29 mars 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 212 -

Québec : Le formatage de la pensée unique par
Le message unique
Quelques années après mon installation au Québec et avant de devenir citoyen Canadien, j’étais enthousiaste à la seule idée que ce que je voyais à la télévision, ce que j’écoutais à la radio et ce que je lisais dans la presse écrite ne relevait point de la langue de bois et que la diversité et je dirais la pluralité des pensées, des idées, des opinions, etc. grâce aux supports de grands médias étaient assurée et assumée. Je le pensais intrinsèquement et fondamentalement. Mais au lendemain des travaux de la Commission Bouchard & Taylor, créée par le Parti Libéral provincial pour baliser les accommodements religieux dits raisonnables, j’avoue être revenu de loin.
En fait je m'étais rendu compte que la quasi majorité des journalistes, les animateurs des débats, les chroniqueurs, les éditorialistes - qu’ils appartiennent aux grands groupes tels que Quebecor, Gesca, Cogeco, Radio Canada et CBC, la division de Bell Media avec entre autres CTV propriété de BCE Inc. (côté en bourse), la plus grande compagnie de communications du Canada - parlaient le même langage informationnel et communicationnel et je trouvais cela normal sachant qu’ils ont été formés à la même pensée et la même école de journalisme.
La variété et la diversité des émissions et des écrits proposées par les uns et les autres disaient la même chose à quelques exceptions près mais dans une forme qui diffère selon que l’on soit vu, lu et écouté d’un océan à l’autre, sur le continent nord américain pour les supports en anglais ou tout simplement provincial dans l’espace strictement québécois. ‘’Du vernis à ongle’’ pour reprendre une expression de mon défunt ami Mohamed Abderrahmani, à qui soit dit en passant je rends un vibrant hommage pour son courage; lâchement assassiné par les hordes islamistes il était  à l’époque directeur de la publication El Moudjahid.  
Pour revenir à mon propos, mon étonnement venait du fait que la diversité des programmes d’informations, de variétés et de loisirs est telle que personne ne devrait s’ennuyer. Si j’y ajoute les chaînes Étatsuniennes ça devient un monde abyssal de médias, etc.  C’est dire que le croisement des diffusions venant du Sud (USA) ou de l’Ouest Canadien tous deux anglophones ne laisse aucune chance aux médias francophones de dominer même dans l’espace censé être le leur. Alors, selon mes observations les faiseurs d’opinion, les commentateurs, les analystes, les… ne peuvent que tenter de s’ajuster, de s’adapter et d’imiter les auteurs de l’envahissement anglophone à défaut de les contrer par le contenu des programmes. Je dois souligner que seuls les caricaturistes restent près de leur art et disent la vérité. 
Mieux encore, au fur et à mesure que les semaines et les mois passaient j’observais des faits, des évènements, des attitudes et des comportements qui m’interpellaient et qui finirent par se transformer en questionnements de fond. Par exemple, le dimanche 12 juin 2005,  j’ai été à la fois surpris et choqué de faire une centaine de mètres à côté d’une douzaine d’Ontariens, tous couverts d’imperméables jaunes, un gobelet en carton de Tim Horton’s à la main. Ils se dirigeant visiblement vers le métro Berri UQAM, pour se rendre au circuit où aller se dérouler le Grand Prix du Canada de Formule 1.
Après un moment d’étonnement, ma femme et moi, échangeâmes non seulement des regards mais aussi quelques propos tout en exprimant nos points de vues sur ce que disaient les Étatsuniens sur les athlètes Allemands de l’Est, Soviétiques et tous les autres des pays dits communistes, lors des jeux olympiques; ceux-ci portaient les mêmes survêtements, chantaient l’Internationale Socialiste et rafler les médailles d’or et d’argent. Je résumerais ça en ce qui suit : Ils sont habillés de la même façon ils pensent de la même manière, ils gagnent leurs médailles parce qu’ils sont dopés. Ça c’est le fruit de la Pensée Unique, celle du socialisme et du Parti Unique, nous n’en voulons pas.    
