13 sept. 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 225 -

Employabilité
Plus (+) de 50 ans… et les autres
Inverser le sens de la recherche pour réussir
Dans un précèdent article j’avais parlé d’une exigence qui pourrait encourager les employeurs à recruter les candidats immigrants, les chercheurs d’emploi âgés de plus (+) 50 ans et les personnes handicapées. Cette exigence les convie à changer certains de leurs paradigmes, lorsqu’ils décident d’envisager de tels recrutements.
Cependant, le même cheminement doit être suivi par les autres protagonistes qui sont invités à suivre
quelques étapes parmi lesquelles celles d’apprendre à/et de savoir se remettre en question. Comme je l’ai expliqué dans une réflexion antérieure, le début de ce nouvel apprentissage se présente comme une remise en question en commençant par la réalisation d’un bilan de soi qui regrouperait autour des atouts et autres avantages ce que sont ses propres facteurs de réussites ou de succès.
D’aucuns demanderont comment faire ? La réponse paraîtrait simple mais en réalité elle est complexe mais réalisable. Cela consiste entre autres en l’élaboration de la liste des compétences génériques et acquises, les effets des formations sur l’exercice professionnel, l’inventaire des réussites et celui des échecs, les actions entreprises après avoir établi ce constat… les aptitudes et les habiletés les plus marquantes, les faits marquants ou résultats majeurs obtenus, etc.
L’ensemble de ce recensement ou recueil de forces, de talents et de succès constituera une récapitulation, une mémoire qui mettra en valeur l’expertise acquise au fil du temps et des formations. C’est là une exigence pour les plus (+) de 50 ans intéressés par une réinsertion professionnelle.
Au cours de ma carrière, j’ai toujours appris qu’il fallait s’assigner des objectifs et une fois les réalisations menées à terme rendre des comptes à ceux qui nous ont octroyés des moyens pour les atteindre. Deux caractéristiques sont toujours prises en considération pour qualifier ce bilan : la première est l’économie de moyens et d’énergie accomplie et la seconde est le niveau des réalisations atteint.
Si je traduits ces deux facteurs pour la recherche d’emploi et en particulier celle que font les plus (+) de 50 ans, je suggérerai d’inverser le processus ou la démarche en œuvrant d’abord  pour que le bilan résulte en une connaissance de soi très pertinente et très précise et ensuite de ne pas perdre de vue que l'objectif essentiel doit être de se trouver une nouvelle activité ou emploi.
Une fois ces deux étapes abouties, deux autres préalables sont nécessaires pour y parvenir. Le premier est à long terme et il doit être stratégique. Le second est à moyen terme et il sera dynamique. Je veux dire par là que tout en prospectant le marché du travail, les secteurs d'activités qui nous intéressent, les entreprises grandes, moyennes ou petites susceptibles d'avoir un intérêt même mineur pour notre avenir il ne faut pas perdre de vue qu'à long terme nous voulons et pouvons être utile, productif, novateur... et ce, grâce à nos compétences et surtout à nos expériences. Alors, concrètement comment faut-il procéder.
Empruntons au marketing quelques pistes.
Imaginons une entreprise Xfrice... qui vend déjà plusieurs formules de dentifrices avec des
emballages différents mais le produit principal n'est plus concurrentiel et la compétition est féroce... Le service marketing propose le lancement d'un nouveau produit de préférence ''Mentholé'' selon les informations, les recherches et les études des vendeurs.
Le directeur général questionne : Pourquoi ou comment amener le consommateur (non seulement à ne pas se désengager de l'achat des autres produits de la même marque mais mieux encore l'amener) à choisir le nouveau produit parmi tant d'autres offerts par les autres marques ?
Les services création, publicité, prix, réseau se mettent en action et trouve la formule magique.
Les clients potentiels existent mais il faut attirer leur attention et les inciter à acheter le nouveau dentifrice d'Xfrice Mentholé.
La forme de la boite et du tube seront les mêmes que ceux existants; le prix au départ sera dans la moyenne...
