23 avr. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 348 -

Said Djabelkhir victime d’une exécution judiciaire ... !

En ce 22 avril 2021, alors qu’il y a peine quelques jours les Algériens célébraient les sciences et le savoir dans la lignée du penseur réformiste Ibn Badis, une nouvelle ère sombre pour l'élite Algérienne a été inaugurée par la justice Algérienne avec le silence ‘’complice’’ des gouvernants.

En effet, la décision judiciaire prise par le tribunal de Sidi M'Hamed met en veilleuse les actes abjectes des islamistes commis durant la décennie noire mais ouvre la porte à l'assassinat judiciaire 

Hier les islamistes tuaient par balle, de nos jours ils tuent par la loi, non pas divine mais humaine. Une loi inique qui musèle la pensée critique, la liberté d’expression et la liberté de conscience. Le drame c’est qu’elle empêche l’Ijtihad et l’expression de la rationalité.

En laissant faire et en acceptant, sans la moindre restriction le transfert du débat intellectuel et universitaire des lieux du savoir vers les cours (confusion avec les salles de cours des universités) de justice, les institutions de l’État silencieuses et par conséquent complices vident de leur quintessence les missions qui leurs sont dévolues. Oui ! Said Djabelkhir a été pénalisé et la sentence de 3 ans de prison ferme n'est qu'une blessure, certes grave mais soignable, dont il se relèvera rapidement pour de nouveau nous abreuver de ses travaux de réflexion sur l'intelligence et la raison.

Ferid R Chikhi