle ? Pourquoi ne font-ils pas comme leurs devanciers, dire et écrire leurs pensées ? Bien entendu, il sera dit qu’ils n’osent pas, vu que la parole est censurée, interdite et ses auteurs systématiquement arrêtés.

Or, si l’on excepte la prise de paroles de quelques lettrés, docteurs (on n’en finit pas avec cette appellation galvaudée) souvent égocentriques qui font plus dans la subversion que dans la pédagogie, les questions relatives au silence assourdissant de la majorité inquiète. Le pire est qu’un grand nombre est sur les réseaux sociaux mais comme anonymes. Selon, un collègue sociolinguiste, l’origine principale résiderait dans la langue de communication. L’arabe. Langue imposée contre vent et marée, elle est parlée et comprise par plus de 90% de la population. Parler ou écrire en français à la majorité des Algériens est un défi que quelques auteurs sont en passe de relever, en revanche l’impact est embryonnaire. Le pouvoir en place a compris ce paradigme et il en use à outrance. Par conséquent, les effets des ‘’lettrés’’ en français sont minimes pour ne pas dire nuls. Là s’établit une problématique qu’il faudra visiter en substance.

Revenons quelques années auparavant, avant et durant la décennie ‘’90’’. Il n’y avait pas les réseaux sociaux pourtant nombreux sont ceux parmi lesquels les défunts Aloula, Boukhobza, Djaout, Sebti, Stambouli ou encore Tigziri … ont pris des positions courageuses. Ils ont osé s’exprimer dans les langages du peuple, au sein de la société civile. Ils étaient dans les partis politiques et même au sein des institutions étatiques. Les plus intègres ont observé les mouvements du peuple, ses angoisses, ses craintes, ses peurs des dérives sans issues. Ils ont été perspicaces et intelligents dans leurs recommandations. Malheureusement, ils ont été assassinés par les forces du mal et des ténèbres.

Un silence complice versus une communication pédagogique ?

Y a-t-il, aujourd'hui, quelques ‘’héritiers’’ pour offrir des idées constructives à une jeunesse désorientée ? Pourtant, ce ne sont pas les technologies de l’information et les réseaux sociaux qui sont à mettre en cause. Certes, ils devraient être un des outils les plus appropriés pour combler le vide abyssal auquel la population en général et l’universitaire en particulier est confrontée. Quelques universités ont bien développé des sites internet mais presque tous sont figés, jamais renouvelés pour ne pas dire inaccessibles. Sur le plan national, à l’heure de la numérisation universelle, la question de la communication et de l’information reste sans réponse.

Comparativement aux autres pays dont les universitaires sont omniprésents par leurs écrits et leurs éclairages, ils avertissent, conseillent, préconisent, inspirent, et recommandent des solutions, non seulement aux dirigeants mais aussi aux citoyens, qu’ils soient partisans ou non affiliés. En Algérie exception faite de quelques petites pointures, qui parmi nous peut citer cinq références expertes qui mettent la lumière sur les différentes problématiques politiques, sociales, économiques, culturelles, etc. ? L’interrogation qui à ce niveau est posée en trois segments est de savoir s’il s’agit d’un manque de savoir, un manque de savoir-faire ou tout simplement même si c’est complexe, un manque de savoir être ? Il est vrai que les présentations faites sur quelques plateaux de TV confirment la médiocrité des échanges que ce soit pour les questions posées par les animateurs ou les réponses données par les ‘’experts’’ en question.

L’absence des universitaires du monde médiatique

Le plus grave demeure que les enseignants des universités, ceux qui parlent de sciences politiques, de sociologie, de psychologie, d’économie, de droit, de management, et j’en passe, sont silencieux à l’endroit du grand public alors qu’ils peuvent faire œuvre de pédagogie pour atténuer les tensions, rapprocher les points de vue, réduire les mensonges et prendre la parole à ceux qui racontent des inepties.

Dans certaines situations, quelques-uns s’expriment à partir de l’étranger et arrivent à se relayer par des médium interactifs, d’autres dans des cercles restreints communiquent par des réseaux sociaux dynamiques. En revanche, leurs propos sont dans un langage ésotérique que ce soit en arabe ou en français et n’atteignent même pas un public averti. Ils mettent de l’avant des cadres de références éculés et des lectures d’auteurs étrangers sans ancrage particulier en Algérie. Malgré cela, les thèmes et les impacts du Hirak sont nombreux. Ils touchent l’unité nationale, la composante sociale, la diversité régionale, les groupes intergénérationnels, les multiples revendications identitaires et culturelles, le patrimoine culturel et artistique, les attentes et les espoirs des uns et des autres … la citoyenneté, les effets de la décennie noire sur la santé mentale, le dynamisme impulsé par le mouvement citoyen, l’industrie en général, l’économie, la sociologie, les changements climatiques, la numérisation, l’oisiveté des jeunes, l’absentéisme des employés des services publics, etc. Ils constituent, à n’en point douter, une diversité de sujets et de thèmes de recherches qui font rêver des dizaines d’érudits des universités et des académies à l’étranger. Comme bien d’autres observateurs du mouvement citoyen qui fascine le monde par sa quiétude, son calme, sa détermination et son intelligence collective, l’hésitation de ces ‘’élites’’ est compréhensible mais l’inhibition héritée de la langue de bois, de la pensée unique, de la référence à un régime et un pouvoir sans partage est dévastatrice. Il faudra un sens du discernement développé pour y remédier.