Mais qu'est ce qui pourrait stimuler le client à devenir consommateur ? La réponse est toute simple : La présentation et deux ou trois mots flashes et novateurs compréhensibles par tous : Haleine – Mentholée - Fraicheur... HMF
Le client regarde, pose des questions, hésite, ... s'en va sans prendre le nouveau produit.
L'entreprise poursuit sa publicité... deux, trois fois, quatre fois... Un client finit par être séduit. Il achète le nouveau Xfrice Mentholé... Il aime... Il en parle à ses proches... On en veut... Je passe sur le reste...
Donc, si nous faisons un petit retour depuis le début le résumé se composerait de quatre étapes essentielles :
·   Bilan professionnel : Mettez en valeur vos réussites et succès, vos forces et vos atouts...
·  Présentation : Changez de look, d'attitudes et d'habitudes... Montrez que vous êtes énergiques et dynamiques...
· Réseau d'emploi ou d'activité : secteurs d'activités, entreprises, envergure, niveau d'accès... marges de manœuvre pour le revenu attendu
· Compétition et concurrence (souvent omises)... Détermination, engagement,... capacités de séduction...
Ferid Chikhi

7 sept. 2014

Un Numide en Amérique du Nord - 224 -

L’Islam est-il vraiment malade ? -2-
Les rêves qui ne se concrétisent pas deviennent des cauchemars
"L'écriture est supérieure au signe et à la parole, elle est plus utile ;
Car la plume quoiqu'elle ne parle pas, se fait entendre des habitants de l'Orient et de l'Occident.
Sans elle, il ne s'établirait parmi les hommes ni religion ni société "
L'Emir Abd El-Kader
L’origine du mal et ses effets sur les nouveaux oracles
L’islam a bien été accommodant et protecteur non seulement envers ses fidèles mais aussi avec et pour les autres pratiquants des religions monothéistes. A titre indicatif, souvenons-nous juste de l’Émir Abd el Kader et des chrétiens de Syrie.
En tant que musulman, comme tous ceux qui sont de culture musulmane, nous savons que les
préceptes dispensés aux enfants et aux jeunes, non seulement par l’éducation familiale en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Syrie, en Égypte, en Irak, etc. pour ne parler que d’une partie du monde (dit arabe) mais aussi par leurs maîtres, leurs enseignants, leurs précepteurs, leurs professeurs, leurs éducateurs n’ont jamais été ceux introduits depuis (la fin des années 70 et le début des 80) que l’Arabie Saoudite est devenue un protectorat des USA et un allié inconditionnel d’Israël.  
L’agressivité, la barbarie la colère, le courroux, la violence et encore moins la bestialité et la cruauté n’ont jamais fait l’objet de ces apprentissages… La mort ou tout ce qui mène à la mort a de tout temps été évité; les jeunes musulmans apprennent la sagesse, l’affection, le respect de l’autre et surtout des plus âgés, des femmes, des enfants et des plus vulnérables, le partage… (La Zakat = l’aumône). Oui ! Des changements sont intervenus depuis une quarantaine d’années avec l’introduction d’enseignements idéologiques qui n’ont rien de commun avec la pratique de l’Islam… Et, heureusement que de nos jours, l’origine de tels enseignements n’est plus un secret pour personne.
Dans le même registre,  je retiens que ceux qui, aujourd’hui, agissent pour islamiser, imposer une charia hors contexte, le Khalifat, etc. n’ont rien de musulmans. Ce ne sont ni des fondamentalistes, ni des intégristes et encore moins des dogmatiques (groupes d’individus avec lesquels je ne partage ni les pensées et encore moins les actes)… Ce sont des mercenaires criminels, primitifs, incultes, agissants après avoir été formés à la tuerie, au carnage, à l’extermination ; ils œuvrent pour le compte de forces - pour le moins occultes mais qui commencent à être débusquées - que les USA et leurs alliés croient contrôler mais qui ne leur ont jamais été ni soumises ni obéissantes. Les massacres collectifs et massifs au quotidien qu'il y a eu en Algérie durant les années ‘’90’’ semblent être une source d’inspiration pour ces tueurs des temps présents... en Syrie, en Irak, au Nigéria, et peut être bientôt en Inde, etc.
