27 nov. 2010

Un Numide en Amérique du Nord - 81 -

De quelques caractéristiques des Algériens -3-
‘’Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens...’’

Comme à son habitude Le Numide, s’échappe dans une interruption dont lui seul sait mesurer l’espace et le temps. Méditation spontanée et momentanée, coupure avec le monde extérieur ou temps de répit ?! Pour celui qui ne le connait pas, la première impression est qu’il somnole ou qu’il dort. le regard presque figé mais en réalité ce sont les meilleurs instants de réflexion qu’il consacre à faire un retour dans les moindres recoins de sa mémoire vive ou encore pour approfondir une idée en allant chercher des liens avec des faits, des repères, des évènements oraux ou écrits qui serviront à argumenter ou confirmer son commentaire ou son opinion. Lorsque j’ai abordé avec lui le sujet en lien avec les codes culturels et identitaires il m’a seulement dit ‘’écoute, il faut toujours avoir à l’esprit cette capacité qu’ont eu nos mères et nos grands-mères pour se rappeler de cette multitude d’informations qu’elles ont reçues dés leurs prime enfance et qu’elles ont su nous transmettre en faisant les liens pertinents avec le vécu du moment’’.  Il poursuivi en soulignant que ‘’beaucoup d’entre elles n’ont pas été suffisamment à l’école ou pas du tout mais je sais, par exemple, qu’en ce qui concerne ma mère, elle a eu des enseignants au primaire mais pas de professeurs ou de maîtres agréés. Le plus et le mieux qu’elle a appris l’a été par l’oralité et la pratique familiale que l’on qualifie d’éducation...’’ Mais toutes les femmes de sa génération sont passées par ce chemin… !? ‘’Certes, oui, mais elle avait en plus de la mémoire ce don particulier de raconter des histoires avec une modération et une pondération tout à fait remarquables ; elle savait les amarrer à la réalité mais aussi en les faisant vivre comme si c’était arrivé la veille ; je n’oubli pas qu’elle avait cette prédisposition à retenir absolument tout ce qu’elle entendait ou voyait, tout ce qu'elle écoutait ou touchait en améliorant la transmission mais sans jamais le montrer ou en faire part. Je pense juste à l’organisation de notre confort intérieur ou à ce que certains qualifient de gastronomie, pour elle cela relevait des arts culinaires… Le Numide se tait un instant et reprend, les plats qu’elle savait confectionner, les friandises et les douceurs et autres gâteaux qu’elle façonnait et avec quel art !? Elle n’a pas appris ça à l’école… Elle l’a appris grâce à ses aptitudes, à ses facultés d’observation, à son sens de l’organisation, à l’exercice appliqué à tout ce qu’elle a reçu de ses aînées et à sa mémoire. C’est cet ensemble de critères qui a fait d’elle une mère merveilleuse. Le Numide, éclaires moi un peu !? Je ne vois pas où se le sujet de notre conversation c'est-à-dire les codes culturels et la manière de les décrypter !? Détrompes-toi, bien au contraire, tout part de là, de cette initialisation du concept d’éducation, il y a un vieil adage algérien qui dit ’Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens...’’ tes origines et celles de ta famille, votre histoire famililale, celle de ton ascendance influent sur tes attitudes, sur ton comportement, sur ce que tu fais, sur tes actes, tes implications, ta façcon d'agir. Ils reflétent ton éducation et tes apprentissages sociaux. Ce n'est qu'après que survient le facteur scolaire. Mais, ne dit-on pas que ‘’les études influent sur ton caractère et ce que tu es!?’’  C’est un plus mais pas tout…
 À suivre
Ferid Chikhi

Aucun commentaire: