4 déc. 2018

Un Numide en Amérique du Nord - 232 -

Le propos qui suit n’est pas pour relater l’évolution du féminisme - universel ou occidental - alors que partout dans le monde ‘’la dynamique des actions populaires « #BalanceTonPorc », « #Metoo », « #TimesUp », « #MetooIndia « #NiUnaMenos » et « HollaBack! » bat son plein depuis le 25 novembre 2018 et se poursuivra jusqu’au 10 décembre de la même année. Le slogan principal étant « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » est Orangez le monde : #ÉcoutezMoiAussi.[1]
Le contenu de cette réflexion est un essai de réponse à la question que se posent bien des sociologues, des anthropologues, des politologues et des observateurs des sociétés occidentales sur l’intrusion par effraction de ce qui est qualifié de ‘’féminisme islamiste’’. Ses militantes le justifient comme étant un féminisme distinct.
À l’évidence et sans aller dans le détail cela confesse d’une stupidité à laquelle seuls les islamistes nous ont habitués et qu’ils sont les seuls en mesure de déployer en s’infiltrant insidieusement dans le monde des organisations sociales, les universités et les centres de recherches et, même dans les écoles primaires, avec le soutien silencieux et le laxisme de gouvernants corrompus idéologiquement. Avant de poursuivre, il faut noter qu’en 2018, parler de féminisme n’est plus l’apanage des femmes. Je suis féministe et membre de Pour le droit des Femmes du Québec (PDFQ). Comme tous les autres membres masculins de cette organisation, je n’y ai pas le droit de vote, mais ma voix compte. Mon propos est écouté, pris en considération et avec attention par toutes et tous les autres membres.
Le voile dans la tradition vestimentaire
Le témoignage suivant se veut un prélude au reste de ma réflexion : Au début de l’indépendance de l’Algérie, alors que les premières combattantes revenaient des maquis, je découvris, sans grand étonnement, qu’elles ne portaient pas le voile traditionnel. Ces combattantes étaient habillées à la ‘’ française ‘’ comme l’étaient les jeunes filles qui allaient encore à l’école et celles rarissimes qui travaillaient.
Dans ma petite ville natale de l’Est Algérien, j’ai intégré le fait que le voile qu’il soit blanc - Hayek - ou noir - Mlaya - que portaient les femmes était un élément de préservation de l’intégrité morale des
femmes mais aussi une ligne rouge à ne pas dépasser par les autres, les hommes.  Deux fonctions dont le caractère symbolique n’échappait à personne : la première mettait en évidence l’élégance et ne réduisait en rien la féminité de celles qui le portaient. La seconde était sociale. Cependant, ces deux fonctions constituaient une sorte de frontière à la fois délicate et robuste qui séparait la spécificité de la société Algérienne de souche et la société coloniale. Une forme de société biculturelle. J’ajouterais que les femmes hors des grands centres urbains (campagne et montagne) portaient un foulard, juste pour préserver leurs cheveux de la poussière. 
La mode régressive du hijab
À cette époque, durant les deux premières décennies après l’indépendance, le hijab ne faisait pas partie du paysage vestimentaire Algérien. Le début de son apparition remonte au milieu des années ‘’80’’. Deux questions m’étaient venues à l’esprit : qu’est ce qui a fait que l’Algérienne se soit mise à porter cet accoutrement, et, qu’est ce qui pouvait justifier ce changement qui allait, au fur et à mesure que le temps passait, finir même par scinder la société en deux ?
Un souvenir me vient à l’esprit, ceux qui étaient appelés, les Afghans - mercenaires Algériens qui s’étaient rendus en Afghanistan - dès leur retour au pays, s’étaient attelés à imposer à leurs sœurs, à leurs mères, à leurs épouses, ce bout de tissu. La fanatisation qu’ils ont subi devaient être transmise et imposée aux femmes de leurs familles et de leur proches entourage (cousines, voisines, etc.).
À la même époque, quelques pseudo érudits avaient justifié le port du hijab par son utilité : ‘’…cache-misère pour celles qui n’avaient pas les moyens de s’acheter des vêtements neufs ou encore vêtement confortable puisque les mains étaient libres alors qu’avec le Hayek et la Mleya ce n’était pas le cas...’’ Bien entendu, le commun des intégristes ajoutait qu’il préservait la pudeur de la femme. Pour la contradiction, je n’évoquerai même pas celles qui, ici, au Québec, le portent au demeurant avec un maquillage inapproprié.
La féministe islamiste