Un autre questionnement me vient à l'esprit et considérant ce qui se fait et qui est imputé à tous les musulmans sans distinction. Supposant que le vrai ennemi est Israël, comment se fait-il que ces individus ne se soient pas rendus à Gaza pour défendre d’abord des musulmans qui sont soumis au diktat de  HAMAS et ensuite libérer la Palestine ? Pourquoi ces djihadistes n'ont jamais attaqué Israël, y compris hors d'Israël ? N'est-ce pas là une autre bizarrerie ?
Par ailleurs, celles et ceux parmi les nouveaux oracles, qui se réveillent de leur long sommeil en criant à la réforme de l’Islam, sa mise à niveau avec les transformations rapides que connait le monde occidental, depuis le début de ce millénaire, qu’ils se rassurent, s’ils veut bien l’être, cela est déjà consacré et suit son cours… L'Islam et les Musulmans n'ont pas attendu leurs prédictions et autres conseils pour revivifier leur pratique et la mettre au diapason des temps modernes.
L'Islam, les musulmans et leurs réformateurs
Un grand nombre de penseurs, d’intellectuels, de chercheurs sont en accord pour considérer que le Coran et les pratiques musulmanes doivent être relus et réétudiés avec une attention et une intelligence toute particulière afin de les adapter et baliser leur mise en œuvre de la meilleure compréhension possible et le pragmatisme les plus conformes aux interrelations qu'exigent le présent et le futur.
En réalité, ce travail essentiel, l’Ijtihad Fil Ilm oual Maarifa ou effort dans la science et le savoir, a toujours existé dans le monde musulman. Des réformateurs ont fait part de leurs réflexions, de leurs idées et de leurs pensées ; leurs œuvres jalonnent les espaces temps, territoires et ornent les bibliothèques de l’Europe, accessibles seulement à quelques érudits. Quelques-unes de ces intelligences musulmanes, ont réussi avec brio, d’autres ont subi des échecs cuisants, face à des conservateurs inflexibles, loin d’accepter que leurs privilèges acquis, parfois de longue date, soient remis en question par des inconnus ou des jeunes maîtrisant plus des connaissances théoriques que possédant une pratique de vie.
De nos jours, les profils d’une grande partie des nouveaux penseurs, de ces exégètes et autres intellectuels (anthropologues, psychiatres, théologiens, sociologues, etc.), faisant preuve d’un Ijtihad moderne, étudient, analysent, explorent... avec minutie, le Coran, la Sunna, les Madhaheb (écoles juridiques) ou Fiqh et même les autres religions et leurs apports, pratiqués dans tous les pays musulmans ; ils ont publié, ils ont donné des conférences, ils ont parlé aux médias mais ils sont souvent mis à mal par des fanatiques et des extrémistes ignorants les fondements de l’Islam.
Ces individus profitent de l’illettrisme quasi généralisé des populations, dans les mosquées, les écoles coraniques et autres lieux et temps de rassemblement pour réduire au silence toute personne qui oserait remettre en question leur parole. Ils sont plus considérés, plus suivis et plus écoutés par des pans entiers des sociétés musulmanes où le patriarcat pèse plus de son poids coutumier que de la sagesse recommandée par la tradition musulmane.
Ils s’opposent, ridiculisent et mettent à l’index, sans aucun ménagements, ces érudits, ces autorités dont la probité intellectuelle et leurs travaux sont recherchés partout dans le monde occidental et interdits de séjour dans leur propre pays. Le cas de Feu Mohamed Arkoun agressé violement en Algérie par El Qaradaoui ; Soheib Bencheikh, jeune théologien franco algérien, empêché d’exercer son imamat par des idiots utiles, en sont deux parfaites illustrations. Il en fut de même dans un passé pas très lointain, et je pense aux exils forcés de Djamel Eddine Al Afghani…  Mohamed Abduh, etc.
