14 mars 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 234-

Le Québec et la Nouvelle Politique du MIDI
Une architecture sociétale : Utopie ou panacée
1.)    Quelle architecture pour un bâti en patchwork?
Depuis quelques mois, et même depuis quelques années, ce n'est pas tant l'immigration qui fait l'objet de discussions pénibles et malaisées mais bien l'intégration des immigrants qui s'avère souvent complexe et par moments compliquée en raison d’épiphénomènes incontrôlés.
J’ai lu le projet du Ministère de l’Immigration de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) intitulé ''Vers une Nouvelle Politique Québécoise en matière d'Immigration, de Diversité et d'Inclusion (NPIDI)'' le sentiment d’insatisfaction que j’ai ressenti m’a incité au questionnement suivant : Est-ce une illusion donc une utopie qui ne se vérifiera pas ou la panacée c'est à dire une situation idéale qui est recherchée?
La rédaction d’un mémoire avec l’objectif d’une audition par la commission des relations avec les citoyens (CRC) de l'Assemblée Nationale venait de devenir un projet d’écriture. Mais les intervenants qui allaient être entendus, en raison apparemment de leurs sympathies, avait été présélectionnés par le MIDI depuis juillet 2014. J’ai donc décidé de faire publier le résumé de mon mémoire.
Dans l’absolu personne n’ignore que si une institution, notamment gouvernementale, projette de modifier, compléter ou remplacer une politique, qui a déjà fait l'objet de deux révisions à dix ans d'intervalle, c'est que des insuffisances et des difficultés ont été relevées çà et là.
Le travail d'ajustements et de mise à niveau que dévoile la NPIDI est fort louable. Cependant, selon ma compréhension, ce sont des modifications de fonds qui sont préconisées, sans le développement organisationnel et fonctionnel nécessaire et suffisant. Imaginons un instant que par cette NPIDI c’est le remodelage de l'ensemble de la société qui est recherché. Les raisons suivantes le laisseraient entendre : premièrement, elle n’épouse pas forcément les exigences de ce début de siècle, ensuite elle est judicieusement présentée sous le couvert de la préservation des libertés, non pas et seulement, individuelles, mais aussi collectives. C'est pour cela qu’elle peut être considérée comme une architecture nouvelle de la société Québécoise.
Par conséquent, tout le cadre de références sera modifié et tendra d’une part, à la redéfinition des concepts de l’interculturalité qui deviendrait spécifique au Québec, de la diversité ethnoculturelle, de l’inclusion et pour couronner le tout, des particularismes - Autochtones et Anglophones (singularisés) qui sont cités par référence à l’Histoire et aux lois qui les définissent, tout en restant muet sur la définition du Québécois auquel tout et tous devraient se référer. Et, les autres, NOUS qui venons d’ailleurs, nous le sommes par le terme générique de COMMUNAUTÉ.
Pourtant, les immigrants arrivés depuis les 20 dernières années - ne l’ont pas été en tant que Chrétiens, Juifs, Musulmans, Bouddhiste ou encore d’Asiatiques, de Maghrébins, de Latino, Slaves, etc. - Ils ne sont pas venus pour faire partie d’une communauté d’origine… mais pour faire partie intégrante de la Société d’accueil.  Ils sont venus en tant qu’immigrants pour devenir des citoyens à part entière. Ils sont venus et ils disposent de potentiels extraordinaires, par leurs qualifications, par leurs compétences et par leurs expériences. Cependant, leur employabilité limité et le chômage, génèrent des conséquences pénibles, d'abord sur leur santé mentale et, au plus loin, sur l'avenir de leurs enfants et de leur stabilité sociale[1].  
2.)    Des espaces séparés ou un espace commun à tous les citoyens
Si la politique actuelle révisée et ajustée, il y a de cela quelques années, n’a pas été suffisamment bien pensée, bien réfléchie et bien mise en œuvre compte tenu du bilan global qui en est fait (voir statistiques et autres indicateurs d’appréciation), n’aurait-il pas été plus approprié d'abord de ne pas refaire la même erreur de lecture et de révision et ensuite d’établir un inventaire des budgets alloués et de leur utilisation, des bienfaits majeurs et des effets altérés et observés.