En Europe et même ici au Canada et au Québec, une autre problématique est apparue depuis une dizaine d’années. Il s’agit du changement de la sémantique : le concept de la fanatisation a été
remplacée par un concept plus généraliste et soft, celui de la radicalisation, d’autres concept sont tout simplement évacués parce que trop révélateur de l’intolérance des islamistes à l’égard des Québécois (Islamophobie[2]). Mais, personne n’ignore que le voilement des femmes est le premier acte de leur soumission mais aussi de la régression de pans entiers de la société. Nous savions que les effets et les dommages collatéraux de la confrontation entre le Wahhabosalafisme, le Khomeynisme et la fraternité islamiste, bien entretenue par les Étatsuniens et leurs alliés, seraient dégradants pour les femmes dont le statut a toujours été précaire dans les sociétés arabo-musulmanes. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, il n’y a pas eu à ce moment-là, de féminisme islamiste pour améliorer le statut des musulmanes et s’opposer aux dérives imposées par leurs hommes au nom de l’idéologie qu’ils véhiculent.
Un grand nombre de celles qui ont absorbé le ‘’venin’’ de l’une des trois idéologies islamistes, n’ayant pu s’ériger contre les dictateurs de leurs pays d’origine, ont suivi leurs hommes en Occident.  Déjà fanatisées, et refusant de s’intégrer à leurs sociétés d’accueil, elles se sont organisées pour se présenter comme victimes d’un système social qu’elles accusent de ‘’chosifier’’ la femme. Elles exigent aussi des droits et des valeurs, encore une fois islamistes, en faisant valoir l’idée que le féminisme n’est pas seulement occidental, il est aussi islamiste. Seulement, une lecture active de ce féminisme dévoile qu’il est un cheval de Troie véhiculant l’islamisme victimaire.
Rappelons-nous de cette étude réalisée, en 2015, par le ministère algérien de la santé en collaboration avec l’UNICEF[3] ; elle mentionnait que 59 % des femmes algériennes estiment qu’un mari a « le droit de frapper ou de battre » son épouse. Ahurissant n’est-ce pas !? Faut-il penser que cette proportion existe ou est la même dans la communauté féminine d’origine Algérienne vivant au Québec ? Où se trouve le centre de prévention de la radicalisation ?
La citoyenneté avant tout !
En tout état de cause, et l’histoire nous l’apprend, seules les féministes œuvrant pour le respect des valeurs d’égalité, de partage et de progrès, mobilisent et sensibilisent les populations, y compris celles des pays musulmans, afin que la citoyenneté soit la seule et vraie institution égalitaire de toute société laïque. Je me souviens d’un cours de philo sur le doute, qui s’était conclu par ce qui suit : Se
questionner c’est douter, douter c’est chercher si une autre explication existe. Pour revenir à mon propos initial, je me suis demandé comment une Nord-américaine, une Canadienne ou une Québécoise, une Européenne, une Française, une Allemande ou une Espagnole … ferait la différence entre une musulmane et une féministe islamiste, considérant que chacune se réclame de son islamité ? Bien entendu, pour moi, la réponse était simple : l’une porte le hijab, elle est islamiste et ensuite citoyenne, c’est une militante convaincue de l’Islam politique ou ignorante de cette qualité mais la porte sur sa tête ; l’autre est d’abord citoyenne et ensuite musulmane. Or, rien ne les distingue si ce n’est le voile de la première.
Cette divergence m’amène à dire que je suis convaincu que dans une société de tolérance et de progrès telle que celle du Québec, seule l’institutionnalisation de la laïcité constitue le fluide de nature à préserver sa cohésion et son harmonie tout en consolidant le bien vivre ensemble. Cela signifie que tant que les gouvernants n'auront pas légiféré pour implanter et enraciner la laïcité, le Québec restera dans l’impasse, et les clivages qui divisent la société en plusieurs silos hermétiques, se multiplieront.
À l’instar des islamistes qui les mettent en avant leurs féministes usent de la stratégie de l’infiltration et du noyautage pour adopter des thématiques médiatisées par les féministes progressistes laïques, elles faussent ainsi les effets des indépendances acquises à force de sacrifier les acquis universels pour lesquels bien des Québécoises et des immigrantes se sont battues depuis des décennies. Pour les islamistes, femmes et hommes, il n’y a pas de laïcité, de liberté et d’égalité s’ils n’ont pas les devant de la scène pour imposer leurs vues et leur fanatisme.
Ferid Chikhi