De nos jours Ghaleb Bencheikh, Malek Chebel, Rachid Benzine, Naima Dib ou encore Mohamed S. Al Ashmawi... sont les plus percutants dans leurs travaux. Ce qui est peut être navrant et déplorable, c'est que malgré leur intelligence, leurs représentations, leurs façons d’aborder les problématiques qu’ils mettent de l’avant, quelques-uns de ces nouveaux penseurs, de ces sommités, non seulement, n’ont pas su et ne savent pas encore utiliser les moyens et les canaux traditionnels de la communication mais ne maîtrisent même pas les moyens modernes pour communiquer avec le commun des mortels.
Peut-être est-ce en raison de leur manque de pédagogie à l’endroit des populations illettrées ou par manque de mise en adéquation de leurs rapports avec les individus ou encore par manque de capacité de vulgarisation ? 
Toujours est-il, leurs discours, leurs réflexions, leurs idées semblent être pensés, conçus et écrits à l’adressent d’autres intellectuels et érudits qu’à des populations ignorantes et encadrées par des activistes rétrogrades, passéistes et dans la majorité des cas obscurantistes.
A ce qui précède, s’ajouterait un autre aspect lié à leurs personnalités. Il est à la fois spécifique et plus imperceptible ; il s’agit du manque de courage qui habite les visionnaires, les initiateurs, les précurseurs. Ils se positionnent chacun dans des cases différentes et souvent sans interrelations, par égocentrisme ou par vanité, qui sait ?
Un traducteur n'est pas un interprète
N’en demeure pas moins que leurs travaux peuvent être classifiés comme suit :
1. Il y a ceux qui pensent à une véritable épuration des versets qui alimentent la primauté de l’homme sur la femme, ceux qui incitent à la violence et à l’engagement guerrier, ou encore ceux qui désignent
les non musulmans comme ennemis de l’Islam et par conséquent ils doivent être mis à mort.
2. Il a ceux qui invitent à maintenir la situation telle quelle mais en évitant d’enseigner les versets inadaptés ou inappropriés selon les contextes et les territoires.
3. Il y a ceux qui considèrent que tout doit être enseigné et il appartient à tout un chacun de distinguer le bien du mal. La conscience et la raison faisant le tri.
4. Il y a ceux qui invitent à séparer la religion de la politique en veillant à ce que l'une et l'autre ne se côtoient pas et que l’enceinte des institutions, en commençant par les lieux du savoir, soit fermée à la première. 
Pour conclure, Je me souviens d'avoir entendu Socrate dire que l'essentiel n'est pas dans la citation des autres mais dans l'intelligence de penser par soi-même, alors, trois conseils aux donneurs de leçons insignifiantes, habitués des salons feutrés de l’Occident. Ils devraient, en premier lieu, ne plus être tributaires de traducteurs mais de s’adresser un peu plus aux interprètes. Ensuite, ils gagneraient à se brancher, non pas à la fibre optique mais à s’ouvrir, ne serait-ce qu’à ceux qu’ils qualifient sans retenue ‘’d’égorgeurs en veille’.
Enfin, dès lors que leurs apprentissages s’en ressentiraient et leurs perceptions auraient changé, ils pourraient avoir accès au chapitre de l’interpellation des musulmans et de leurs intellectuels, penseurs, observateurs, analystes, etc. afin que ceux-ci envisagent de désacraliser le Coran. En d’autres termes, au lieu de se fier à des auteurs en mal de notoriété qui pondent des réflexions, des études et autres analyses faites, pour certaines, à distance des lieux où la pratique musulmane est consacrée, Ils gagneraient à ouvrir autrement et un peu plus leurs esprits obtus !?
Les sociétés musulmanes dans leurs grandes diversités, partout dans le monde, mais aussi et surtout les sociétés de culture arabe, grâce aux idées d’authentiques intellectuels et penseurs travaillent depuis longtemps à changer la donne.

Ferid Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 369 -

  L’absence Ben Salmane une défaillance de taille au Sommet arabe d’Alger ? Le sommet Arabe d’Alger qui se tient, en ce 1 er novembre 202...