L'analyse de l'organisation sociétale projetée par la NPIDI, fait que plusieurs autres questionnements interpellent par leur fond. D’abord, ne recherche-t-on pas le renforcement d’un statu quo qui se fragilise de plus en plus avec le vieillissement de la population?
Ensuite, le fait de singulariser les communautés, les ethnies, les groupes communautaires, les ensembles culturels n’est-ce pas l’expression d’une volonté de morcèlement de la Grande Nation Québécoise en devenir? Ou encore la recherche du maintien d’une société distincte du reste de l’Amérique nord qui par certains gouvernants veut maintenir cette distinction y compris à l’endroit des immigrants de dates récentes ?
Enfin, l’érection de frontières entre des groupes de personnes, de communautés, d’ethnies, de tribus - hommes et femmes - admises et acceptées parce qu’elles existeraient déjà comme de simples limites folkloriques, culturelles, religieuses ou encore sexiste, ne serait-ce pas, en premier lieu, pour les empêcher de se rapprocher et ainsi de prévenir toute mobilité à l'extérieur d'un espace défini qui est leur quartier et deuxièmement ne servirait-elle pas de prémices au renforcement d’une suprématie qui ne dit pas son nom?
Nous passerons ainsi des traditionnels quartiers des Italiens, des Asiatiques, des Juifs, des Autochtones, des Anglophones, à ceux des Libanais et des Syriens, des riches, des moins riches et des pauvres, etc. et depuis quelques années est venu s’ajouté celui des Maghrébins… il y aussi celui des Québécois...? Tiens ou sont-ils les Québécois dans tout ça?  Il faudra aussi penser à ceux des Chrétiens – arabes, à ceux des Latinos, des Caribéens et ainsi de suite.  Ils existent peut-être et nous ne le savons pas.
3.)    Un patchwork n’aide pas à réfléchir et à rechercher des facteurs de convergences
Alors, je me suis demandé si le Québec fera partie de ces espaces où s’érigent de nouvelles barrières; barrières certes virtuelles mais des barrières malgré tout, comme s'il fallait se protéger d'un danger imminent et éminemment à haut risque ?
Là aussi émettons l’hypothèse que ce qui est recherché c’est la mise en place de frontières entre
des groupes de personnes, des communautés, des ethnies, des tribus - hommes et femmes - pour renforcer un pouvoir qui ne dit pas son nom en les empêchant de se rapprocher et ainsi de prévenir toute mobilité à l'extérieur d'un espace défini qui est leur quartier (Il faudra alors des autorisations de transferts et de mobilité). 
Sinon, comment pourrait-on les considérer comme de simples limites : folklorique, culturelle, religieuse ou encore sexiste, etc. ? Selon notre compréhension de la démarche, il s'agit ni plus ni moins que d'une parcellisation de la mosaïque, de la grande nation Québécoise en devenir.
Au moment où il faut réfléchir et rechercher des facteurs de convergences et des principes fédérateurs de toutes les communautés jusqu’à obtenir une belle entité, à la fois harmonieuse et diversifiée par ses citoyens, ce sont des caractérisations qui les isolent alors que c’est leur INCLUSION qui est recherchée.    
Les immigrants qui sont venus au Canada et au Québec, l’ont fait sachant qu’ils acquièrent le droit
du sol qui régit toute démocratie véritable. À partir de ce moment-là, ils accèdent à un territoire, une province, un pays possédant des institutions bien établies qui peuvent faire l'objet de changements, quelques fois majeurs et parfois mineurs mais dont le caractère humain et intégrateur doit être accepté par tous pour que chacun puisse mettre en œuvre sa volonté de participer à part entière à la vie de la collectivité. Et ça c'est la démocratie. Il ne faut surtout pas oublier que le premier pas de celle-ci est symbolisé au niveau local et non pas au niveau d'un groupe ethnique, communautaire ou tribal.  
Si le pouvoir est détenu par une poignée d’hommes, par quelques représentants d’une communauté ethnique ou religieuse particulière, ou par n'importe lequel des lobbies qui sévissent de nos jours, c’est qu’il n’appartient pas à tous et que les valeurs sont fragiles.  C’est encore pire lorsque ce sont les femmes qui en sont exclues.
Ferid Chikhi


[1] (En raison de la précarité et de la vulnérabilité latentes dans lesquelles ils se retrouvent depuis leur arrivée et souvent bien après les cinq premières années passées au Québec. Les cellules familiales se désintègrent générant des répercussions, jusques et y compris dans les pays de provenance).
 
 

24 févr. 2015

Un Numide en Amérique du Nord - 233 -


De la liberté d’expression et autres manipulations médiatiques… - II -
Les mois de janvier et février 2015 ont été violents que ce soit en Europe et particulièrement en France et au Danemark, en Ukraine… mais aussi en Afrique et spécifiquement au Nigéria, au Mali, au Cameroun, au Niger… en Libye… sans oublier le Congo… En Asie, qui avec le découpage géopolitique imposé par les grandes puissances (…) À proximité de tous ces lieux, où les polémarques règnent en Seigneurs, la mer n’est pas en reste, elle s’approprie des centaines de vies des tourmentés, écartelés entre leurs pays d’origine et les terres qu’ils ont traversées pour dépasser de nouvelles frontières (…)
Comme je l’annonçais dans la partie précédente ce propos interpelle les pratiques de certains médias nationaux et internationaux qui façonnent l’opinion publique et servent les propriétaires, et autres possédants, actionnaires et nantis qu'entre autres la cupidité motive.
Pourtant, qui, parmi les journalistes, leurs rédactions, et les chefs de rubriques… ignore que La rigueur intellectuelle et la minutie professionnelle représentent la garantie d’une information de qualité. Des éminences grises de l'éthique professionnelle soulignent que cela ne signifie pas qu'il faille faire dans la restriction, la censure, le conformisme ou l'absence d’imagination. Les deux constituent à elles seules un cadre de références à la fois morales et déontologiques où les maitres mots sont  objectivité, exactitude, précision, intégrité, respect des personnes, des groupes, des faits et des événements.
Souvent, lorsqu’il observe des non-sens ou même des contre-sens, de la manipulation, un parti pris ou tout simplement une recherche d'influence, le lecteur se sent floué et a l’impression que les fameuses devises telles que "Le droit de savoir et le devoir d'informer" qui sont la manifestation de l’intégrité, de la probité et de la maturité des journalistes, de tous ces médias sont en permanences remisées au placard des oubliettes.
Alors deux attitudes apparaissent :
1.  La première est celle de ces lecteurs, auditeurs et téléspectateurs qui se retrouvent otages des rédactions et de certains journalistes en mal de prestige et/ou de notoriété et se demandent à quel point ‘’ILS’’ sont devenus des caméléons de la plume. Passant d’un journal à un autre, d’un plateau de TV à un  autre, d’un micro à un autre, d'un ''propriétaire à un autre'', sans scrupules, sans pudeurs et sans égards à leurs attentes informationnelles.
2.  La seconde est celle des rédactions, des médias en question, qui pour ne pas être en porte à
faux avec l’éthique, les valeurs, les référents de la liberté d’expression et aussi pour ne pas bâillonner leurs multiples pigistes, collaborateurs et autres journalistes sérieux, presque tous les médias se sont adaptés aux conjonctures et ont adopté le principe d’ouverture en hébergeant les blogs de ces auteurs et en offrant des espaces de publication sous forme d’opinions, de lettres et autres débats d’idées. Le tout subtilement suivi de cette mention passe partout : Vous serez l'unique responsable de vos propres contributions et des conséquences de leur publication… mais si ce n’est pas le cas le contenu nous appartient… et on peut en… faire ce que bon nous semble…