[1] http://www.unwomen.org/fr/what-we-do/ending-violence-against-women/take-action/16-days-of-activism
[2] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1139029/journee-contre-haine-intolerance-reclamee-29-janvier-tuerie-mosquee-quebec
[3] https://www.huffpostmaghreb.com/2015/06/10/violence-conjugale-algeri_n_7552472.html

29 nov. 2018

Un Numide en Amérique du Nord - 231 -

Elle est maintenue en prison pour une gorgée d'eau !
============================================
Un appui de taille pour Aasiya Bibi Noreen
''À son Assemblée générale du 17 novembre 2018, les membres de PDF Québec ont adopté à l'unanimité la résolution suivante : "Il est résolu que les membres présentes à l’AGA de PDF Québec, tenue à Montréal le 17 novembre 2018, offrent leur soutien à Asia Bibi dont la vie est mise en danger et appuient également la démarche du gouvernement canadien visant à l’accueillir comme réfugiée au Canada. ".
=========================================
Au Pakistan, Asia a été emprisonnée pendant des années pour avoir bu une gorgée d'eau d'un puits qui ''appartient à des musulmans''.
Les faits : Deux femmes demandent à Asia de l'eau à boire. Elle va chercher de l'eau à un puits à proximité du champ, prend un gobelet avec lequel elle boit une gorgée d’eau, puis ramène un récipient d’eau auprès des femmes.
Une des femmes refuse de boire l’eau, prétextant que cette eau est souillée parce qu’Asia est chrétienne et donc elle est impure (haram).
Asia Bibi se défend en disant qu’elle ne croit pas que le prophète Mahomet soit d’accord avec cette interprétation. Elles ses disputent.
Les femmes islamistes s'indignent face à une telle attitude : « Comment oses-tu parler comme cela du prophète, tu viens de commettre un blasphème ».
Les femmes se plaignent au mollah Qari Sallam. Qui s'en va signaler le blasphème au commissariat de police de Nankana Sahib.
Asia et sa famille sont victimes de menaces de mort. La police intervient et pour la protéger elle est placée en détention et sa famille entre en clandestinité.
Le tribunal de Lahore confirme la condamnation à mort en 2014. Le 31 octobre 2018 la Cour Suprême la relaxe.
Des pressions - manifestations des islamistes radicaux sont organisées partout au Pakistan - sur la justice Pakistanaise. Asia est maintenue en prison pour une éventuelle révision du jugement la relaxant.
À noter qu'à son époque, Muhammad Zia-ul-Haq a mis en place une politique d'islamisation forcée. Il introduit notamment des décisions de justice pour sanctionner les mauvaises mœurs et le blasphème qui prévoit la peine de mort pour toutes personnes qui dénigrent le prophète Mohamed. Asia a été condamnée d'abord en application de cette loi et acquittée sur la base de la loi de protection des femmes (2006) qui revient sur certaines des dispositions de la première loi.
Récemment, la Grande Bretagne a refusé de l'accueillir parce que les Pakistanais sont nombreux à y vivre.
Le Canada étant en contact avec le Pakistan pour trouver une solution à la problématique d'Asia, PDF Québec appui le gouvernement Canadien pour une décision d'accueil d'Asia en lui offrant les conditions nécessaires et suffisantes pour qu'elle vive ses libertés, y compris celle de se désaltérer avec toute l'eau du pays.
Ferid Chikhi
18-11-2018