Ça me rappelait aussi qu’en Algérie au lendemain de l’indépendance (juillet 1962) et le ‘’Sursaut révolutionnaire’’ (juin 1965) le socialisme a été choisi comme idéologie de gouvernance. Le Front de Libération Nationale (FLN) est devenu Parti Unique ce qui a engendré la Pensée Unique, la Presse Unique, etc. et gare à celui qui sort du cadre de référence unique.
Récemment sur un réseau socioprofessionnel la question de la pensée unique a été abordée et à fait l’objet de divers échanges portant sur sa définition, sa portée, ses effets, etc. sur le citoyen et toute la société. J’ai souri à l’idée d’en débattre. J’ai proposé de commencer en partant de la dérision en suggérant que ‘C'est celle de quelqu'un qui parle pendant que les autres hochent leurs têtes de haut vers le bas ! Quant il finit de l'exprimer les autres continuent de hocher leurs têtes’’. J’ai commencé par la dérision parce que j’anticipais qu’à un moment ou à un autre certains des commentateurs emprunteraient les chemins de la philosophie, d’autres ceux de la sociologie, etc.
À suivre
Ferid Chikhi

8 mars 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 211 -

Quatre Maghrébines à la conquête de l’électorat Québécois
Alors que le monde célèbre la journée internationale de la femme, le Québec est en mode électoral. Il y a quelques semaines le parti Libéral Québécois a exclu de ses rangs Mme Houda-Pepin, la seule députée musulmane élue depuis 20 ans. Le parti québécois a fait le choix de faire confiance à quatre maghrébines.   
Vendredi matin, l’auteure d’origine algérienne, Djemila Benhabib a été investie dans la circonscription de Mille Îles, au Nord de Montréal et l’après midi, c’est dans une salle comble de l'Auberge Royal Versailles de Montréal et en présence de sympathisants parmi lesquels un grand nombre d’Algériennes et d’Algériens, que la Première ministre sortante du Québec, Mme Pauline Marois envoi un message sans ambigüité en choisissant trois femmes d'origine maghrébine : la juive sépharade Évelyne Abitbol (Acadie) et les musulmanes Yasmina Chouakri (Anjou-Louis-Riel) et Leila Mahiout (Bourassa-Sauvé).
Mme Marois, dira :‘’Elles ont choisi d'appuyer la laïcité de l'État parce qu'elles veulent plus d'intégration... l’équipe que nous sommes en train de constituer est remarquable, non seulement par la qualité des personnes qui la composent, mais aussi par leur attachement indéfectible pour le Québec’’.  
Yasmina Chouakri est politicologue, actuellement responsable du volet femmes à la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes. Elle est aussi chercheure associée à la Chaire de Recherche sur l'Immigration de l'UQÀM. La Québécoise d'origine algérienne tentera de se faire élire dans Anjou-Louis-Riel.  ‘’Le Parti québécois est le seul parti engagé à poursuivre la laïcisation des institutions québécoises, en favorisant une intégration citoyenne et non communautariste’’ a soutenu Mme Chouakri.
Évelyne Abitbol ancienne directrice des relations gouvernementales et affaires publiques à l’Université Concordia 1997 à 2009, actuellement vice-présidente aux stratégies et affaires publiques de la firme Saga, elle a participé à plusieurs comités et forums citoyens tournés vers les relations culturelles internationales. Elle s’est donnée pour mission entre autres ‘’d’expliquer aux personnes issues des communautés culturelles, si nécessaire «dans leur langue», les tenants et aboutissants du projet de loi 60. « Une par une, on leur expliquera. ‘’ Mme Abitbol est lauréate du trophée Femmes arabes pour sa contribution exceptionnelle à la société québécoise.
