11 nov. 2011

Un Numide en Amérique du Nord -128 –

Le testament d’Abd El Kader El Djazaïri
‘’Médiateur des temps modernes’’
Au moment où il est de plus en plus question de développements imprévus de ce qui est qualifié de ’’Printemps arabes’’, que des ‘’Indignés’’ manifestent leurs rejets d’un monde de plus en plus mercantile, une partie de la ville de Montréal vit au rythme de la 12ième édition du Festival du Monde Arabe avec pour thème central ‘’l’Émir Abd El Kader, sa vie, son message pour aujourd’hui’’. Que dire de plus sur cet homme qui n’a été dit si ce n’est qu’il a fait du dialogue avec l’autre l’instrument privilégié du rapprochement et de la médiation. En effet, pour Abd El Kader El Djazaïri, le dialogue est la clé du vivre ensemble. Il en a initié les fondements aussi bien dans les champs interculturel, interreligieux qu’inter-civilisationnel. 
Pour apprécier une partie de son profil il ressort de ses propres écrits et de ceux qui l’ont décrit que c’était un homme raffiné, cultivé, attentionné envers les femmes, humble, digne et sans haine envers autrui.
Quelques citations de ceux qui furent ses adversaires ou ses admirateurs nous renseignent sur son humanisme, son universalisme et ses valeurs morales
L’amour des richesses lui est inconnu
 « L’Emir est un homme remarquable. Il est dans une situation morale qui est inconnue de l’Europe civilisée.  C’est un être détaché des choses de ce monde qui se croit inspiré et auquel son Dieu a donné mission de protéger ses coreligionnaires (...) son ambition n’est pas de conquérir ; là n’est pas le mobile de ses actions ; l’intérêt personnel ne le guide pas ; l’amour des richesses lui est inconnu ; il n’est attaché à la terre qu’en ce qui tient à l’exécution des volontés du Tout-Puissant, dont il n’est que l’instrument ». Gabriel Esquer, officier français, dans une correspondance qu’il adresse au gouverneur général Droue d’Erlon à partir de Mascara le 14 janvier 1835.
Mystique et philosophe
«La seconde partie de sa vie, Abdelkader la consacra à une autre “espèce de djihad”. Celui de la réflexion, le djihad philosophique. C’est aussi à ce niveau que séduit la personnalité d’Abdelkader. Car on imagine mal un Bugeaud en retraite, consacrant le restant de sa vie à la mystique …  Dans sa retraite à Damas, Abdelkader consacra une partie de sa vie à approfondir la lecture du Coran. Ses écrits nous incitent à poser une question sur l’histoire littéraire et sur la renaissance arabo-musulmane et répondre qu’Abdelkader fut le précurseur de la «Nahdha». Jacques Berque.
L’espérance de tous les musulmans
« Abdelkader était un homme dé génie... certainement l’une des plus grandes figures historiques de notre époque... c’est un ennemi actif, intelligent et rapide, qui exerce sur les populations arabes le prestige que lui ont donné son génie et à la grandeur de la cause qu’il défend. C’est beaucoup plus qu’un prétendant ordinaire, c’est une espèce de prophète. C’est l’espérance de tous les musulmans fervents ». La vie d’Abdelkader - Charles-Henri Churchill, p. 36-1867, Londres. Introduction et traduction en français de Michel Habart - 1991.
Il œuvrait pour le rapprochement des peuples
‘’Les officiers français - à toutes les époques de la colonisation - n’ont jamais été favorables à révéler à l’opinion publique le comportement d’Abdelkader tant dans les rapports guerriers que dans les relations diplomatiques avec ses adversaires français.  C’était des rapports d’un homme loyal, d’un humaniste, d’un homme de paix - le recours à la violence lui fut imposé - qui œuvrait pour le rapprochement des peuples, même s’ils sont différents par la race ou par la religion’’. Le général Bugeaud
A la veille de sa mort, Abd El Kader El Djazaïri eut des paroles pleines de sens quant à l’appréciation de tout individu, elles nous interpellent et nous inspirent : Il ne suffit pas de demander quelle est l’origine d’un homme, il faut au contraire interroger sa vie, ses actes, son courage, ses qualités pour savoir qui il est et de qu’il en est. Si l’eau puisée dans une rivière est saine, agréable et douce, c’est qu’elle vient d’une source pure. Le néant est mon aïeul, la nature ma mère. Au moment où la trompette de l’archange me signale qu’il est la bonne heure, j’affirme l’unicité de l’unité dans l’unicité de l’être.
C’est dire combien cet homme a su développer des qualités universelles qui suggèrent une ouverture à l’autre en toute quiétude afin de développer un vivre ensemble en toute intelligence.
Ferid Chikhi

