23 avr. 2021

Un Numide en Amérique du Nord - 348 -

Said Djabelkhir victime d’une exécution judiciaire ... !

En ce 22 avril 2021, alors qu’il y a peine quelques jours les Algériens célébraient les sciences et le savoir dans la lignée du penseur réformiste Ibn Badis, une nouvelle ère sombre pour l'élite Algérienne a été inaugurée par la justice Algérienne avec le silence ‘’complice’’ des gouvernants.

En effet, la décision judiciaire prise par le tribunal de Sidi M'Hamed met en veilleuse les actes abjectes des islamistes commis durant la décennie noire mais ouvre la porte à l'assassinat judiciaire 

Hier les islamistes tuaient par balle, de nos jours ils tuent par la loi, non pas divine mais humaine. Une loi inique qui musèle la pensée critique, la liberté d’expression et la liberté de conscience. Le drame c’est qu’elle empêche l’Ijtihad et l’expression de la rationalité.

En laissant faire et en acceptant, sans la moindre restriction le transfert du débat intellectuel et universitaire des lieux du savoir vers les cours (confusion avec les salles de cours des universités) de justice, les institutions de l’État silencieuses et par conséquent complices vident de leur quintessence les missions qui leurs sont dévolues. Oui ! Said Djabelkhir a été pénalisé et la sentence de 3 ans de prison ferme n'est qu'une blessure, certes grave mais soignable, dont il se relèvera rapidement pour de nouveau nous abreuver de ses travaux de réflexion sur l'intelligence et la raison.

Ferid R Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 347 -

L'Algérie et la justice Islamiste ... !
Un procès inquisitoire !
Encore une fois la justice Algérienne s'en prend à l'ombre plutôt
qu'à la proie ! Dans les
faits, après avoir soumis à leur diktat l'école, les islamistes quadrillent la justice au vu et au su des pouvoirs en place. C'est ainsi qu'ils ont obtenu la condamnation de Said Djabelkhir à trois ans de prison ferme. Ce qui lui est reproché c'est d'avoir offensé l'Islam, de blasphémer, d’attenter aux préceptes de l’islam, d’être à la solde de l’étranger, de mener un travail qui affectera la société à long terme.
Said Djabelkhir rétorque qu'il n'appelle pas au djihad mais à l’Ijtihad, mais c'était vain, le juge n'écoute pas et décide en faveur des plaignants. Les trois sont enseignants à l'Université de Sidi Bel Abbes et ont obtenu le soutien d'un groupe d'avocats. Ce qui les lie c'est qu'ils sont tous Islamistes.
Il déclare entre autres que le combat pour la liberté de conscience est non négociable.
L'Éminent chercheur et islamologue soufi ira en appel.
Plusieurs milliers de citoyens Algériens, de professeurs d'universités, de femmes et d'hommes politiques, d'associations de la société civile et de partis politiques ont exprimé leur soutien à Said Djabelkhir.

Ferid Racim Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 369 -

  L’absence Ben Salmane une défaillance de taille au Sommet arabe d’Alger ? Le sommet Arabe d’Alger qui se tient, en ce 1 er novembre 202...