17 oct. 2018

Un Numide en Amérique du Nord - 230 -

Une déconfessionnalisation inachevée n’est pas la laïcité 
Les polémiques sur les valeurs Québécoises, l’intégration des immigrants originaires des pays arabo-musulmans … leurs voiles, leurs dénonciations de ce qu’ils qualifient de racisme et la laïcité, sont de retour dans les espaces publics après une élection remportée par la majorité francophone. 
La capacité de résilience des Québécois 
Je me souviens qu’au moment de mon installation les acquis de la révolution tranquille étaient palpables pour un immigrant venant d’Algérie. Une de mes premières impressions n’avait rien à voir avec les avancées politiques et encore moins la déconfessionnalisation que je croyais généralisée aux autres institutions publiques et à l’espace public, même s’il y avait profusion de noms de Saints et de Saintes donnés aux artères des villes et des villages ainsi le nombre des églises. Elle touchait beaucoup plus, dans ma tête de Nord-Africain, les signes du succès social et du progrès industriels atteints par les Québécois. Mon intérêt initial concernait la transformation du tissu économique en de multiples pôles industriels. Avec une carrière faite dans les transports aériens, j’avais hâte de connaitre les sites professionnels de Bombardier, Pratt & Whitney et CAE (chef de file mondial en formation dans les domaines de l’aviation civile), les institutions internationales, (IATA & OACI). 
Il y avait aussi, la culture francophone, les arts et les festivals de Montréal dont la renommée était internationale. Afin regrouper mes connaissances du Québec, j’avais focalisé sur les actualités et notamment celles relatives aux institutions politiques et l’organisation citoyenne. Se faire une petite place au sein des CA d’organismes communautaires n’était pas chose aisée. J’ai dû faire tester ma compréhension de ce que je découvrais de la société Québécoise. J’avais beaucoup entendu parler de la résistance du peuple Québécois francophone noyé dans un océan d’anglophones. J’avais découvert que sa force résidait surtout dans sa résilience et dans sa capacité à la transformer en force de l’innovation et de la créativité. 
Les islamistes étaient déjà au Québec 
Ce que je n’avais pas anticipé c’était l’adage suivant : ‘’ le passé te rattrape au moment où tu t’y attends le moins ‘’. En mars 2002, j’avais commencé à rencontrer des Québécois. Une visite au marché - Jean Talon - s’était imposée. J’allais être marqué de façon magistrale. Un terroriste islamiste, de mon quartier, était apparu dans l’encadrure de la porte d’entrée du marché couvert. Nos regards s’étaient croisés. La main de mon accompagnateur me tira de cette vision presqu’irréelle. L’Hacène, me dit ‘’ tu sais très bien que le Canada, les USA, la Grande Bretagne et la France ont accueilli ‘’nos terroristes’’. Il est là, comme demandeur d’asile politique et peut être comme clandestin’’. Je me suis alor, demandé si sept millions de francophones étaient stoïques ou naïfs face à 1.000 à 1.500 islamistes (C’était déjà une évaluation au vu des 3.500 Algériens qui débarquaient à Montréal depuis 1998) !? 
J’avais pensé aux acquis sociétaux du Québec et je conclus que la sécularisation avait fait de grands pas, mais en matière de laicité beaucoup restait à faire surtout que la déconfessionnalisation de l’école publique n’avait concerné que le Christianisme… Je m’étais aussi demandé, si leur identité, leur culture, leur langue résisteraient à ce fléau multidimensionnel, allié contre nature à une gauche réactionnaire ? J’avais omis, par méconnaissance, le poids du multiculturalisme et ses effets sur la ghettoïsation des communautés ethniques. Le ‘’Québécophobisme’’ incité par des groupes d’individus formatés aux dogmes d’idéologies venues d’ailleurs, aura-t-il un droit de cité ou sera-t-il annihilé ? Une question traversa mon esprit : Peut-on désendoctriner ces personnes ? Une seule réponse confrontait : Il faudra que les Québécois sortent de leur tolérance légendaire pour faire face à l’autovictimisation et au retour sournois des idéologies à caractère religieux. 
