4 mai 2012

Un Numide en Amérique du Nord -150-

Printemps arabes et Printemps de l’érable -2-
La grève des étudiants du Québec - 2012
Cette grève mobilise des professeurs et des leaders politiques. Ils s’impliquent et suivent de plus en plus ce mouvement de contestation. 
Des journalistes questionnent les protagonistes. Des parents soutiennent leurs enfants. Des groupes sociaux prennent le relais par moments. Des travailleurs ayant perdus leurs emplois pour soi-disant des causes économiques s'associent au mouvement. Des personnalités politiques et d’autres éminences appellent au calme et vont de leurs suggestions pour que l’année universitaire ne soit par perdue. Les firmes de sondages affichent leurs enquêtes et tentent d’orienter les uns et les autres.
En fait, la société est partagée. Une partie de la population soutient les étudiants grévistes parce qu’il est question de projet de société en pleine mutation à cause des politiques ultra libérales que connait le Québec depuis une décennie. Une autre partie la dénonce au nom d’une démocratie à sens unique selon laquelle c’est la majorité qui décide pour la minorité. Celle-ci devant plier et accepter même les décisions qui la néantise.  La mondialisation, elle aussi à sa part d’influence ne serait-ce que par la référence à la mobilisation des masses des Printemps arabes. J’observe malgré une similitude entre les évènements des pays arabes et celui du Québec, d’une part, c’est celui de la forte présence policière et d’autre part celui des médias.
Au Québec, cette contestation prend une ampleur telle que des journalistes venant de partout se concentrent sur cet évènement qui finira selon toute vraisemblance par modifier le paysage politique du Québec et aura certainement des répercussions essentielles sur les gouvernants Canadiens. Le gouvernement ne fléchit pas et jusqu’au 03 mai 2012 ne voulait pas négocier.  Les étudiants pour leur part résistent et mènent action après action avec toujours des innovations.
A titre indicatif, au lieu de manifester le jour ils ont appris à le faire le soir pour ne pas bloquer les rues et la circulation. Récemment, encore, le  03 mai 2012, beaucoup d’entre eux se sont partiellement dénudés et ont revendiqué, avec des touches d'humour, plus de transparence de la part du gouvernement libéral.
La ministre de l’éducation a plusieurs fois montré des signes d’irritation et donne l’impression d’être dépassée. A mon avis, les analystes du gouvernement (premier ministère et ministère de l’éducation) ne maîtrisent pas les facteurs de mobilisation et les capacités de réflexion des fédérations estudiantines. Le terrain sur lequel évoluent les étudiants est méconnu par les gens de bureau. La rue est devenue non pas et seulement une salle de cours mais aussi une école de sciences politiques appliquées.
Le parti libéral a délocalisé son conseil général de Montréal vers Victoriaville et les étudiants ont décidé d’investir cette ville en fin de semaine. Pour tenter de désamorcer cette initiative et la mobilisation générale le chef du gouvernement libéral a convoqué pour une séance de travail toutes les fédérations d’étudiants. Cela va t'il aboutir en une reprise de cours et une suspension de la grève ? Ma réponse est négative.
Ferid Chikhi

3 mai 2012

Un Numide en Amérique du Nord - 149-

Printemps arabes et Printemps de l’érable -1-
La grève des étudiants du Québec - 2012
Des lecteurs d’un Numide en Amérique du Nord m’ont demandé de m’exprimer sur la grève des étudiants du Québec, une grève qui en est à sa douzième semaine, un record de mobilisation citoyenne et un évènement majeur dans la vie politique du pays. A vrai dire j’observe le déroulement des rassemblements et des manifestations organisés par les fédérations des étudiants toutes organisations confondues. J’en parle avec des collègues, avec des amis et je regarde la télé ou j’écoute la radio dés le moment où les journalistes en parlent ou interviewent les protagonistes. Cependant, Je reste méfiant à l’égard de celles et de ceux – exception faite des étudiants des 3 fédérations - à qui sont offerts les micros pour donner leurs avis, que souvent je ne partage pas.
Ce qui a retenu mon attention c’est entre autres qu’un grand nombre d’observateurs a comparé la grève des étudiants du Québec aux Printemps Arabes au point de la qualifier de Printemps des Érables. Mais, si seuls les mots soutiennent la comparaison puisque les raisons fondamentales ne sont pas comparables il est certain que c’est d’avenir qu’il est question pour les deux : Celui des générations futures.
En fait, il faut admettre qu’autant, le printemps arabe est une réaction de la population des pays concernés contre l’oppression et la répression de leurs dirigeants, autant celui des érables est une opposition aux politiques du gouvernement libéral d’augmenter les frais de scolarités avec des effets dévastateurs sur les budgets des futurs gestionnaires du pays. Ce gouvernement ne veut rien entendre des revendications convaincu que les visées vont au-delà de l’attitude inflexible et inébranlable des étudiants. Par leur attitude ceux-ci font la démonstration que leur détermination est orientée vers sa chute.
La dernière proposition d’étaler ces frais de scolarité sur 7 ans au lieu de 5 ans a été rejetée unanimement par les fédérations et accompagnées de contre propositions fort intéressantes dans la mesure où elles demandent l’ouverture du dossier de l’université de façon globale et complète.   
L’argument le plus sensible des étudiants réside dans l’endettement de plus en plus croissant des générations futures et notamment la difficulté d’accès aux études universitaires des moins nantis..   
Ferid Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 369 -

  L’absence Ben Salmane une défaillance de taille au Sommet arabe d’Alger ? Le sommet Arabe d’Alger qui se tient, en ce 1 er novembre 202...