Le comble de la désinformation?
Dans ces échanges, ce qui est extraordinaire c’est qu’au fil de leurs déroulement l’on se rend compte que tout dépend de la perception que les uns et les autres ont des choses de la vie, de leurs expériences, de leurs formations, de leurs identités, de la culture à laquelle ils appartiennent… et
de  bien d’autres facteurs traditionnels (économiques, politiques, etc.). Mais lequel de ces facteurs peut retenir l’attention lorsque c’est seulement une facette parmi tant d’autres qui est présentée, observée, décrite…? En outre, ne faut-il pas se demander et tenir compte du fait que la liberté d’expression dans un milieu tolérant est une porte ouverte aux interdits dans un milieu intolérant ? Or, les sujets, les thèmes, les aspects et les choses de la vie qui ont été manipulés, sortis de leurs contextes, enrobés de fausses descriptions, etc. sont légions. Leurs auteurs n’ont jamais pris la peine de démentir ou d’exprimer le moindre regret, le moindre remord d’avoir mal informés leurs lecteurs. Comment qualifier cette situation si ce n’est de comble de la désinformation?
Revenant aux guerres, aux batailles et aux attentats terroristes qui surviennent, comme par enchantement, sur presque, tous les continents, comment se fait-il qu'aucun journaliste, caméraman, photographe n'est du côté des victimes si ce n'est que pour désigner ''Le'' commettant et personne n'ose parler des causes ? Comment se fait-il que les groupes et les armées composés de recrues provenant d’Europe, d’Amérique du Nord et du reste du monde n'aient pas été dépistés avant leur enrôlement? Il a fallu des mois pour ne pas dire des années pour annoncer, informer et dire que ce sont ces médias aux ordres qui leur font une place privilégiées dans le monde de l'information.
Et, pour contrecarrer cette propagande victimaire et nauséabonde, ces groupes et autres armées se sont créés leurs propres sites Internet. Ils ont acquis des matériels et des équipements de haute technologie à même de filmer et surtout de découper les images qu’ils veulent, comme ils le veulent et surtout là où ils le veulent. Le pire dans tout cela c’est que les spécialistes de l’information réelle ou manipulée n'arrivent même pas à contrer cette nouvelle donne de la communication et de l’information en temps réel.
Au moment où je termine cette petite réflexion, les réseaux sociaux sont partagés au sujet ''d'une
ingérence'' dans les lignes éditoriales des médias algériens. Celle de l'opérateur Oredoo, multinationale du Qatar qui joue le jeu des grandes entreprises en matière de publicité. Son patron en Algérie, annonce qu’il n’y aura pas de contrat avec les médias qui personnalisent leurs attaques contre l'Algérie et le Qatar. Cette annonce se fait en présence du ministre Algérien de la communication et bien d'autres journalistes. En ce 24 février 2015, jour anniversaire de la nationalisation de ses hydrocarbures par l’Algérie, le quotidien Français Le Monde, ajoute son grain de sel pour soutenir les journalistes algériens et défendre la liberté de la presse. N'est-ce pas de l'ingérence ? Bizarre ! Que ceux-là même qui dénoncent l'autre ingérence se taisent pour cette dernière!? À mon sens, il y a réellement un gros problème de déontologie.
Ferid Chikhi