‘’Un nécessaire changement de culture institutionnelle’’
J’ai dû relire quelques pans de l’Histoire du Québec pour mieux comprendre les différentes tendances. Je découvris qu’en 1997 un amendement à la Constitution avait supprimé les privilèges confessionnels détenus par les catholiques et les protestants[1]. Le Québec s’était engagé dès mars 1999 à considérer avec attention le rapport élaboré sous la présidence de Jean-Pierre Proulx et portait sur la place de la religion dans le système éducatif. À la suite de cela, la Loi 118, adoptée le 14 juin 2000, était critiquée par les tenants de l'école confessionnelle et par ceux de l'école laïque. Le rapport Proulx aurait été plus adapté à la société moderne que le compromis choisi par le ministre de l'Éducation. En octobre 2006, un avis du ministère[2] de l’éducation relatif à la déconfessionnalisation scolaire au Québec mentionnait ’ un nécessaire changement de culture institutionnelle ’’. Pour moi, j’avais cru comprendre que la Révolution Tranquille avait été le creuset de la construction d'une nouvelle identité nationale québécoise et une rupture décisive entre l'Église et l'État. L’école déconfessionnalisée, a certes façonné les futurs citoyens en leur inculquant des valeurs, des principes, des repères sociétaux, et bien entendu tracé les contours d’une société moderne où l’égalité les droits, les libertés fondamentales étaient puissantes, mais d’où l’Histoire et la Culture spécifiques aux Québécois avaient été évacuées. Pour moi, le processus était inachevé. 
La laïcité, seule, ne saurait et ne pourrait jouer ce rôle 
De nos jours, des conférenciers, à partir de leurs tours d’Ivoire, servent, sans scrupules des concepts redéfinis selon des approches accommodante d’identités nouvelles. Or celles-ci investissent et perturbent tous les espaces publics et privés. Quelques-unes sont mortifères et anthropophages pour
les autres. À ce stade de la réflexion, bien des citoyens originaires d’Afrique du Nord se demandent si ce Québec, qui les a accueillis, n’est pas poussé sur un chemin dangereux pour le bien vivre ensemble. Ils pensaient avoir laissé derrière eux, leurs islamistes et les atteintes à leur intégrité pour les retrouver en pleine expansion en terre Québécoise. Or, c’est avec un enthousiasme assumé qu’ils sont venus vivre et partager une vie sans considération de leur appartenance religieuse. Un grand nombre parmi eux, applaudissent, l’avènement du gouvernement Caquiste qu’ils estiment en mesure de proposer des réponses conformes aux divergences affichées de quelques islamistes qui se réclament d’idéologies incompatibles avec les valeurs de partage de la société d’accueil. Ils ont aussi confiance dans sa volonté de profiter des enseignements tirés des échecs de son prédécesseur pour consolider sérieusement les acquis laïques du Québec. Le Québec est à la croisée des chemins, son nouveau Premier Ministre, sait que pour s’en sortir, achever la déconfessionnalisation est un dessein sensible. Il doit maintenir son option en vue d’une laïcité tant réclamée par la majorité des citoyens et ainsi être au diapason des défis relevés par les pionniers du Québec.
Ferid Chikhi