J’ai choisi de relever ce défi
Leila Mahiout, consultante en gestion des systèmes d’information et titulaire d’un diplôme universitaire en génie informatique, elle agit également à titre de directrice des relations publiques au Festival du Monde Arabe de Montréal. Candidate dans Bourassa-Sauvé, Leila Mahiout dira que ‘’le PQ m’a proposé d'autres circonscriptions plus réceptives aux souverainistes.  Mais j’ai choisi de relever ce défi pour parler notamment de laïcité avec les nouveaux arrivants. La laïcité est un instrument que le gouvernement doit avoir pour pouvoir réaliser ses missions dans la sérénité.’’
Tout en reconnaissant que les circonscriptions où les quatre seront candidates ne seraient pas faciles à arracher à l'emprise des libéraux, la chef Péquiste a fait remarquer que ‘’nous savons que c'est difficile mais vous avez vu la motivation de ces femmes et de l'équipe qui est ici. Ce sont des gens qui viennent de ces différents comtés et moi j'ai de l'espoir pour la suite des choses’’. Elle ajoutera  ‘’Yasmina, Leila et Évelyne sont des femmes de grandes compétences, impliquées aux plans professionnel et citoyen, dans des domaines aussi variés que les communications, l’éducation, l’immigration et la condition féminine. Toutes ont choisi de vivre au Québec, là où l’égalité entre les femmes et les hommes ainsi que la laïcité de l’État constituent des valeurs fondamentales’’.
Pauline Marois s'est dite emballée par l’arrivée de nombreuses candidates qui viennent renforcer l’équipe du Parti Québécois et croit que les Québécois le seront aussi. «Yasmina Chouakri, Leila Mahiout et Évelyne Abitbol se joignent à une équipe de femmes dynamiques qui apportent tout un vent de fraîcheur à notre vie politique.
«Elles sont impressionnantes. Elles ont fait le choix du Québec. Elles ont fait le choix d'appuyer la neutralité et la laïcité parce qu'elles veulent plus d'intégration pour tous ceux et celles qui choisissent de venir vivre au Québec.»
Dans la salle où s’est déroulée l’investiture, l’émotion était au rendez vous. À chacune des présentations de ces dames, les Algériens présents ont exprimé leur fierté. L’un d’entre-eux témoignera de leur détermination ‘’talentueuses, intelligentes et articulées elles ont su s’intégrer. Elles ont relevé le défi de l’intégration à la société d’accueil plutôt que de vivre en sa marge. Ce sont des modèles à suivre par les jeunes de l’immigration algérienne.’’
Ferid Chikhi

Message
Bonjour à toutes et à tous.
Je vous félicite pour votre parcours  votre courage et votre détermination à vouloir apporter un vent nouveau à la communauté Québécoise!
Je suis une algérienne qui vit dans le nord de la France depuis une bonne dizaine d'années.
Ceci est un message de soutien à votre cause.
Avec toute mon admiration 
Atika Khetim

2 févr. 2014

Un Numide en Amérique du Nord -210 -

Ça, c’est le Québec…!
Confrontation et Rupture
Avant que je n'arrive à Montréal, Katarina, une amie allemande, qui avait appris mon départ pour le Canada, m’a demandé : Dans quelle ville vas-tu t’installer ? Montréal, capitale économique du Québec... Le Québec !? C’est quoi ? Je répondis spontanément c’est une province du Canada comme l’est le Baden Württemberg ou la Hesse - avec un sous-entendu bien compris, à proximité de la France.  C’est entre autres, l’ours polaire, l’orignal, les lacs, les grandes étendues de neige et les traîneaux à chiens… Je me tus quelques instants. Elle poursuivit avec un Et après !?
Surpris par ces deux mots, j’ai continué ma citation : le phoque et le béluga, le castor, l’écureuil et le renard… Donc, c’est un land de grands espaces et d’animaux Non ! Dis-je avec un empressement empreint de cordialité, il y a aussi l’érable, le bleuet, les forêts de sapin baumier et de pin gris… la poutine ! C’est aussi le St Laurent et son fameux rétrécissement ; le Richelieu… C’est aussi quatre cents ans d’histoire et de cohabitation avec les Inuits et les Amérindiens … c’est la diversité de celles et de ceux qui sont venus de partout de par le monde pour édifier une nouvelle nation… C’est ça le Québec !