18 févr. 2015

Un Numide en Amérique du Nord -232-

De la liberté d’expression et autres manipulations médiatiques… - I -
Le propos qui suit, n’es pas pour proposer, exposer ou suggérer des éléments de réponses afin de rassurer les quelques lecteurs… qui s’aventureraient à le parcourir. Il  projette, sans ambition singulière, de présenter quelques idées au sujet de la liberté d’expression et ce qu’en font les gouvernements des puissances Nord-Américaines et Européennes et leurs médias qui façonnent l’opinion publique au moment où les réseaux sociaux s’imposent comme des instruments de rééquilibrage.
Des effets et diverses conséquences,
Les mois de janvier et février 2015 ont été violents que ce soit en Europe et particulièrement en France et au Danemark, en Ukraine… mais aussi en Afrique et spécifiquement au Nigéria, au Mali, au Cameroun, au Niger… en Libye… sans oublier le Congo… En Asie, qui avec le découpage géopolitique imposé par les grandes puissances désigne les pays riverains de la Méditerranée soit les Proche Orient et Moyen Orient, avec l’Égypte et son Sinaï, la Syrie, L’Irak et la Turquie et leur Kurdistan, le Golfe Persique ou Arabique, c’est selon, et des foyers de tensions tels que le Yémen…
À proximité de tous ces lieux, où les polémarques règnent en Seigneurs, la mer n’est pas en reste, elle s’approprie des centaines de vies des tourmentés, écartelés entre leurs pays d’origine et les terres qu’ils ont traversées pour dépasser de nouvelles frontières. Troublés, déshérités, blessés ils sont les passagers empruntant des corbillards maritimes pour aller vers des territoires semblent-ils plus accueillants, plus vivables plus hospitaliers… Faisceau d’hypothèses, quelques-unes ont été validées les autres pas tout à fait et bien entendu, il ne s’agit là que de pistes de réflexion… 
Alors posons-nous deux premières questions : comment ces espaces tant convoités peuvent-ils être cléments alors que les guerres s’y succèdent ? Comment peuvent-ils être pacifiques et accueillants alors que leurs citoyens émigrent vers d’autres terres qui leurs proposent un bien être qu’ils ont perdu?
Disons-le sans détours, il arrive que le contenu des discussions et autres conversations qui nous
parviennent attire votre attention et nous interpelle au point de nous sentir directement concernés. Sans nous en rendre compte nous y participons, à distance ou en toute proximité, en donnant notre avis sur tout ou partie de ce contenu, souvent, sans en connaître ni les tenants ni les aboutissants et, fréquemment sans vous y être préparés. Vous y allez spontanément et bien des personnes le font avec une impulsivité non maîtrisée. Des effets et diverses conséquences, sont observés et quelques-uns pour ne pas dire de nombreux qu’ils soient positifs ou négatifs doivent être assumés. Pourtant, souvent les causes sont ignorées.
Considérant que chacun à sa personnalité spécifique, son identité distincte, etc. de la connaissance et de la maitrise des thèmes et des sujets discutés, la perception des choses, l’instinct, la capacité de gérer les émotions sont des qualités non négligeables même si la conscience est parfois mise de côté.
Pourtant, soit parce que d’une part cela vous intéresse de vous mettre en valeur et, de deux choses l’une, vous développez un sens aigu de l’hypocrisie et pourquoi pas de l’insinuation, ou encore parce que c’est celui (le sens aigu) de votre moralité, de votre spontanéité, de votre franchise qui sont sollicités pour ne pas évoquer la recherche d’une confiance et d’une authenticité perdues ou ensevelies sous des tonnes de préjugés.
Ce qu’il y a de différent, comparativement à la fin du siècle dernier, c’est que de nos jours, avec les réseaux sociaux qui foisonnent et Internet (site et autres blogs), Il arrive que des échanges s’opèrent avec des personnes qui auparavant n’ont jamais fait partie de votre milieu ou de votre entourage personnel.  
L’information du publicen toute objectivité…
Mais ce que vous dites ne vous appartient plus. Il appartient à ceux qui le lisent et qui s’en approprient. Ces réseaux s’imposent et vous imposent un schéma de conversation en temps réel ou en différé. Ils organisent, configurent, font fonctionner ces échanges virtuels qui souvent font dans la spontanéité, mettant de l’avant la confiance même si ces personnes que ‘’vous aimez’’ vous ‘’sont des inconnues’’. Vous y ajoutez l’urgence, l’instantanéité et, la distance se réduit pour devenir la proximité.
Il existe des réseaux sociaux mais aussi des réseaux professionnels - plus de 15 sont aux tops - plus virtuels les uns que les autres mais aussi plus sociaux les uns que les autres et plus professionnels les uns que les autres. Demandez et vous les avez.
Ils offrent des espaces de discussions sans frontières, sans limitations, mais aussi souvent, avec des règles nouvelles qui sont acceptées au nom de la démocratie. Il y a bien entendu des dérapages. Comme vous en rencontrez dans les médias traditionnels. En général, ils tentent de s’adapter aux nouvelles technologies et changent d’outils, de supports et même de code d’éthique pour ne pas dire de ligne éditoriale, etc.
Ils essayent de relayer l’information avec, comme principe fondamentale, le devoir de livrer au
public une information conforme aux faits et aux événements, une information complète et sincère, correcte et validée. Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître ce sont ces médias dits ‘’classiques ou traditionnels’’ qui sont souvent largués, ignorés et qui du jour au lendemain perdent le sens de leur existence.
Ils oublient ce pourquoi ils ont été fondés ‘’L’information du publicen toute objectivité et en toute rigueur’’, ils font dans les dérives, la désinformation et les scoops tragiques ou le dramatique succède allégrement au sensationnel. Pour rester à niveau, ils usent et abusent d’une seule facette de la liberté d’expression, qualifiée, dans bien des cas, d’information à sens unique par celles et ceux qui ne sont pas en accord avec eux, que ce soit sur le fonds, la forme ou encore le timing et l’opportunité de la diffusion d’un contenu mensonger et insidieux, souvent orientés selon les besoins et les exigences de pouvoirs occultes.
À suivre
Ferid Chikhi