11 oct. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 12 -



Il n’y a ni plaques de circulation
Ni policier pour m’empêcher de le faire’’ - 2 -
‘’Des proverbes de chez moi’’


De nos jours, la problématique de la personnalité et de l’identité des peuples de ce que fut La Numidie interpelle ses gouvernants y a-t-il une raison qui confirmerait l’hypothèse de leur dilution ?

‘’ C'est une évidence qui n'a pas besoin d'être confirmée. Une Nation, un Peuple, une Société sont constitués d’individus culturellement, socialement et économiquement complémentaires et en constante évolution. Pour cela la famille a un rôle à jouer. La société a un rôle à jouer. Les espaces et les lieux d'acquisition du savoir et de la connaissance ont un rôle à jouer. Mais, c’est seulement là, et uniquement à ce niveau que les rôles ne sont ni transformables ni transférables. Lorsque cela survient c’est l’anarchie et le chaos qui guettent la Nation, le Peuple et la Société.

C’est ainsi que les médiocres se hissent au sommet de la gouvernance et que l’on rencontre des personnes instruites mais sans éducation, par conséquent leur culture étant limitée elle s’érode facilement. Elles sont secondées par d’autres qui sont cultivées et éduquées mais pas très instruites. Il existe, dans beaucoup de cas, un troisième groupe constitué de personnes incultes, analphabètes et basse extraction qui complète ce panel. L’espace que n'occupent pas ces personnes leur échappe en raison de paramètres qui ne sont pas à leur portée. Et, c'est là qu'apparaissent des intellectuels égarés et une élite qui faute d’oser s’exprimer démissionnent, s’ostracisent et vit en parasite.

Mais il doit exister une possibilité pour les faire participer, les faire parler, les interpeler pour connaître leur avis, leur point de vue, les résultats de leur connaissance … ? Bien sûr, cependant, lorsque les élites se défient de leurs gouvernants, c’est le début d’une révolution qui couve. Il ne faut pas oublier la leçon des origines de la révolution de novembre 1954 ; ou encore celle des insurrections qui la précédèrent. Sais-tu que nos aînés insistaient sur deux principes le premier est de connaître l’origine des personnes que l’on veut fréquenter, le second est de connaître l’éducation familiale et sociale ainsi que la culture individuelle et collective des groupes sociaux auxquels ils appartiennent et auxquelles on veut s’allier. La gouvernance d’une peuple ou d’un pays procède de la même démarche’’

Pour revenir aux proverbes et aux adages quels sont ceux que tu as en tête? ‘’De mémoire ces mêmes aînés savaient et savent encore que L’éducation vaut mieux que l’or. Ils sont tolérants au point de soutenir que Si dieu ne pardonnait pas, son paradis serait vide. Ils savaient et ils savent encore les limites de l’être humain, pour ne pas vexer une personne qu’ils ne croient pas par la dérision ils lui diront Quand le sel germera et le charbon fleurira. Ils ont été et sont encore prudents et circonspects et t’engagent à mieux connaître les choses de la vie au point qu’ils te diraient Écoutes et tu apprendras ; garde le silence et tu échapperas au danger. Ce qui est extraordinaire c’est qu’ils sont convaincus qu’Organiser un peuple vaut mieux que de multiplier les armées’’


Ferid Chikhi

7 oct. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 11 -

’Il n’y a ni plaques de circulation
Ni policier pour m’empêcher de le faire’’ – 1-

‘’Des proverbes de chez moi’’


Un long moment de réflexion occupe l’espace qui nous accueille. Le Numide sourit et ses yeux brillent ; je savais qu’il ’circulait dans ses pensées’’. Souvent, lorsque ce même silence prenait place et que je lui demandais à quoi il pensait il me répondait ‘’Je circule dans mes pensées et il n’y a ni plaques de circulation ni policier pour m’empêcher de le faire’’. Je n’ose même pas un ‘’pourquoi souris-tu?’’ Qui me brûlait les lèvres.

Pour ne pas perdre le fil de ses pensées je change de registre et lui demande de confirmer s’il partage l’idée selon laquelle les proverbes sont la sagesse des nations et l’expression de leurs caractères et comment cela se conçoit là d’où il vient ? Son sourire s’élargit ses dents se desserrent et il accroche … ‘’Il n’y a pas que les proverbes, il y a aussi les adages et les maximes, les dictons et les aphorismes. Ils ne forment pas seulement la sagesse des nations et l’expression des attributs, ils définissent les contours de leurs mœurs et de leurs coutumes ; quoique parfois leur façon de faire se trouve en contradiction avec leurs maximes et leurs dictons.

Par exemple, La Numidie a enfanté de peuples éduqués et cultivés mais leur instruction a été empêchée d’éclore. Pour contrecarrer ce processus ils n’ont pas trouvé mieux que de mémoriser leur alphabet et d’enfouir au plus profond de leurs âmes ce qui devait être leurs littératures. Ce que je sais c’est que la personnalité de ses peuples se fonde sur un beaucoup d’éducation, un peu de culture et presque pas d’instruction. Le taux d’analphabétisme est là pour nous le rappeler.

Mais, parfois je doute et je me demande si la personnalité d’un peuple se fonde seulement sur le triptyque Éducation, Instruction et Culture et si l’absence de l’un de ces trois piliers ne fragilise pas l’édifice de l’identité et de l’image de ce peuple et de ses individus ?’’(…)


Ferid Chikhi

2 oct. 2009

Un Numide en Amérique du Nord - 10 -

Les chemins qui montent,

Les rues et les côtes des saints - 2 -


Un bâillon sur la langue de la vérité


Mais en ce qui concerne les Numides que reflètent ces chemins qui montent ? ’’Pour les Numides !? Ce sont les pistes qui mènent vers les sommets des collines et des montagnes qui traversent la Numidie. Ce sont par exemple ces itinéraires qui vont vers les hauteurs qui surplombent les plaines verdoyantes de la Mitidja porteuses des perles rouges et des émeraudes vertes qui pendent des vignes. Ce sont ces sentiers qui descendent ruisselants des cimes qui scrutent les hauts plateaux de Sétif et de Tiaret dorés par la couleur des épis de blé.



Les chemins qui montent dans les Aurès


Ce sont ces passages empruntés pour rejoindre les refuges inexpugnables des sommets du Djurdjura, de l’Aurès, de l’Ouarsenis, des monts de Chréa ou plus au Sud du Hoggar et de l’Assekrem à la recherche de leur paix toujours menacée par des envahisseurs, des conquérants et des colonisateurs.


Les chemins qui montent ce sont aussi les convergences d’amours parfois impossibles. Ce sont ces voies qui relient les espaces, les temps et les distances pour s’ajuster aux moments de vérité qui remplissent leur vie. Une vie parfois monotone, quelques fois sereine et souvent tumultueuse pour ne pas dire complexe.’’


Considères-tu qu’il existe des éléments communs aux deux contrées et peuples Numide et Nord Américains ? ‘’Non pas du tout. Il y a beaucoup de spécificités. Les espaces et le climat ne sont pas les même et par conséquent le temps n’est pas le même. Les distances ne sont pas les mêmes.


L’Histoire des deux peuples est différente, notamment parce qu’il y a une silence assourdissant commis par les historiens au sujet de ce que fut vraiment La Numidie. Ils ont parlé de la Grèce et de la Rome antiques. Ils ont parlé de Carthage et de la Phénicie mais ils ont occulté celle des Numides, et pire que cela, ils serrent encore plus le bâillon sur la langue de la vérité’’.


Ferid Chikhi