’Tu n’es point venu asservir des esclaves
Mais bien les faire jouir de cette liberté …’’
’Oui Sultan de France, tes agents exclusivement militaires, ne veulent que combats et conquêtes ; ce système n’est pas le tien, j’en suis sûr. Tu n’es point venu sur la terre d’Afrique pour en exterminer les habitants, ni pour les chasser de leur patrie. Tu as voulu leur apporter les bienfaits de la civilisation.
Tu n’es point venu asservir des esclaves, mais bien les faire jouir de cette liberté, qui est l’apanage de ta nation, de cette liberté dont tu as doté tant de peuples et qui est une des bases des plus solides de ton gouvernement.
Eh bien ! La conduite de tes généraux est tellement contraire à ces sentiments (qui sont les tiens, j’aime à le penser), que les Arabes sont persuadés que la France a l’intention de les asservir et de les chasser de leur pays.
Aussi, vois-je grandir chez eux et contre vous, une haine qui sera plus forte que ma volonté et mettra un obstacle insurmontable à l’exécution de nos projets mutuels de civilisation …’’
Extraits de la lettre de l’Emir Abdelkader à Louis-Philippe (Roi de France)

20 oct. 2011

Un Numide en Amérique du Nord -127 –

Tout ce que nous possédons aujourd’hui,
Nous le perdons un jour - 2 -
C’est en ce jour mémorable pour les Libyens, 20 octobre 2011, que je finalise cette réflexion sur la perception qu’ont des amis québécois du printemps arabe et ce que cela leur inspire. Donc, si les réseaux sociaux ont été cités en deuxième position en raison de leur lien direct en tant qu’instrument privilégié de communication de ce ‘’Printemps Arabe’’ il n’en demeure pas moins que personne n’ignore que les technologies de l’information et des communications (TIC) ne sont pas à la portée du commun des mortels dans ces mêmes pays, sauf pour des raisons purement spéculatives, en ce qui concerne la téléphonie cellulaire. C’est dire que l’accès à Internet n’est pas généralisé et ce n’est plus un secret que les vidéos transmises aux chaînes de télévision étaient le fait d’individus infiltrés ayant des moyens technologiques que les citoyens de ces pays ne possèdent pas.
La problématique reste complexe et laisse présager un avenir fort incertain pour les populations de la Tunisie, de l'Égypte, de la Libye ... Il est vrai que la question posée est de savoir si une révolution ou une révolte peut être déviée de son cours ? La réponse m’a été donnée par mon grand oncle paternel, Dada Smaïn, à qui je l’ai posée fin 1978 : ‘’La médaille a toujours deux faces’’ m’a-t-il dit. ‘’Ce qui parait être un gain pour les uns n’est qu’un échec pour les autres.’’ Mais lui demandais-je en quoi c’est un échec et en quoi c’est un gain ? ‘’Pense aux saisons, dit-il, à l’euphorie du moment et du début de chacune d’entre-elles et ce qu’elle charrie de bon et de mauvais dans une succession d’incertitude et de frustration,’’ poursuivit-il, avec un profond soupir tout en concluant, ‘’Tout ce que nous possédons, aujourd’hui, nous le perdons, un jour, surtout lorsqu’on feint d’oublier que les soulèvements sont ponctuels et par conséquent éphémères comme les saisons.’’
Ferid Chikhi 