Quelques années plus tard, bien installé dans mon petit coin de paradis, même si tous les hivers ça gèle, je découvre que ce sont aussi des industries de pointe, les biotechnologies, l’aérospatiale… avec Bombardier et Pratt & Whitney. C’est bien entendu une langue et son accent particulier…  Une littérature et ses grands écrivains mais aussi ses poètes : Honoré Beaugrand,  Lionel Groulx… ses peintres : Jean-Paul Riopelle, Cornelius Krieghoff… Est-ce suffisant pour en faire un pays, une nation ? Non ! Répliquent avec véhémence les opposants de divers horizons… C’est là où je découvre une décolonisation inachevée… une révolution freinée… Oui ! Crient haut et fort les nationalistes, les souverainistes, les indépendantistes... J’applaudis et je me permets de paraphraser Hakim Laâlam, qui publie une chronique quotidienne dans le Soir d’Algérie, intituléePousse avec eux : ''Je fume du sirop d’érable pour rester éveillé et si le cauchemar continue je veux voir la suite’’. 
En fait, le Québec c’est bien plus… ce sont avant tout des hommes et des femmes, une société, des institutions… et des changements qui vont au rythme des plus conscients, des plus éclairés et des plus pragmatiques. 2014 ! Nous y voici, nous y sommes. Février est le mois le plus court de cette année qui a débuté, comme le diraient les pilotes de bolides, sur des chapeaux de roues. Son ainé de l’année s’est achevé avec bien d’heureux évènements et, d’autres qui constituent des catastrophes dues essentiellement au facteur humain - les conséquences du déraillement du train à Lac Mégantic, l’incendie gigantesque de la résidence de personnes âgées de l’Isle Verte, la vétusté des ponts, etc. - Il y a eu aussi diverses activités les unes plus absorbantes que les autres. Ça c’est le Québec !
Il faut se le dire, il s’agit bel et bien d’une conjoncture particulière avec des incidents, des surprises, des découvertes et des énoncés politiques, économiques, sociaux et culturels assez édifiants. On dit souvent que ‘’les faits sont têtus’’ ; en l’espace de quelques semaines quelques-uns sont survenus pour confirmer cette assertion. Cependant, l’essentiel reste, au-delà du devoir de mémoire pour les disparus, que la société évolue, progresse, se développe pour le meilleur de ses citoyennes et de ses citoyens. Ça c’est le Québec !
Oui ! Diront les plus optimistes et même les plus réalistes ainsi que les plus pragmatiques, même s’il existe des confrontations, des oppositions et des adversités qui retardent le parachèvement de ces changements. C’est ainsi que cela fonctionne dans les pays les plus développés, dans les démocraties et bien entendu différemment dans les autres.  Les idées s’entrechoquent. Les arguments les uns plus persuasifs que les autres sont mis de l’avant. Ça c’est le Québec !
Le Québec d’hier à demain !
L’attitude et l’image projetée, lorsque l’énoncé est délivré ont leur importance. Un jeu de rôles disent certains, du charisme disent d’autres. Ce qui importe c’est de se parler, de dialoguer, de communiquer, d’informer, de convaincre … par le mot, par le verbe sans coercition. C’est ce qui détermine et qualifie les peuples civilisés. Cependant, lorsque les certitudes sont prégnantes et enracinées dans les esprits, ne deviennent elles pas, pour les idées progressistes, un mur insurmontable ? Oui ! Ça c’est le Québec !