Diverses hypothèses peuvent être énoncées en matière d’initiatives que prendraient les uns et les autres afin d’anticiper l’avenir et canaliser les forces vives vers le chemin critique. C’est l’heure pour eux, pour ces ‘’doctes’’ de se libérer de faux carcans et de prendre part, avant qu’il ne soit trop tard, à cette mutation singulière d’un peuple porté par sa jeunesse. Un autre changement de paradigmes est nécessaire et tant attendu.

En guise de conclusion

Ne sont pas nombreux ceux qui s’associent aux quelques voix isolées qui clament que depuis 1962 tout va mal. Mis à part les simplets, personne, ne peut nier que l’Algérie a gagné en modernisation profitable à la majorité des Algériens, que ce soit pour les institutions, la législation et l’organisation sociétale, l’industrie et l’économie malgré le fait que cela ne fonctionne pas partout de manière équilibrée. Par manque d’anticipation et de perspectives réfléchies il y a encore beaucoup à faire.

Sachant que 75 % d'Algériens sont nés au cours des trois dernières décennies, cela ne veut pas dire que les libertés universelles recherchées par tous les Algériens est un fait institutionnel. Si l’on regarde de près les dégâts de la pensée unique et ses séquelles sur les groupes et les individus, l’évaluation frise la catastrophe. Sans occulter le fait que beaucoup de ceux qui sont nés pendant la colonisation ne sont pas forcément en mesure de réfléchir avec le savoir nécessaire et suffisant. Les politiques gouvernementales depuis 1962, tous domaines d’activités confondues, ne sont pas à la hauteur des espérances des plus éclairés et en deçà des attentes de la majorité. Malgré tout, l'Algérien est très critique envers ses gouvernants sans distinction alors que des efforts notables ont été et sont encore fournis par beaucoup de personnes.

Toutefois, de nos jours, le gouvernement a sur la table plusieurs dossiers chauds, la réduction de la pandémie et ses conséquences sur la population ; la mise au travail des compétences nationales ; l’initiation de vraies enquêtes sur les arrestations et le profil des détenus ainsi que sur les blocages de la liberté d’expression. Tous ces dossiers exigent de nouveaux modes de gouvernance. Qui ne semblent pas faire partie des stratégies des différents départements ministériels.

Ferid R. Chikhi

Analyste sénior, Groupe d’Etudes et de Recherches Méditerranée Amérique du Nord (GERMAN))

Aussi sur Algérie Patriotique :

Un Président, une Assemblée nationale, des élections locales et après ? - Algérie Patriotique (algeriepatriotique.com)


 

28 juin 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 352 -

Québec : Les immigrants et leur employabilité !

La parenthèse du Covid19 n’est pas encore fermée que trois sujets se révèlent redondants tant leurs liens sont enchevêtrés et pérennes. Il s’agit des seuils d’immigrations, de l’employabilité des immigrants et des déficits en main d’œuvre notamment en régions.

Selon la lecture de quelques études accessibles au commun des mortels les trois thèmes ne vont pas dans la même direction. Il apparait clairement qu’ils ont la 
même caractéristique, celle d’être élaborés en silos c’est-à-dire indépendamment les unes des autres, même s’ils sont cités dans les bibliographies. Par exemple, les études sur la démographie ignorent celles de l’économie et il en est de même de toutes les autres. Donc, les recommandations et autres observations ne portent pas vers le même horizon surtout lorsqu’il s’agit du facteur humain. Celui-ci, suggère que les approches gagneraient à être interreliées.

Un fil d’Arianne pour sortir du labyrinthe !

Or, toutes les parties concernées par l’immigration iraient de l’avant si elles considéraient avec intérêt le fait que la sortie du labyrinthe où elles sont confinées requiert des politiques en adéquation avec les attentes des uns et des autres. Le gouvernement de la CAQ tente de le faire, mais ses objectifs ne seront atteints que si les solutions créent des synergies partagées par tous afin que le fil d’Arianne mène à l’issue espérée.

L’enthousiasme avant l’arrivée et les premiers mois après l’arrivée.