16 oct. 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 126 -

Tout ce que nous possédons aujourd’hui,
Nous le perdons un jour - 1 -
Y a-t-il de l’espoir dans notre monde en bouleversement ? C’est l’intitulé d’une conversation sous forme de 5 à 7 qui s’est tenue récemment à Longueuil. Une discussion libre avec un modérateur qui a su réunir autour de lui une douzaine de personnes, femmes et hommes, intéressés par  les évènements marquants qui jalonnent la vie des sociétés et du monde d’aujourd’hui.
Je m’attendais à ce que des faits singuliers soient mis en exergue, des évènements du Québec, du Canada, de l’Amérique du Nord. Non, ce ne fut pas le cas si ce n’est pour un ou deux sans influence directe sur la vie de tout un chacun. Par contre, mon étonnement était à son paroxysme lorsque le ‘’Printemps Arabe’’ a été cité et repris par tous comme étant celui le plus marquant de ces derniers mois.
Le plus marquant parce qu’il les a inspirés, interpelés et pour certains influencés au point de changer une partie de leurs habitudes de vie.
Malgré le risque face à l’incertitude, le réveil de ces populations lointaines et longtemps soumises au diktat de dirigeants totalitaires a été déterminant pour des personnes qui n’ont vécu que quelques moments de ces révoltes - sur leurs écrans TV - des moments de vérités qui se sont passés à des milliers de kilomètres du Canada. Des moments que je résume comme suit : ‘’Ils ont osé sortir de leur léthargie. Ils ont crié leur colère contre des dirigeants corrompus. Ils ont levé leurs mains vers le ciel. Ils ont marché vers leur bonheur et leur futur. Ils ont bravé les fusils et les chars. … et nous que faisons nous ? ‘’.
Leurs perceptions ne sont pas erronées mais fortement tangibles, sincères, partagées et surtout authentiques au point de s’indigner comme le suggère Stephan Hessel dans son manifeste :  
http://www.millebabords.org/IMG/pdf/INDIGNEZ_VOUS.pdf et ainsi mener des actions pacifiques, ici au Québec et ailleurs.
Ferid Chikhi

2 oct. 2011

Un Numide en Amérique du Nord - 125 -

En guise d’épilogue
Le non emploi des maghrébins au Québec
’’On ne se voile la face avec un tamis pour se protéger du soleil’’
Dans la suite du paragraphe précédent voici les deux autres arguments qui touchent à l’appréciation de quelques éléments d’analyse que soutiennent des analystes des politiques gouvernementales du Québec et en particulier celles des ministères de l’immigration et de l’emploi ; il a été avancé que ''Le problème d’intégration en emploi, pose un casse tête aux ministères de l’Emploi et à celui de l’Immigration''.  Je pense que 
* Le gouvernement a ses chiffres et bien entendu, comme cela est souligné ici et là, je concède aussi que la réalité pourrait être pire. La question que je pose à mon tour est de savoir ‘’ réellement l’organisation et le fonctionnement des programmes de soutien aux immigrants chercheurs d’emplois sont-ils adaptés pour répondre aux attentes de ces personnes et aux exigences des employeurs ?’’  Par ailleurs, je retiens que les conditions et les causes de la ''non-intégration'' restent fortement qualifiables ‘’d’institutionnelles’’
* Que bien des points sensibles ont été avancés sans pour autant aborder les questions de la santé, du dépistage, le taux de suicide alors que ne sont pas du tout pris en considération le nombre de familles brisées – séparation, divorce, violence conjugale, retour au pays, et bien entendu la santé mentale de ces immigrants déjà fortement atteinte avant leur arrivée au Québec, etc. – il s'agit là des effets de ce constat. Personnellement j’en tiens compte et je ne l’ai pas abordé parce que la question initiale était : ‘’À votre avis qu'est ce qui pourrait justifier ce chiffre ? ’’
Pour conclure l’analyse des indicateurs de statistiques Canada faite par l’Institut de Recherche en Politiques Publiques (IRPP) n’a pas été abordée. Son contenu pourrait l’être sous plusieurs angles, cependant, mon sentiment profond est qu’elle est déjà dépassée.
Ferid Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 379 -

  L’émotion vient avant la raison Lorsque les auteurs écrivent ils ont auparavant longuement réfléchi. Lorsque les auteurs écrivent ils ...