9 mai 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 330

Algérie : Le nouveau projet de constitution et la femme Algérienne ...
J'ai parcouru quelques écrits publiés çà et là par les mediums Algériens et je suis resté sur ma faim. Rien de nouveau à l'horizon, sauf peut-être une partie de l'avis de Maitre Hakim Saheb qui souligne, entre autres, que cette proposition n’aborde pas les vraies préoccupations citoyennes de liberté, qui exigent la rupture avec le discours idéologique dominant et archaïque et l’émergence d’un nouveau paradigme socioculturel, identitaire et institutionnel ...
Ce qui est malheureux ce sont les reportages, à la limite de l'indigence, de ceux qui sont censés informer le public ... Ils ont reproduit l’avis de quelques juristes qui ont énoncé des avis élémentaires, mais encore une fois, la constitution n'est pas seulement l’affaire des seuls juristes. Elle concerne aussi les philosophes, les sociologues, les psychologues, les politologues, les économistes, les managers et j'en passe ...
Je me souviens que dans les années ''70'', le secrétariat général du gouvernement faisait parvenir à bien
des organismes nationaux (de la présidence aux municipalités en passant par les organisations de masses...) les projets de textes : Arrêtés ministériels, décrets, lois, ordonnances ; des délais étaient accordés pour une réponse pertinente ... Je me souviens que des APC éloignées des centres de décision, répondaient de manière laconique : '' Au sujet du projet de texte nous n'avons aucune observation à formuler ''.
Aujourd’hui, j'aurais aimé connaître le point de vue d'au moins un ou une philosophe, un ou une sociologue, un ou une économiste ... Algérien-ne-s.
Et pour finir, c'est comme si parmi les femmes Algériennes il n’y a aucune juriste, aucune économiste, aucune sociologue, aucune politologue et qu'il n'existe aucune constitutionnaliste … Pourtant, les femmes comptent pour la moitié de la population.
Ferid R. Chikhi.

11 avr. 2020

Un Numide en Amérique du Nord - 329 -


Loi 21, portant laïcité de l’État Québécois, une belle victoire pour les laïcs
 Comme bien des citoyens, vivant au Québec et malgré la distanciation sociale imposée par le Covid19, j’ai appris la nouvelle selon laquelle la loi 21 portant laïcité de l’état Québécois a encore de beaux jours devant elle. Je me souviens que ses opposants ont été confrontés à deux précédents revers. En effet, la Cour supérieure du Québec et la Cour d’appel avaient toutes deux rejeté cette demande de suspension temporaire. À cela s’ajoute qu’afin d’éviter une contestation de la loi par ceux qui feraient valoir qu’elle est contraire à la Charte des droits et libertés, le législateur québécois avait invoqué la clause dérogatoire - souvent appelée clause nonobstant. Imaginons, juste un instant que le Québec est indépendant ?
La décision de la cour suprême du Canada est donc, le troisième revers que connaissent les quelques opposants, toujours les mêmes, (Association canadienne des libertés civiles et Conseil national des musulmans canadiens). Il faut noter que ces associations ne sont même pas domiciliées au Québec mais en Ontario. En apprenant la nouvelle, lesdits opposants soutiennent qu’ils voulaient que l’article qui interdit le port de signes religieux par les agents de la fonction publique offrant des services au public soit invalidé. La Cour suprême a tout simplement décidé de ne pas entendre leur demande. Cette demande n’aurait pas eu cours si le Québec était indépendant.
Ce jeudi 09 avril 2020, la nouvelle est tombée comme un couperet. Elle intime à ces islamistes, que cette décision comme les précédentes et les prochaines, marque les limites de leur rejet des valeurs sociétales du Québec. Même s’ils soutiennent que leur activisme ne visait qu’à minimiser les dégâts en attendant la suite des procédures sur le fonds, leur déception n’était pas feinte. Dans un Québec indépendant, ils n’auraient jamais osé aller contre une loi votée et adoptée par les représentants de la majorité des citoyens du Québec. En fait, ce sont les défenseurs de la laïcité ainsi que le gouvernement du Québec qui se réjouissent de cette nouvelle victoire.
Rappelons que la Loi 21 sur la laïcité de l’État du Québec a été adoptée en juin 2019 par l’Assemblée nationale. Elle régule, entre autres, mais pas seulement, la représentation pour ne pas dire l’image de tous les agents des services publics - juges, policiers, sapeurs-pompiers, enseignants du réseau public - dans l’exercice de leurs fonctions et loin de toute visibilité des signes religieux des uns et des autres. En apprenant la nouvelle, la ministre de la Justice du Québec a émis un communiqué par lequel elle a souligné que : “Le gouvernement du Québec est satisfait de la décision rendue par le plus haut tribunal au Canada en faveur du maintien de la Loi sur la laïcité de l’État adoptée par l’Assemblée nationale. Nous continuerons à défendre le bien-fondé et la constitutionnalité de la Loi, comme nous l’avons toujours fait”.  Et pour cause, il est clair qu’il peut s’écouler plusieurs années avant que la confirmation de cette loi au niveau institutionnelle soit définitive. J’anticipe qu’elle est là pour durer malgré l’activisme des quelques nervis islamistes qui parlent de droits qui n’ont rien à voir avec ceux du Québec et agissent pour empêcher la majorité des Québécois de vivre selon leurs droits adoptés par leur assemblée nationale et les élus du peuple. Cependant, imaginons un instant que le Québec fasse son indépendance ?
Ferid R Chikhi

Un Numide en Amérique du Nord - 369 -

  L’absence Ben Salmane une défaillance de taille au Sommet arabe d’Alger ? Le sommet Arabe d’Alger qui se tient, en ce 1 er novembre 202...