L’immigration, qu’elle soit volontaire ou non, est un projet qui se vit au jour le jour et en parallèle de la vie régulière que chaque candidat au changement assume avec les angoisses, les appréhensions, les frustrations et les peurs probables et improbables au fur et à mesure que le projet progresse. Que ce soit dans l’anonymat ou au vu et au su de tous ce projet se vit selon le cadre de références imposé par le pays d’accueil. Une fois rendu à destination, le nouvel arrivant poursuit la quête de son bien être en mesurant les multiples embûches qui parsèment son chemin et l’une des premières est l’emploi.  

Vous n’avez pas d’expérience du Québec !

À titre indicatif, demandons-nous, quel est l’immigrant en provenance d’Afrique du Nord, d’Amérique du Sud, d’Asie ou du Moyen Orient à qui il n’a pas été dit : ‘’vous avez les qualifications et les compétences requises mais vous n’avez pas d’expérience québécoise’’ ou encore ‘’vous êtes surqualifié, le poste ne demande pas autant de compétences. Si un poste qui répond à votre profil se crée nous vous contacterons’’. Le comble est sans doute l’exigence de connaitre l’anglais ou l’espagnol pour des emplois d’usine en région, mais aucun employeur ne voit que bien des immigrants parlent au moins deux langues.  C’est dire comment se sentir assis sur une scie de bûcheron.

Requalification et reconstruction

Avec le temps, nous observons que les valeurs professionnelles auxquelles émarge l’immigrant équivalent en partie celles de l’employé québécois qui est dans son milieu naturel. Une mise en adéquation pourrait limiter les conséquences en matière d’attitudes et de comportements. Par ailleurs, parmi les règles imposées celles des ordres professionnels pourraient être ajustées sachant que le non-emploi de l’immigrant est une porte ouverte à des effets négatifs dont les plus significatifs sont l’érosion de son potentiel de travail, la difficulté de maintenir son niveau de productivité et le pire de tous, les effets sur sa santé mentale.  

La formation comme tremplin !

D’autres solutions sont préconisées. Il est souvent question de la formation - en plus et hors les nouveaux programmes du MIFI[1] et du ministère de l’Emploi parmi lesquels le PMAT[2] - mais elle concerne surtout la francisation. C’est à ce niveau qu’une autre option opérationnelle pourrait être envisagée et ferait que l’entreprise adapte et transforme la période de probation en un cycle court d’apprentissages de connaissances pratiques sur le plan professionnel. Une formation doit être envisagée, l’histoire industrielle de la région et celle de l’entreprise dans le réseau des PME, sa place sur le plan sociétal, dans le tissu industriel et socioéconomique, son apport à l’environnement, ses perspectives de développement, en tenant compte de ses réseaux de concurrents et de fournisseurs. Cela augmenterait pour chaque nouvel arrivant son sentiment d’appartenance à la culture industrielle du Québec. À cela viendraient s’ajouter des programmes conjoints entre le ministère de l’emploi, les associations des gens d’affaires et les chambres de commerce qui sous-traiteraient ces ateliers de connaissances pour les entreprises de moins de 25 employés.

La régionalisation : Pourquoi pas une voie express ?

La régionalisation est à la mode. La délocalisation des nouveaux arrivants qui débarquent à Montréal qui considèrent que leur objectif est atteint, même si elle se

veut une réponse au déficit en main d’œuvre hors de la métropole doit être revue et corrigée pour tenir compte de la place de cet immigrant. Tous les secteurs d’activités sont concernés. Les employeurs multiplient les appels pour réduire le déficit en MO, mais les résultats sont nuls. Les incitatifs en matière d’attraction sont mal présentés et ne rejoignent pas les candidats potentiels. Ils sont réticents et la réponse au questionnement suivant n’a pas encore trouvée : Pourquoi veulent-ils nous envoyer en région alors que leurs jeunes ne veulent plus y rester ? Le manque d’informations persuasives est omis dans l’argumentaire des partenaires d’affaires.

Alors, pourquoi, les réflexions concernant l’insertion socioprofessionnelles et l’intégration socioculturelle se font-elles encore en vase clos ? Le MIFI et le Ministère du Travail, ont-ils pensé à la mise en oeuvre (en amont et en aval du processus de sélection) ‘’d’une voie express avec un guichet d’accueil’’ de l’aéroport vers les employeurs en régions comme cela existe déjà pour l’agriculture ? Le tout sans porter atteinte à la liberté de mouvement de l’immigrant. Ce dernier apprécierait une présence plus dynamique et avisée du MIFI avant et à son arrivée au Québec. C’est ainsi que se bâti le sentiment d’appartenance.

Ferid R. Chikhi


[1] Ministère de l’immigration, de la francisation et de l’inclusion

[2] Programme d’apprentissage en milieu de travail