Depuis le début de l’année 2014 des thèmes sont développés dans des espaces de discussions. L’Économie et le Social pour les uns sont ceux qui devraient mobiliser tout le monde parce que cela concerne à la fois le travail, le revenu et la participation au budget national ainsi que le bien être individuel et collectif. Ils disent que c'est Ça c’est le Québec !
La Culture, soutiennent d’autres est un attribut de la personnalité et de l’identité nationales, elle ne saurait être ignorée et encore moins négligée. Ça c’est le Québec !
La Politique, en raison de la portée des actes des élus du peuple sur toute la société aux trois niveaux gouvernementaux, encadrent le tout et c’est par elle que les valeurs, les références, les principes sont énoncés et tracent le chemin à suivre par tous. C’est dire que la mauvaise ou la bonne conception de l’une ou l’autre ne saurait avoir la primauté sur l’ensemble. Ils doivent être considérés en fonction de la conjoncture et des besoins de la société toute entière. Toutes doivent s’ajuster en tenant compte de l’évolution et des progrès réalisés par la grande communauté, sans pour autant négliger les plus démunis, les précaires et les plus vulnérables. Ça c’est le Québec !
Les spécialistes déclarent, chacun dans son champ de compétences, que rien n’est possible si l’on n’accorde pas l’importance qui s’impose à leur domaine d’activité, aux études, aux statistiques, aux indicateurs socio-économiques, etc. par exemple à ceux de l’ethnologie, de l’anthropologie, de la sociologie, de la stratégie, de la gestion… En fait, il s’agit de la confrontation des idées mais sous le couvert de ‘’La chapelle’’, vous connaissez. Nous savons mieux que vous autres. Ça c’est le Québec !
Il est vrai que d’aucuns considèrent qu’en cette période d’incertitude pour La Belle Province, l’un des domaines parmi les plus cruciaux est sans conteste celui de la consolidation des valeurs québécoises : notamment l'égalité des sexes et la préservation de la langue française. S’agissant de l’affermissement des contours du projet de société initié depuis le début des années ‘’60’’. Oui ! Ça divise le peuple, sous l’œil approbatif et vaniteux du Reste du Canada. Ce RoC, a montré, depuis plus de cinquante ans, son rejet d’une société francophone, égalitaire, interculturaliste et surtout distincte. Ça c’est le Québec !
Ils ne sont pas seuls à s’opposer au projet de loi proposé par le gouvernement du Québec. Il y a des fédéralistes, des libéraux, des solidaires, des Caquistes, des journalistes, des religieux, des islamistes, des immigrants conservateurs, etc. des professeurs d'universités, des intellectuels et même des lucides, ayant perdu tout sens et repères et, tous niveaux confondus. Ça c’est le Québec !
En fait, des groupes d’envergure inconsistante, en perte de leadership et de visibilité fonctionnant comme le grain de sable dans la machine, proclament sans gêne leur opposition, pourtant la majorité exprime son soutien à un changement, à un renforcement du projet de société déjà initié depuis fort longtemps. Ce projet figure le peuple, la société civile émancipée qui constitue, qui acquiesce et approuve, qui consent et adhère, qui encourage… un développement pluriel, inclusif, rassembleur et surtout cohérent d’une société égalitaire et laïque. Ça c’est le Québec !
Une culture de convergences et de productivité à même de créer et d’innover. Une communauté sachant mobiliser ses chercheurs, ses institutions et ses entreprises pour le développement du Québec.  Une communauté avec une culture intégrative qui sait favoriser l’atteinte de ses objectifs de développement socio-économique territorial et environnemental… culturel et identitaire, la richesse de  sa diversité et l’utilisation durable de ses ressources… Une communauté de jeunes et de moins jeunes, de femmes et d’hommes de souche et venant d’ailleurs, ouverts d’esprit et jaloux de leurs places et d’un milieu de vie partagé, qu’ils bâtissent intelligemment pour le meilleur de leurs enfants, en accord avec un socle commun et rassembleur : la laïcité. Ça c’est la rupture et c’est le Québec de demain !
Ferid Chikhi