24 avr. 2012

Un Numide en Amérique du Nord - 147 -

Cinquantenaire 1962-2012
Des idéologies à la religiosité …
L’aboutissement, l’issue ou encore pour reprendre un terme révolutionnaire les acquis de la gouvernance de l’Algérie en ces temps de commémoration du cinquantenaire de l’indépendance sont connus. Ils sont triomphalistes pour les gouvernants et catastrophiques, immérités ou tout simplement déplaisants pour le citoyen.
Les recommandations, les résolutions et les conseils de ceux qui ont imposé la référence au peuple en ‘’toute démocratie’’ n’ont pas été respectés alors que c’était de mise durant les 50 dernières années du 20ième siècle. ‘’Un seul héros, le Peuple’’, nous disait-on, outrageant ainsi le sacrifice des vrais héros et des vraies héroïnes, ceux et celles qui ont donné leurs vies pour que vive la patrie. A t’on encore ce sentiment lorsque tous s’accordent à dire que c’est un véritable gâchis qu’ont commis ces politiques ?
Alors et de nouveau comment ressent-on, comment perçoit-on le lien de cette prescription de la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique lorsque nous la paraphrasons comme suit : ‘’Nous, le Peuple d’Algérie, en vue de former une UNION plus parfaite, d'établir la justice, de faire régner la paix intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d'assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à notre postérité, nous décrétons et établissons cette Constitution pour l’Algérie indépendante’’ ? 
Comment ressent t’on, comment perçoit-on cette obligation selon laquelle il existe une liberté collective sous jacente aux libertés individuelles notamment lorsque sans elle, l’avenir, le futur et la destinée des jeunes générations sont menacés ? Ou alors, doit-on penser que ce qui est valable pour un pays où la citoyenneté est un des fondements de l’organisation sociale ne vaut pas pour les autres pays ?
Après avoir perçu et ressenti les effets de la médiocrité politique de ceux qui sont censés parler du présent et du futur sans ignorer le passé, ma sentence est définitive : Les figurants et non pas les acteurs de l’été 1962- parce que les vrais acteurs se sont retirés aussitôt le départ du colonialisme validé – et les suivants ont aliéné le bien commun des algériens, c'est-à-dire sa personnalité et son identité, à leurs émules sans valeurs éducatives. C’est ainsi qu’ils ont fait passer le pays - de Massinissa, de Fathma N’Soumer, de Boudiaf, de Abane et de leurs compagnons – simultanément de l’idéologie socialiste et panarabiste sans omettre celle du non-alignement à une religiosité islamiste régressive, obscurantiste et déficiente.
Ferid Chikhi